AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Baptiste Dupin (Traducteur)
ISBN : 2264046511
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 96 notes)
Résumé :
En 1883, Sarah Bernhardt et Edmond La Grange dominent le théâtre mondial. Déterminé à faire fructifier sa renommée naissante après sa triomphale tournée américaine, le jeune Oscar Wilde se rapproche de ces deux monstres sacrés. Installé à Paris, il travaille avec La Grange à une nouvelle traduction d'Hamlet qui promet de faire des étincelles. Mais pour l'heure, elle fait surtout des victimes… La compagnie La Grange est frappée par une série de disparitions mystérieu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  26 janvier 2017
Troisième tome des six livres concernant Oscar Wilde.
Ce récit se présente comme un récit antérieur de dix ans à tous les autres, adressé à Arthur Conan Doyle et ayant trait aux années où Oscar Wilde, jeune poète commençait à se faire connaître notamment grâce à son excentricité vestimentaire.
Après une série de conférences aux États-Unis, Oscar accepte d'aider Edmond La Grange à monter Hamlet dans son théâtre à Paris. Au moment de l'arrivée du paquebot en Angleterre, le cadavre de Marie-Antoinette, la chienne de Mme La Grange mère est retrouvée enterrée dans l'une des malles d'Oscar... Premier meurtre d'une longue série.
Une fois à Paris, Oscar travaille avec acharnements Hamlet ; il fait également la connaissance de Robert Sherard ,son futur meilleur ami et biographe. le théâtre est malheureusement vite endeuillé suite à la mort de Traquair Washington, l'habilleur d'Edmond La Grange ... Accidents ? Suicides ? Meurtres ?

Cette série est un vrai plaisir à lire bien que dans ce dernier livre, j'ai trouvé que la première partie du livre (Oscar Wilde aux États-Unis jusqu'au meurtre de Traquair) manquait de vitalité dans le récit, voire décevait comparativement aux précédents ouvrages. L'intrigue policière ne prend vraiment sa place que tardivement dans le récit avec un final vicieusement pensé : nous avons en effet à la fin, au chapitre 27 la version officielle des faits... et l'épilogue qui nous dévoile une autre vérité. le lecteur ne peut que savourer ce coup de théâtre machiavélique et apprécier les rouages de toute l'histoire. Des mobiles purement machiavéliques et tordus !!! 😈 J'ADORE !!!!💕

Parlons maintenant de l'autre aspect de cette série : le Paris vécu par Oscar Wilde. Un Paris décadent où le théâtre tout en étant réprouvé est apprécié ; où les acteurs sont excommuniés mais adulés par les nobles et le peuple. Un Paris de la débauche qu'elle soit dans les moeurs avec des salles de la mort où contre quelques sous, n'importe qui peut regarder des pauvres ou des handicapés dans une pièce et, où la mort attire le chaland dans les morgues comme au spectacle. Un Paris du spectacle macabre !

Ce troisième volet n'est pas mon préféré (j'avais adoré le second : Oscar Wilde et le jeu de la mort) en raison du temps que met l'action en elle-même pour se mettre en place. Par contre, le final compense amplement ce désagrément. Qu'ajouter de plus si ce n'est que vous avez en une série merveilleusement écrite à la fois le côté ludique en menant une enquête ... et le côté éducatif à la fois historique et biographique. Et tout cela pour le même prix !!! 😛
Lecture du quatrième tome pour bientôt : Oscar Wilde et le nid de vipères. Quand c'est bon, pourquoi se priver. ❤️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1150
lyoko
  21 octobre 2017
J'aime bien ces séries d'Oscar Wilde. C'est une lecture reposante pleine de bons mots, bien sympas comme je les aime.
Je pense que Gyles Brandreth a eu une formidable idée de combiner policier avec cet extravagant personnage. Je me régale a chaque fois même si je trouve ce tome un peu en dessous des précédents. Oscar est tel que je me l'imagine. Une intelligence hors norme tout en gardant une identité décalée par rapport aux normes de l'époque.
Si ma lecture a été agréable, le scénario m'a un peu freinée car malheureusement il est un chouia trop prévisible. Bien entendu malgré cela, je lirais très certainement avec plaisir la suite des aventures d'Oscar Wilde.
J'ai aussi apprécié la note de fin faite par l'auteur car hormis les remerciements d'usage il étale bons nombres de titres d'ouvrages retraçant la vie du célèbre écrivain que je me suis fait une joie de noter , afin de découvrir plus en profondeur cet homme. J'espère juste pouvoir en trouver une bonne partie en Français.
Commenter  J’apprécie          640
belette2911
  26 octobre 2013
Oscar Wilde a trouvé un cadeau original pour l'anniversaire de Conan Doyle : un manuscrit. Et pas n'importe lequel... Un récit racontant sa "première enquête" avec, à la clé, des meurtres à élucider !
Oscar lui offre le récit de son escapade aux États-Unis entre décembre 1881 et décembre 1882, ainsi que le compte-rendu du séjour qu'il effectua ensuite à Paris, lorsqu'il travailla avec Edmond La Grange sur une nouvelle traduction d'Hamlet qui promettait de faire des étincelles.
Elle fit des étincelles, en effet, mais elle fit surtout des victimes !
La compagnie La Grange se retrouve confrontée à trois morts violentes : Suicides ? Accidents ? Meurtres ? En tout cas, Wilde est bien décidé à en trouver le responsable, si elles ne sont pas accidentelles.
Le manuscrit se terminera par les explications De Wilde quand aux quatre morts suspectes (oui, une de plus).
Mais est-ce bien là toute la vérité sur ces morts étranges, monsieur Doyle ? Votre perspicacité nous sera bien utile afin de découvrir si votre ami Oscar n'a pas camouflé une partie de ses conclusions.
Ce troisième opus nous montre un autre pan de la vie De Wilde, nous faisant découvrir son voyage en Amérique, sa vie à Paris alors qu'il n'a que 27 ans et sa rencontre avec son ami et biographe : Robert Sherard. Sans oublier d'autres personnages importants, telle Sarah Bernhardt.
Par contre, comparé au deuxième tome qui avait une mort violente quasi dans les premières pages et un rythme assez relevé, ici, il faut attendre la page 136 pour la première mort "humaine", la toute première de la page 68 étant animale.
Les suivantes ne se produiront que dans le début des pages 300...
Le style d'écriture est agréable, ni gnangnan, ni alambiqué; les personnages sont attachants, surtout Wilde; on a de l'humour, des bons mots; de la fiction mélangée à beaucoup de vérité et quelques rebondissements à la fin : je viens de passer un bon moment de lecture.
Par contre, le livre est déconseillé aux lecteurs qui sont à la recherche d'un rythme trépidant... La lenteur de l'histoire pourrait les faire soupirer, bien que moi, je ne me sois pas embêtée...
Effectivement, pour les lecteurs qui veulent suivre les pas De Wilde aux États-Unis et à Paris, boire de l'absinthe avec lui, pénétrer dans les coulisses du théâtre La Grange, arpenter les petits caberdouches de Paris, tel "Le Chat Noir" ou manger une salade de homard en compagnie de Conan Doyle, au Baker Street Bazaar de Madame Tussaud, juste après la visite de la Chambre des Horreurs, c'est du pain béni.
L'auteur est un inconditionnel d'Oscar Wilde et on le ressent dans ses romans qu'il connaît très bien le célèbre dandy. Grâce à sa connaissance profonde de l'oeuvre et de la vie du poète, il nous restitue le génie du personnage avec brio et nous entraîne sur ses pas, dans des enquêtes hors du commun.
Quant à la figure de cire au musée de Madame Tussaud, représentant un criminel qui sourit en dévoilant les dents du bas, il est clair que vous devez vous en méfier !
Ne faites jamais confiance à un homme dont le sourire dévoile les dents inférieures, même si c'est une figure de cire ! Elle est tout de même exécutée d'après nature ou à partir du cadavre...
C'est Oscar qui nous le dit et il avait raison !

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
LePamplemousse
  07 mai 2016
Encore une belle réussite pour ce roman policier qui met en scène Oscar Wilde dans un rôle de pseudo-détective.
Cette fois-ci il nous emmène dans les coulisses d'un théâtre Parisien, où nous allons côtoyer entre autres l'actrice Sarah Bernhardt, le peintre Jacques-Emile Blanche et la famille La Grange, acteurs de père en fils.
Nous aurons également l'occasion de visiter le musée de Madame Tussauds de Londres, le musée Grévin à Paris, et nous ferons une petite incursion aux Etats-Unis le temps d'y rencontrer un ou deux personnages emblématiques dont un joueur de cartes professionnel ou un ancien esclave.
Bien-sur, Oscar Wilde nous emmènera à sa suite dans des cabarets, des hôtels et autres lieux de détente et de plaisir, sans oublier une multitude de restaurants et autres loges d'artistes remplies de champagne, d'absinthe, d'huîtres, caviar et autres mets raffinés dont il fait une consommation immodérée.
Dans ce volume, il nous fait découvrir par la petite porte l'univers des aliénistes, celui des prisons et de lieux de perdition.
Une fois de plus, le roman est inventif, bourré d'humour et d'une grande érudition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Yanoune
  11 janvier 2020
Oscar Wilde et le cadavre souriant... Ou le bouquin sapin cuvé 2019 qui fait plaisir, qu'y avait dans la liste (longue la liste)... ^^
Pitch :
C'est Noël ! Oscar Wilde dîne en compagnie d'amis... Et comme c'est Noël il a prévu un cadeau pour son grand pote Conan Doyle... Un bouquin où il relate ses aventures, et où viendra bien sûr se mêler une histoire de crime. Il sait à qui il s'adresse les histoires de crime Conan il aime bien ça. ( ça me fait bizarre d'écrire juste Conan tout seul, je vois un gros barbare à moitié à poil passer devant mes yeux, alors que rien à voir, faut dire ce qui est ^^)
Donc une histoire vraie, ses propres aventures... Il attend d'ailleurs de son ami un autre rendez-vous pour parler de la chute, des tenants et des aboutissants... avec un sourire confiant sur les lèvres, un peu retord pourrait-on dire.
Conan est super content, et il a hâte de le lire.. il s'en frotte déjà les mains..
Et tout commence par un voyage d'Oscar Wilde dans le nouveau monde pour donner des conférences sur l'art et la beauté ( et là j'aurais bien aimé voir ça) Oscar Wilde avec les pionniers et les mineurs... il y fait des rencontres, il y reste un an.. Mais il faut bien rentrer un jour.. Là sur le paquebot qui le ramène dans sa vieille Albion, il va rencontrer La Grange, grand acteur et metteur en scène, à la tête d'une troupe et d'un théâtre parisien. Ni une ni deux, les deux hommes se lient d'amitié et se mettent à travailler sur une traduction nouvelle du Hamlet de Shakespeare... Et puis la mort arrive...
C'est le deuxième tome consacré aux aventures d'Oscar Wilde que je lis. Bien sûr comme d'habitude je fais dans le désordre, je ne sais pas si pour cette série cela a de l'importance... si oui, bin tant pis c'est fait.
Alors le monde du théâtre dans un Paris de la belle-époque comme on dit, le tout mâtiné de plusieurs morts suspicieuses. Donc, la belle époque, Paris, le théâtre, Shakespeare, la vie nocturne, les acteurs et actrices les peintres et les poètes, on rencontrera la grande Sarah Bernhardt, les fêtes, l'alcool, la drogue et la poésie et la débauche, Montmartre et son Chat Noir et tout et tout...
Et cela avait tout pour me plaire...
Et je dois dire que bien des aspects m'ont plus... les peintres, les poètes les fêtes, la drogue la fée verte, la poésie et la débauche... ^^
- Tsss le contraire m'aurait étonné venant de toi.. tsss...
- Rooh... bin oui quoi...^^
Et en fait franchement je ne sais pas, autant j'avais été assez surprise, heureuse et tout et tout, en lisant Le nid de vipères, autant là, je suis plus dubitative.
Alors ça se lit toujours aussi bien, mais l'enquête policière est poussive, vraiment et plutôt tirée par les cheveux. En plus le coupable/commanditaire est franchement pas difficile à trouver.. nan mais genre, pfff...
Alors autant on sent, on sait que Brandreth est un expert, un fan du dandy décadent qu'est Oscar Wilde. Ok, là-dessus, ce qu'il dit n'est pas à prendre pour de la roupie de sansonnet, enfin je crois.
Par contre pour le reste, c'est moins sûr...
La vie théâtrale parisienne, du moins la vision de Brandreth me semble assez biaisée et ultra cliché, alors que quand même il se veut un minimum factuel quand à Oscar Wilde. Là-dessus je crois qu'il prend ses désirs pour des réalités, et le problème c'est qu'une partie de sa trame narrative policière et ses personnages prennent appuis sur ces désirs fantasmés.
Alors oui je sais bien, que c'est un roman, et qu'un roman s'écarte de la réalité, qu'il soit historique ou autre d'ailleurs. Il n'empêche cela m'a gêné, mais c'est peut être parce que je viens de me pencher sur le sujet et l'époque, via une biographie d'Offenbach... et heu Brandreth a le cliché chevillé au corps quand au monde du théâtre à cette époque-là... Bon d'un côté c'est pas grave, mais comme de l'autre il se veut pointu sur Oscar, on pense que tout le reste aussi, du moins on aimerait bien, et ce n'est pas le cas, dommage...
J'ai trouvé également beaucoup moins d'humour, que dans Le nid de vipères, beaucoup moins d'Oscar au final...
Voila je l'ai trouvé moins bon.. c'est pas grave, ça arrive, ça m'empêchera pas de lire les autres s'ils me tombent sous la main... ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   24 janvier 2017
La vieillesse n'a aucune consolation à nous offrir. L'élan de bonheur qui nous animait à vingt ans s'est éteint. Nos membres nous trahissent, nos sens s'altèrent. Nous dégénérons en d'affreuses marionnettes, hantées par le souvenir de passions dont nous avions trop peur ou de tentations exquises auxquelles nous n'avons pas eu le courage de céder.
Commenter  J’apprécie          450
belette2911belette2911   24 octobre 2013
- Je n'ai jamais rencontré quelqu'un chez qui prédominait le sens de la vertu qui ne fût pas sans coeur, cruel, hargneux, bête comme une souche et totalement dépourvu de la plus élémentaire humanité. Sans vouloir manquer de respect à votre aïeule, qui fut, j'en suis certain, une grande actrice en son temps, je préférerais avoir cinquante vices contre nature qu'une seule vertu contre nature.
- Oscar ! s'écria Sarah Bernhardt, en l'admonestant de l'index. Parfois, vous dépassez les bornes !
- Tout au contraire, Sarah, je ne les atteins jamais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
belette2911belette2911   25 octobre 2013
En soixante ans d'existence, le Baker Street Bazaar n'avait sans doute jamais connu une telle affluence qu'en cette journée. Trente mille personnes avaient fait la queue pour découvrir la dernière attraction de Madame Tussaud : la réplique exacte du petit salon dans lequel, à peine dix semaines auparavant, Mary Eleanor Pearcey avait battu à mort la femme de son amant et le bébé de cette dernière.

Elle avait entassé les corps de ses malheureuses victimes sur le landau du nourrisson et les avait abandonnés sur un terrain vague de Kentish Town, non loin de son domicile.

John Tussaud avait dépensé deux cent livres, soit le prix d'une petite maison, pour acquérir la voiture d'enfant et d'autres souvenirs du crime, parmi lesquels le gilet taché de sang de la meurtrière et le bonbon que suçotait l'enfant au moment de sa mort.

Cet investissement se révéla fort fructueux. À cette époque, l'entrée du Baker Street Bazaar s'élevait à un shilling par personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Souri7Souri7   26 janvier 2017
Quelle que soit sa nationalité, la presse se contente aujourd'hui de narrer avec une avidité obscène les inconduites de gens médiocres et nous rapporte avec la minutie des ignorants le détail précis et prosaïque de l'existence de personnes absolument sans intérêt.
Commenter  J’apprécie          281
lyokolyoko   19 octobre 2017
- Ne méprisez pas le plagiat, Robert. Vous avez lu mes poèmes ? Sachez que je copie. Je n'en ai pas de honte. L'imitation est le privilège de l'homme de goût. (Oscar Wilde)
Commenter  J’apprécie          400
Videos de Gyles Brandreth (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gyles Brandreth
Gyles Brandreth on the great Oscar Wilde
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oscar Wilde et le cadavre souriant

Où Oscar Wilde part-il donner des conférences ?

En France
En Chine
En Amérique
Il ne donne pas de conférences

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Oscar Wilde et le cadavre souriant de Gyles BrandrethCréer un quiz sur ce livre
.. ..