AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714306111
375 pages
Éditeur : José Corti (07/05/1997)
3.83/5   32 notes
Résumé :
Ce poème satirique eut un retentissement considérable dès sa parution durant la période de transition entre le Moyen Age et l'âge moderne : c'est en quelque sorte une encyclopédie des connaissances, des disciplines morales, de l'ensemble des classes sociales.
Chaque chapitre atteint à un caractère universel et éternel en caricaturant un vice humain représenté par un fou. Tout le monde est embarqué sur le navire (clergé, noblesse, roture, magistrature, univer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Elanoraev
  16 janvier 2019
La Nef des fous regroupent 112 poèmes qui se veulent une caricature des vices humains en tout genre. Tout y passe : des modes nouvelles, de la galanterie, des inquiétudes superflues, des voeux inopportuns, de l'adultère, de l'ingratitude, du jeu, des mauvaises manières.... Tant de thèmes qui trouvent un écho dans notre époque contemporaine, caricaturés pour mieux les critiquer. Et pourtant Sébastien Brant écrivit cette collection des folies du monde au XVe siècle.
Chaque poème part d'une constatation générale observée par l'auteur qui en propose ensuite plusieurs exemples, notamment bibliques et mythologiques, que de nombreuses notes permettent de mieux comprendre. Les différents poèmes se lisent facilement et il suffit de piocher dans un thème ou un autre selon l'envie ou parfois l'actualité. Après tout, il suffit de lire quelques lignes de ces fous pour s'apercevoir qu'ils n'ont pas entièrement disparus...
Commenter  J’apprécie          110
Luria
  26 septembre 2020
"31
Fou qui chante avec les corbeaux
Cras, Cras ! Demain il fera jour !
Plus fou sera dans son tombeau
De tout remettre au lendemain [...] "
Traduire et adapter au français moderne un livre de la fin du XVeme siècle n'a pas dû être chose facile, néanmoins le lecteur fou d'aujourd'hui (et pourtant déjà d'hier) que je suis est bien heureux d'avoir pu lire facilement le texte.
Présenté par chapitres, quelques vers en entrée, une gravure qui a des allures de carte de tarot avec ses personnages aux bonnets cochés, avant un texte plus conséquent, l'ouvrage a décidément de la gueul-hum- belle allure.
Néanmoins j'ai vite trouvé ça indigeste et ai continué ma lecture en sélectionnant ou piochant au hasard, les jours où j'en avais envie, une page comme certains choisiraient une psaume, un épître, enfin un truc du vieux bouquin là, avant de se coucher.
Plutôt que de folies j'y vois plus un catalogue des travers qui font de nous l'humain. Et si les exemples sont d'un autre temps, les thèmes sont toujours diablement d'actualité.
(Par exemple, on y trouve un chapitre sur la procrastination, dont j'ai cité le début en exergue) (trop fort ce Sébastien Brant!)
Je considère cependant l'ouvrage comme un faire valoir de bibliothèque. On ne va pas se lire ça tranquillou sur la plage ou dans son bain avec des bougies qui vont couler de partout. Il est joli quand on le feuillette, "pour mener la danse des fous entouré de livres points lus auxquels on n'entend rien" . Premiers vers géniaux qui nous accueillent en début de lecture (trop fort vraiment ce Sébastien). Et je comprends pourquoi son propriétaire souhaite le récupérer. Pas fou lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Runi
  09 janvier 2018
Dans ce best-seller du XVe siècle, monument de la littérature alémanique, Sebastian Brant
Bien qu'il puisse apparaître à nos yeux modernes comme quelqu'un que l'on qualifierai aujourd'hui de «réactionnaire», il ne faut pas négliger de le replacer dans le contexte particulier de l'Alsace en cette fin de XVe siècle: l'heure est alors à la montée en puissance de la très austère Réforme protestante, qui suscite à son tour un regain d'austérité chez les partisans de l'Église de Rome (dont fait partie Brant). C'est dans ces mêmes années que Jean Geiler de Kaysersberg, un ami de Brant dont les prêches font salle comble, lance ses critiques assassines contre les abus des puissants et les dérives morales de la société, c'est à ce moment que paraît le «Marteau des sorcières» de Heinrich Kramer, véritable petit manuel de l'inquisiteur. C'est à cette époque qu'émerge, en réaction à l'oppression de l'Église et des riches, le Bundschuh, la révolte des paysans qui mit toute la région à feu et à sang.
Dans ces conditions, on peut plus aisément comprendre l'extrême pessimisme avec lequel Brant considère ses congénères, à un point qui confine, comme le fait remarquer Elouan dans sa critique, à la misanthropie.
Il est amusant de constater que les fous de Sebastian Brant n'ont pour l'essentiel pas perdu de leur actualité et quiconque lira cet ouvrage ne pourra pas ne pas reconnaître des traits agaçants de ses contemporains, voir se retrouver lui-même pris en défaut. On pourra même s'amuser à compléter la liste de Brant avec nos fous modernes, car nous ne sommes pas en peine de fous en ce début de XXIe siècle, et plutôt que des nefs, nous pourrions en emplir des porte-conteneurs entiers.
Précisons pour finir que cette édition est très bonne qualité, j'apprécie notamment les notes, nombreuses, qui viennent expliquer certaines références de Brant qui seraient autrement obscures ou nécessiteraient une très bonne connaissance de la Bible pour être comprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Elouan00
  03 juillet 2017
Brant, Nicole Taubes se charge bien de nous le dire, n'a rien à voir avec Rabelais et le goût du carnaval. Il voit d'un bien mauvais oeil tout débordement de la nature humaine. Il ne se fait d'ailleurs aucune illusion, concédant qu'il est lui-même un fou. Fou ? Ou plutôt misanthrope : il n'y a rien de bien exhaustif dans ces brochettes de vers dépeignant les contemporains de Brant. Même, certaines parties sont un peu de la même eau : Folie de faire bonne chère ou folie de trop aimer l'argent : folie de s'attacher aux choses « terrestres »… Folie d'oublier le ciel, folie d'oublier qu'un jour nous mourrons. Avec beaucoup de références aux mythes de l'antiquité, notamment à Diogène. J'imagine aussi que l'époque avait son lot de désordre moral, du fait de la peste ou de l'inquisition (mais de cette dernière Brant était plutôt partisan). J'en sors aussi avec l'idée que toute la force des images, poétiques ou pictographiques et du style martelant est nettement au service de l'éloquence, au coeur d'une entreprise d'édification populaire. Il me semble que ça peut être très vite contradictoire dans les termes, je ne peux pas dire que ce soit tellement mon truc en tout cas.. La Nef des Fous a eu beaucoup de succès à sa sortie, en 1494.
"Même si les fous le décrient / le vrai est honoré partout ; / Au fond plaisent blâme et scandale. On m'a souvent apostrophé / Quand mis cette nef en chantier / Me conseillant de mieux la teindre / Et d'éviter le brou de noix, / D'ajouter lénifiant tilleul, / D'orner de glose et bavardage : / Au diable tous les envoyai / Sans céder sur la vérité. / Vérité est d'éternité / Aux yeux de chacun elle éclate / Et sans l'aide de cette oeuvrette. / Et la vérité est plus forte / Que mes ennemis et les siens. / Si je me fusse conformé / J'eusse été le plus grand des fous / Que j'ai entassé dans mes nefs."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
charlottedesudermanie
  04 août 2013
Ayant eu la chance d'avoir entre les mains plusieurs incunables de la nef des fous, je vous retranscris ici le passage d'un article (en anglais) que j'ai rédigé récemment concernant cette oeuvre:
"In this tale, Brant produces a portrait of 112 fools: from the clerk to the wise man passing by the traveler or the bad parents. No one is spared under his sarcastic pen. Whether discussing complacency, adultery, usury or many others sins, foibles and faults, his biting descriptions are full of humor. And you don't even need to read the book from the beginning to the end (I mean no one will judge you…will we?) You can just quite simply open it and choose what type of fool you want to read about. And for those lazy readers, good news for you: this is a picture book so you can even just enjoy the splendid woodcuts that depict each fool. Whatever it is, you will, for sure, be delighted and amused by Brant's analysis and allegorical idea of gathering all his characters in a ship for a journey to the land of Narragonia, a fictitious country."
Lien : http://uppsalalibrarycultura..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
SeshetaSesheta   18 juin 2008
En ma maison j'ai force tomes.
Qu'importe si n'y entends mie :
Je les tiens en très haute estime,
Les époussette, les émouche.
Entendant parler savamment,
Je dis : "j'ai tout cela chez moi".
Il me suffit pour être aux anges
D'avoir autour de moi mes livres.
Commenter  J’apprécie          330
wellibus2wellibus2   23 juin 2015
Ne t'imagine pas
que nous soyons les seuls
au monde à être fous :
nous avons des confrères,
du fretin et des huiles,
partout sur cette terre,
nous grouillons tellement
qu'on ne peut nous compter ;
nous naviguons en rond
de Narbonne en Cocagne
et jusqu'à Montflacon
vers la Narragonie.
Commenter  J’apprécie          270
BouldegomBouldegom   04 mai 2017
Sagesse n'est plus honorée
L'honnête est le dernier servi
Est mis à la portion congrue,
Il ne faut plus parler de lui;
Et qui n'aspire qu'aux richesses
Habile à s'enrichir bien tôt,
Fait l'usurier, nuit, tue, se damne,
Est félon contre son pays.
Il en va ainsi par le monde:
L'argent fait de méchantes gens.
Justice au plus riche est vendue
Et l'argent, il vous ferait pendre
S'il n'aidait pas à vous dépendre;
Pour lui reste impuni le crime.
Te le dis tel que je le pense:
Au gibet pend menu fretin.

(Du mépris de la pauvreté, p.243)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
charlottedesudermaniecharlottedesudermanie   04 août 2013
Le premier fou dont il est question dans l'ouvrage n'est autre...que le bibliomane! Je trouve la traduction anglaise (texte original en allemand) plutôt convaincante:

If on this ship I’m number one

For special reasons that was done,

Yes, I’m the first one here you see

Because I like my library.

Of splendid books I own no end,

But few that I can comprehend;

cherish books of various ages

And keep the flies from off the pages.

Where art and science be professed

I say: At home I’m happiest,

I’m never better satisfied

Than when my books are by my side. (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
SeshetaSesheta   18 juin 2008
Je mène la danse des fous
Car suis bien entouré de livres
Point lus, auxquels je n'entends rien.
Commenter  J’apprécie          350

Video de Sebastian Brant (1) Voir plusAjouter une vidéo

La nef des fous
Rencontre avec Sébastien BRANT à travers la lecture, par Féodor ATKINE, de très nombreux extraits de son grand poèmesatirique du Moyen Age "La nef des fous". de nombreuses gravures d'Albrecht DURER illustrent cette lecture. Raymond MATZEN, directeur de l'Institut de dialectologie alsacienne, et Philippe DOLLINGER, professeur, s'efforcent de situer l'oeuvre par rapport au courant...
autres livres classés : littérature alsacienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Sebastian Brant (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1085 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre