AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les lavandières de Brocéliande (37)

emi13
emi13   03 juillet 2013
Ils se donnérent la main,s'approchèrent du bord de la fontaine de Barenton et, après avoir échangé un regard, jetèrent les épilles dans l'onde claire.Les aiguilles demeurèrent à la surface et l'eau de Barenton se mit à chanter.
Commenter  J’apprécie          180
emi13
emi13   03 juillet 2013
Yann savait que l'église et surtout le lavoir étaient par excellence les lieux où s'échangeait vraie et fausses nouvelles, médisances et ragots.Il ne leur accordait aucune importance, mais cela le distrayait de constater à quel point l'esprit humain peut se perde en futilités.
Commenter  J’apprécie          72
emi13
emi13   03 juillet 2013
si j'étais un homme , avec trente ans de moins, je te les foutrai dehors, tous autant qu'ils sont ! Heureusement ,y a des p'tits gars qui font ce que les grandes goules ont pas le couraige de faire ......(Écrit comme ça dans le livre)
Commenter  J’apprécie          40
emi13
emi13   03 juillet 2013
A cela il fallait ajouter les accidents, les disparitions,parfois les rixes qui se terminaient mal.Sans compter les dénonciations et les déportations mises au point par les autres,les occupants.Mais là, il s'agissait d'autre chose. Une jeune fille noyée dans un lavoir..
Commenter  J’apprécie          30
sld09
sld09   06 septembre 2017
Gwenn arriva au lavoir à la belle heure, cet instant hors du temps où la nuits’effiloche dans un petit jour qui n’ose pas encore paraître. On l’appelait aussi « l’heure bleue », bien qu’elle fût souvent grise, et plus souvent encore sans couleurs. Elle se reconnaissait à son parfait silence, précédant de peu l’envol des chants d’oiseaux, et à son extrême froidure. C’était l’instant où les enfants se mussaient sous les couvertures, où les vaches mettaient bas, où les agonisants rendaient l’âme. La belle heure favorisait le passage d’un monde à l'autre, de la nuit au jour, de la vie à la mort et du non-être à l'existence.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   01 mars 2013
le vin était tiré, il fallait à présent le boire jusqu’à la lie, même s’il s’agissait de vinaigre.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   01 mars 2013
L’amour pousse à commettre bien des sottises !
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   01 mars 2013
Cette forêt était si ancienne qu’une vie humaine n’aurait pu en épuiser l’histoire. Pourtant, cela valait la peine de prendre son temps pour en découvrir les mystères et les secrets. La patience était nécessaire ; la forêt ne se livrait pas au premier coup d’œil. Elle avait ses pudeurs de dame. Elle aimait se laisser deviner, convoiter. Les visiteurs trop pressés passaient à côté de l’essentiel, quelque chose de très précieux qui se cachait à leur regard, se dérobait sans cesse. La forêt était un être vivant. Elle vibrait au rythme des saisons et des éléments. Pour la ressentir, il suffisait d’écouter le murmure du vent, le froissement des feuilles mortes à l’automne, le cri du merle…
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   01 mars 2013
C’est toujours les meilleurs qui partent en premier, à ce qu’on dit…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   01 mars 2013
À présent que l’abcès avait été percé, il lui fallait aller jusqu’au bout. Déballer le linge sale qui ne se lavait plus depuis longtemps en famille.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

    Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

    Elie Cohen
    Albert Cohen
    Leonard Cohen

    10 questions
    268 lecteurs ont répondu
    Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre