AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702155943
416 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (18/03/2015)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 9 notes)
Résumé :
En Provence, dans les années soixante. Des restes humains carbonisés ont été retrouvés dans la DS incendiée du lavandiculteur Léon Jourdan. Pour le commissaire Garrigue, en repos forcé dans son village natal de Gordes, l’occasion est trop belle de proposer ses services aux policiers venus de Marseille pour enquêter.
Garrigue connaît bien Jourdan qui a joué un rôle trouble pendant l’Occupation. Mais il devient difficile de croire à sa culpabilité quand trois d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
alagnabarbara
  24 septembre 2020
Hello les lecteurs compulsifs !
C'est avec plaisir que je partage avec vous mon retour de " L'AFFAIRE CABRE D'OR " de Édouard Brasey.
Mis au vert dans son Lubéron natal pour des problèmes de santé, le commissaire Jean Garrigue se voit "confier " une enquête peu banale, comme consultant. Cette affaire réveille en lui de douloureux souvenirs où les cicatrices suintent encore le chagrin d'un être cher perdu.
Le petit train-train paisible de la campagne luberonnaise est bousculé par des meurtres sordides dont la violence des actes monte crescendo où sont parsemés d'étranges indices.
Fin limier, le commissaire Garrigue affine ses investigations jusqu'à remuer la fange où dans les petits villages reculés, les méfaits commis pendant l'occupation et les secrets de famille sont légion et étouffés par complaisance. Les rumeurs se murmurent, les rancoeurs sommeillent jusqu'au jour où..... la colère s'éveille.

Ressentis :
J'ai vraiment bien aimé la lecture de ce thriller doté d'une enquête énigmatique et mystérieuse bourré d'humour. L'intrigue est présente dès le départ et le suspense se Creuse crescendo au fil des pages. Elle suscite rapidement un vif intérêt, ce qui en fait un page turner.
Je suis allée de rebondissements en surprises. L'auteur sait attiser la curiosité du lecteur en instillant par-ci par-là quelques infos, mais il sème le trouble dans notre esprit. le dénouement de l'histoire n'est dévoilé uniquement qu'aux dernières pages.
Malgré l'ambiance bon enfant de l'histoire, l'atmosphère inhérente à l'enquête reste inquiétante.
Ce roman est bien écrit, la plume est agréable à lire, fluide et dynamique.
Le Commissaire Garrigue, personnalité au fort charisme et malin comme un renard, ce personnage principal, est bien pensé. Souvent accompagné par son fidèle animal de compagnie, Rosalie ou zalie pour les intimes est dès plus surprenant.
L'auteur a le soucis des détails dans ses descriptions.
L'histoire se situe dans les années 1960, pas vraiment ma génération mais j'ai pu retrouver le quotidien des villageois à cette époque, ainsi que les véhicules de ses années là.
Pour les personnes de plus de 40 ans connaissant la région des Hautes-Alpes et la région PACA, vous vous souviendrez de certains détails qui ont ponctués notre vie ou celles de nos aïeules, tels que les noms des journaux régionaux qui ont été remplacés par d'autres.
L'environnement du Lubéron est très bien exposé. J'ai eue le plaisir de me retrouver en Provence, cette région typique des chants des cigales, ses plateaux de lavandes au parfum subtil et entêtant, et, ses champs de coquelicots. J'ai vraiment apprécié les expressions et l'argot qui ont bercé mon enfance.
Les explications sur les sonnailles, autres évènements culturels et culinaires de la région sont très intéressantes et enrichissantes. Un rappel de bon souvenir.
J'espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à sa découverte.
Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Garoupe
  28 avril 2015
J'ai croisé Edouard Brasey sur les réseaux sociaux qu'il utilise à des fins de diffusion de ses écrits. J'avais même téléchargé un de ses livres sur Amazon, gratuitement. Outre le fait que j'ai beaucoup de mal avec les livres numériques, je n'avais pas accroché avec son histoire qui se passait au temps de la crucifixion de Jésus. Qu'attendre alors ou espérer de « L'affaire cabre d'or » reçu en SP ? Ben beaucoup de bien en fait.
L'histoire se déroule en 1962, en Provence, du côté de Gordes. Jean Garrigue, policier parisien, revient sur la terre de ses ancêtres en villégiature histoire de faire souffler ses poumons soumis à rude épreuve entre la cigarette et la pollution de la capitale. L'inspecteur en disposition va se retrouver mêlé à l'enquête de la PJ de Marseille appelée à la rescousse après une série de meurtres ayant commencé par l'incendie de la DS de Léon Jourdan avec un cadavre à l'intérieur… Léon Jourdan est immédiatement dans le collimateur de Jean Garrigue qui a un contentieux avec celui-ci datant de la guerre et de la mort de sa jeune femme juive dans l'incendie d'un village par la milice.
Tout tourne autour de Jean, inspecteur farfelu pour l'époque, et Léon, lavandiculteur bourru au passé plus que trouble. Jean, affublé de sa truie Rosalie qu'il a sauvée de l'abattoir, mène son enquête parallèlement à l'enquête officielle, avec toujours une longueur d'avance et, malgré quelques erreurs d'appréciations vite réparées, résoudra le mystère des crimes successifs commis sur Léon Jourdan, son entourage ou ses biens.
Edouard Brasey entremêle plusieurs intrigues : le passé trouble pendant l'Occupation de Léon Jourdan, les légendes locales et celle de la cabre d'or – héritière de la Toison d'or –, les faits et gestes de Léon sur sa progéniture, son ancienne femme, son remariage,… Il le fait plutôt habilement même si son récit manque parfois de suspens : on devine assez rapidement les rôles des unes et des autres dans cette histoire et le lecteur n'est jamais vraiment pris en flagrant délit de surprise.
Le style d'Edouard Brasey par contre est très agréable, très fluide. Les références faites au début du livre à Marcel Pagnol ou Jean Giono ne sont ni innocentes ni totalement superfétatoires : le récit d'Edouard Brasey s'inscrit ainsi plus dans une lignée de conteurs que dans une lignée polardeuse. Son récit sent d'abord bon la Provence, ses us et coutumes, ses légendes, son patois, sa terre avant que de sentir, mais de façon secondaire et en un mince fumet seulement, l'intrigue policière. Et quand bien même il y est question de serial killer, notion qui commence à émerger en France, ne vous y trompez pas, il y est question de vengeance avant tout. L'intrigue presque secondaire n'est qu'un prétexte pour se plonger dans cette atmosphère du début des années soixante qui représentent comme un tournant, comme le passage d'un témoin entre deux générations : celle qui a connu la guerre et la nouvelle, celle qui n'oublie pas et celle qui veut passer à autre chose.
En résumé : un livre qui se lit très agréablement avec une réelle atmosphère, avec une bonne intrigue même si elle n'est pas essentielle mais sert de bon fil conducteur, avec un style fluide. Une vraie bonne découverte.

Lien : http://wp.me/p2X8E2-ql
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Loley
  20 avril 2015
L'ambiance gravitant autour de Jean Garrigue est paisible, ce flic en disponibilité a dû se mettre au vert, sa santé faîte de stress parisien, de gitane maïs et tout simplement de cette profession usante a choisi le sud de la France.
Cigales, abeilles et moutons sont bien là, quoi de plus relaxant que la campagne, cette douce langueur ne va pas durer bien longtemps,
Un roman facile à suivre grâce à sa fluidité, on a l'impression d'avancer vite ce qui n'est pas désagréable.
L'histoire a un petit côté rétro, elle ne se passe pas en 2015 mais plusieurs décennies plus tôt, on peut rencontrer le paysan d'un autre temps avec son patois local, le berger vrai de vrai qui s'isole dans ses montagnes avec les bêtes pendant de nombreuses semaines mais aussi le médecin habillé comme un dandy avec son costume et son noeud papillon.
Un polar qui de développe tranquillement avec une voiture brûlée et un corps à son bord mais quand ce sont les enfants d'un lavandiculteur qui sont retrouvés étouffés dans leur lit, la tension monte d'un cran, mon attention avec et tout s'accélère.
Cette famille plus qu'étrange, d'un autre temps certes mais tout de même particulière, éveille en moi un ressentiment féroce, une révolte et l'envie d'en savoir plus est présente.
Les suspects sont passés en revue l'un après l'autre, l'enquête est réussie d'ailleurs notre cher parisien s'est permis une petite fantaisie et a choisi une truie comme animal de compagnie "Rosalie", ça change du chien policier c'est le moins que l'on puisse dire.
On va chercher au fil des pages qui se cache derrière ce monstre capable de tuer des enfants en bas âge, un bon moment de passé, le dénouement est bien trouvé, justement rien de tel qu'un tueur comme ça j'ai apprécié mais bon je ne peux en dire plus vous le comprendrez aisément...
Lien : http://leshootdeloley.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
domdu84
  26 septembre 2016
L'histoire de passe au début des années 60, en Provence, au soleil dans les lavandes et le miel, à Gordes, haut lieu touristique.
Ce sont des événements qui vont survenir dans une ferme où un cadavre est découvert dans la DS brûlée du propriétaire Léon Jourdan.
Le commissaire Garrigue natif du coin, mais parti à Paris effectuer sa carrière dans la Police, est présent sur les lieux rapidement alors, qu'il est en disponibilité pour raison de santé (sa retraite tombera dans 5 ans)
J'ai aimé cette ambiance, j'ai senti les odeurs. Les dialogues sont vrais. Les mots sont merveilleusement bien choisis. On est dans l'action, d'autant plus qu'il n'y a pas de temps mort.
C'est un livre à déguster, avec le chant des cigales.
Commenter  J’apprécie          00
Sabine57
  20 avril 2015
Toujours un soupçon de magie dans les romans d'Edouard Brasey .
Je me suis régalé , retour dans les années soixante, en Provence ou l'on peut entendre les cigales et sentir les odeurs des champs de lavande, le personnage de Garrigue m'a ouvert l'appétit et m'a fait sourire à chaque pages tournées , quelle fine gueule .
le commissaire Garrigue tout droit venu de Paris, 36 quai des orfèvres est en disponibilité suite à ses soucis de santé , mais en découvrant son premier cadavre calciné dans la DS de Jourdan, va commencer une enquête très prenante avec Rosalie sa truie et oui pas courant comme animal de compagnie mais elle a un flair de détective pour trouver des indices. .
Dur dur de bosser avec les policiers de Marseille , j'ai vraiment passé des bons moments en compagnie de tous ces personnages.
Les expressions du sud m'ont rappelé beaucoup de souvenirs des bons moments que j'ai passé là-bas.
Par contre ce Jourdan, je l'ai maudis le personnage détestable qu'on a envie de tuer , je vous en raconte pas trop non plus, après je vais gâcher votre plaisir.
Jusqu'à la dernière page des rebondissements viennent chatouiller notre palpitant , je suis resté vraiment ébahi par la conclusion de cette histoire , une belle claque.
C'est à vous de le lire maintenant , et j'espère que vous y prendrez autant de plaisir que moi .
Merci à l'auteur , pour ce merveilleux moment et j'ai hâte de retrouver ma Rosalie en forme et pas en tranches de bacon.

Lien : https://sabineremy.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
domdu84domdu84   23 septembre 2016
Garrigue se dit que, décidément, le bonheur tenait à bien peu de chose. Cet homme solitaire, vivant de presque rien, était plus heureux que la plupart de ses contemporains ayant famille, maison, voiture et frigidaire. Il admirait cette simplicité à laquelle il aurait bien aimé lui aussi prétendre.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Edouard Brasey (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edouard Brasey
Foire du livre 2016 – Terres de France Cette émission s’intitule « Terres de France », présentée par Patrick Bouthet qui reçoit : - Edouard Brasey pour son ouvrage « Le domaine des Oliviers », aux éditions Calman Lévy - Catherine École-Boivin pour sa publication « Enfuir l’hiver », aux éditions Presses de la Cité
autres livres classés : vaucluseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre