AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vanessa Rubio (Traducteur)
ISBN : 2070554015
Éditeur : Gallimard Jeunesse (15/05/2003)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 761 notes)
Résumé :
Les vacances approchent. Carmen, Tibby, Bridget et Lena s'apprêtent à ressortir le jean magique, symbole de leur amitié et témoin de leurs aventures. Cette année, l'été s'annonce bien différent... De surprises en émotions, de rires en larmes, les quatre filles vont une nouvelle fois faire l'apprentissage de la vie!

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  22 avril 2017
Bon, je n'ai pas de jean magique mais ce que je ne pensais pas pouvoir faire est tout de même arrivé (à savoir lire ce deuxième tome et les suivants) étant donné que je n'avais que le premier dans la bibliothèque dans laquelle je travaile et c'est là qu'entre en jeu, non pas un jean ou un autre vêtement mais un mari. En effet, c'est très utile d'avoir pour époux un bibliothécaire qui ne travaille ps dans le même lieu que vous. C'est lui qui m'a dégoté cette suite pour laquelle je m'étais faite une raison : ne jamais pouvoir découvrir.
Cela aurait été bien dommage car dans ce deuxième tome, deuxième été du jean magique, l'auteure nous réserve bien des surprises et beaucoup de rebondissements.
Ici, ce sont l'été des premiers vrais amours pour certaines de nos quatre amies, à savoir les inséparables Tibby, Carmen, Lena et Bridget (c'était déjà la cas dans le premier tome) à la différence qu'ici, il y a les premières réelles peines de coeur, premier grand amour qui finit souvent tragiquement, découverte de ses origines pour Bridget qui a perdu sa mère il y a quelques années, découverte de soi pour Thibby (à savoir la fille qu'elle est réellement en société mais pas celle que les autres voudraient qu'elles soit) et c'est là que le "je m'en fiche du regard des autres" entre en jeu et c'est, je dirais, l'étape la plus difficile à surmonter et ce, quel que soit l'âge que nous ayons.
Si l'amour et l'amitié sont les grands fils conducteurs, une fois de plus, dans ce deuxième tome, l'auteur arrive cependant à nous faire passer quelques petits messages en douce comme la période de deuil, l'entraide, le soutien, le fait d'en parler et l'acceptation de soi tel que l'on est et, ne serait-ce que pour tout cela, moi, je dis bravo. Je sais que je vais me répéter par rapport à ma première critique mais encore une fois, je n'ai qu'un regret : ne pas avoir découvert cet ouvrage une quinzaine d'années plus tôt mais bon, quand il s'agit d'un travail de confiance en soi, rien n'est jamais trop tard ! A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
book-en-stock
  07 juillet 2017
Cette fois c'est Léna la narratrice au début du roman. D'emblée elle nous annonce que l'été ne sera pas comme prévu et, effectivement il va réserver bien des surprises, pas toujours heureuses. On sent que les aventures de l'année précédente ont laissé des traces. Les filles ont grandi et ont abandonné peu à peu l'insouciance de l'enfance. On se demande même si le jean n'aurait pas perdu son pouvoir magique…
C'est la relation fille-mère qui va être particulièrement à l'honneur dans ce tome et pour les quatre amies. Ce sera le moment de confrontations, de mises au point, de silences puis de discussions enfin. Les personnages se caractérisent davantage, on les découvre de façon plus approfondie. Carmen s'aperçoit qu'elle aime trop fort et se piège elle-même au final. Léna apprend peu à peu à aimer et s'ouvrir mais la vie lui joue un vilain tour. Tibby part faire un stage de cinéma, se perd dans les relations humaines jusqu'à ce qu'elle comprenne certaines choses. Même Bridget n'y échappe pas, acceptant de faire face à son passé pour mieux se retrouver. Elle effectue un beau parcours, semble plus mature et posée. J'ai beaucoup apprécié ce personnage et son action.
Le style est toujours léger et agréable, très rythmé. Un très bon moment de lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Aline1102
  07 décembre 2011
Bridget, Carmen, Lena et Tibby s'apprêtent à vivre un second été avec le jean magique.
Lena et Carmen restent à Bethesda tandis que Tibby va suivre un stage de cinéma sur un campus universitaire en Virginie. Quant à Bridget, elle prévoit de se rendre incognito chez sa grand-mère maternelle, qu'elle n'a plus vu depuis de nombreuses années.
Mais voilà, nos quatre amies vont toutes vivre un été difficile, malgré le jean qui continue à passer de l'une à l'autre. Ce fameux vêtement aurait-il perdu sa magie?
Comme si les filles n'avaient pas assez de problèmes personnels, leurs mères, qui étaient très liées pendant leur propre jeunesse, semblent apparemment décidées à couper définitivement les ponts. Il faut dire que les questions indiscrètes de Lena concernant la jeunesse de sa mère, Ari, ne sont pas faites pour arranger les relations des mères de nos amies...
Entre les rapports mères-filles tendus, les contacts difficiles avec le sexe opposé et les deuils à assumer, les quatre filles vont passer l'été à se poser des questions et à de débattre.

Ce second volume de la saga de Ann Brashares n'était pas mal, sans être exceptionnel.
Tout d'abord, ceux qui connaissent le film In Her Shoes (avec Toni Collette et Cameron Diaz) vont probablement éprouver un petit sentiment de déjà-vu en lisant l'histoire de Bridget. La façon dont la jeune fille retrouve sa grand-mère ressemble furieusement à celle dont Maggie May fait connaissance avec la sienne. de même, le destin des mères de Bridget et de Maggie sont les mêmes, tout comme leurs troubles psychiatriques. Après vérification des dates de sortie respectives du livre (2003) et du film (2005), il apparaît néanmoins que c'est le scénario de In Her Shoes qui serait inspiré de l'histoire de Bridget...
Ensuite, les pans de l'histoire concernant Lena m'ont profondément agacée. Ses états d'âme amoureux et sa façon de pleurnicher sur elle-même sont absoluments écoeurants et donne l'impression d'être en train de lire une histoire à l'eau de rose.
Heureusement, Carmen et Tibby sauvent le récit. Carmen est une fois de plus confrontée à la relation amoureuse dans laquelle se lance l'un de ses parents. Mais, cette fois, il s'agit de sa mère, Christina. Et même si Carmen se conduit parfois de façon odieuse avec Christina, cette dernière, quant à elle, le cherche peut-être un peu, surtout lorsqu'elle commence à se conduire comme une ado de 14 ans...
Tibby, quant à elle, est encore une fois celle qui doit apprendre à grandir, dans tous les sens du terme. Pour ne pas perdre ses vrais amis, Tibby va devoir apprendre à ne plus se soucier de ce que les autres (en particulier certaines personnes qu'elle considère cools) pensent d'elle.
Ce second opus est aussi concentré sur les mères des quatre héroïnes. On entend beaucoup parler de leur ancienne amitié, de leur vie actuelle et de ma manière dont leurs filles les jugent. Et là, franchement, le récit part un peu en pagaille, puisque les mères se conduisent de manière étrange. La manière dont Carmen et Lena se mêlent de la vie amoureuse de leur mère, même si elle est partiellement justifiée dans le cas de Carmen, semble à la limite du surréalisme. Surtout quand la mère de Lena décide tout d'un coup de confier ses chagrins d'amour passés à sa fille! Cette tendance à considérer sa mère comme une amie plutôt que comme une mère me semble légèrement déplacée (sans doute parce que je n'ai pas été élevée de cette façon). La tendance "on se dit tout" entre mère et fille me fait d'ailleurs le même effet.
Par contre, les nombreuses anecdotes concernant la mère de Bridget, Marly, étaient émouvantes et intéressantes. Elles permettent de mieux connaître une femme qui ne participe pas autrement au récit que comme souvenir et, également, de mieux comprendre la personnalité de Bridget, qui donne un peu l'impression d'être hyperactive ou bipolaire (c'était justement le problème de sa mère).
Finalement, donc, se sont surtout les personnages secondaires, plus développés et parfois absents (Marly, Bailey), qui donnent de la profondeur au récit. Parmi ceux-ci, j'ai surtout apprécié Brian, un ami de Tibby, et Greta, la grand-mère de Bridget.

Espérons que ces nouveaux personnages reviennent dans les prochains volumes!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Joana
  10 décembre 2010
Carmen reste à Washington et passe un mauvais été avec sa mère. Sa mère tombe amoureuse et Carmen veut tout faire pour que sa mère rompe avec David (l'amant de sa mère). Sa mère Christina, n'est pas assez présente avec elle et c'est pour cela qu'elle veut être méchante avec sa mère. Avant l'arrivée de Krista (la fille de sa belle-mère) Christina rompt avec David. Krista arrive chez Carmen suite à une dispute avec Lydia (sa mère). Quelques jours plus tard Lydia et al (le père de Carmen) viennent la chercher pour se réconcilier avec elle et Krista accepte et ils repartent chez eux.
Carmen et sa mère se réconcilie à leur tour, quand Carmen avoue avoir effacer un message de David.
Carmen trouve un travaille, garder les petits frères de Lena, quel boulot !
Carmen essai de "restaurer" la situation, en s'excusant au près de David, et lui avoue tout ce qu'elle a fait.
Quant à Tibby, elle part en Virginie suivre un stage de cinéma. Elle doit tourner un film et décide d'en tourner un sur sa mère, comme sa mère n'est pas beaucoup disponible avec elle, elle décide de faire un film sur sa mère.
Tibby rencontre Brian, Alex et Cora et devient amie avec eux. Une grande amitié se noue entre Brian et Tibby. Mais le jour de la diffusion de son film arrive, Brian est en colère contre Tibby, car elle a tourné un film très méchant contre sa mère et sa mère par malheur vient assister à la séance, Tibby panique, sa mère voit le film et s'en va. Tibby est en colère contre elle-même, car elle ne pensait pas que sa mère allait venir assister à la séance.
Un grand concours se prépare et Tibby décide de changer le film et elle en fait un sur les personnes qu'elle à interviewer l'été précédent. Les souvenirs vont la rattraper, mais elle résiste.
Birdget décide d'aller voir sa grand-mère, Greta, pour le faire, elle joue le rôle d'une adolescente qui cherche à se faire de l'argent pour l'été, et Greta lui trouve un boulot ; ranger son grenier pour en faire une chambre. Bridget se mets au travaille et elle trouve des vieilles affaires à sa mère. Grâce à Greta elle en a apprit un peu plus sur sa mère et son enfance. Son père ne voulant pas la laisser aller voir sa grand-mère elle ne la connait pas beaucoup. Voici donc un été de souvenir qui est ouvert devant elle. Elle se remet même un peu au foot en rencontrant une équipe de foot. Elle fait même un match, et elle gagne avec son équipe en plus elle jouait avec le jean magique.
Bridget avoue qui elle est à sa grand-mère, c'est un bon moment de vrai retrouvailles.
Lena, reste à Washington, elle aussi. Elle trouve un travaille dans un magasin de mode, qui lui permet de gagner de l'argent.
Kostos lui prépare une visite surprise et ils retombent tout deux amoureux. Kostos l'a pardonné et la comprend. Kostos la revoit pour la première fois dans sa chambre en sous-vêtement. Mais Kostos doit retourner en Grèce, à la suite d'un accident. Suite à l'accident, Kostos ne veut plus rester avec Lena...
Pour Lena le jean magique lui a porté bonheur, vu qu'elle l'avait quand elle a revu Kostos.
L'accident, est la mort de son grand-père...
Un été se termine avec une rencontre pour ce raconter leurs vacances.
Je n'ai vraiment pas été déçue par ce tome. J'ai préféré l'histoire de Carmen dans ce tome, car je me suis sentie proche d'elle. Lena est mon personnage préféré, car dans le tome 1 elle est avec Kostos et après elle casse, car ils sont trop éloignés. L'histoire de Bridget est plus intéresante dans ce tome, celle de Tibby de même. Puis dans ce tome, c'est Kostos qui rompt. Vont-ils redevenir amoureux ? Quant aux autres personnages ils ont encore apportés du bonheur dans ce roman, et de l'amour de tous les cotés. Un mot pour qualifier ce livre : MAGNIFIQUE
Je conseille vivement ce roman aux adolescentes.

Lien : http://lecturesdejoana.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
linabdl
  17 novembre 2012
Tout comme le premier tome, j'ai déjà lu celui-ci il y a quelques années. Il ne me restait que quelques souvenirs assez flous, mais je me souvenais bien d'une chose : j'avais adoré cette suite, et ce fût encore le cas ! J'adore la couverture, qui met en scène l'évolution du jean, c'est une très bonne idée.
Nous retrouvons donc Bridget, Carmen, Tibby et Lena pour un second été. J'avoue que j'avais peur de m'ennuyer car je pensais qu'Ann Brashares allait faire du réchauffage, en se répétant, en écrivant la même histoire... Eh bien non ! Je n'ai pas été déçue du tout.
Contrairement au premier tome, il y a dans celui-ci plusieurs intrigues, une certaine part de mystère qu'Ann Brashares exprime avec justesse, sans en faire trop. Ce sont toujours les émotions et les sentiments qui sont mit au premier plan, sans pour autant que ça paraisse niais ou cul cul la praline.
Les quatre filles sont toujours aussi attachantes, même si j'ai toujours une petite préférence pour Lena, c'est celle à qui je m'identifie le plus, elle me touche énormément.
Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu aussi, j'ai aimé découvrir les parents de Lena, la grand-mère de Bridget...
Le style d'Ann Brashares est toujours aussi agréable à lire, il est rythmé, plein d'émotions, bref, j'adore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
M-Morgane-AM-Morgane-A   07 septembre 2013
-Je crois que je l'ai perdue, déclara-t-elle solennellement.
-Quoi? fit Tibby en levant la tête de ses bagages.
-Moi. Je crois que j'ai perdu l'ancienne Bee.
[...]
-Quand je repense à la fille que j'étais, elle me semble tellement loin...Elle marchait toujours vite, moi je traîne les pieds. Elle se couchait tard et se lever tôt, moi je passe mon temps à dormir. J'ai l'impression que si elle continue à s'éloigner, je ne pourrais plus jamais la retrouver.
-Et... tu as envie de la retrouver?
Cette année, Bee avait tout fait pour changer radicalement. Et Tibby avait une petite idée sur ses motivations. Faute de pouvoir fuir ses problèmes, Bee avait mis en place un système de protection ultra perfectionné. Tibby savait ce que c'était de perdre quelqu'un qu'on aimait. Elle savait aussi à quel point il était tentant d'abandonner cette partie de soi qui faisait souffrir, de se débarrasser de sa tristesse, de son bonheur dévasté comme d'un vieux pull trop petit.
-Si j'en ai envie?
Bee soupesait chaque mot avec attention.
-Oui, je crois.
Les larmes innondèrent ses yeux, collant en paquets ses cils blonds, Tibby sentait sa vue s'embrumer.
-Alors, il faut que tu la retrouves, déclara-t-elle la gorge serrée.
Bee deplia l'un de ses bras et le laissa là, ouvert, la paume tournée vers le plafond. Sans même réfléchir Tibby se leva pour lui prendre la main. Alors son amie posa sa tête sur son épaule et elle sentit ses cheveux et ses larmes lui chatouillait la clavicule.
-C'est pour ça que je pars, avoua Bee.
Plus tard, quand Tibby se retrouva seule, elle se compara à elle. Elle n'était pas aussi destructrice, ni aussi radicale. Les grands mélodrames, ce n'était pas son truc. Elle préférait fuir ses fantômes, sans bruit et sans éclats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SlaySlay   05 septembre 2010
- Je t'aime. Je t'aimerai toujours, affirma-t-il.
Exactement les mêmes mots que quelques semaines auparavant, sur le trottoir, devant chez elle.
La première fois, c'était une promesse de bonheur. Aujourd'hui, c'était une malédiction.
Elle se retourna et partit en courant
Commenter  J’apprécie          160
SlaySlay   27 juillet 2012
Ils ne parlaient pas. Au rythme de sa respiration, elle savait qu’il ne dormait pas encore. Elle avait la gorge serrée.
Au début, quand elle l’avait connu, il y avait de longs moments de silence complet entre eux. Parfois, Brian parlait de Bailey. C’était toujours très dur pour Tibby. Finalement, elle lui avait demandé d’arrêter. Elle avait dit que, lorsqu’ils seraient ensemble qu’ils se tairaient, ils sauraient tous les deux à qui ils pensaient.
Ce soir-là, dans cette petite chambre de campus, ils savaient tous les deux à qui ils pensaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
linabdllinabdl   17 octobre 2012
Le fameux coup de fil post premier rendez-vous. Si le mec rappelle dans les trois jours, c'est que vous lui plaisez. S'il attend une semaine, c'est qu'il n'avait rien de mieux à faire et qu'il a tenté sa chance par désespoir. S'il ne rappelle pas, bon, ben, c'est clair.
Commenter  J’apprécie          100
linabdllinabdl   20 octobre 2012
- Je crois que j'ai cette maladie là... quand on a le cœur qui gonfle.
- Eh bien, moi, je trouve qu'il vaut mieux avoir un cœur gonflé qu'un cœur ratatiné.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Ann Brashares (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Brashares
Books Alive! Ann Brashares
autres livres classés : amitiéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quatre filles et un jean

A qui appartient le jean à l'origine?

Carmen
Tibby
Bridget
Lena

6 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : Quatre filles et un jean, Tome 1 : Le premier été de Ann BrasharesCréer un quiz sur ce livre
. .