AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253061465
447 pages
Le Livre de Poche (01/10/1992)
3.96/5   24 notes
Résumé :
1925 est devenu le symbole des « années folles », période d'entre-deux-guerres tourbillonnante et ivre de liberté. Cette année-là, Robert Brasillach, âgé de seize ans et demi, arrive à Paris pour préparer le concours d'entrée à l’École normale supérieure, mais la Bourgogne d'où il vient et son Midi natal restent longtemps les pôles réels de son existence.
L'accoutumance s'établit, bien sûr. Le lycée, l'école ensuite sont les ports d'attache d'où il part explo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LesLecturesDeRudy
  08 mai 2021
Dans ce récit autobiographique Brasillach au contraire de Rebatet ne met pas nécessairement le fascisme et son antisémitisme en avant . Il y fait quelques allusions mais cela ne suinte pas la haine que l'on retrouvera plus tard dans ses articles de presse écrits sous l'occupation.
On le suit donc de la fin de son adolescence jusqu'au début de sa vie d'homme . Il y est beaucoup question d'art , de littérature et de cinéma . On découvre le Paris bourgeois de l'entre-deux guerres . Brasillach avait comme Rebatet dont il parle un peu dans son récit un énorme talent d'écrivain qu'un idéal dévoyé a envoyé au tapis .
Certes le style est parfois grandiloquent et un peu démodé mais on ne s'ennuie guère à la lecture de ce récit.
Une lecture nécessaire pour mieux appréhender l'esprit de l'époque et essayer de comprendre les motivations de ces gens qui ont vu dans le fascisme un avenir pour leur pays .
Commenter  J’apprécie          30
Vellave43
  14 janvier 2020
Un témoignage particulièrement intéressant de cette période où, finalement, se sont construit intellectuellement et politiquement tous ceux qui ont participé à la collaboration. Et c'est avec ce genre de livre qu'on s'aperçoit que cette construction est ce qu'il y a de plus ordinaire, même chez les gens les mieux éduqués, les plus intelligents et les plus érudits.
Commenter  J’apprécie          50
VRossignol
  10 août 2016
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Nostradamus27Nostradamus27   10 janvier 2021
La mémoire extraordinaire de Jacques Talagrand lui permettait de répliquer aux interrogations les plus baroques. Il connaissait la couleur de la robe d’un président à mortier sous Louis XV, et si on lui demandait: “Qui a éteint quoi?”, il savait qu’il s’agissait de l’extinction du feu sacré par Théodose en 496. On prétendait qu’il était même capable de répondre à la question “Qu’arriva-t-il ensuite?

(il s'agit de l'écrivain Thierry Maulnier)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
SepoSepo   22 avril 2014
Au mois de juin, lorsqu'il m'arrive de traverser le Luxembourg, je regarde toujours les jeunes gens et les jeunes filles assis sur sur les chaises de fer, sous les statues des reines de pierre. Nous avons été pareils à eux, nous avons traîné, par les journées tièdes, nos cahiers d'histoire sous les arbres, nous avons travaillés en plein air, amollis soudain par une bouffée d'air parfumé, deviant les enfants autour du bassin, les voiliers, les marchands de coco. Il nous fallait trois , quatre chaises. Nous nous ruinions.Il nous nos arrivait même d'y dormir à poings fermés, au scandale des gardes municipaux, écrasés par le travail plus que par la chaleur. Mais c'était la jeunesse, la jeunesse irréparable, et les visages ronds et purs, et la buée de la jeunesse autour de nos traits, et toutes les querelles du temps, toutes les curiosités du passé, qui se dissolvaient sous les arbres verts et les statues grises. Je ne passais jamais en ces lieux enchantés, au long des grosses baluepstrades, sans me rappeler ces rares après-midi où nous fuyions la classe pour un peu d'air, de liberté et d'étude.p.24
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
moraviamoravia   27 septembre 2020
Ainsi était définitivement ruiné, autour de nous, cet univers de papier et de nuages auxquels nos aînés avaient cru. Cela aurait été un autre songe, sans doute, que d'applaudir bruyamment à l'intrusion têtue de la réalité dans les apparences : elle n'avait rien d'aimable, certes, mais elle était la réalité, voilà tout. Elle surgissait, comme le gros globe allongé du soleil qui jaillit de la mer, brusque et furieux. Et tout était oublié des brumes de l'aube, et devant l'astre naissant, il fallait bien admettre que beaucoup de peuples, beaucoup d'hommes à travers la planète, le reconnaissaient comme lumineux et brûlant, et ne voulaient plus entendre parler de ce qui avait précédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeBoutLeBout   01 septembre 2022
Nous avions, en 1925, entre seize et vingt ans, jamais plus. Nous étions peut-être la dernière génération à avoir conservé quelques souvenirs directs de la guerre. Après nous, la guerre, ce serait de l’histoire. Pour nous, même pour ceux qui avaient passé leur enfance dans des provinces éloignées et tranquilles, c’étaient quelques visions de notre propre vie, c’était quelque chose de puéril, sans doute, mais de lié à une tragédie vivante : nous avions connu les permissions, certains les nuits d’alerte, d’autres les évacuations, les longs défilés de charrettes dans les campagnes détrempées, la sirène dans l’ombre noire, les blessés dans les rues de la convalescence, les deuils. Nous étions les derniers contemporains de la guerre, et nous n’avions pas, pour la plupart, de souvenirs plus anciens qu’elle-même. […] C’était le premier spectacle sur lequel avaient pu s’ouvrir nos yeux, et c’est pour cela, peut-être, qu’à tant d’entre nous la paix a paru pendant vingt ans quelque chose de précaire, toujours menacé, à tant d’entre nous qui ont atteint ou dépassé de peu leur trentaine aux environs de 1939.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Robert Brasillach (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Brasillach
Gilles ANTONOWICZ, Isorni, les procès historiques. Déjà en librairie. Pour en savoir plus : https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452333/isorni
Jacques Isorni incarne la Défense dans son expression la plus noble : la défense politique. Avocat des communistes sous l'Occupation, de Brasillach et de Pétain à la Libération, des nationalistes tunisiens avant de devenir celui des soldats perdus de l'Algérie Française, sa place est en toutes circonstances « du côté des prisonniers ». Témoin privilégié des chocs et des tragédies qui ont traversé la France, il nous invite à jeter un regard nuancé sur notre histoire contemporaine, avec l'oeil de la défense, une place où l'on cherche à comprendre les mobiles qui font agir les hommes…
+ Lire la suite
autres livres classés : engagementVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1363 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre