AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757865757
Éditeur : Points (13/04/2017)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur
Un homme vit cloîtré dans une bibliothèque insolite qui accueille jour et nuit des manuscrits refusés par les éditeurs. Un jour, une femme sublime vient lui confier son livre. Elle raconte l'histoire de son corps, cette " horrible chose " qu'elle ne supporte plus. Entre le bibliothécaire farfelu et cette étrange créature, une histoire d'amour est née, et les ennuis commencent.

Biographie de l'auteur
Né en 1935 ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
thirdlake
  18 août 2012
Un homme vit jour et nuit pour son travail . Il reçoit les manuscrits que personne ne veut éditer .Certainss de ces livres parlent de culture des fleurs à la lueur des bougies dans unechambre d'hotle sans fenêtres ,de dieu et de chaine stéréo ,des enfants apportent des livres sur leur vélo ou les coquelicots. Ce bibliothécaire les classes tous avec conscience et amour.
Un jour une très belle jeune femme lui amène un livre sur son corps qu'elle ne supporte plus tellement elle se sent harcelé par les regards et allusions des hommes. Ils tomberont immédiatement amoureux ,il lui apprendra à aimer son corps et de cet amour germera une petite graine dans le ventre de la jeune femme. Mais il décideront d'avorter.
Mais franchement l'histoire on s'en fout un peu ,chez Richard Brautigan elle n'est que le pretexte pour nous montrer l'importance qu'ont les moindre petits détails de la vie dans de ce couple mal assortit .
.Comme chez Steinbeck la tendresse est partout présente et les personnages et leur vie un peu absurde sont tout de suite attachants. Et ce qui nous frappe le plus c'est sa capacité a créer des images en quelques mots .
D'une histoire au départ sordide Brautigan nous écrits grâce a son style si particulier fait de mini digressions un conte emplie de poésie ,d'humour ,mélancolique et joyeux a la fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
nounours36
  08 novembre 2014
Le narrateur est un bibliothécaire, un bibliothécaire particulier : il fait l'ouverture à neuf heures du matin et la fermeture à neuf heures du soir, mais reste également sur place vingt-quatre heures par jour et sept jours par semaine. Cette bibliothèque est spéciale car personne ne vient emprunter de livre, mais seulement en déposer. le narrateur garde ce sanctuaire : "Cela fait des heures que je suis assis ce bureau, le regard perdu parmi les rayons obscurs où s'alignent les livres. J'aime leur présence, le poids de leur présence, et l'honneur qu'ils font au bois des étagères". Une cloche en argent est disponible aux écrivains qui vienne faire un don de leur 'oeuvre', un enfant avec ses coloriages, un adolescent ou une personne âgée. Tous sont reçu avec courtoisie, comme si leur don était la chose la plus précieuse au monde. le narrateur partage sa vie avec les livres et une très belle jeune fille nommée Vida qui va lui apporter un livre, et lui conter ses appréhensions. Elle va bouleverser sa vie....

Richard Brautigan est un poète des mots, on retrouve de la douceur et délicatesse dans son récit. Sa narration quelquefois loufoque est des plus plaisante. Pour un premier livre de Brautigan que je lis j'ai été emporté dans le récit qui est débordant de tendresse, surtout dans la première partie. Seul regret la fin m'a laissé sur ma 'faim' car j'aurais voulu en savoir un plus sur ces deux héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Eleusis
  09 juin 2015
Ce court roman commence dans une bibliothèque d'un genre particulier. Ses horaires officiels pourraient être ceux de n'importe quelle bibliothèque, mais le héros y vit et ouvre la porte quand sonne la petite clochette installée à l'entrée. Il ne faudrait surtout pas manquer l'arrivée d'un livre. Sa bibliothèque a pour mission de recueillir les manuscrits oubliés, tous les refusés des maisons d'édition, des petits livres des enfants aux mémoires raturées des grand-mères. Il inscrit titre, nom de l'auteur et un bref résumé dans un grand registre puis invite l'auteur à déposer lui-même son livre, là où il veut. Personne ne le lira de toute façon. Lui, en tant que bibliothécaire, a reçu le plus doucement et le plus aimablement possible l'auteur, qui s'est senti important. Son travail a été reconnu. Il peut repartir dans la vie, écrire autre chose ou laisser tout cela derrière lui. C'est à la fois doux et triste, cette bibliothèque où l'on archive avec tant de soin les bizarres et les illisibles, mais où personne ne lit jamais personne. L'auteur s'amuse un instant à faire la liste des derniers livres reçus, des recettes de Dostoïevski à la culture des fleurs à la lueur des bougies dans une chambre d'hôtel.
Un soir, c'est une magnifique jeune femme qui fait tinter la sonnette. Elle vient y déposer un livre, où elle crache toute la haine de son corps, parce qu'elle a l'impression qu'il n'est pas à elle. Elle et le bibliothécaire tombent amoureux, et, au vu du titre, je pense ne pas vous gâcher l'intrigue en vous révélant qu'elle tombe bientôt enceinte. le roman conte alors leur voyage jusqu'au Mexique pour pratiquer un avortement. Lorsqu'ils reviendront au seuil de l'étrange bibliothèque, pourtant, plus rien ne sera jamais pareil…
Brautigan m'a fait prendre conscience de beaucoup de mes limites. C'est devenu aujourd'hui un de mes auteurs préférés et je me trouve souvent incapable d'en parler, d'expliquer pourquoi. Je vois dans ses textes une poésie très particulière, qui se cache entre le dénuement et les erratiques digressions des phrases, entre les rêveries du personnage — un peu toujours le même, perdu, décalé, solitaire — et le quotidien qui s'y invite. L'art de Brautigan, c'est le surgissement de la vie de tous les jours dans un esprit qui rêve — et l'inverse. Déchiffrer exactement ce qu'il veut dire me semble impossible et, peut-être même non souhaitable. Peu importe. Il crée une vibration au monde, affute notre regard, et nous rend plus sensibles à la beauté des choses qu'habituellement on ignore. Voyant la belle jeune femme faire du café, le narrateur s'attarde et rêvasse : « C'est étrange comme les choses simples de la vie continuent simplement tandis que nous, nous compliquons. »
Richard Brautigan est, je crois, devenu un de mes auteurs préférés. Et je l'explique à peine. C'est devenu une sorte de repère, quelqu'un que je retourne lire de temps en temps. Par chance, il me reste plein de titres à découvrir, mais je les savoure au compte goutte : j'ai l'impression de moins les apprécier lorsque je les enchaîne car, l'habitude venant, je perds la mesure de ce qui lui est propre. Retourner vers lui après diverses pérégrinations littéraires, en revanche, c'est comme retrouver un ami de longue date, dont la conversation vous fait du bien. Je ne saurai donc trop vous inviter à plonger dans son oeuvre si particulière.
Lien : https://gnossiennes.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
marion_b
  17 juillet 2013
C'est la seconde fois que je lis Brautigan. J'ai tellement aimé le premier que j'avais une légère appréhension. Je voulais pas être déçue.
J'ai pas eu besoin d'attendre longtemps pour être totalement rassurée; Ce type là me fait un effet boeuf, il m'embarque directement dans son monde. Peu importe l'histoire, il la saupoudre de poésie, tapisse les parois de ma cervelle avec des mots souvent simples et des tournures qui n'appartiennent qu'a lui. Et puis il me laisse là, refermant son livre, chancelante et illuminée.
Commenter  J’apprécie          140
JIEMDE
  08 juillet 2018
Première incursion très attendue chez Brautigan mais impression mitigée...
J'aime cette littérature du quotidien, du petit rien, où l'histoire passe finalement au second plan pour laisser le lecteur se focaliser sur les personnages : le bibliothécaire à la mission chevillée au corps et à l'âme ; Vida et son corps aussi sublime qu'encombrant ; et Foster, homme des cavernes des temps modernes.
Mais les effluves subtiles et doucereuses du conte et de la métaphore ont souvent tendance à glisser sur moi assez rapidement. Ce qui fut le cas ici.
L'avortement : Une histoire romanesque en 1966 n'était peut-être pas le bon point d'entrée dans une oeuvre qui m'attire pourtant ?
Cap donc sur un 2e opus pour vérifier cela.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   09 décembre 2014
......Peut-être qu'il avait eu une mère très belle et qu'il n'avait pas su comment prendre la chose et c'est cela qui l'avait poussé à prendre l'habit et maintenant, de voir à nouveau toute cette beauté dans Vida, c'était pour lui comme tourbillonner à la renverse dans les miroirs du passé.
Commenter  J’apprécie          100
wellibus2wellibus2   07 décembre 2014
Au début, quand j'ai connu Vida, elle s'était, en naissant, tromper de corps et elle osait à peine regarder les gens. Elle aurait voulu ramper sous terre et se cacher très loin de cette chose où elle était enfermée.
Commenter  J’apprécie          130
PenelopePenelope   17 août 2008
Je ne sais pas ou est votre mère et franchement, pour reprendre le mot célèbre de Clark Gable dans Autant en emporte le vent, "je m'en contrefous".
Quoi! Traiter ma mère de Clark Gable! Là, elle a essayé de me taper dessus.
Commenter  J’apprécie          90
PenelopePenelope   09 août 2008
"Le livre de cuisine de Dostoïevski", de James Falcon. L'auteur a dit que son livre était un recueil des recettes de cuisine qu'il a trouvées en lisant les œuvres complètes de Dostoïevski. "J'ai goûté à tous les plats dont le grand romancier russe nous donne la recette au fil de son œuvre. Et il faut bien reconnaître que certains sont excellents."
Commenter  J’apprécie          40
Alice_Alice_   05 novembre 2018
Ce n'était pas non plus elle-même qu'elle regardait. Je ne sais pas ce qu'elle regardait, mais elle regardait avec beaucoup d'intensité. Je crois que ce qu'elle regardait se trouvait à l'intérieur d'elle-même et c'était une chose dont elle seule distinguait le contour.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Richard Brautigan (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Brautigan
Le choix de Mathias Malzieu : « C'est tout ce que j'ai à déclarer » de Richard Brautigan
autres livres classés : hippiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14963 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..