AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782755697292
306 pages
Hugo Publishing (16/06/2022)
3.69/5   112 notes
Résumé :
Douglas Warwick, le shérif de Notchbridge, est accusé de viol. Son jeune adjoint Taylor se retrouve à devoir enquêter sur son propre chef. Inexpérimenté, il demande à Blansky, l’ancien shérif aujourd’hui propriétaire du journal local, et à Dempsey, célèbre auteur de romans policiers, de l’aider. Mais aucun d’eux ne pouvait imaginer la terrible machination que cachent les accusations contre Warwick. Ni que tout le monde allait y laisser quelque chose de précieux : sa... >Voir plus
Que lire après Le cas ChakkamukVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 112 notes
Encore un Roy Braverman qui démarre sur les chapeaux de roue ! Pour nous mettre dans l'ambiance, c'est un mort qui nous donne son avis au début de chaque chapitre. Ensuite, deux soeurs sexy déchaînent les passions de tous les hommes du coin. L'une, Brenda, dont le mari riche écrivain vient d'être porté disparu ; L'autre, Laureen, qui est la femme du shérif. Ces deux derniers vont héberger la supposée veuve éplorée, mais cette cohabitation est un véritable jeu de dupes, où chaque marionnette croit être le marionnettiste mais où chaque manipulateur pourrait bien être en réalité manipulé. Bientôt, la belle-soeur du shérif l'accuse de viol, et son adjoint n'a d'autre choix que de l'arrêter… Jusqu'à ce qu'un nouveau cadavre dans le congélo relance la partie de cluedo. Alors, un auteur de romans policiers, un ancien shérif devenu journaliste, un « collecteur de dette », et une agente spéciale du FBI endettée, rien que ça, s'allient tant bien que mal pour mener ces enquêtes « intimement » liées, au sens propre. le pouvoir, l'amour, l'argent : ces trois grands mobiles de meurtres s'entremêlent dans le dernier thriller de Roy Braverman, alias Ian Manook ou encore Patrick Manoukian… bien décidé à jouer avec son lecteur et avec ses nerfs !


Je me souviens que l'un de ses précédents romans, Freeman, nous plongeait immédiatement dans une tempête et, le moins qu'on puisse dire, c'est que ça secouait ! Ici l'auteur confirme son sens du rythme, nous emportant dans une danse effrénée bien que macabre. Chaque pas de plus dans ce thriller envoie valser les apparences en même temps que votre foi en l'être humain. Mais là où j'ai su que ça allait de nouveau swinguer, c'est quand j'ai vu l'Arménien débarquer dans l'histoire ! Ce fameux « collectionneur de dettes », rencontré dans les précédents opus, apporte la touche d'humour grâce à ses fines réparties, sous ses airs faussement naïfs. Cela dit, nul besoin d'avoir lu précédemment les autres romans de Roy Braverman pour comprendre celui-ci, qui constitue bien une histoire indépendante.


Du fait de tous ces éléments, des personnages distrayants et de courts chapitres, les pages s'enchainent très vite et on ne veut plus s'arrêter. A chaque chapitre, un nouvel indice nous fait échafauder une nouvelle hypothèse et renverse les précédentes. On croit comprendre, mais chaque personnage nous balade comme il balade les autres, au premier rang desquels le pauvre adjoint du shérif… Les introductions de chapitre par le mort sont délicieuses : On essaye de décoder les indices qu'il nous donne, et puis l'auteur s'en sert pour jouer et interagir avec son lecteur, se livrer aussi. le corps des chapitres nous fait chercher avidement tous les indices que ne verraient pas les enquêteurs. Enfin la conclusion de chaque chapitre nous fait élaborer une nouvelle thèse, que nous éliminerons à la suivante. Une chose est sûr, dans cet opus construit comme un jeu de piste, Roy Braverman est bien décidé à s'amuser, et nous passe le message via l'au-delà :


« Il y a toujours quelque chose de personnel dans les situations inutiles qu'un auteur glisse dans ses romans ». « Peut-être n'est-ce là que pour vous tromper. Pour détourner votre attention d'un autre indice important. Allez savoir ? Moi-même, qui suis pourtant l'un de ses personnages, je ne suis pas vraiment sûr… »


Même si j'ai trouvé les personnages moins attachants que dans Freeman, j'ai passé un bon moment de lecture enlevé et ludique (maintenant que tout le monde sait ce que ça veut dire^^) sous ses airs de roman américain écrit par un français. Un grand merci à Babélio mais aussi aux éditions HUGO pour ce bon moment de détente, et pour leur petit mot dans ce gentil cadeau. Et merci, à l'auteur qui semble s'être bien amusé à écrire son scénario sans plan, tout en discutant avec ses lecteurs.
Commenter  J’apprécie          6539
Jubilatoire !!!
Chaos, dérives, inversions et aversions des sexes.
Deux soeurs perverses et manipulatrices.
Deux agentes du FBI plutôt masculines.
Un shérif piégé.
Un Arménien aux nombreuses qualités et à la grande bienveillance.
Ô joie ! Dempsey et Blanski sont de retour. La hache de guerre enterrée depuis le super « Pasakukoo », ils travaillent pour le même journal.
Tout commence avec la disparition d'un auteur et les drôles d'idées de deux soeurs. Beaucoup de personnages gravitent autour des principaux protagonaistes.
C'est une enquête avec de nombreux renversements de situations, un excellent polar pour l'été. JE VOUS LE RECOMMANDE.
Roy Braverman est instruit, vous saurez tout sur le barbecue et ses origines.
L'auteur est moqueur, les travers et débordements de mouvements comme : #metoo et #Blacklifematters ne lui échappent pas.
L'auteur s'intéresse à la société, si dans le précédent roman les femmes étaient faibles et à la merci des hommes. Dans celui-ci, nous oscillons entre promotion canapé et harpies de premier ordre, les hommes quant à eux sont prudents, sur la défensive. (Le trait est caricatural).
L'auteur se moque des forces de l'ordre, que les lois, l'opinion publique et les réseaux sociaux affaiblissent de plus en plus.
L'auteur a de solides références, je n'en citerai qu'une mais il y en a d'autres : «Les Blues Brothers ».
L'auteur a le don de la répartie dans ses dialogues, j'ai bien ri.
Pour en finir ce furent d'excellentes retrouvailles avec Blanski , Dempsey et le lac.
Si l'auteur a remercié tout le monde et même les arbres pour le papier sauf les lecteurs (il attend de voir l'accueil des lecteurs) pour ma part c'est un très grand MERCI.
Merci à Hugo thriller
#LecasChakkamuk#NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          6815
Quand Babelio m'a proposé cette MC privilégiée, je n'ai pas hésité une seconde. Un nouveau roman de Roy Braverman, reprenant certains personnages et le cadre du précédent "Pasakukoo" cela ne pouvait m'échapper.

Une disparition mystérieuse, un shérif accusé de viol par sa femme et sa belle-soeur, un cadavre dans un congélateur, un autre à moitié enterré, beaucoup d'éléments auxquels vont être confrontés de nombreux enquêteurs, entre l'adjoint au shérif, les deux policières du FBI, l'ancien shérif devenu journaliste et l'écrivain tous deux personnages clés déjà du précédent opus. Tout cela nous entraine dans une enquête rythmée par des chapitres courts et de nombreux rebondissements. On ne s'ennuie pas une seconde.

Et pourtant, le plaisir de ce livre pour moi n'est pas dans l'énigme policière, quoique machiavélique, ni dans l'ambiance moins prenante que dans Freeman, par exemple, mais bien dans les personnages et l'humour, notamment la façon, dont l'auteur joue avec son lecteur, faisant parler en début de chaque chapitre un personnage: qui est-il ? Nous ne le savons pas, il va mourir, c'est la seule certitude. Ces apartés sont un vrai jeu, dans lequel l'auteur manie à la perfection l'auto-dérision et réussit aussi à se moquer de certaines tares actuelles des réseaux sociaux (wokisme, appropriation, ...) Ces quelques lignes m'ont souvent fait sourire, voire éclater de rire.
Et cerise sur le cadeau, en ce qui concerne l'humour, j'ai assisté avec un grand plaisir au retour de l'arménien, personnage dont l'humour m'avait déjà séduite dans Freeman. L'arménien est collecteur de dettes (pas chasseur de primes) et il va se joindre à tous les personnages, ajoutant son grain de sel dans une enquête qui nous mène de surprises en surprises.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Hugo pour ce beau cadeau. Une lecture parfaite pour ce début d'été où le Covid a rendu mes lecture plus intermittentes.
Commenter  J’apprécie          6223
# le cas Chakkamuk ou la ronde des plaisirs à Rhode Island

C'est un farceur l'auteur
chaque été,
il va nous en tuer 1
d'écrivain
à Rhode Island (ni vu ni connu)


Ingrédients: humour, plaisirs divers et variés,
du grimper aux rideaux et petite culotte rouge
à la table de resto en passant par les intermèdes musicaux (roots)
et pas de plan pour écrire un roman (comment fait-il?)


Sur une estrade ou le ponton d'un lodge reconstruit,
Roy Braverman se fait orateur (plaisirs de la chaire)
et nous dévoile quelques unes de ses pensées diverses et variées
Jour 1, comme une envie de fredonner la chanson, je vais m'abstenir (*)
par le biais d'une voix mystérieuse et morte, un personnage secondaire
(cette fois-ci, ce n'est pas un écrivain, comme dans le précédent opus, quoique, Jour X, chuutttt Sam ! à 13h00, c'est précis pour ceux qui l'ont lu)
qui nous parle de ses amours passionnelles (avec Brenda),
de recettes pour écrire un polar, d'écologie, de racisme, etc.
=> certains risquent de s'y perdre, on peut les sauter (je parle des en-têtes de chapitre, pas des 2 soeurs, quoique, m'enfin, y a des lupanars pour ça)


C'est un farceur l'Arménien
collecteur de dettes
évitez de le qualifier de chasseur de primes, il insiste sur ce point
en fin limier, à l'humour sagace "quand on te donne, tu prends. quand on te prend, tu cries " Bon sang, mais c'est bien sûr !
c'est lui qui donnera la clé de l'énigme
- et puis il est généreux avec les amoureux, qualité que j'apprécie -


L'histoire, j'allais presque oublier d'en parler.
Dempsey s'est remis de ses mésaventures de l'année dernière au Lac Pasakukoo et en est revenu fameusement décoincé (un écrivain vivant)
Blanksi a rangé son insigne (Babelio ? une idée du pourquoi ?) et est devenu patron de journal (il a toujours bon appétit au Kate Diner's)
Tous les deux sont réconciliés, restés froissés pour des draps, quelle idée!


Un nouveau shérif règne à Nochtbridge, un certain Doug. Pas pour très longtemps, il se fait rapidement accuser de viol par deux soeurs, Brenda et Laureen. L'une est sa femme, l'autre, sa belle-soeur, dans le désordre. Mais qu'est-ce qui leur prend à ces deux-là ?


C'est son jeune adjoint Taylor qui doit se coller à l'affaire et démêler le sac de noeuds. Cela risque de lui porter la poisse, le pauvre. D'autant plus, qu'en remuant la vase, va remonter à la surface le cas Ross, le mari écrivain de Brenda, disparition volontaire ou meurtre (vous suivez toujours ?)


Quand cela devient fédéral, un duo féminin du FBI prend la relève, avec la belle endettée Namata et l'inflexible Willow. Cela va se compliquer encore plus, surtout que l'amour (OUR) s'emmêle


Comme dirait Mardirossian, vous n'avez plus qu'à lire le roman pour avoir le fin mot de l'histoire et puis réfléchir à qui profite le crime. C'est simple, comme dans la vie, il y a toujours 2 mobiles, enfin 2 moteurs selon l'auteur: le sexe et l'argent. Voilà qui est dit.


Merci à Babelio, à Hugo et à Pato
- C'est pas tout ça, je vais aller le découvrir en duo avec Gérard - depuis que je fréquente ce site, on ne se quitte plus Patrick et moi (c'est de l'humour !)
- en attendant la parution de l'oiseau bleu, volume deux


Ingrédient principal: humour (*)
Jour 1
Amour numéro 1
C'est l'amour suprême
Dis-moi que tu m'aimes
Je veux un jour numéro deux
Une suite à l'hôtel
Supplément mortel (Louane reprise par les Enfoirés)

Jour 12 - direction Palm Springs, la Californie ?
(après mûre réflexion, vu le prix des billets et la durée du voyage -----)

Jour 16 - rentrée de ma copie, tous partis en holidays, c'est ballot (Polnaref f)

Commenter  J’apprécie          4524
Travailler à Notchbridge n'est pas de tout repos pour les autorités locales...

Après une disparition inquiétante, des accusations de viol portées à l'encontre du shérif du coin et les considérations venant de l'au-delà d'un mort, le jeune adjoint Taylor ne va plus savoir où donner de la tête ! Et ce n'est pas l'arrivée du FBI, de l'ancien shérif et d'un "collecteur de dettes" qui vont arranger les choses.

En ouvrant "le cas Chakkamuk" j'ai découvert une affaire intéressante aux personnages aux personnalités très atypiques, voire machiavéliques, mais malheureusement je n'ai pas réussi à rester concentré dans l'histoire, peut-être à cause de la fatigue. Pourtant, l'enquête se révèle passionnante car la manipulation est le maître-mot et que la relation entre les deux personnages principaux apporte un certain comique de situation agréable à lire.

Même si le cas Chakkamuk peut se lire indépendamment, je pense que c'est un plus d'avoir lu les autres romans de l'auteur car nous retrouvons ici des personnages récurrents que l'on est content de retrouver.

Je tiens à remercier les Éditions Hugo Thriller et Netgalley France pour m'avoir permis de lire le dernier roman de Roy Braverman, l'écrivain aux nombreux pseudonymes, qui nous offre ici un ouvrage où la manipulation et la machination sont de mise...
Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Le cabriolet jaune de Dempsey avait eu bien du mal à parcourir les deux cent mètres de chemin forestier, du lotissement jusqu'à Chakkamuk Lake. L'agent Daimler, dans sa fureur a réussi à y enquiller deux voitures du FBI, la voiture de McFly, trois autres voitures de patrouille, un véhicule de la police scientifique, deux ambulances et deux véhicules de première intervention des pompiers, et à les jeter pêle-mêle tout autour de l'étang asséché dans le vacarme silencieux et frénétique des gyrophares.
Commenter  J’apprécie          270
_ Fermez-la, Wilkinson, et appelez plutôt votre connard de procureur général qui relâche les suspects sans vous prévenir.
_ Et que voulez-vous que j'y fasse ?
_ Couchez un peu plus avec lui, il vous considèrera peut-être mieux.
La gifle de Wilkinson siffle et claque comme un fouet.
Celle de Daimler fait vaciller l'assistante.
Commenter  J’apprécie          193
Si on en croit Dempsey, il n’existe que deux sortes de littérature noire. Les romans policiers dans lesquels un enquêteur officiel, flic ou privé, cherche à élucider un crime et dans lesquels la narration suit la procédure, de telle sorte que le lecteur n’en sait jamais plus que le héros.

Et puis les romans noirs, dont l’enquête est menée par n’importe qui et dont la narration se libère de la procédure, faisant que l’auteur peut donner au lecteur plus d’information que n’en connaît l’enquêteur, pour la bonne raison que le but du roman noir n’est pas seulement d’élucider le crime, mais d’exposer les conditions sociales, politiques et économiques qui l’ont rendu possible.

Et puis il y a le thriller qui, selon Dempsey toujours, n’est pas un troisième genre, mais juste une technique de narration qui prend toutes les libertés. Comme celle de faire apparaître à n’importe quel moment des personnages inattendus.
Commenter  J’apprécie          60
_ Dempsey, j'ai un lit à baldaquin, une coiffeuse à l'anglaise et des cadres à dorure ! s'offusque Blanski quand ils se retrouvent pour le dîner.
_ j'espère bien ! Laissez-vous aller Blanksi, laissez s'exprimer sans honte votre part de féminité.
_ Féminité mon cul, oui ! bougonne l'ancien shérif._ Blanksi, vous baignez dans l'histoire ici, le Quechee est une auberge depuis 1793 !
_ Je comprends mieux les baldaquins. J'espère qu'ils ont changé la literie depuis...
Commenter  J’apprécie          102
_ Je n'ai rien lu de vous, dit Deborah Wilkinson comme si elle parlait d'autre chose.
_ Tant mieux, répond Dempsey, ça m'évitera une énième ritournelle de compliments.'est assez prétentieux
_ C'est assez prétentieux comme réponse.
_ C'était assez provocant comme entrée en matière.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Roy Braverman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roy Braverman
PV d'audition : Roy Braverman pour Manhattan Sunset À l'occasion de la parution, le 4 février, du nouveau roman de Roy Braverman aux éditions Hugo Thriller, le studio Alibi vous propose un premier épisode inédit de son "PV d'audition".
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (241) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}