AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782369816102
96 pages
Rue de Sèvres (14/02/2018)
3.83/5   62 notes
Résumé :
Comment expliquer les inégalités entre les hommes et les femmes ? Tout en humour et en s'appuyant sur des faits historiques et chronologiques, Soledad Bravi et Dorothée Werner, journaliste grand reporter au ELLE remontent jusqu'à l'apparition des premiers humains pour trouver les origines de ce déséquilibre. Elles nous expliquent les causes de cette inégalité, pourquoi elle a perduré au fil des siècles et persiste encore aujourd'hui et quelles injustices en découlen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 62 notes
5
12 avis
4
11 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

Ziliz
  06 août 2018
Rappel en accéléré et en dessins amusants de la condition féminine en Occident à travers les époques.
L'auteur nous propose des sauts dans le temps : de la femme préhistorique qui doit s'abstenir de chasser à cause de son odeur de sang, aux Femen contestataires, en passant par les béguines du Moyen Age (dont j'ignorais le statut laïc), Olympe de Gouges, George Sand, et j'en passe...
Utile pour se repérer dans l'Histoire, et pour constater comment les hommes utilisent la religion pour asseoir la suprématie masculine.
Absolument indispensable, aussi, pour prendre conscience que les progrès ne sont jamais acquis - les exemples de retours en arrière sur certains droits abondent. Soyez vigilantes, jeunes filles/femmes !
A compléter avec 'Le problème avec les Femmes' (Jacky Fleming) si on veut s'indigner en restant dans ce registre d'humour et de légèreté.
Mais aussi avec l'album très complet 'Sex Story' (Philippe Brenot et Laetitia Coryn) car la condition et la sexualité des femmes s'inscrivent dans un contexte social, dont les hommes peuvent être victimes, eux aussi (masturbation, homosexualité...).
Et avec les biographies de 'grandes femmes' en BD (Pénélope Bagieu, 'Culottées', 2 tomes à ce jour).
Parfait pour les ados qui, épuisé(e)s par le brevet, le bac, ou autre... ont la flemme de lire 'beaucoup' de texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Bazart
  04 mars 2018
Violences, disparités salariales, persistances culturelles : à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes qui aura lieu jeudi prochain il est temps lors de notre billet BD du jour de s'interroger sur la question essentielle sur le sujet : Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ?
Cela tombe bien c'est justement le titre d'un album qui vient de paraitre aux formidables éditions Rue de Sèvres et qui nous a récemment enchanté :
Vous vous êtes déjà demandés pourquoi depuis la nuit des temps et partout sur la planète, les femmes n'ont jamais été traitées de manière égale aux hommes ? Pour répondre à cette question, cette bande dessinée remonte aux origines des inégalités entre les hommes et les femmes soulignant avec humour toute l'absurdité de cette situation.
Expliquer pour repartir sur des bases plus justes, c'est l'idée à la fois simple et fondamentale, de cette chronologie dessinée.
Cet album fait preuve de beaucoup de profondeur et intelligence pour décrire en BD l'évolution des droits des femmes, de la préhistoire à nos jours, et évoque les raisons du déséquilibre.
Saviez vous par exemple pour reprendre juste quelques idées traitées dans la BD que jusqu'en 1875 les hommes pensaient qu'il était l'unique responsable de la création d'un enfant ? Que tous les textes de loi et tous les textes religieux ont été pensés et écrits par des hommes posant un regard uniquement masculin sur la société ? Ou bien encore qu'au Moyen Age les filles étaient promises à un homme dès l'âge de 7 ans, qu'elles étaient majeures à 13 ans et mariées entre 13 et 17 ans ?
Cet album est formidable car c'est tout à la fois histoire des inégalités hommes et femmes et histoire de l'évolution des droits des femmes (avec des femmes qui ont oeuvré pour que les choses changent).
Bref , il serait véritablement épatant que tous les collégiens et collégiennes et même bien sur tous les lycéens et lycéennes se plongent dans cet 'album est aussi accessible que ludique qui traite d'un sujet qui reste hélas cruellement d'actualité..

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Noctenbule
  13 avril 2022
Le titre a été très justement trouvé puisque l'on entend souvent : pourquoi y a t'il des inégalités entre les hommes et les femmes? Quelle réponse vraiment donner. En 2022, nous constatons que le gouvernement fait encore des lois pour respecter à minima les droits de l'homme. Mais bon faire des lois pour ne jamais les faire appliquer, on appelle cela de la communication. Il faut inciter les entreprises à jouer le jeu et l'état ne fait pas figure d'exemplarité. Car c'est un consensus des hommes de pouvoir qui a limité toujours plus la liberté des femmes afin qu'elle reste des esclaves à domicile docile. Par chance, il y a toujours des femmes qui se sont battues pour acquérir des droits jusqu'à avoir une journée pour souligner les écarts toujours trop flagrants. La discrimination ordinaire ne doit jamais être acceptée. Dorothée Werner a choisi de prouver les choses à travers à une démarche chronologique. Une façon assez pratique pour montrer les évolutions/stagnations/régressions. Toutefois, il aurait été bien d'avoir plus de dates, de nom de lois, de références scientifiques... afin d'asseoir la vraisemblance des évènements. Et cela aurait pu être aussi bien dans le contenu que dans un dossier complémentaire, une bibliographie. Ces éléments aurait permis de faire moins un ouvrage féministe écrit et illustré par des nanas pour des nanas. Pour des lecteurs septiques cela reste une interprétation et non des faits. Surtout que par exemple, on sait qu'à la Préhistoire la femme participait à la chasse des gros animaux et s'occupaient souvent des petits animaux comme les lapins. C'est étrange de marquer que la femme restait dans la grotte pendant ces règles et donc c'était les hommes qui allaient à la chasse. Toutes les femmes n'ont pas leur règle en même temps et on ne sait pas vraiment comment les femmes géraient leurs menstrues. Il y a aussi quelques biais. Soledad Bravi reste fidèle à son univers très connu où elle va à l'essentiel avec un graphisme tout en rondeur et chaleureux. Au final, on passe un bon moment qui permet de faire prendre conscience que rien n'est jamais acquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marieemmy
  25 août 2018
Soledad Bravi et Dorothée Werner décident de raconter ici l'évolution du droit des femmes depuis la naissance du monde afin de trouver (ou tenter de trouver) des explications aux nombreuses différences ayant existées et existantes encore.
Je suis juriste au sein d'une association luttant contre le sexisme, les stéréotypes et les inégalités en tout genre, donc cette BD était pour moi!
J'ai adoré le coup de crayon et l'angle sous lequel le sujet est traité. Je connais très bien le sujet, mais malgré tout, j'ai appris qlq petites choses. J'ai adoré cette transcription de l'évolution des droits qui a commencé il y a bien longtemps (et heureusement!) mais cette BD montre que les acquis sont fragiles et que du chemin reste à parcourir afin de gommer toutes les inégalités qui persistent.
J'ai adoré cette BD qu'il faudrait mettre au programme des collèges et je pense que je vais en parler à ma direction générale afin que la connaissance de cet ouvrage soit partagée et déployée. Une BD plus qu'intéressante, pertinente et actuelle. Bravo aux 2 auteures!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
misstoupin29
  14 mars 2021
C'est une bande dessiné qui très bien faite.
Grâce ce document j'ai appris pleins de chose telles que:
-Journée internationale des droits des femmes est célébré depuis 1982 en France:
-1850 Chaque commune est tenu d'avoir une école pour les filles
-1875 que l'on découvre que le spermatozoide a besoin de rencontré un ovule pour creer un ovule
-Comment se passait la chasse au sorcière
-1924 Les filles bénéfice du même enseignement que les hommes
-1986 Féminisation des noms de métiers
-2002 Distribution gratuite de la pilule du lendemain au mineur dans les pharmacie
il y a aussi de très jolie portraits comme celui de Marie Gouges (Olympe de Gouges) Aurore Dupin (George Sand )
Il y a à la fin le constat des chiffres malgré tout ces combats et ces luttes. Cette bande dessiné sera à agrémenter dans les années futures car il y aura encore d'autres choses à écrire sur ce sujet et croisons les doigts pour que cela soit des choses heureuses pour tous.
Pour c'est un livre à faire partager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (3)
BDGest   20 mars 2018
Le récapitulatif proposé par les deux scénaristes sur l’histoire du deuxième sexe n’est pas inintéressant, mais il demeure beaucoup trop sommaire. Un sujet aussi important que les droits de nos mères, nos sœurs, et surtout nos filles, mérite mieux.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   12 mars 2018
L'objectif principal est atteint : faire réagir et réfléchir sur ce sujet afin de voir les mentalités évoluer. Il y a encore du travail et il ne tient qu’à nous de nous atteler à la tâche…

Lire la critique sur le site : Sceneario
Bedeo   16 février 2018
Petit précis de la préhistoire à nos jours, sur la condition des femmes dans le monde, mis en dessin par Soledad Bravi avec la collaboration de Dorothée Werner.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZilizZiliz   06 août 2018
■ Le cas particulier des béguines.
La guerre de Cent Ans [1337-1453] laisse beaucoup de veuves.
Pour ne pas se faire voler ou violer en restant seules chez elles, elles vont dans des couvents appartenant à la communauté laïque* et étudient les textes religieux, mais ne font pas de voeux perpétuels d'obéissance, de pauvreté et de chasteté.
Ces béguines sont autonomes, elles vivent d'aumônes, du salaire des soins médicaux qu'elles dispensent aux gens, ou du travail du textile.
Elles encouragent la liberté sexuelle et n'admettent pas l'autorité de l'homme sur la femme.
L'Eglise n'aime pas se faire déposséder des aumônes, elle pense que ces femmes perturbent les moines, qui ont fait voeu de chasteté, et les détournent de la prière, et que ces béguines détiennent trop de libertés.
L'idée qu'une femme puisse s'émanciper va à l'encontre de la morale.
Celles qui refusent d'entrer dans un ordre religieux sont jugées et finissent brûlées vives au bûcher.

* indépendant de tout ordre religieux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   12 août 2018
■ La chasse aux sorcières [ XVe - XVIIe siècles ]
Les villageois croient que ces femmes sorcières sont responsables de leurs problèmes, de la misère, de la pauvreté, des mauvaises récoltes et des tempêtes.
Toutes ces rumeurs conduisent les femmes devant les tribunaux. Les rousses, celles qui ont du savoir, les vieilles (à partir de 28 ans) et celles qui rouspètent trop.
Même les règles, considérées jusque-là comme un signe de fécondité, deviennent une preuve de malédiction. On décide que les femmes qui souffrent de règles très douloureuses sont habitées par le démon.
Accusées de sorcellerie, elles sont exilées, assassinées ou brûlées.*
Petit test pour prouver qu'une femme est une sorcière : mettre la femme soupçonnée nue, lui attacher les mains et les pieds, la jeter à l'eau**.
Si elle flotte, c'est une sorcière ! On la sort de l'eau et on la brûle.
Si elle coule et se noie, c'est qu'elle est innocente (mais elle est morte).

* 100 000 mortes
** préalablement bénie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
ZilizZiliz   07 août 2018
■ Le code civil de Napoléon, XIXe siècle.
Napoléon décide de collecter toutes les lois qui régissent les relations sociales, celles de la famille et celles des biens des habitants d'une même ville.
Le statut des femmes connaît un net recul : le mariage les prive des droits civiques. Comme les enfants. Comme les malades mentaux.
Le mariage se fait sous le consentement du père :
- le fils jusqu'à 25 ans
- la fille à vie.
La femme mariée passe de la tutelle du père à celle du mari.
Elle doit obéissance à son époux.
La femme et son corps sont la propriété de l'homme.
[...]
(p. 46-47)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Pixie-FlorePixie-Flore   02 septembre 2018
L'homme pensait que grâce à son sperme, il était l'unique responsable de la création d'un enfant. La femme n'étant utile à ses yeux que pour accueillir ses graines. La science n'a prouvé qu'en 1875 que le spermatozoïde a besoin de rencontrer un ovule pour créer un oeuf, et vice versa. Et pendant très longtemps, l'homme va abuser de cette ignorance.
[...]
Du coup, TOUS les textes de lois et les textes religieux ont été pensés et écrits par des hommes portant un regard uniquement masculin sur notre société.

[p13-15]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   02 septembre 2018
2007 Ségolène Royal est la première femme à atteindre le 2e tour de l'élection présidentielle et à avoir une vraie chance de gagner.
Laurent Fabius : Qui va garder les enfants ?
DSK : elle ferait mieux de réviser ses fiches de cuisine

[p80]
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Soledad Bravi (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Soledad Bravi
Avez vous lu les classiques de la littérature 4
autres livres classés : sexismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17857 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre