AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253070498
448 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (31/05/2017)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Mathilde, Alice, Lucie et Eva ont traversé les tempêtes de l'année scolaire écoulée avec courage et passion. De leur côté, Christophe, Max, Jacques, Fred, Vincent et Adrien ont fait leur mue, subi ou décidé de grands changements qui ont bouleversé leur vie. Finalement, tous semblent avoir recouvré un équilibre professionnel et amoureux. Les vacances tombent à point, elles viendront fermer la parenthèse de la crise que notre petite bande de pré-quarantenaires a dû af... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  02 juin 2018
Les devoirs de vacances ou la fin de cette trilogie consacrée à une bande de quarantenaires parisiens , qui se concentre autour de l'amitié de quatre jeunes femmes et leurs "pièces rapportées".
"La Cour des grandes" nous présentait le point de vue féminin sur les relations de couple, l'éducation des enfants et la difficile mission de faire tout rentrer dans une journée (métro/boulot/dodo avec le mari/ éducation des enfants/intendance de la maison) . Certaines couples explosaient, des conjoints allaient voir ailleurs, leurs moitiés en prenaient "plein la gueule" ...
Dans" Les jeux de garçons", Adéle Bréau (en ethnologue ), nous montrait l'autre facette, le point de vue de ces hommes, leurs attentes, leurs doutes, leurs exaspérations, leurs envie de changements… J'arrivais même à compatir, les "pôvres" !
Dans" Devoirs de vacances", c'est bon, tout a été réajusté ( nouveaux couples) , l'amitié perdure et les voici prêts à partir en vacances. Encore une fois, c'est féroce et tendre, mais la magie (pour moi…) a moins opéré.
Sans doute, que la direction prise par certain(e)s m'a déplue…
J'ai été agacée par d'infinis mais nombreux détails …
j'ai été agacée par exemple par le personnage d' Eva en nouvelle jeune maman de quarante ans , qui veut emporter la terre entière en affaires de bébé parce qu'elle part en vacances et qu'elle se demande s'il va y avoir des pharmacies à proximité de leur lieu de location, en Bretagne pour pouvoir y acheter des couches . Non, mais Allo quoi ! Les supermarchés ouverts 7 jours sur 7 , elle connait pas Adéle Bréau ? Cette vision de la province à l'heure paléolithique , a le don de m'agacer ...
J'ai été agacée aussi par la relation qui se noue entre la mère d'un des personnages masculins et un des ex conjoints de la bande d'amis. La coïncidence est lourde, d'autant que l'auteure la répète , et la soeur d'un des nouveaux conjoints part avec un des ex...
Mathilde qui est la droiture même pendant deux tomes, devient une Bridget Jones qui picole et oublie tout ce qu'elle a pu faire , c'est trop facile d'oublier le caractère d'un personnage quand ça arrange au niveau du scénario.
La multitude des personnages fait que l'auteur balaie leur avenir de façon un peu trop superficielle. Je n'aime pas ce qu'ils deviennent (à part la rencontre de Mathilde ). Oui, Mathilde est le seul personnage que j'aime dans ce tome 3.
Alors voilà, je suis déçue d'être un peu déçue mais les deux premiers tomes étaient tellement parfaits… cela reste malgré ces infimes détails, une trilogie pleine de vie, moderne, énergique et féroce qui dépeint une bande de joyeux quarantenaires bobos parisiens comme nulle autre pareille .
( NB : mais j'en veux tout de même à Adéle Bréau pour avoir encore une fois, terminé sur un point d'interrogation, ça devrait être interdit de faire des choses pareilles, non mais !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Sanguine
  01 septembre 2017
Il y a des livres dont on crève d'envie de découvrir le contenu. du coup, une fois en notre possession il est presque impossible de se retenir et on se jette dessus comme une possédée. C'est le sort que j'ai réservé au tome 3 de la série de Adèle Bréau. J'avais découvert le premier opus grâce à une lecture commune du Ourprettybooksclub et depuis, j'avais une envie folle de connaitre l'épilogue.
Mathilde, Alice, Lucie et Eva ont traversé les tempêtes de l'année écoulée avec courage et passion. de leur côté, Christophe, Max, Jacques, Frex, Vincent et Adrien ont fait leur mue, décidé ou subi de grands changements qui ont bouleversé leur vie. Les vacances tombent à point, et pourtant... Alors que tous se réjouissent de ces congés ensoleillés partagés dans une immense bâtisse bretonne, la mort subite de l'un d'entre eux va bousculer le bel équilibre retrouvé.
On retrouve notre bande de personnages avec grand plaisir mais je dois dire que le début de ce troisième tome m'a surpris et m'a un peu embêté. le livre précédent se terminait sur un suspens de folie, je voulais absolument en savoir plus tout de suite et l'auteure (qui semble être un brin sadique avec ses lecteurs) décide plutôt de nous emmener quelques mois avant cette nouvelle perturbante. Nous remontons donc un peu dans le temps et au final, c'est une bonne idée car les révélations nous permettent de combler les trous qui restaient dans l'histoire.
On finit tout de même par en apprendre plus sur cette fameuse nouvelle et j'ai été un peu perturbée même si elle ne concerne pas forcément un de mes personnages favoris. Il est tellement difficile de ne pas s'attacher à chacun d'entre eux ! C'est bien simple, j'avais l'impression que des potes me racontaient leurs vacances, leurs amours et leurs péripéties quotidiennes. Je suis vraiment triste de tous les quitter. Tout le récit se tient, pas d'incohérence, pas d'événements farfelus qui nous font lever les yeux au ciel. Ca pourrait être le quotidien de n'importe qui, on est proche de tout ce petit monde et c'est ce qui rend cette série de livres hyper touchante et attachante.
La plume de l'auteure est très agréable, c'est d'une fluidité extrême. Ce que j'aime par dessus tout, ce sont les dialogues. Ils sont parfaits, ni trop ni trop peu et ils donnent de l'épaisseur au récit. Ils sont très vivants, ça rythme parfaitement le roman qui, malgré ses 480 pages, se dévore littéralement. Je n'ai pas vu passer les pages et je me suis retrouvée toute penaude à l'épilogue. Je n'avais pas du tout envie que ça se termine. En plus, j'avais trouvé le tome 2 un peu en-dessous, un peu ennuyeux par moments alors que là, c'est reparti sur les chapeaux de roue et j'en aurai aimé encore plus.
C'est une lecture parfaite pour une fin d'été et je ne peux que vous encourager à découvrir cette trilogie dont on parle bien trop peu à mon goût. Si vous avez envie de partager les aventures de jeunes quarantenaires (ça change un peu des mômes du young adult), si vous envie de lire un bouquin pétillant, drôle mais aussi teinté de nostalgie et de profondeur, ce livre est pour vous à coup sûr.
N'hésitez pas à venir rencontrer Christophe, Lucie, leurs enfants et leurs amis ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Vudemeslunettes
  12 septembre 2016
J'attendais avec impatience ce troisième et dernier tome des aventures écrites par Adèle Bréau. Car l'an dernier j'avais dévoré « La cour des grandes », puis aimé « Les jeux de garçons » qui m'avait laissé sur une fin, mais une fin ! J'avais donc très très hâte de me plonger dans le troisième « épisode » de cette « saga amicale ».
Le début m'a semblé long. Car dans «Les jeux de garçons », Adèle Bréau nous avait laissé sur un rebondissement d'envergure, qui présageait un été assez sombre. J'attendais donc ce moment. Mais les premiers chapitres ont été consacrés à « l'avant-drame ».
On retrouve donc tous les personnages que l'on avait suivi dans les premiers tomes : Mathilde, Alice, Lucie, Eva. Ainsi que leurs maris, ex-maris, conjoins, amants respectifs et j'en passe ^^. A ce moment là, j'ai eu un peu de mal. Une difficulté à me souvenir de qui était qui, qui était avec qui, qui avait été avec qui, qui n'était plus avec qui … Beaucoup de personnages donc et beaucoup de relations.
Autant j'avais enchainé les 2 premiers tomes, ce qui ne m'avait pas posé de soucis vu que les souvenirs étaient frais dans ma tête, autant reprendre la lecture un an plus tard m'a perturbée. Et tout au long du roman, j'ai eu du mal à re-situer les personnages et donc à entrer dans le livre, l'histoire et à ressentir cette sympathie que j'avais éprouvée l'an dernier pour les personnes.
De plus, le premier tome était écrit du point de vue des femmes. le second du point de vue des hommes. Dans ce troisième tome, tous les points de vue se mélangent. Ce qui pourrait être positif, mais qui au final, de mon côté a desservi la compréhension et la fluidité de l'histoire.
Les thèmes sont toujours bien traités : les amours, l'amitié, les relations tendues entre les ex, les enfants, la difficulté du quotidien, le deuil aussi, la vie qui passe, la vie qui change … Autant de thèmes qui se chevauchent et s'entremêlent comme dans nos vies actuelles. Tout cela dans un contexte « estival » qui rend malgré tout les décisions et les actes plus légers, du moins en apparence.
J'ai cependant eu un petit sentiment de « pas assez » ou de « trop fouilli ». Vu qu'il y a de nombreux personnages, on passe parfois à côté d'événements ou de sentiments qui auraient pu être approfondis. de même que, pour certains événements, j'attendais une réponse qui n'est pas venue, comme si elle s'était perdue dans la multitude de situations vécues.
« Les devoirs de vacances » met un point final à la trilogie écrite par Adèle Bréau. On a découvert des femmes, des hommes. On a vécu avec eux. On a ri avec eux. Tremblé. Sourit. Aimé. Eté attendri. On a eu peur aussi. Et on les a vu changer. Grandir. Evoluer. Oser. S'ouvrir à la vie. S'ouvrir à eux même. Une trilogie qui évoque avec pertinence les envies et besoins d'une bande d'amis, femmes et hommes, dans la tourmente d'un quotidien bien difficile à gérer.
Lien : http://vudemeslunettes.fr/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SLGDesYeuxPourLire
  13 septembre 2016
Les devoirs de vacances est le point final de la série La cour des grandes d'Adèle Bréau.
On y retrouve la bande de copains quarantenaires, croquée par une plume définitivement talentueuse. le décès inattendu d'un des personnages va venir tout bousculer.
La bande d'amis se débat au milieu d'éléments caractéristiques de notre époque. le ton est moderne très inspiré de ce qui nous entoure : histoires d'amour, carrières, mamans débordées, divorce, séparation, crise de la quarantaine…
On ne s'ennuie pas un instant au contact de cette attachante petite bande d'amis. Et puis, on en est au troisième volet de la série, on les connait bien, ce sont presque nos amis, ils feraient presque partie de notre quotidien finalement. Bref, tenue en haleine jusqu'au bout par Adèle Bréau, j'ai dévoré cette histoire avec ses rebondissements, ses émotions, ses éclats de rire, ses larmes de chagrin…
Beaucoup de densité donc pour mon plus grand plaisir !
Ah oui ! Dernière petite chose : à mon avis, l'ordre de sortie des romans importe assez peu, je veux dire par là qu'il est tout à fait possible de commencer par ce dernier tome pour remonter dans le temps en lisant ensuite les deux premiers, afin de découvrir le passé des personnages. Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ahmesnefer
  03 janvier 2017
J'ai adoré le premier tome "La cour des grandes", un peu moins le second, je l'avoue, et j'attendais avec impatience le dernier et même si j'ai été heureuse de retrouver des personnages dont je me sens proche et qui me touchent, ce roman n'a pas comblé toutes mes attentes. Il y a des incohérences dans le récit, par exemple au moment de l'annonce du décès de l'un des personnages, les enfants de Mathilde sont en Bretagne avec leur mère, quelques pages plus loin on les voit dans le Sud de la France avec leur père. Puis j'ai trouvé certaines situations un peu "faciles", certes le monde est petit mais que la mère d'un des personnages masculins se case avec l'ex-mari d'une des filles, qu'elle croise par hasard dans un bar, ça paraît un peu "gros" surtout quand la soeur du même personnage se met à son tour en ménage avec l'ex-amant d'une autre fille, là on a vraiment dû mal à y croire. Après cela ne m'a pas empêchée de dévorer les pages tellement j'avais hâte d'arriver à la fin et de savoir ce qu'il allait advenir de tout ce beau monde. J'ai quand même passé un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   01 juin 2018
Cette célébrité-là, celle qui l'empêchait désormais de flâner en toute quiétude dans Paris aux heures creuses de la journée, de se perdre, seule, dans une salle de musée ou de cinéma, d'errer sans maquillage et en baskets, tout cela lui était désormais interdit. Partout, on la dévisageait , on lui jetait des coups d'œil qui se voulaient discrets, on chuchotait sur son passage des " si si, c'est elle, j'en suis sûr, mais non, tu vois bien qu'elle est beaucoup plus vieille " pour les moins délicats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   01 juin 2018
Je croyais que c'était la mode des vieux prénoms moches , chez les bobos.
- Mais, on n'est pas des bobos , enfin !
- Ah oui ? Et c'est quoi, alors, un bobo ? Ariane, je porte des chemises en jean à quarante ans, des baskets vintage, mes gosses ont des fringues aussi chères que les miennes et tu t'habilles en salopette pour aller bruncher le samedi midi. Si c'est pas être bobo, ça !
Commenter  J’apprécie          161
iris29iris29   01 juin 2018
- Je crois que j'ai rêvé que je devenais Beyoncé, avait alors répondu avec sérieux la fillette ,(…)
Les gens chantaient ma musique, et moi j'avais de jolies tenues à paillettes, et des cheveux trop beaux qui bougeaient dans le vent. Tout le monde m'adorait. Et là, je me suis réveillée, trop déçue.
Commenter  J’apprécie          100
AlineeAlinee   01 août 2016
Mathilde connaissait ces moments, qu'elle exécrait parmi tous. Ceux où le couple se fissure, où l'on doit se dire les choses, décider de faire céder la jolie façade et gratter dessous pour vérifier si les fondations sont assez solides pour soutenir l'édifice où s'il vaut mieux abandonner.
Commenter  J’apprécie          20
AlineeAlinee   01 août 2016
C'est le monde qui nous entoure qui est fou, qui nous enferme tous dans des rôles que l'on s'impose trop jeune, sans plus s'interroger sur ce qu'on désire vraiment.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Adèle Bréau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adèle Bréau
L'odeur De La Colle En Pot
autres livres classés : vacancesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Chick lit vous a-t-elle séduit?

Que signifie le terme de "chick lit" ?

littérature de jeunettes
littérature de femmelettes
littérature de poulettes
littérature de belettes

12 questions
144 lecteurs ont répondu
Thèmes : chick litCréer un quiz sur ce livre

.. ..