AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Friedrich Hölderlin (Adaptateur) Sophocle (Antécédent bibliographique)Maurice Regnaut (Traducteur)
EAN : 9782851814524
84 pages
Éditeur : L'Arche (01/03/2000)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Antigone face à Créon. Dans la tragédie de Sophocle, le conflit entre le souverain de Thèbes et la fille d’Œdipe mène inévitablement à la destruction. Les deux protagonistes de la famille des Labdacides campent implacablement sur leurs positions. Hegel y voyait l’incarnation du tragique : le défenseur de la raison d’État contre la protectrice de la dignité familiale, deux causes ayant les mêmes droits s’affrontent avec force et se détruisent. De retour d’exil en 194... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
JacobBenayoune
  18 octobre 2013
Parmi les versions d'Antigone, à mon avis, celle de Brecht est la plus proche de nous, celle qui explique le plus notre condition actuelle, et la condition de ces pays qui agonisent sous la tyrannie, de ces peuples tiraillés entre le choix de la révolte et celui de l'endurance passive. Elle se lit d'un seul trait.
Commenter  J’apprécie          150
BurjBabil
  24 mars 2020
Antigone tout le monde ou presque connaît ou en a entendu parler. Personnellement, je découvre cette version germanique, ayant eu envie après ma précédente lecture d'interroger le concept de tragédie. J'avais encore en tête la version de jean Anouilh, plus que l'original de Sophocle.
C'est donc en comparant ces deux versions bien nettes dans mon esprit que je vais commenter brièvement ce livre.
Rien à voir.
Ici, le personnage central est Créon, l'homme d'état. Certains le trouvent "dictatorial", personnellement je préfère le qualifier de pragmatique. Efficace comme on le dirait de nos jours. Il dirige Thèbes d'une main de fer pour son bien selon ses critères : enrichissement grâce à l'asservissement des cités voisines. Brecht ne dénonce pas Créon pour Créon, il pose la question de l'exercice du pouvoir temporel. Simplement, là où Anouilh décrivait un Créon presque victime de sa fonction, Brecht lui fait endosser pleinement le rôle, avec volontarisme.
Le Créon d'Anouilh veut sauver Antigone malgré elle, celui ci n'en a cure, elle doit mourir pour l'avoir défié.
En creux seulement se pose la figure de la résistance des architectes puis victimes de ce système qui tourne finalement à la tragédie. Ses fils, les Anciens cupides, Antigone et Ismène bien sûr.
C'est très beau et fait réfléchir comme seule la littérature sait le faire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DavidGiacoma
  07 août 2014
Le mythe d'Antigone raconté par la célèbre pièce de théâtre de Sophocle est sans doute l'un des plus célèbres de l'Antiquité grecque et de la civilisation européenne. La version de Bertolt Brecht insiste sur la violence de la dictature et sur les faiblesses des dirigeants totalitaires qui conduisent des peuples entiers à leur perte et agissent pour des motifs personnels. Brecht qui a lui même vécu les persécutions nazies à s'en exiler aux États-Unis utilise l'histoire contée par le dramaturge grec pour souligner les aberrations et l'oppression du pouvoir dictatorial et l'on peut lire en toile de fond une critique très net de l'Allemagne des années 1930 à 1945. Cette pièce est très intéressante, et très bien écrite, il elle amène à réfléchir sur la notion de pouvoir et de décision. Malgré le titre "Antigone", c'est bien Créon et son comportement dictatorial qui est au coeur de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          40
oiseaulire
  23 février 2019
Ouf ! quelle gifle ! quelle trouvaille que ce dialogue entre les deux soeurs en préambule ! Ismène et Antigone, quelles héroïnes ! Que de nuances, de suggestions dans une langue (traduite bien sûr) claire, aisée, forte. Antigone : une reine. Créon, l'autocrate, dominé tout du long par une femme devant l'assemblée des Anciens consternée ; un chef qui supplie presque ses victimes de fléchir, un politicien médiocre, un chef de guerre sanguinaire et calamiteux.
Commenter  J’apprécie          62
Aliceinwonderland
  15 septembre 2013
Très proche de celle de Sophocle, elle retranscrit bien l'esprit de l'époque. On retrouve un Créon terrible et une Antigone entêtée... Une réécriture très belle!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JacobBenayouneJacobBenayoune   20 octobre 2013
J’ai enfreint ton décret

Parce qu’il était le tien, celui d’un mortel.

Un mortel peut l’enfreindre,

Et je suis simplement un peu plus mortelle que toi. (…)

Mais s’il te semble que j’ai perdu le sens

De craindre la colère des dieux et non la tienne,

Qu’un insensé soit maintenant mon juge.
Commenter  J’apprécie          50
BurjBabilBurjBabil   24 mars 2020
Et je dis : quand les affaires vont mal,
On réclame un grand homme, mais on n’en trouve aucun.
La guerre ne peut plus s’arrêter et se casse la jambe.
Le pillage entraîne le pillage et la dureté
Appelle la dureté et plus veut toujours plus
Et se termine par rien. Voilà :
J’ai jeté un regard en arrière et autour de moi.
Vous, regardez en avant et tremblez.
Commenter  J’apprécie          20
BurjBabilBurjBabil   24 mars 2020
LES ANCIENS : La sœur avait sans aucun doute
Le droit d’ensevelir le frère.
CRÉON : Le chef des armées, sans aucun doute,
Avait le droit de châtier le traître.
LES ANCIENS : Se réclamer d’un droit contre un autre
Avec l’intention de contraindre
Ne peut que nous mener à l’abîme.
CRÉON : La guerre crée un droit nouveau.
Commenter  J’apprécie          20
DavidGiacomaDavidGiacoma   06 août 2014
Jamais un ennemi, même mort, ne devient un ami.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Bertolt Brecht (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertolt Brecht
Le réalisateur Arnaud Desplechin signe pour la Comédie Française sa deuxième mise en scène, après Père de Strindberg en 2015. Il intègre ainsi au répertoire l'auteur étasunien Tony Kushner, traducteur de Brecht et de L'illusion comique, qui s'est parfois présenté comme gay, marxiste et juif. Sa pièce "Angels in America" est une oeuvre majeure sur le sida, le déclin d'une civilisation en proie l'angoisse eschatologique, et les années Reagan.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 22 janvier 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤16Tony Kushner6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ThéâtreVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Théâtre (83)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Alabama Song

Cette chanteuse française proche de François Mitterrand en a livré une interprétation baroque étonnante

Catherine Ribeiro
Dalida

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Bertolt BrechtCréer un quiz sur ce livre