AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Eloi Recoing (Traducteur)
EAN : 9782851812483
139 pages
Éditeur : L'Arche (13/06/1997)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 132 notes)
Résumé :
Galilée, au demeurant grand amateur de bonne vie, reprend à son compte l'invention danoise d'une lunette et, du coup, améliore son maigre salaire de professeur. Il est avide de nourritures tant terrestres que spirituelles et l'un de ses plus grands désirs est de lutter contre les superstitions et de transmettre son savoir. C'est à la cour de Florence qu'il espère imposer ses nouvelles théories : la lune n'a pas de lumière propre ; elle est, comme la terre, éclairée ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  09 juin 2019
Savoureux premier contact avec Bertolt Brecht.
L'auteur déploie sur scène la vie du célèbre savant du 17ème siècle, Galileo Galilei, avec une petite idée derrière la tête. Il s'agit d'alerter le public sur le fait qu'il existe souvent des conséquences socio-politiques aux découvertes scientifiques qui apriori « se contentent » d'accroitre notre compréhension de l'univers. Ainsi, la Vie de Galilée a été écrite durant l'exil au Danemark de Brecht, après avoir lu dans les journaux l'annonce de la fission de l'uranium par le physicien Otto Hahn et ses collaborateurs. Un tel potentiel entre les mains du régime hitlérien ne pouvait que faire réagir le dramaturge.
Mais si volonté de faire réfléchir le spectateur il y a, elle est judicieusement incorporée dans une pièce vivante et passionnante qui balaie l'ensemble de la carrière du savant italien.

La période vénitienne insiste sur les idées coperniciennes qui visiblement fascinent Galilée. L'auteur tente de les faire comprendre au jeune Andrea – et aussi aux spectateurs – par certaines scènes amusantes, comme celle où Galilée déplace Andrea sur sa chaise autour d'un trépied représentant le soleil afin de lui faire sentir la relativité du mouvement.
Puis c'est la période florentine, bouleversée par des scènes éprouvantes de présence de la peste. Galilée tourne vers le ciel une lunette optique et découvre les montagnes de la lune, les phases de Vénus et les satellites de Jupiter. Autant d'éléments qui devraient foudroyer le modèle cosmique de Ptolémée, mais qui sont loin de convaincre les savants florentins pour lesquels une observation qui contredit le texte de la Bible ne peut qu'être fausse, voire imposée par Satan. Sans parler des réactions de moquerie des moines et des prélats.
Galilée passe par diverses phases. Il suit les conseils (injonctions ?) de l'Église qui souhaite le voir s'éloigner des sujets cosmologiques, puis il cède à sa curiosité, ne peut plus supporter que la Vérité soit ainsi étouffée, décide d'écrire un livre en langue vulgaire afin que chacun sache. Les conséquences sont telles que les avaient envisagées le haut clergé : le peuple réagit en extrapolant les découvertes. Si la Terre bénie par Dieu n'est plus qu'un astre parmi d'autres qui tourne autour du soleil, cela ne signifie-t-il pas que le noble et le prêtre ne sont que des hommes parmi d'autres qui n'ont aucune raison de se trouver au centre de l'univers humain ? La structure sociale entière peut s'effondrer, l'Église perdre son ascendant.
Le peuple italien a-t-il réellement régi ainsi aux découvertes de Galilée ? Ce tollé a-t-il été une répétition de ce que Darwin provoquera deux siècles plus tard ? Quoi qu'il en soit, ce dernier ne se sent pas responsable. Il a dévoilé une théorie cosmologique élégante et efficace, et cela s'arrête là.
Voilà donc pourquoi l'Inquisition va mettre ses ouvrages à l'index, lancer son procès en hérésie et le pousser à abjurer ses découvertes. Galilée aime la vie confortable et la bonne chaire. Il craint l'idée de la torture. Il cède. L'Église le maintient sous surveillance pour le reste de sa vie.
La fin de la pièce montre Galilée qui accepte finalement la responsabilité des conséquences de sa découverte. Il entre en résistance passive et donne une version de ses « Discours » au jeune Andrea, devenu l'élève tellement déçu de la rétractation de son maître, et qui s'en va en Hollande où les idées ne sont pas emprisonnées. Ainsi le savant qui découvre se doit d'envisager les conséquences non scientifiques positives et néfastes de sa découverte. Il se doit de se considérer responsable de ces conséquences, et décider si le jeu en vaut la chandelle. Voilà comment j'interprète le message de Bertolt Brecht.
Un auteur dont je lirai certainement d'autres oeuvres. Peut-être Mère Courage et ses Enfants qui se passe durant la guerre de Trente Ans.
D'ici-là, j'aurai la joie d'aller voir la Vie de Galilée sur scène, à la fin du mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
ATOS
  01 mai 2017
La raison a- t-elle toujours à voir avec l'intelligence ? ...Non...mais quelquefois.
l'intelligence doit elle toujours avoir une raison ?... Non.
La raison se soumet elle ? Oui
L'intelligence ? Non
L'intelligence est universelle. La raison est partisane.
Raison morale, raison économique, raison d'état ...
La raison est affaire de choix et donc d'éthique.
L'intelligence ne connaît pas de choix et donc pas de loi.
L'intelligence admet la valeur de ce qui est dans l'avenir de ce qu'il deviendra.
La raison enfonce le plus souvent la valeur de ce qui est dans le passé qui l'a porté.
L'intelligence explore au-delà des lieux où la raison obéit.
Sans foi ni loi, ainsi est elle la chose connue la plus puissante, et donc la plus destructrice ou la plus constructive au monde.
Il n'y a de mauvaise raison que lorsque l'intelligence s'absente partiellement ou, dans un cas plus grave, en totalité.
De là provient l'injustice, le mensonge, la violence, le crime , la guerre.
«  qui ne connaît la vérité n'est qu'un imbécile. Mais qui la connaissant , la nomme mensonge, celui-là es un criminel »
Là où il y a bonne intelligence, c'est à dire où celle ci s'exerce librement , à savoir sans raison, c'est à dire en ne se soumettant à aucun pourvoir, là seulement peut régner la justice, la vérité, la non-violence et la paix.
Quant à savoir si le bien de tous est une raison…. Ou une intelligence ?
Disons que la pérennité de ce bien repose entièrement sur l'intelligence d'une raison.
Raison, qu'à ce jour, avouons le, nous ne connaissons pas encore...
Raison sans pouvoir, mais dont l'intelligence est toujours opérante.
Douce raison comme la nomme Galilée.
Ainsi nous est il possible de l'apercevoir dans un nombre telle que la divine proportion que nous nommons harmonie, équilibre et qui opère sur nous comme révélateur d'esthétisme.
Car ce qui est bien est bon et ce qui est bon est beau, et cela est une règle universelle.
Avoir bonne conscience c'est chercher à asseoir une mauvaise raison. Cela relève d'un confort.
«  Ceux qui ne voient le pain que sur leur table ne veulent pas savoir comment on l'a préparé ; cette racaille préfère remercier Dieu que le boulanger. Mais ceux qui font le pain comprendront que rien ne bouge si on ne le fait pas bouger ».
Oui le petit moine avait bien entendu : « c'est son sens de la beauté qui le forçait à rechercher la vérité ».

L'intelligence s'élève là où la raison se cabre.
«  de là est né ce courant d'air qui soulève même les robes brodées d'or des princes et des prélats, dévoilant des jambes grasses ou maigres, des jambes comme nos jambes.Il est apparu que les cieux sont vides. Alors un rire joyeux retentit. »

Cela étant écrit, entrons à présent dans le vif de notre sujet : la Vie de Galilée.
Pièce de Bertolt Brecht écrite en 1938-1939 . Et c'est à la version française écrite en 1955 que nous soumettons ici notre commentaire. ( et non l'inverse, car soumettre une oeuvre à son commentaire serait faire preuve de raison et pas forcément d'intelligence, ainsi les commentaires se transforment- ils parfois en critique..).
Galilée. Mathématicien, physicien, astronome. le temps, le mouvement, les corps , l'espace.
Galileo Galilei. Né le 1564 et mort, en résidence surveillée en 1642.
« « C'est à l'intellect qu'il appartient de juger et de rendre compte des choses que le temps et l'espace éloignent de nous. » écrivait Giordano Bruno. Galilée lui aura donné son temps pour nous en donner les preuves.
Sciences et conscience , intelligence et raison, ordre ou liberté , les thèmes développés dans cette ouvre de Brecht restent contemporains.
Problèmes centraux de l'ère moderne. ...Complexité de nos problèmes…
«  Protégez la liberté de pensée est pour vous une bonne affaire, n'est-ce pas ? En rappelant qu'ailleurs l'Inquisition règne et brûle, vous obtenez ici à bon marché de bons professeurs .Vous vous dédommagez de cette protection contre l'Inquisition en payant les plus bas salaires »…
« libre commerce, libre recherche. Libre commerce avec la recherche, n'est-ce pas ? »
Problème de nos morales.
De bonnes raisons engendrent parfois de terribles vérités.
«  La vérité est fille du temps, pas de l'Autorité ».
L'avenir a, semble-t-il, encore beaucoup d'entre nous à accueillir...
« J'aurais tendance à penser qu'en notre qualité d'hommes de science, nous n'avons pas à nous demander où peut nous mener la vérité »..
La liberté explore, ordonne, la raison parfois implore.
«  le combat pour rendre le ciel mesurable est à gagné à cause du doute ; à cause de la foi, le combat de la ménagère romaine pour son lait sera encore et toujours perdu. »
Galilée….En quoi avons nous foi ?
« En l'an de grâce seize cent neuf à Padoue
La clarté du savoir jaillit d'un pauvre bouge.
Galileo Galilei calcula tout :
Ce n'est pas le soleil mais la terre qui bouge. »
«  Aujourd'hui, dix janvier 1610, l'humanité inscrit dans son journal : ciel aboli. »
Mais « les villes sont étroites et les têtes le sont aussi. Peste et superstition ».
Parler de mondes lointains, multiples,innombrables, inconnus, remettre en cause les acquis, les doctrines, les croyances répondre de la place l'homme c'est questionner la place des dieux.

Voilà sa question, voilà leur problème..
«  Je ne parle pas de leur ruses. Je sais qu' ils nomment l'âne un cheval quand ils le vendent et le cheval un âne quand ils veulent l'acheter.! voilà toute leur ruse. »

«  il n'y a aucun sens à notre misère, la faim c'est bien ne-pas-avoir-mangé, ce n'est pas une mise à l'épreuve ; l'effort, c'est bien se courber et tirer, pas un mérite. »…
Galileo Galilei...
“ Pourquoi l'ordre dans ce pays est-il seulement l'ordre d'une huche vide, et la seule necessité , celle de travailler jusqu'à en mourir ?”
«  Diable, je vois la divine patience de vos gens, mais où est leur divine colère ? »
Galileo... Galilei.
“ Moi, je soutiens que le seul but de la science consiste à soulager les peines de l'existence humaine. Quand des hommes de science intimidés par des hommes de pouvoir égoïstes se contentent d'amasser le savoir pour le savoir, la science peut s'en trouver mutilée, et vos nouvelles machines pourraient ne signifier que des tourments nouveaux. Vous découvrirez peut-etre avec le temps tout ce q'on peut découvrir , et votre progrès cependant ne sera qu'une progression, qui vous éloignera de l'humanité.L'abîme entre elle et vous pourrait un jour devenir si grand qu'à votre cri de joie devant quelque nouvelle conquête pourrait répondre un cri d'horeur universel. Moi, en tant qu'homme de science, j'avais une possibilité unique. de mon temps l'astronimie atteignait les places publiques.Dans ces conditions tout à fait particulières, la fermeté d'un homme aurait pu provoquer de grands ébranlements. Si j'avais résisté, les physiciens aurait pu développer quelque chose comme le serment d'Hippocrate des medecins, la promesse d'utiliser leur science uniquement pour le bien de l'humanité ! Au point où en sont les choses, le mieux que l'on puisse espérer est une lignée de nains inventifs qui loueront leurs services à n'importe quelle cause. “...
Mais Galiléo Galilei...Tu as résisté. Tes livres ont réussi à passer la frontière.
Ils ont trouvé le chemin de la liberté.
L'oeuvre de Brecht est interdite et brûlée par le régime nazi lors de l'autodafé du 10 mai 1933.
En 1935, le régime nazi le déchoit de sa nationalité allemande.
« Nos défaites d'aujourd'hui ne prouvent rien, si ce n'est que nous sommes trop peu dans la lutte contre l'infamie, et de ceux qui nous regardent en spectateurs, nous attendons au moins qu'ils aient honte. » Bertolt Brecht. 1933.
Astrid Shriqui Garain

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
5Arabella
  16 juin 2019
La première version de la pièce date de 1938-39. Brecht l'a écrite au Danemark, après avoir fuit l'Allemagne nazie. Il la reprendra dans les années 40 aux USA, en vue d'une création américaine. Mais il y a eu entre temps Hiroshima, et Brecht modifie le contenu de sa pièce en fonction des questionnements sur le rôle de la science que pose cette actualité. Elle connaîtra la scène en 1947, mise en scène par Joseph Losey, avec dans le rôle principal Charles Laughton, qui s'est beaucoup impliqué dans cette création. La pièce sera encore réécrite en Allemagne de l'Est, après que Brecht ait été chassé des USA par le maccharthysme ; la dernière version date de 1956. La mort de Brecht, pendant les répétions de l'oeuvre met fin définitivement à la réécriture de la pièce.
L'oeuvre en 15 tableaux, qui résument une trentaines d'années de la vie de son héros, dans plusieurs villes italiennes, comportant une quarantaine de personnages, est d'ampleur, et nécessite presque quatre heures de représentation, ce qui fait qu'elle est rarement montée et n'échappe pas à quelques coupures lorsqu'elle est jouée ; comme dans la mise en scène d'Eric Ruf actuellement à la Comédie Française.
Nous commençons à suivre Galilée lorsqu'il est professeur de mathématiques à Padoue, et qu'il s'approprie et perfectionne l'usage de la lunette, qui lui permettra en faisant des observations du ciel de plus près, de rassembler des données qui confirment le système de Copernic, et qui permettent une représentation du ciel, des astres et de leurs mouvements plus juste, et qui mettent à mal toute l'astronomie officielle héritée de Ptolémée. Et incidemment qui remettent en cause la doctrine de l'Église et la Bible elle-même, ce qui ne peut que provoquer une réaction de l'institution au combien puissante. La vie du savant sera dès lors rythmée par la lutte pour convaincre du bien fondé de ses théories, et tout simplement pour le droit à les exprimer. Les preuves matérielles qu'il rassemble ne sont pas forcément un argument suffisant : une vérité officielle, sur laquelle repose l'équilibre du pouvoir de la société risque d'être balayée par ses démonstrations, qui sont donc interdites. En même temps, les conséquences pratiques de ses découvertes se révèlent d'une grande utilité, voire incontournables, en particulier les cartes du ciel permettent des voyages plus sûrs, il devient donc impossible de tout interdire. Une lutte s'engage entre un pouvoir en place et un individu : inégal, forcément, et où l'individu n'a le choix qu'entre disparaître ou se soumettre, au mieux de ruser pour tenter d'arracher un peu de liberté souterraine.
La pièce est relativement linéaire : nous suivons les moments clés des découvertes de Galilée et de sa confrontation avec la puissance ecclésiastique. Plus que les événements en eux-mêmes, la pièce présente plutôt la résonance sur les individus, sur leurs choix, leur vision du monde, l'amorce d'une réflexion. Les thématiques abordées sont multiples et complexes : le rapport entre la science et au-delà entre le savoir et le pouvoir, la domination idéologique d'une société par une vision du monde érigée comme la seule possible en dépit des faits, le rôle de la science et ses dangers. La pièce est loin d'être univoque : la possibilité de remplacer la religion par une autre forme d'idéologie aussi pernicieuse pour les individus est évoquée, cela pourrait être une vision scientiste, mais aussi économique, comme le suggèrent certains dialogues. Au-delà des observations, d'un savoir, qui peuvent sembler incontestables (jusqu'au moment où ils seront contredits par d'autres faits inaccessibles jusque là ) la question à se poser est quel est l'usage qu'on en fait, et comment faire que certains ne se les approprient pas pour dominer les autres ; que cela soit un bien commun, au service de tous. La raison est-elle suffisante ? L'homme est-il un être de raison ? La pièce soulève sans doute plus de questions qu'elle ne donne de réponses. A chacun d'essayer de continuer la réflexion.
Une oeuvre puissante et riche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Bruidelo
  28 janvier 2018
Galilée est un personnage très réussi, complexe et fascinant, permettant à Bertold Brecht de faire vibrer la pièce de questionnements, de réflexions bien vivantes et bien pertinentes pour le spectateur du XXème ou du XXIème siècle - remettre en question les vérités imposées par la pensée dominante, les soumettre au doute, à l'analyse basée sur l'observation et la raison, ne pas oublier que « le seul but de la science consiste à soulager les peines de l’existence humaine », que mal utilisé, le feu sacré du savoir « finira
Par nous dévorer tous
Oui, tous »
D'où le regret du Galilée de Brecht:
«Si j'avais résisté, les physiciens auraient pu développer quelque chose comme le serment d'Hippocrate des médecins, la promesse d'utiliser leur science uniquement pour le bien de l'humanité! Au point où en sont les choses, le mieux que l'on puisse espérer est une lignée de nains inventifs qui loueront leurs services à n'importe quelle cause. »
Pas de sécheresse ni de lourdeur dans cette volonté de donner à réfléchir, la pièce est prenante et très réussie d'un point de vue littéraire. À vrai dire, je trouve que la réflexion sur la connaissance, sur le rôle de l'homme de savoir, contribue à faire de la vie de Galilée une crise historique chargée d'intensité dramatique nourrie par le contraste, le conflit entre l'enthousiasme du jeune Galilée pour la recherche scientifique, sa foi en la raison humaine, et les persécutions, abdications, inquiétudes, liés notamment à l'action des puissants pour contrôler le savoir - interdire les découvertes ébranlant leurs dogmes ou utiliser la science à tout autre chose qu'à « soulager les peines de l’existence humaine ».
Une très bonne pièce, forte et intelligente et qui malheureusement n'a pas du tout vieilli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          238
Alyxiel
  16 octobre 2013
J'ai trouvé ce livre dans la bibliothèque de mon beau-frère et vu qu'il est ingénieur, je me suis lancée dans la lecture en ne croyant pas franchement que j'allais comprendre et aimer (bonjour les à prioris).
Et pourtant ce fut clairement le cas. Brecht se lance avec foi dans une dénonciation de la censure et du pouvoir de l'église. On se rend compte alors des difficultés et de la révolution que les idées de Galillée ont pu déclencher dans son époque si contrôlée par la politique et la religion et la censure qu'il a du affronter.
Cette pièce montre également au monde la complexité et l'incomensurable intelligence de cet homme aussi passionné par l'astronomie, les mathématiques, la politique, etc.
Au final, ce livre est abordable par tous et son auteur est généreux dans sa rédaction. Je ne dirais pas que c'est un ouvrage facile à lire car chaque phrase est importante et pousse à la réflexion. Mais c'est parfois agréable de s'instruire, surtout lorsque c'est sous cette forme. Brecht met la science et l'astrologie à portée de tous grâce au théâtre.
Ma critique me semble bien pâle à côté de tout ce que comporte cette oeuvre, donc je vous conseille plutôt de la lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   18 mars 2020
GALILÉE : La pratique de la science me paraît à cet égard exiger un courage particulier. Elle procède avec du savoir qui s'acquiert par le doute. Procurant du savoir pour tous sur tout, elle vise à faire de tous des douteurs. Or, la plus grande partie de la population est maintenue par ses princes, ses propriétaires terriens et ses prêtres dans un brouillard nacré de superstitions et de vieilles formules qui masque leurs machinations. La misère de la multitude est vieille comme la montagne, et du haut de la chaire de l'Église et de l'Université elle est dite indestructible comme la montagne. Notre nouvel art du doute a ravi le grand public. Celui-ci nous a arraché des mains le télescope et l'a braqué sur ses bourreaux, princes, propriétaires terriens, curés. Ces hommes égoïstes et violents, qui se sont avidement approprié les fruits de la science, ont senti en même temps le regard froid de la science braqué sur une misère millénaire, mais artificielle, qu'il était manifestement possible d'éliminer en les éliminant eux-mêmes. Ils ont multiplié contre nous les menaces et les tentatives de corruption, irrésistibles pour des âmes faibles.

Scène 14.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
BruideloBruidelo   28 janvier 2018
Pour quoi travaillez-vous? Moi je soutiens que le seul but de la science consiste à soulager les peines de l’existence humaine. Quand des hommes de science intimidés par des hommes de pouvoir égoïstes se contentent d’amasser le savoir pour le savoir, la science peut s’en trouver mutilée, et vos nouvelles machines pourraient ne signifier que des tourments nouveaux. Vous découvrirez peut-être avec le temps tout ce qu’on peut découvrir, et votre progrès cependant ne sera qu’une progression, qui vous éloignera de l’humanité. L’abîme entre elle et vous pourrait un jour devenir si grand qu’à votre cri de joie devant quelque nouvelle conquête pourrait répondre un cri d’horreur universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gillgill   11 février 2012
LE MATHEMATICIEN .
- Pourquoi continuer à marcher sur des oeufs ? Tôt ou tard monsieur Galilée devra bien se réconcilier avec la vérité. Ses planètes de Jupiter perceraient l'enveloppe de la sphère. C'est tout simple.
FEDERZONI.
- Vous serez étonné : il n'y a pas d'enveloppe des sphères.
LE PHILOSOPHE.
- Tous les manuels vous diront qu'il y en a , mon bon monsieur.
FEDERZONI.
- Alors qu'on nous donne de nouveaux manuels
LE PHILOSOPHE.
- Votre altesse, mon vénéré collègue et moi-même, nous nous appuyons sur rien moins que sur l'autorité du divin Aristote en personne.
GALILEE, presque humblement.
- Messieurs, la croyance en l'autorité d'Aristote est une chose, les faits qu'on peut toucher du doigt en sont une autre. Vous dites que, d'après Aristote, il y a là-haut des sphères de cristal, et qu'ainsi, certains mouvements ne peuvent avoir lieu parce que les astres perceraient les sphères. Mais que se passerait-il si vous pouviez constater ces mouvements ?
Peut-être cela vous suggérerait-il que ces sphères de cristal n'existent pas ?
Messieurs je vous demande en toute humilité d'en croire vos yeux....
(extrait de l'acte 4 "Galilée a troqué la république de Venise contre la cour de Florence. Ses découvertes dues à la lunette se heurtent à l'incrédulité des savants florentins")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM   26 mars 2014
Une des causes principales de la misère dans les sciences est qu'elles se croient riches, le plus souvent présomptueusement. Leur but n'est pas d'ouvrir une porte à la sagesse infinie mais de poser une limite à l'erreur infinie.

Commenter  J’apprécie          300
BazaRBazaR   06 juin 2019
SAGREDO (à Galilée):
Quarante ans parmi les hommes m'ont enseigné sans cesse qu'ils ne sont pas accessibles à la raison. Montre-leur la queue rougeoyante d'une comète, inspire-leur une sourde angoisse, et ils sortiront de leurs maisons en courant à se rompre les jambes. Mais dis-leur une phrase raisonnable et prouve-la sept fois par la raison, et ils riront tout simplement de toi.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Bertolt Brecht (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertolt Brecht
Le réalisateur Arnaud Desplechin signe pour la Comédie Française sa deuxième mise en scène, après Père de Strindberg en 2015. Il intègre ainsi au répertoire l'auteur étasunien Tony Kushner, traducteur de Brecht et de L'illusion comique, qui s'est parfois présenté comme gay, marxiste et juif. Sa pièce "Angels in America" est une oeuvre majeure sur le sida, le déclin d'une civilisation en proie l'angoisse eschatologique, et les années Reagan.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 22 janvier 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤16Tony Kushner6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ThéâtreVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Théâtre (83)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Alabama Song

Cette chanteuse française proche de François Mitterrand en a livré une interprétation baroque étonnante

Catherine Ribeiro
Dalida

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Bertolt BrechtCréer un quiz sur ce livre

.. ..