AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095179023
Éditeur : (14/07/2015)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Une femme sans histoires, à la vie bien réglée, va vivre la pire journée de sa vie, celle de l'annonce de sa mort imminente.

Pourquoi a-t-elle décidé de faire du zèle ? Sa journée de travail terminée, elle aurait pu rentrer se reposer chez elle. Comme à son habitude, elle aurait pris le bus avec ses collègues de travail et elles auraient papoté de tout et de rien, mais surtout de rien.

Sans son don lui permettant de voir l'envers du déc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
manU17
  14 juillet 2015
Les femmes de chambre dans les hôtels en savent quelque chose, le fantasme de la soubrette, avec celui de l'infirmière, est sans doute parmi les plus répandus. Et dans les hôtels, parmi la clientèle, ce ne sont pas les vieux vicieux qui manquent.
Quand dans une des chambres, un miroir ne se contente pas de réfléchir mais aussi de prédire l'avenir du lieu, la femme de chambre devrait arriver à éviter les ennuis. Mais les choses se passent rarement comme elles le devraient…
Sébastien Brégeon signe une nouvelle à l'ambiance délicieusement malsaine avec une chute qui fait froid dans le dos. Prédiction, agression, stupéfaction !
Derrière la dorure et le clinquant, L'Envers du décor est rarement très reluisant…

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
Commenter  J’apprécie          290
LunaZione
  10 septembre 2015
Je tiens tout d'abord à remercier Sébastien BREGEON pour l'envoi de cette nouvelle : plus je découvre l'univers de cet auteur et plus j'apprécie ce que j'y lit. Franchement, je crois que celle-ci est celle que j'ai préféré jusqu'à présent.
J'ai vraiment adhéré au don de la jeune femme : c'est assez terrible de voir dans un miroir ce qui va potentiellement se passer dans les heures ou les jours à venir... Quand il s'agit d'un verre cassé par un client maladroit, ça passe encore, mais quand on voit sa propre mort, c'est tout de suite différent. J'ai trouvé que ce talent donnait vraiment une saveur particulière à l'histoire.
Le reste de l'histoire m'a paru assez différent des autres nouvelles de la série ce que j'ai trouvé assez intéressant : c'est très concret, très terre à terre alors que les nouvelles précédentes faisaient davantage appel à des peurs irrationnelles. J'ai été assez étonnée de voir sur internet que de nombreuses lectrices avaient du arrêter leur lecture à cause d'une potentiellement scène de viol : franchement, tout était écrit dans le résumé pour le coup ! Après, c'est vrai qu'en tant que femme, ce sont toujours des scènes difficiles à lire mais Sébastien Brégeon a su choisir les mots pour ne pas en faire une curiosité morbide mais une vraie scène de terreur.
L'ironie de la fin m'a beaucoup plu même si elle est franchement terrible. Elle m'a vraiment donné envie de savoir ce qu'il se passe ensuite pour la jeune femme.
L'écriture de Sébastien Brégeon m'est vraiment agréable et me plait de plus en plus : je ne sais pas si elle évolue à chaque nouvel épisode mais j'ai l'impression d'en découvrir une nouvelle facette à chaque texte !
Une nouvelle bien écrite et terrible.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Exuline
  21 août 2015
Cette nouvelle commence par la vie quotidienne d'une femme de ménage qui travaille dans un hôtel, le même hôtel d'ailleurs où se passe l'horrible scène de la piscine dans la nouvelle précédente. Je situerai l'action la veille au soir de l'accident de piscine. C'est la première fois que Sébastien Brégeon utilise la première personne pour écrire et cela donne un rythme nouveau à l'histoire ce qui la rend très agréable à lire, au moins au début. Cette femme a un don, elle peut voir l'envers du décor à travers les miroirs qui sont présents dans les chambres qu'elle s'occupe. En effet, grâce à ces miroirs elle sait ce qui va se passer dans la chambre où du moins comment sera la chambre lorsqu'elle reviendra s'en occuper : un verre cassé, une ampoule grillée, un corps allongé. L'idée est vraiment très intéressante et très bien exploitée tout au long de l'histoire. de plus cette femme a un humour cinglant pas du tout désagréable qui lui aussi permet de donner encore une fois du rythme à l'histoire. Même en panique, elle a des réflexions totalement décalées ce qui m'a fait sourire et faire un peu abaisser la tension.
Mais voilà, je n'ai vraiment pas pu lire cette histoire à partir du début de la page 17, car l'histoire raconte à partir de ce moment là le début d'une scène de viol. J'avoue que ce sont les scènes que je ne peux pas lire ni voir à l'écran. Lire la description d'un cadavre les viscères à l'air, les scènes de mutilations, des enfants martyrisés, c'est dur mais j'y arrive, mais le viol, c'est vraiment au dessus de mes forces, je n'y arrive pas, j'ai l'impression de vivre la scène de par moi même et d'être souillée de la même manière, pourtant, oh grand merci, je n'ai jamais vécu une expérience de la sorte. Alors voilà la raison pour laquelle je n'ai pas fini cette nouvelle. si vous êtes dans le même état d'esprit que moi, sachez que Sébastien Bregeon m'a guidé et m'a indiqué d'aller directement à la page 22-23. Attention spoiler : en réalité, la femme a gardée toute sa vertu et à réussi à donner un coup de tête à cet homme et a réussi à se dégager.
Autre point insignifiant, mais qui m'a tout de même dérangé ce sont les noms de Concepción et de Mercedes qui sont donnés aux collègues de cette femme. Depuis le début, je ne sais pas vraiment dans quel pays, dans quelle région se passe les différentes histoires et là ça m'a dérangé de ne pas le savoir, oui, pourquoi avoir donner des noms à consonance ibérique, est-ce parce que nous sommes en Espagne ou au Portugal ou seulement par ce que il y a beaucoup de personnes ibériques qui travaillent dans ce domaine et je trouve ça un peu trop réducteur ? Et dans ce cas là, pourquoi pas Marie et Cassandra ?
Quand à la fin de la nouvelle, Sébastien Brégeon a encore une fois réussi à me surprendre car elle ne se finit pas comme toutes les nouvelles précédentes. Pour moi, cette nouvelle a été du tout et du rien.

Lien : http://exulire.blogspot.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
laetyinwonderland
  24 août 2015
L'ambiance de cette nouvelle est malsaine puisqu'il s'agit d'une femme confrontée à un pervers sexuel et j'ai toujours du mal, que ce soit dans les livres ou dans les films, à visualiser ce genre de scène car cela est pénible pour moi.
Les émotions et l'angoisse ressenties par cette femme sont palpables tout le long de l'histoire et j'ai eu beaucoup de difficulté à terminer cette nouvelle, tellement je me suis sentie troublée par la situation.
C'est une prouesse de Sébastien, pour le coup, car il arrive à nous plonger dans la situation avec beaucoup de facilité et l'on comprend très vite ce qu'il va se passer et je me suis sentie très vite perturbée par ma lecture.
Ce n'est pas ma nouvelle préférée pour le coup, je préfère le frisson "gore" ce qui peut être bizarre mais je suis très sensible à ce qui touche les agressions sexuelles et c'est un thème que je préfère éviter.
Lien : http://nuages-de-mots.blogsp..
Commenter  J’apprécie          40
louloutediary
  25 août 2015
Le personnage principal de cette nouvelle est une femme de ménage exerçant dans son hôtel un peu louche et sordide, lieu d'ébats sexuels. Cette femme a un don : celui de voir l'avenir très proche, ou ce qui pourrait devenir le futur, dans un miroir.
Elle va croiser un homme dans le couloir de l'hôtel, et cet homme va changer sa journée, et sa vie ...
Cette nouvelle m'a fait frissonner, comme les autres, mais pas de peur. Plutôt de dégoût et de révolte contre cet homme. Je me suis forcément mise à la place de cette pauvre femme, reluquée à longueur de journée, et séquestrée par cet homme ...
Toujours aussi courte, elle se lit très rapidement, l'idéal pour les courts trajets ;)
Lien : http://nuages-de-mots.blogsp..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   14 juillet 2015
En cours de matinée, j’ai croisé un des clients de l’hôtel dans le couloir. Il me dévisageait tout en marchant. Je sais bien ce qui l’attirait. Les habits de travail qu’on nous oblige à porter doivent être commandés dans des sex-shops, la petite panoplie parfaite de la soubrette.
Commenter  J’apprécie          100
manU17manU17   11 juillet 2015
Ce sont surtout des hommes qui viennent à l’hôtel, particulièrement en semaine, des commerciaux pour la plupart. Ces types qui semblent plus pervers que la moyenne, qui nous matent les seins sans aucune discrétion ou qui se tordent au risque de se déboîter une lombaire pour essayer de deviner la couleur de notre culotte.
Commenter  J’apprécie          70
ExulineExuline   21 août 2015
Je pensais également au moment où j'allais devoir retirer le scotch. J'allais avoir droit à une épilation gratuite. J'avais toujours gardé mon duvet pour pas qu'il repousse dur. Ce salaud allait me laisser un souvenir de cet instant.
Commenter  J’apprécie          50
ExulineExuline   21 août 2015
Si j'avais su ce matin que j'allais vivre la pire journée de ma vie, celle où j'apprendrais ma mort, je serais restée couchée."
Commenter  J’apprécie          40
ExulineExuline   21 août 2015
Je me suis vue tomber pendant que je réfléchissais à la vitesse de la lumière. Et dire que mon fils dit que j'en suis pas une.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : femme de ménageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
552 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre