AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fondation Internationale Jacques Brel (Éditeur scientifique)
ISBN : 2221088492
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Cette nouvelle édition rassemble l'intégralité des textes des chansons de Jaques Brel. Certaines courent dans touts les mémoires et sur toutes les lèvres. D'autres sont moins célèbres. D'autres encore sont demeurées longtemps inédites : celles qu'il écrivit à ses débuts, entre 1948 et 1953, et les toutes dernières, datées de 1977. Toutes sont rassemblées, y compris les chansons de films ou de comédies musicales.
Cet ensemble, publié sous les auspices se la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
uzun
  10 juin 2014
J'ai été immédiatement fascinée par les chansons de Brel, Ne me quitte pas et le plat pays, avant de savoir parler le français. Mais lorsque j'ai découvert les paroles je suis tombée en arrêt devant Brel, le poète. D'habitude les livres de ma bibliothèque sont les souvenirs et les reflets d'une amitié mais ce recueil, je l'ai choisi moi-même. Pour ne laisser passer aucune pépite car souvent, portée par la mélodie des chansons, je n'écoute pas assez les textes. (Je dois être plus visuelle qu'auditive ? Étrange pour une musicienne !)
Ce livre contient des extraits des comédies musicales, des chansons de films, un poème symphonique ainsi que des chansons et textes inédits. Mais ce sont Les Textes de jeunesse (1948 à 1953) qui m'ont impressionnée le plus, peut-être parce que je ne les connaissais pas en tant que chansons. Pour les deux poèmes que j'ai cités hier sur le site Babelio (Je suis l'ombre des chansons et Départs), j'ai dû vérifier si les chansons existent. Oui, Brel les chantait, mais je trouve qu'ici les textes priment d'emblée la musique. Parfois j'ai l'impression que ce n'est pas juste un poème, j'imagine l'entendre de la bouche de quelqu'un que j'ai connu, tellement c'est vrai…
Ces textes sont d'une grande richesse. Je les trouve très forts, moi qui suis sensible aux détails réalistes. Brel n'est pas un poète qui compose ses vers dans son fauteuil, il les écrit avec son sang ! Il vomissait de trac pourtant il ne pouvait pas faire autrement que de chanter en public ! Son besoin de « lever le monde » était infini :
J'aurais voulu lever le monde
Rien que pour lui, par la bonté
J'aurais voulu lever le monde
Mais c'est le monde qui m'a couché ! dit « le troubadour ».
Tout Brel est là, sincère, touchant. J'aime sa justesse du mot, sa sensibilité à fleur de peau, la grande imagination dans ses métaphores. Chaque poème est un condensé : un amour, une amitié, une rencontre. C'est lapidaire et poignant. C'est ce qu'il faut dans notre siècle impatient où on survole les oeuvres d'art comme les arbres par la fenêtre d'un train !
Je répète encore : ces poèmes se lisent très bien sans la musique et sans le public. Jugez vous-même leur qualité littéraire en prenant simplement celui-ci : « J'aime les pavés de ma rue Petite rue gentille Leurs ventres sales ont porté Feuilles mortes d'été Mes lettres d'amour jolies». Il évoque « les pavés aux joues humides de rosée »…
En un mot : Brel, ça me rend meilleure. Est-ce la voix de la conscience ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11313
frandj
  23 juillet 2017
Ce livre, publié par la fondation internationale Jacques Brel, est la compilation de tous les textes écrits par l'artiste, Attention, on n'y trouvera aucune analyse ou historique de ces chansons, pas plus que des éléments de biographie.
Le quatrième de couverture de ce recueil se réfère à la critique du magazine le Point: « Brel est un des seuls auteurs dont on puisse lire les textes à haute voix ». Certes… Mais en les lisant, comment oublier les accents inimitables de la voix de ce chanteur exceptionnel, cet écorché vif, ce clown tragique et touchant, si entièrement sincère dans ses interprétations ?
Pour ma part, je n'adore pas tous les textes, mais beaucoup me semblent d'une grande poésie et génèrent en moi une puissante émotion. J'ai eu plaisir à les lire. Mais surtout cela m'a donné envie de réentendre les chansons.
Commenter  J’apprécie          80
Pachy
  06 avril 2017
Mon actualité de lecture m'a poussé à réparer une erreur grossière : ne pas vous parler de ma bible (aux côté des « Contemplations » sur la table de nuit). L'oeuvre intégrale de Monsieur Brel est une chose précieuse. Chaque texte est déjà une musique. Curieusement, lorsqu'on lit du Brel on fait abstraction de son interprétation et c'est bien ainsi. Il y a les très connues et celles qui sont souvent inconnues du grand public. Je vais éviter de vous parler de la beauté de son oeuvre, tout le monde le sait et beaucoup partagent cet avis.
Pourquoi poser cette bible sur la table de nuit ? Pour s'endormir sur du beau. « Une île » et vous vous endormez sur des images de lagons, le soleil vous fait un clin d'oeil et vous souffle « à demain, je serai là au réveil »
J'ai eu la chance, lors de ma première lecture de cette "oeuvre", de découvrir les cinq textes inédits à l'époque (qui depuis ont été maquettés et édités sur cd). Eh bien, elles sonnaient avec la même musicalité que les autres malgré que nous ne les avions jamais entendus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NathalC
  29 décembre 2015
Ici, on retrouve tous les textes merveilleux de Monsieur Brel.
Un indispensable dans une bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          80
Giraud_mm
  11 novembre 2017
Superbe ! Un régal ! Une référence, quoi !
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
uzunuzun   10 juin 2014
Je suis l'ombre des chansons.

Suis l'ombre des chansons
Que tu veux oublier
Pour chanter les leçons
D'un monde fatigué
Suis l'ombre des chansons
Qui auraient pu jeter
Au fond de ta prison
Un rayon de clarté

Tout habillé de noir
Je te suis dans tes rêves
Tes rêves illusoires
Où le jour qui se lève
Sans foi sans joie s'achève

Suis l'ombre de l'ami
Dont tu laissas la main
La main qui te servit
A faire tes lendemains
Suis l'ombre de l'ami
Qui faisait qu'au matin
Pour toi chantait la vie
Et s'ouvraient les chemins

Tout habillé de noir
Je te suis au désert
Où t'entraîne l'espoir
De conquérir la terre
L'enfant méchant se perd

Suis l'ombre des amours
Que tu t'es refusés
En refusant toujours
A ton cœur d'espérer
Suis l'ombre des amours
Que tu as gaspillés
En gaspillant les jours
Qui sont faits pour aimer

Tout habillé de noir
Je te suis dans la vie
Ta vie où chaque soir
Se désole et vieillit
Ton cœur qui meurt d'ennui

Suis l'ombre de tout ça
Que tu as rejeté
Au plus profond de toi
Pour ne plus y penser
Suis l'ombre de tout ça
De cette vie passée
Que demain toi et moi
Pouvons recommencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
uzunuzun   10 juin 2014
Départs.
Toutes les amitiés
Qu´on laisse mourir
Qu´on laisse tomber
Pour aller courir
Sur de vains chemins
Cherchant pas à pas
Un bonheur humain
Qu´on ne connaît pas
Amitiés anciennes
Vieilles comme la vie
Idées faites siennes
Et que l´on renie
Visages sans noms
Prénoms sans visages
Rires que nous perdons
Inutiles bagages

Tous les "au revoir"
Qu´on lance à la ronde
Parce qu´on croit devoir
Parcourir le monde
...
Les bonheurs qu´on sème
A chaque départ
Meurent vite d´eux-mêmes
Sur les quais des gares
...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
angie22angie22   24 mai 2013
Un enfant
C'est le dernier poète
D'un monde qui s'entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s'inquiète d'une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu'il n'y a plus de fées
Commenter  J’apprécie          411
HardivillerHardiviller   14 novembre 2017

Le seul fait de rêver est déjà très important
Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir
Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns
Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
Et d'oublier ce qu'il faut oublier
Je vous souhaite des passions
Je vous souhaite des silences
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil
Et des rires d'enfants
Je vous souhaite de résister à l'enlisement
A l’indifférence , aux vertus négatives de notre époque
Je vous souhaite surtout d'être vous
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
frandjfrandj   23 juillet 2017
LE PLAT PAYS

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague,
Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues,
Et de vagues rochers que les marées dépassent,
Et qui ont à jamais le coeur à marée basse.
Avec infiniment de brumes à venir
Avec le vent d'ouest écoutez le tenir
Le plat pays qui est le mien.

Avec des cathédrales pour uniques montagnes,
Et de noirs clochers comme mats de cocagne
Ou des diables en pierre décrochent les nuages,
Avec le fil des jours pour unique voyage,
Et des chemins de pluie pour unique bonsoir,
Avec le vent de l'est écoutez le vouloir,
Le plat pays qui est le mien (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jacques Brel (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Brel
Alex Beaupain, Alain Souchon et Mathias Malzieu évoquent leur rapport à Jacques Brel
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)
autres livres classés : chansonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
720 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre