AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Fondation Internationale Jacques Brel (Éditeur scientifique)
EAN : 9782221088494
410 pages
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)
4.53/5   44 notes
Résumé :
Cette nouvelle édition rassemble l'intégralité des textes des chansons de Jaques Brel. Certaines courent dans touts les mémoires et sur toutes les lèvres. D'autres sont moins célèbres. D'autres encore sont demeurées longtemps inédites : celles qu'il écrivit à ses débuts, entre 1948 et 1953, et les toutes dernières, datées de 1977. Toutes sont rassemblées, y compris les chansons de films ou de comédies musicales.
Cet ensemble, publié sous les auspices se la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Nemorino
  10 juin 2014
J'ai été immédiatement fascinée par les chansons de Brel, Ne me quitte pas et le plat pays, avant de savoir parler le français. Mais lorsque j'ai découvert les paroles je suis tombée en arrêt devant Brel, le poète. D'habitude les livres de ma bibliothèque sont les souvenirs et les reflets d'une amitié mais ce recueil, je l'ai choisi moi-même. Pour ne laisser passer aucune pépite car souvent, portée par la mélodie des chansons, je n'écoute pas assez les textes. (Je dois être plus visuelle qu'auditive ? Étrange pour une musicienne !)
Ce livre contient des extraits des comédies musicales, des chansons de films, un poème symphonique ainsi que des chansons et textes inédits. Mais ce sont Les Textes de jeunesse (1948 à 1953) qui m'ont impressionnée le plus, peut-être parce que je ne les connaissais pas en tant que chansons. Pour les deux poèmes que j'ai cités hier sur le site Babelio (Je suis l'ombre des chansons et Départs), j'ai dû vérifier si les chansons existent. Oui, Brel les chantait, mais je trouve qu'ici les textes priment d'emblée la musique. Parfois j'ai l'impression que ce n'est pas juste un poème, j'imagine l'entendre de la bouche de quelqu'un que j'ai connu, tellement c'est vrai…
Ces textes sont d'une grande richesse. Je les trouve très forts, moi qui suis sensible aux détails réalistes. Brel n'est pas un poète qui compose ses vers dans son fauteuil, il les écrit avec son sang ! Il vomissait de trac pourtant il ne pouvait pas faire autrement que de chanter en public ! Son besoin de « lever le monde » était infini :
J'aurais voulu lever le monde
Rien que pour lui, par la bonté
J'aurais voulu lever le monde
Mais c'est le monde qui m'a couché ! dit « le troubadour ».
Tout Brel est là, sincère, touchant. J'aime sa justesse du mot, sa sensibilité à fleur de peau, la grande imagination dans ses métaphores. Chaque poème est un condensé : un amour, une amitié, une rencontre. C'est lapidaire et poignant. C'est ce qu'il faut dans notre siècle impatient où on survole les oeuvres d'art comme les arbres par la fenêtre d'un train !
Je répète encore : ces poèmes se lisent très bien sans la musique et sans le public. Jugez vous-même leur qualité littéraire en prenant simplement celui-ci : « J'aime les pavés de ma rue Petite rue gentille Leurs ventres sales ont porté Feuilles mortes d'été Mes lettres d'amour jolies». Il évoque « les pavés aux joues humides de rosée »…
En un mot : Brel, ça me rend meilleure. Est-ce la voix de la conscience ?
Tous nos critiques, citations et commentaires, c'est notre pétition au paradis des poètes maudits et des amours déchirés d'où Brel nous entend et nous sourit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16133
babounette
  19 janvier 2021
En ce jour où le vent, la pluie, le froid et le gris du ciel tombent sur Bruxelles, je pense à la belle chanson de Jacques Brel décrivant mon pays en poésie:
Le Plat Pays
Jacques Brel
"Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague
Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues
Et de vagues rochers que les marées dépassent
Et qui ont à jamais le coeur à marée basse
Avec infiniment de brumes à venir
Avec le vent de l'est, écoutez-le tenir
Le plat pays qui est le mien
Avec des cathédrales pour uniques montagnes
Et de noirs clochers comme mâts de cocagne
Où des diables en pierre décrochent les nuages
Avec le fil des jours pour unique voyage
Et des chemins de pluie pour unique bonsoir
Avec le vent d'ouest, écoutez-le vouloir
Le plat pays qui est le mien
Avec un ciel si bas qu'un canal s'est perdu
Avec un ciel si bas qu'il fait l'humilité
Avec un ciel si gris qu'un canal s'est pendu
Avec un ciel si gris qu'il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui vient s'écarteler
Avec le vent du nord, écoutez-le craquer
Le plat pays qui est le mien
Avec de l'Italie qui descendrait l'Escaut
Avec Frida la Blonde quand elle devient Margot
Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
Quand le vent est au rire, quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud, écoutez-le chanter
Le plat pays qui est le mien."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12937
Arimbo
  14 août 2020
Un de mes livres de chevet. Brel, un chanteur, un poète, un témoin, notre conscience.
J'ai eu la chance de faire partie de cette génération d'adolescentes et adolescents qui, chaque année, découvrait de nouvelles chansons de Jacques Brel. Mémorable et bouleversant pour moi qui suis du Nord, le Plat Pays, sorti en 1962, que nous avons vite appris à chanter....dans nos veillées.
Et puis, il y eut l'arrêt volontaire du grand poète, d'abord des concerts en 1967, puis des disques je crois, en 1968, jusqu'à ce que sorte en 1977, évènement extraordinaire, son dernier disque merveilleux, Les Marquises, avec ses chansons d'exception, outre celle qui donne son titre à l'album: Jaurès, La ville s'endormait, le Bon Dieu, Vieillir, Orly...
Il y a beaucoup de chanteuses et chanteurs que j'admire, entre autres Trenet, Brassens, Ferré, Aznavour, Nougaro, Gainsbourg, Higelin, Christophe, ...., mais Brel, et dans le même registre, Barbara, c'est viscéral.
Et donc, ma critique ne peut être objective.
Mais je voudrais quand même distinguer, parmi tous les textes, quelques uns qui sont pour moi d'une extraordinaire poésie: Les pieds dans le ruisseau, La lumière jaillira, Une île, Zangra, le Plat Pays, Les Vieux, Amsterdam, Les jardins du Casino (une merveille), L'Ostendaise, Je suis un soir d'été (pour moi, le plus beau texte), Regarde bien petit, L'éclusier, Jaurès, La ville s'endormait, le Bon Dieu, Les Marquises...
Je reproduis ci-dessous le texte de Je suis un Soir d'Été, et les 4 derniers vers saisissant de la ville s'endormait, qui rattrapent ceux, bien misogynes, que l'on trouve par ailleurs, dans le texte.....
" Et la sous-préfecture
Fête la sous-préfète
Sous le lustre à facettes
Il pleut des orangeades
Et des champagnes tièdes
Et les propos glacés
Des femelles maussades
De fonctionnarisés
Je suis un soir d'été
Aux fenêtres ouvertes
Les dîneurs familiaux
Repoussent leurs assiettes
Et disent qu'il fait chaud
Les hommes lancent des rots
De chevaliers teutons
Les nappes tombent en miettes
Par-dessus les balcons
Je suis un soir d'été
Aux terrasses brouillées
Quelques buveurs humides
Parlent de haridelles
Et de vieilles perfides
C'est l'heure où les bretelles
Soutiennent le présent
De lourdes amoureuses
Aux odeurs de cuisine
Promènent leur poitrine
Sur les flancs de la Meuse
Il leur manque un soldat
Pour que l'été ripaille
Et monte vaille que vaille
Jusqu'en haut de leurs bas
Je suis un soir d'été
Aux fontaines les vieux
Bardés de références
Rebroussent leur enfance
A petits pas pluvieux
Ils rient de toute une dent
Pour croquer le silence
Autour des filles qui dansent
A la mort d'un printemps
Je suis un soir d'été
La chaleur se vertèbre
Il fleuve des ivresses
L'été a ses grand-messes
Et la nuit les célèbre
La ville aux quatre vents
Clignote le remords
Inutile et passant
De n'être pas un port
Je suis un soir d'été"

"Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
A deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          186
lehibook
  08 janvier 2021
Quand on entend ,ou on lit "Le plat pays" ou "Les vieux" qui peut douter que Brel soit un poète. Ses chansons m'ont accompagné tout au long de ma vie et j'ai éprouvé un grand plaisir à les avoir recueillies dans un seul livre .D'autant que de nombreux textes que je ne connaissais pas y sont contenus (inédits,comédies musicales,poème symphonique) .Indispensable pour un fidèle du grand Jacques .
Commenter  J’apprécie          162
frandj
  23 juillet 2017
Ce livre, publié par la fondation internationale Jacques Brel, est la compilation de tous les textes écrits par l'artiste, Attention, on n'y trouvera aucune analyse ou historique de ces chansons, pas plus que des éléments de biographie.
Le quatrième de couverture de ce recueil se réfère à la critique du magazine le Point: « Brel est un des seuls auteurs dont on puisse lire les textes à haute voix ». Certes… Mais en les lisant, comment oublier les accents inimitables de la voix de ce chanteur exceptionnel, cet écorché vif, ce clown tragique et touchant, si entièrement sincère dans ses interprétations ?
Pour ma part, je n'adore pas tous les textes, mais beaucoup me semblent d'une grande poésie et génèrent en moi une puissante émotion. J'ai eu plaisir à les lire. Mais surtout cela m'a donné envie de réentendre les chansons.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
ArnoTArnoT   23 novembre 2021
Ah ! je me vois déjà
Je me vois tout au bout
De ce voyage-là
D’où l’on revient de tout
Commenter  J’apprécie          51
NemorinoNemorino   10 juin 2014
Je suis l'ombre des chansons.

Suis l'ombre des chansons
Que tu veux oublier
Pour chanter les leçons
D'un monde fatigué
Suis l'ombre des chansons
Qui auraient pu jeter
Au fond de ta prison
Un rayon de clarté

Tout habillé de noir
Je te suis dans tes rêves
Tes rêves illusoires
Où le jour qui se lève
Sans foi sans joie s'achève

Suis l'ombre de l'ami
Dont tu laissas la main
La main qui te servit
A faire tes lendemains
Suis l'ombre de l'ami
Qui faisait qu'au matin
Pour toi chantait la vie
Et s'ouvraient les chemins

Tout habillé de noir
Je te suis au désert
Où t'entraîne l'espoir
De conquérir la terre
L'enfant méchant se perd

Suis l'ombre des amours
Que tu t'es refusés
En refusant toujours
A ton cœur d'espérer
Suis l'ombre des amours
Que tu as gaspillés
En gaspillant les jours
Qui sont faits pour aimer

Tout habillé de noir
Je te suis dans la vie
Ta vie où chaque soir
Se désole et vieillit
Ton cœur qui meurt d'ennui

Suis l'ombre de tout ça
Que tu as rejeté
Au plus profond de toi
Pour ne plus y penser
Suis l'ombre de tout ça
De cette vie passée
Que demain toi et moi
Pouvons recommencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
StephbegalaStephbegala   01 septembre 2019
Un jour le diable vint sur terre,un jour le diable vint sur terre pour surveiller ses interets,il a tout vu le diable,il a tout entendu,et après avoir tout vu,après avoir tout entendu,il est retourné chez lui,là bas
Et là bas ,on avait fait un grand banquet,à la fin du banquet,il s est levé le diable,il a prononcé un discours et en substance il a dit ceci,il a dit:

Il y a toujours un peu partout
Des feux illuminant la terre
Ça va
Les hommes s amusent comme des fous
Aux dangereux jeux de la guerre
Ca va
Les trains déraillent avec fracas
Parce que les gars pleins d idéal
Mettent des bombes sur les voies
Ça fait des morts originales
Ça fait des morts sans confession
Des confessions sans rémission
Ça va

Rien ne se vend mais tout s achète
L honneur et même la sainteté
Ça va
Les états se muent en cachette
En anonymes sociétés
Ça va
Les grands s arrachent les dollars
Venus du pays des enfants
L Europe répète l Avare
Dans un décor mil neuf cent
Ça fait des morts d inanition
Et l inanition des nations
Ça va

Les hommes ils en ont tant vu
Que leurs yeux sont devenus gris
Ça va
Et l on ne chante même plus
Dans toutes les rues de Paris
Ça va
On traite les braves de fous
Et les poètes de nigauds
Mais dans les journaux de partout
Tous les salauds ont leurs photo
Ça fait mal aux honnêtes gens
Et rire les malhonnêtes gens
Ça va ça va ça va ça va

Le Diable (ça va)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
NemorinoNemorino   10 juin 2014
Départs.
Toutes les amitiés
Qu´on laisse mourir
Qu´on laisse tomber
Pour aller courir
Sur de vains chemins
Cherchant pas à pas
Un bonheur humain
Qu´on ne connaît pas
Amitiés anciennes
Vieilles comme la vie
Idées faites siennes
Et que l´on renie
Visages sans noms
Prénoms sans visages
Rires que nous perdons
Inutiles bagages

Tous les "au revoir"
Qu´on lance à la ronde
Parce qu´on croit devoir
Parcourir le monde
...
Les bonheurs qu´on sème
A chaque départ
Meurent vite d´eux-mêmes
Sur les quais des gares
...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
ArimboArimbo   04 septembre 2020
Et la sous-préfecture
Fête la sous-préfète
Sous le lustre à facettes
Il pleur des orangeades
Et des champagnes tièdes
Et les propos glacés
Des femelles maussades
De fonctionnarisés

Je suis un soir d'été

Aux fenêtres ouvertes
Les dîneurs familiaux
Repoussent leurs assiettes
Et disent qu'il fait chaud
Les hommes lancent des rots
De chevaliers teutons
Les nappes tombent en miettes
Par-dessus les balcons

Je suis un soir d'été

Aux terrasses brouillées
Quelques buveurs humides
Parlent de haridelles
Et de vieilles perfides
C'est l'heure où les bretelles
Soutiennent le présent
Des passants répandus
Et des alcoolisants

Je suis un soir d'été

De lourdes amoureuses
Aux odeurs de cuisine
Promènent leur poitrine
Sur les flancs de la Meuse
Il leur manque un soldat
Pour que l'été ripaille
Et monte vaille que vaille
Jusqu'en haut de leurs bas

Je suis un soir d'été

Aux fontaines les vieux
Bardés de références
Rebroussent leur enfance
A petits pas pluvieux
Ils rient de toute une dent
Pour croquer le silence
Autour des filles qui dansent
A la mort d'un printemps

Je suis un soir d'été

La chaleur se vertèbre
Il fleuve des ivresses
L'été a ses grand-messes
Et la nuit les célèbre
La ville aux quatre vents
Clignote le remords
Inutile et passant
De n'être pas un port

Je suis un soir d'été


L
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

Videos de Jacques Brel (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Brel
Jacques Brel : Trois entretiens avec Dominique Arban (1967 / France Culture). Diffusion sur France Culture les 16, 23 et 30 juillet 1967. Photographie : Jacques Brel interviewé sur son bateau à Menton pour l'émission “Bibliothèque de poche” • Crédits : Jean Claude Pierdet / Ina - AFP. Son enfance passa. Une enfance où il ne se passait presque rien. Rien de rugueux. Une enfance paisible, trop paisible, morose. « Je suis très heureux d’avoir eu une enfance morose », confiait Jacques Brel à Dominique Arban en 1967 sur l'antenne de France Culture. Et d’ajouter : « Si on a eu une enfance heureuse, après ce doit être terrible. » Voici une série de trois entretiens où il est question d’enfance, de Far West, de vélo, de chanson, de music-hall, de rêves, de frissons et de femmes…
1er entretien : 1:35 2ème entretien : 23:49 3ème entretien : 41:59
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)
autres livres classés : chansonVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Brel : chansons pêle-mêle

je t'inventerai des mots insensés que tu comprendras je te parlerai de ces amants là, qui ont vu deux fois leurs coeurs s'embraser. je te raconterai l'histoire de ce roi, mort de n'avoir pas pu te rencontrer...

chanson sans paroles
les vieux
l'ivrogne
ne me quitte pas

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques BrelCréer un quiz sur ce livre