AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367934419
346 pages
Éditeur : L'Atalante (23/09/2016)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Sous la plume raffinée et sans pitié de Marie Brennan, retrouvez les aventures d'Isabelle Trent, naturaliste mondialement connue qui a consacré sa vie à l'étude des dragons. « Bien que peu de gens soient assez âgés pour s'en souvenir, et encore moins assez impolis pour en parler, je fus autrefois vilipendée dans les feuilles à scandales. [...] C'est à cette époque de mon existence que je fus accusée de fornication, de haute trahison et d'être la plus mauvaise mère... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Apophis
  25 septembre 2016
Un tome 2 qui marque quelques évolutions mais qui, fondamentalement, est une copie du premier
Le tropique des serpents est le deuxième volume des Mémoires de Lady Trent, après Une histoire naturelle des dragons. Rappelons que le cycle comptera cinq tomes au total, que le quatrième est sorti en avril aux USA , et que le dernier est prévu au printemps 2017. L'auteure a déjà annoncé qu'il n'y aura pas de romans supplémentaires, mais potentiellement des nouvelles / novellas devant combler certains blancs (l'une d'elles a déjà été écrite et se déroule entre deux des livres).
Une fois de plus, c'est l'illustration de couverture de Todd Lockwood qui nous frappe en premier. Signalons aussi que les illustrations intérieures en noir et blanc sont toujours présentes, bien que relativement inégales (mais le portrait d'Isabelle en page 41 est juste magnifique -la demoiselle est vraiment très jolie-).
Nous avons cette fois affaire à une Isabelle de 23 ans, ayant une aura un peu plus solide sur le plan scientifique, et surtout nettement plus indépendante et libre de ses mouvements que dans le tome précédent (du moins en première approximation). Elle va s'embarquer pour l'équivalent local de l'Afrique pour y étudier les espèces de dragons indigènes, sans se douter qu'elle va mettre les pieds dans un bel imbroglio politico-miltaro-industriel.
Avertissement : j'attire votre attention sur le fait que cette critique contient des spoilers sur la fin du tome 1. J'aurais aimé pouvoir faire autrement, mais ces éléments ont de telles conséquences qu'il est impossible de critiquer correctement le tome 2 sans les mentionner. Vous voilà prévenus.
- En cavale
Nous retrouvons Isabelle trois ans après la fin du tome 1. Elle a donné naissance à son fils, qu'elle a appelé comme son papa. Alors que son statut de veuve et le mécénat de Lord Hilford auraient pu lui offrir tout un tas de possibilités, elle a le sentiment que quelque part, cet enfant l'enchaîne au Scirland. Elle prend donc la décision, très controversée, de monter tout de même une expédition en Érigie (Traduisez Afrique, tout comme Anthiope = Europe, Thiessin = France, Eiverheim = Allemagne, et ainsi de suite), en laissant le petit aux bons soins de son beau-frère. de toute façon, obnubilée comme elle l'est par les dragons, elle n'a qu'une relation assez distante avec sa progéniture. Ce geste va être la première pierre qui, tout au long du livre, va lui valoir une réputation scandaleuse.
Quelque part, elle fuit son fils. Et elle n'est pas la seule… Sa protégée, Nathalie, la petite-fille de Lord Hilford, veut, elle, fuir la pression mise par sa famille pour, qu'à vingt ans, elle se trouve enfin un mari, rendez-vous compte ! Mais la jeune femme a l'âme d'une scientifique et, elle qui passe déjà tout son temps chez Isabelle, veut l'accompagner en Érigie. Ce qui sera une deuxième source de scandale lorsque le papa de la demoiselle accusera Lady Trent (qui s'appelle encore Miss Camherst) de ruiner la vie et les opportunités sociales de sa protégée.
Le fidèle Thomas Wilker (déjà croisé dans le tome 1, roturier protégé de Lord Hilford) accompagnera les deux jeunes femmes dans cette aventure.
- L'univers s'étoffe, Isabelle s'émancipe, et il y a quelques évolutions
Ce qui est assez paradoxal avec ce tome 2 est que le worldbuilding y est beaucoup plus présent que dans le précédent. D'habitude, dans un cycle, le plus gros est fait, à ce niveau là, dans le volume introductif, tandis que les suivants ne font plus qu'affiner le tableau déjà brossé. Ici, c'est un peu l'inverse : comparativement, le tome 1 était à la fois moins riche et beaucoup plus simple : Vystranie = Carpathes, un point et c'est presque tout, avec des influences des italiens et des russes locaux.
Là en revanche, l'auteure nous brosse un tableau complexe (et très réussi) d'une Afrique de fiction dans laquelle, outre les intérêts économiques (gisements… de fer, et pas d'or comme on aurait pu s'y attendre) des puissances « occidentales » (Anthiopiennes), se télescopent les ambitions politico-militaires de deux entités politiques locales : l'Union Talue (pensez Empire Malien, qui « conquiert » de façon soft d'autres pays en les intégrant à une coalition qu'il dirige) et les Ikwundés (comprenez : Zoulous).
L'expédition va se rendre au Bayembé (comprenez : Nigéria, et empire Yoruba), où le Scirland possède un comptoir. L'alliance avec les occidentaux est la seule solution que le souverain local a trouvé pour échapper à la conquête soft de l'Union ou à la conquête tout court par les Ikwundés. Isabelle vient y étudier à la fois les dragons locaux et ceux du marais surnommé l'Enfer Vert. Sur ce plan là, le nombre de dragons présenté au lecteur va littéralement exploser tous les compteurs du tome 1. Et ce n'est pas du tout : le monde devient un poil plus fantastique, puisqu'on mentionne également… des mammouths.
Isabelle va se retrouver empêtrée dans des luttes politico-militaires à la fois locales et inter-continentales, ainsi que prises dans les rets d'une realpolitik centrée sur des intérêts économiques. Autant dire qu'on est déjà assez éloigné du niveau un peu basique, limite Young Adult, du tome 1. Et du coup, c'est plus intéressant.
De même, Isabelle est un personnage qui a évolué sur deux points essentiels : d'abord, son statut de veuve lui donne une liberté qu'elle ne possédait pas en tant que femme mariée (et de plus, elle n'a plus la pression imposée à Nathalie par exemple pour se marier, puisque c'est déjà fait) ; ensuite, contrairement au tome 1 (et c'est la grande différence entre les deux livres), cette fois c'est une vraie naturaliste, et pas « juste » une épouse emmenée pour ses talents de dessinatrice et de secrétaire. Enfin, elle a un caractère plus affirmé, bien que, d'après les nombreux teasers disséminés par l'auteure sur ses aventures ultérieures, ce ne soit qu'un pâle reflet de ce qu'elle va devenir quelques années ou décennies plus tard.
La grosse évolution est qu'il y a plus d'action, voire même un poil de suspense, dans ce tome 2, alors que son prédécesseur était comparativement bien plus plat. Alors attention, hein, nous ne sommes toujours pas sur de l'Heroic Fantasy, mais disons que voir que ça bouge un peu plus est tout de même agréable. le feutré, l'écriture fine, l'aspect ethnologique, tout ça, c'est bien joli, mais c'est supposé être un roman d'aventure, quelque part, et sur ce plan là, on en a bien plus pour son argent que dans le volume 1 des Mémoires de Lady Trent. Les excellentes descriptions, très prenantes, de l'Enfer Vert, participent d'ailleurs à établir une fort agréable atmosphère n'étant pas si éloignée de certaines références du genre. Et la profonde différence, le contraste, entre le début du livre (qui se passe dans un cadre urbain et civilisé, que ce soit au Scirland ou au Bayembé) et sa suite, dans la jungle et les marais, participe fortement (et habilement) à frapper de plein fouet l'imagination du lecteur.
- Des évolutions, certes, mais fondamentalement, le tome 2 est une copie du précédent
Fondamentalement, ce cycle est de la Fantasy of Manners (ou Manner Fantasy) : Isabelle a peut-être plus de libertés qu'elle n'en avait dans le tome 1, mais elle reste entravée par divers carcans sociaux, au Scirland, bien entendu, mais aussi au Bayembé, et même dans l'Enfer Vert. A chaque fois, pour pouvoir réaliser son désir (étudier les dragons, une véritable monomanie), elle est obligée de composer avec, voire de se plier à, des règles de bienséance, de courtoisie, de conduite, et ainsi de suite. D'où l'épisode du Gynécée pour les femmes ayant leurs règles, du rituel de purification anti-sorcellerie, et ainsi de suite. Donc, même si superficiellement on pense que ce n'est pas le cas, en réalité le tome 2 n'est, sur ce plan précis, pas si différent du premie : le personnage, pour avancer, doit se plier à ou contourner des règles / un cadre social rigide.
C'est encore plus sensible au niveau de l'intrigue : même si elle est moins simple (voire simpliste), il n'en reste pas moins qu'une fois encore, Isabelle va aller dans un pays lointain étudier les dragons locaux, qu'elle va par hasard mettre les pieds dans une affaire ayant potentiellement de vastes répercussions, et découvrir au passage un point-clef sur les dragons (locaux ou en général). Sur ce plan là également, ce tome 2 est exactement semblable au 1.
Encore pire : le gros défaut du tome 1 était que le seul personnage d'Isabelle parasitait en quelque sorte absolument tous les autres, qui n'avaient alors au mieux qu'un statut de faire-valoir et, au pire, la consistance d'un ectoplasme. Je me demandais alors s'il s'agissait d'un défaut d'écriture de Marie Brennan ou d'une conséquence de la jeunesse et de l'enthousiasme d'une Isabelle de 19 ans, qui, toute accaparée par ses dragons, ne se préoccupait pas des autres, ce qui fait que l'auteure ne les développait pas plus qu'il n'était nécessaire. A l'issue de la lecture du tome 2, j'ai peur d'avoir ma réponse : les personnages secondaires sont toujours des spectres, que ce soit ceux déjà connus Wilker, Hilford) ou les nouveaux (Nathalie). Même les deux demi-antagonistes (le Lord qui vole la formule chimique au Scirland et Velloin, le chasseur) ne bénéficient que d'un très vague traitement de faveur, du moins pour le deuxième.
- En conclusion
Si ce tome 2 propose un univers plus étoffé (notamment via un solide contexte géopolitique), un personnage principal plus libre de ses mouvements (sur certains plans), plus d'action et une description très réussie et prenante d'une pseudo-Afrique de Fantasy, il n'en reste pas moins que sur le plan de la structure de l'intrigue, il n'est qu'une copie du tome 1, dont il conserve malheureusement le plus gros défaut : des personnages secondaires ectoplasmiques.
Malgré tout, j'ai pris plaisir à suivre ces nouvelles aventures de Lady Trent, et j'embarquerai sans le moindre doute avec elle dans son voyage autour du monde dans le tome 3.

Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
boudicca
  06 décembre 2016
Récompensé cette année par le Prix des Imaginales, le premier tome des aventures d'Isabelle Trent (« Une histoire naturelle des dragons ») relatait les débuts mouvementés d'une naturaliste spécialisée dans l'étude d'animaux d'un genre un peu particulier. La scientifique à la sulfureuse réputation poursuit ici son autobiographie avec le récit d'une autre expédition déterminante pour sa carrière, celle entreprise en Erigie à la rencontre des veurs des marais. En dépit d'un programme alléchant, ce « Tropique des serpents » n'est malheureusement pas vraiment à la hauteur de son prédécesseur. La principale raison tient au choix très discutable entre les événements que la narratrice décide de raconter et ceux qu'elle préfère passer sous silence. le témoignage ici présent émanant d'une naturaliste passionnée par les dragons, on pourrait s'attendre à ce que les dites créatures occupent justement une place de premier plan dans le récit et que le reste ne soit mentionné que de manière anecdotique. Et c'est justement tout l'inverse. « Nombre d'entre vous sont sans nul doute impatients de quitter les chemins poussiéreux de l'histoire naturelle », écrira Lady Trent lors d'un des rares passages un peu plus détaillé concernant les dragons et leurs spécificités. Or, c'est justement cette perspective de découvrir les sauriens par le prisme de la science qui m'avait autant charmé dans le premier tome et que j'ai eu bien du mal à retrouver ici. Toute la première moitié du roman est ainsi consacrée aux préparatifs de l'expédition, soit près de cent cinquante pages au cours desquelles Lady Trent s'attarde sur tout un tas de commérages (tout en expliquant à plusieurs reprises à quel point elle les exècre...) sans qu'on ne voit l'ombre d'un dragon.
La seconde partie de l'ouvrage vient heureusement mettre un terme à la longue liste de potins relatés par la narratrice qui retrouve alors sa posture de naturaliste, et ce pour le plus grand plaisir du lecteur. Après les paysages froids et désolés de la Vystranie, notre savante doit ici s'acclimater à « l'Enfer vert », un décor tout à fait différent s'apparentant davantage à la forêt amazonienne. le dépaysement est total et c'est avec beaucoup d'intérêt que l'on fait connaissance avec la faune et la flore locales, toutes deux décrites avec suffisamment de précision pour rendre l'immersion la plus convaincante possible. Et cela fonctionne à merveille. Veurs des marais, serpents arboricoles, dragulles, mâchoirons... : l'auteur profite notamment des nombreuses possibilités offertes par ce type de paysage pour étoffer un peu plus son bestiaire. Les illustrations insérées dans l'ouvrage par Todd Lockwood (à qui on doit toujours la très belle couverture) sont encore une fois un bonus appréciable permettant au lecteur de mieux se représenter telle espèce ou tel personnage. L'auteur retombe malheureusement dans les mêmes travers mentionnés plus haut lors des derniers chapitres en se focalisant davantage sur le rôle politique joué par notre héroïne plutôt que sur ses découvertes scientifiques. Si les subtilités des intrigues opposant le Bayembé au Scirland m'ont en ce qui me concerne laissé de marbre, elles témoignent malgré tout d'une louable volonté de la part de l'auteur de complexifier son univers sur le plan géopolitique ce qui peut difficilement lui être reproché. Les renseignements rapportés par la narratrice concernant le mode de vie peu ordinaire des rares habitants des marais sont en revanche plus intéressants, mais seulement parce qu'ils s'apparentent une fois encore à une démarche d'ordre scientifique.
Un second tome en peu en dessous du premier, en grande partie à cause de la volonté manifeste de l'auteur de se concentrer sur les scandales provoqués par son héroïne plutôt que sur les recherches menées par celle-ci. Dommage, car les passages au cours desquels Marie Brennan cherche à véritablement développer son bestiaire sont très convaincants. C'est avec impatience que j'attends maintenant le troisième volume de la série qui devrait paraître en France au printemps prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
basileusa
  15 septembre 2019
Il y a un moment que j'avais lu le premier tome mais il y a beaucoup de rappel donc je n'ai pas eu de souci pour me replonger rapidement dans l'univers de Lady Trent. La voici prête pour une nouvelle aventure , à la recherche des dragons des marais , dans un pays étranger proche de la guerre avec son voisin. Bien sûr il va encore lui arriver de nombreuses aventures, ce qui ne nous laisse pas le temps de trop nous ennuyer dans son "enfer vert ".
J'aime beaucoup l'univers , si il est imaginaire, il est clairement emprunté au XIX éme , où l'on ne voit pas toujours d'un bon oeil l'indépendance d'une femme, qui devrait créer un foyer . Mais Lady Trent , cette jeune naturaliste, n'a pas froid aux yeux et fonce ! Par contre ma réserve vient du fait qu'il faut digérer tous les noms nouveaux, les personnages sont nombreux et on change de pays à chaque tome donc pas facile de s'y retrouver. Je lirai toutefois le tome 3 avec plaisir , d'autant plus que je suis curieuse de savoir quel genre de mari elle va épouser , son histoire personnelle n'ayant pas vraiment avancé dans ce tome ci.
Multi-défis 2019
Challenge Mauvais genre
Challenge séries 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
BlackWolf
  26 août 2016
En Résumé : J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce second tome des mémoires de Lady Trent. L'intrigue peut paraitre aux premiers abords répétitive, mais c'est dans l'évolution de l'héroïne, de ses combats et de l'univers que l'auteur arrive à renouveler son roman. En effet c'est vraiment dans l'évolution du destin d'Isabella que j'ai été happé, de par sa passion pour les dragons qu'elle arrive à nous partager, mais aussi dans ses combats pour être respectée alors qu'elle est une femme. L'univers développé continue à se densifier, nous faisant découvrir de nouveaux territoires dépaysant, de nouveaux dragons et de nouveaux personnages. La politique s'insinue aussi dans ce tome, forçant notre héroïne à devoir jongler avec des jeux de pouvoirs pour s'en sortir. le personnage d'Isabella est toujours aussi captivante à découvrir, offrant une héroïne forte, charismatique et entraînante, qui pourrait paraître froide, mais qui finalement montre au fil du récit des sentiments complexes. Dommage que les personnages secondaires pâtissent un peu de l'aura de l'héroïne, mais je pense que cela va changer par la suite. Contrairement au premier tome, j'ai trouvé celui-ci mieux maîtrisé au niveau du rythme, moins de longueurs. Par contre, la conclusion me paraît toujours un peu précipitée, même si rien de non plus bloquant. Au final un second tome réussi, porté par une plume soignée et efficace. Il ne me reste plus qu'à faire entrer la suite dans ma PAL VO.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
celindanae
  05 octobre 2016
J'ai beaucoup aimé le premier tome de cette série qui a obtenu le prix Imaginales dans la catégorie roman étranger traduit ( voir ma chronique du premier tome : une histoire naturelle des dragons) et il me tardait de lire la suite. J'ai donc lu ce tome dès sa sortie. Il est à la fois semblable au premier par sa construction et sa focalisation sur le personnage principal mais aussi différent par le fait qu'il permet de mieux cerner l'univers des romans.
Le roman est toujours raconté à la première personne par le personnage de Lady Trent âgée qui raconte ses mémoires comme dans le premier tome. L'action se déroule 3 ans après la fin du premier livre et la vie d'Isabelle a changé. Son travail commence à être reconnu et elle ne part pas en expédition en tant que « femme de » mais en tant que membre à part entière. Isabelle Trent est à la fois attachante et passionnante. C'est un personnage fort, avec du caractère. Elle sait ce qu'elle veut et comment y parvenir et doit toujours s'imposer dans un monde d'hommes. C'est une femme, scientifique et mère dans ce tome. Si vous n'avez pas lu le premier tome, cette chronique risque de spoiler (désolée). Elle se retrouve en plus mère célibataire et il est très difficile de tout concilier, ses aspirations et son quotidien. Cet aspect même s'il n'est pas au centre du roman a son importance dans l'histoire et dans ce que veut montrer l'auteure. Il touchera certainement plus son lectorat féminin🙂.
Ce nouveau tome nous fait découvrir un nouveau continent qui ressemble trait pour trait à l'Afrique. La description du pays où se déroule l'action (l'Erigie) est vraiment très bien faite et contribue à l'aspect immersif de ce roman.On est tout de suite plongé dans ce nouveau décor et les illustrations et surtout les très belles descriptions des paysages nous entrainent dans les pas de l'héroïne, on est comme happé par ces décors et on suit avec plaisir les aventures de Lady Trent. Cet aspect est pour moi un des gros points forts du roman. le ton général et la trame du roman ressemblent assez au tome 1, cependant le fait que l'on change de continent apporte un plus et renouvelle l'intérêt de l'univers. Isabelle est également confrontée à des problèmes de luttes politiques qui la dépassent mais auxquels elle est obligée de faire face. Il est parfois compliqué de suivre les différents partis impliqués dans les luttes politiques à cause des noms qui ne sont pas faciles à retenir mais cette dimension apporte un plus au roman.
On retrouve en effet une trame scénaristique assez similaire au premier ( expédition, aventures, problèmes pendant l'expédition et conséquences). Cependant, l'ajout de nouveaux personnages, de nouveaux pays et de nouveaux dragons permet de passer outre.
Le personnage de Nathalie en particulier est également un personnage féminin assez fort et qui ressemble assez à Isabelle même si elle n'a pas fait les mêmes choix. Cependant, comme dans le premier tome, la narration à la première personne fait que les personnages secondaires passent au second plan. C'est parfois dommage car on aurait bien aimé en savoir un peu plus sur eux, mais Isabelle est un personnage tellement fascinant que cela ne m'a pas gêné plus que ça.
J'ai donc passé à nouveau un très bon moment avec ce tome 2 des aventures de Lady Trent. On y retrouve le même esprit que dans le premier avec à nouveau de très belles illustrations. le personnage d'Isabelle Trent est toujours aussi passionnant et les dragons n'ont pas livré tous leurs mystères. L'aspect naturalisme mêlé d'aventures est toujours bien traité et le rythme du roman est un peu plus intense que dans le tome 1. Il est cependant dommage que les personnages secondaires aient si peu d'importance. Ce défaut sera peut être corrigé par la suite. Il me tarde de lire la suite des aventures de Lady Trent et de découvrir de nouveaux dragons.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Elbakin.net   13 juillet 2015
The Tropic of Serpents confirme tout le bien que l’on avait pu dire à propos de A Natural History of Dragons et se paie même le luxe d’améliorer certains des défauts soulignés dans le premier tome.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   19 octobre 2016
Pour la première fois de ma vie, je pris délicieusement conscience que j'étais vraiment une naturaliste. Pas l'épouse d'un savant que l'on avait emmené à cause de ses talents de dessinatrice et de secrétaire ; pas quelqu'un dont le hobby était de collectionner des lucions dans sa cabane de jardin, mais une scientifique à part entière, qui se consacrait pleinement à son travail.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Marie Brennan (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Brennan
Marie Brennan - Mémoires, par lady Trent. Volume 4, Le labyrinthe des gardiens
autres livres classés : dragonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1531 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..