AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742742424
148 pages
Éditeur : Actes Sud (04/03/2003)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition Source : Actes Sud / Un endroit ou aller - 03/2003)


Si j'écris, c'est aussi parce que je ne vais pas faire mes devoirs ce soir. Je n'ai rien appris aujourd'hui. Les blouses courtes (c'est comme ça que j'appelle mes profs) racontent que j'ai trop d'imagination, mais que je ne suis pas encore un échec scolaire. Ils m'ont rangée dans la catégorie des cas à surveiller. Je ne réponds jamais aux énoncés quand il fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
tilly
  11 mai 2011
Paris, le 11 mai 2011
Lettre à Lisa,
Dans mon rêve cette nuit je vous voyais Lisa, resplendissante en robe du soir rouge de Chine. Vous montiez les marches à Cannes, tenant la main d'un jeune garçon en smoking, votre fils. Vous veniez présenter votre premier long métrage, en lice pour la palme d'or 2011. Vous aviez tenu tête à vos producteurs et distributeurs en imposant sur l'affiche, le titre du film en mandarin ! La jeune actrice qui incarnait à l'écran votre Lucette-Lulu-Lu-Lully-Lili de treize à dix-huit ans, cachait son joli minois derrière un éventail promotionnel décoré des fameux sept idéogrammes dont la signification allait être révélée au moment du générique.
C'était un joli rêve. Vous ne monterez jamais les marches à Cannes, Lisa.
C'est ce diable de Nabe qui m'a appris dans une seule ligne, à la fois, votre existence, et votre disparition volontaire et tragique à l'été 2007.
Alors j'ai lu vos livres, enfin pas tous, pas encore. Il y en a beaucoup. J'ai lu quatre romans, un essai, une nouvelle, un livre pour enfants. Vous m'avez intriguée, étonnée. Je vous ai regardée, écoutée, admirée, aimée. Malgré votre jeunesse à jamais, vous laissez une oeuvre singulière et magnifique, cohérente, comme achevée et ouverte à la fois.
Vous avez trente ans ou à peine plus lorsque vous écrivez "Pékin est mon jardin". C'est justement celui-là que vous avez écrit au Japon, non ? A Kyoto ? Décidément c'est un peu comme au collège quand vous récitiez des poèmes au cours de gym, et transcriviez un morceau pour flûte pendant un devoir sur table de français.
Ce roman publié en 2003 chez Actes Sud est un tour de force poignant par lequel vous transformez l'histoire banale mais terrible d'une toute jeune fille trop sensible abandonnée par son papa, en fantaisie asiatique cruelle, en conte pour adultes, farfelu et poétique, à l'exact opposé de la mièvrerie pleurnicharde. Et pourtant...
Dans un entretien radiophonique, vous avez raconté votre vrai premier voyage à Pékin. Vous aviez dix-huit ans, Lisa, tout comme votre héroïne de "Pékin est mon jardin" lorsqu'elle s'envole pour la Chine à la fin du roman. Vous disiez au journaliste la longue attente de ce moment-là, votre impatience, les efforts pour vous y préparer le plus sérieusement possible, et puis à peine arrivée là-bas, la catastrophe : on vous annonce la mort de votre père à Paris, dans des circonstances dramatiques. Votre retour, une enquête pénible et sans résultats. On ne retrouvera jamais les meurtriers.
Dans "Pékin", il y a la disparition volontaire d'un père, des énigmes à résoudre, un prince charmant chinois, une clef à trouver pour ouvrir un coffre à secrets, une éducation sentimentale et sexuelle surprenante avec pour décor l'arrière-cour d'une boutique de chinoiseries dans le treizième arrondissement de Paris. Il y a des rires, des fous-rire, et des larmes. Il y a une professeur de français pas comme les autres (Jeanne H. à qui vous dédiez votre livre), et une maman aimante et très attentionnée à sa manière. Mais il y a aussi, dans le livre et peut-être dans la vie, la chute mortelle d'un garçon aimé depuis un balcon voisin, la précocité, l'anorexie mentale, l'attirance pour le vide, le besoin d'écrire pour vivre.
Lisa, pardon pour cette lettre indiscrète. On est indiscret quand on prétend vouloir comprendre l'incompréhensible.
Indiscrète et présomptueuse, car c'était un de vos nombreux talents, Lisa : les lettres, la calligraphie chinoise. Par exemple ces deux idéogrammes qui ouvrent le site qui vous est dédié. C'étaient paraît-il vos préférés, ils signifient : vents et flots, l'eau qui court à la vitesse du vent, libertinage.
A vous relire toujours, chère Lisa,
Tilly
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
VanessaV
  20 février 2008
(...) Nous arrivons dans la vie d'une jeune fille de 13 ans, Lu, intelligente et en dehors des normes établies. Son père part après une dispute familiale juste avant de lui offrir son cadeau d'anniversaire…un cadeau qu'il a commandé dans le magasin chinois d'en face, celui qui tente tellement Lu. Sur les traces de son père parti en Chine (mais qui reviendra la chercher pour l'y emmener, c'est sûr) et de ce cadeau en attente, l'auteure nous offre un tableau de quelques années…de ses quelques années peut-être.
Ce livre fourmille de mots justes, de réflexions sur l'existence, l'amour et la passion, la Chine, la spiritualité chinoise et l'écriture. (...)
l'avis complet ici http://iam-like-iam.blogspot.com/2007/10/pkin-et-passion.html
Commenter  J’apprécie          10
ClarissaDalloway
  16 mars 2008
Merci enc¤¤oO0OO¤¤re à Eva Almassy ( qui parle si bien de son amie Lisa ici) de m'avoir permis de le découvrir !
Lu est une petite jeune fille de tout juste treize ans. Normalement, enfin sur l'état civil, elle se prénomme Lucette, mais comme ses parents n'ont jamais pu se mettre d'accord, « Papa m'appelle Lulu et maman Lully et parfois Lisette quand elle veut me gronder. Moi, je m'appelle Lu parce que c'est la seule syllabe qu'ils aient gardée en commun. Ils ne lisent pas beaucoup et leurs idées sont pleines de livres qu'ils n'ont pas ouverts, alors je ne leur en veux pas de m'avoir oubliée à la racine. »
la suite sur :
http://lily-et-ses-livres.blogspot.com/2007/09/pkin-est-mon-jardin-lisa-bresner_18.html
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
VanessaVVanessaV   20 février 2008
- D’une toise sont les montagnes, d’un pied les arbres, d’un pouce les chevaux, d’une ligne les hommes. Lointains, les arbres sont dépourvus de branches ; lointaines, les montagnes sont privées de rochers ; lointains, les hommes n’ont pas d’yeux… Connais-tu la merveilleuse histoire de ce peintre dont le paysage était si parfait qu’il était entré dedans et s’y était perdu ?
Commenter  J’apprécie          70
Emma-saruEmma-saru   25 avril 2010
Aujourd’hui j’ai eu treize ans, mon père est parti de chez nous, il m’a promis de revenir pour m’emmener en Chine avec lui.
Lundi, il faisait froid, un peu nuit, tombée très vite, ce n’était déjà pas normal.
Mais lundi ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.
Commenter  J’apprécie          50
VanessaVVanessaV   20 février 2008
J’ai l’impression de vivre avec trop de sens
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Lisa Bresner (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Bresner
Le Cercle de Minuit, présenté par MIchel Field. FRANCE 2, 13 décembre 1993. Avec Lisa Bresner -> démarrer la vidéo à partir de 4:57
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le secret d'un prénon

quelle age a la jeune fille

3mois
195 ans
8 ans
10 ans

8 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Le secret d'un prénom de Lisa BresnerCréer un quiz sur ce livre