AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Jouffroy (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070300455
Éditeur : Gallimard (28/10/1937)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 55 notes)
Résumé :
D'André Breton, le public a surtout retenu les slogans, les théories définitives et les outrances provocatrices. On en oublierait presque le poète. Et"Clair de terre", justement, nous rappelle combien cette poésie demeure vivante et indispensable. Avec l'écriture automatique, les collages, les récits de rêves et autres principes d'écriture révolutionnaires, on ressent aujourd'hui encore quel choc, quel vent de tempête a pu déchaîner ce langage nouveau (ou presque...... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
segrob
  28 janvier 2013
Je n'ai pas trouvé au travers de ce « Clair de Terre », ce que je recherche depuis longtemps ; à savoir comprendre et aimer la poésie.
Seuls les textes tels que « Cinq rêves » m'ont vivement intéressé.
Breton sait très bien écrire, ses récits sont intéressants et ont aiguisé ma curiosité …qui retombait à la lecture du premier poème venu.
Ce n'est que partie remise, je tenterai ma chance plus tard. Tout est sûrement une question de temps…
Par contre, ce recueil de poèmes m'a permis de faire un « inventaire » de tous ces personnages qui ont créé et ont donné de la consistance aux mouvements dadaïste et surréaliste. A chaque dédicace, la liste s'allongeait : St Pol Roux, Gabory, Reverdy, de Chirico, Poiret, Eluard, Baron, Aragon, Noll, Soupault, Péret, Picabia, Desnos, Man Ray, Ernst...sans parler des précurseurs tels que Baudelaire et Barbey d'Aurevilly (réalisme) et Germain Nouveau (symbolisme).
De plus, la préface d'Alain Jouffroy est magnifiquement écrite. Elle nous fait toucher du doigt le génie de Breton et a permis de rendre ces poèmes un peu moins hermétiques à mes yeux.
C'est plein de tristesse et de nostalgie que je referme ce recueil. Triste de ne pas avoir su trouver la clé de la compréhension et nostalgique de ce siècle dernier où les intellectuels de tout genre se réunissaient et laissaient germer les idées plus ou moins farfelues pour inventer de nouveaux styles d'écriture, de nouvelles visions. Quelle émulation cela devait être !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GuillaumeTM
  29 mars 2013
Ce sont les premiers poèmes d'André Breton dont certains furent publiés dans les revues Dadaïstes. Toutes écrites en prose, ça va de 1919 à 1936. Un livre peu abordable pour ceux qui n'entendent rien au Surréalisme.
Commenter  J’apprécie          30
Mirpoint
  15 août 2014
Recueil étrange et inconstant, qui convulse entre le délire ennuyeux et le délire génial.
Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable
  14 mai 2018
Lecture indispensable à qui s'intéresse au surréalisme. Personnellement, j'aime beaucoup ce style.
Commenter  J’apprécie          10
lesmiscellaneesdepapier
  16 décembre 2015
Résumé : recueil de poésie, textes en vers, en prose, rêves écrits.... Les textes ont été écrits entre 1919 et 1936, pendant que l'auteur était en pleins doutes quant à son écriture.
Le mot de la fin : Des textes complètement perturbants que ce soit par la forme ou par le contenu. André Breton est totalement déroutant. Je n'en attendais pas moins pour cet ancien dadaïste, chef de file du surréalisme. Un plaisir qui se lit lentement par contre, car la lecture n'est pas aisée.
Lien : http://www.lesmiscellaneesde..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   10 janvier 2015
LE RÉVOLVER À CHEVEUX BLANCS

LA FORÊT DANS LA HACHE (1932)


On vient de mourir mais je suis vivant et cependant je n’ai plus d’âme. Je n’ai plus qu’un corps transparent à l’intérieur duquel des colombes transparentes se jettent sur un poignard transparent tenu par une main transparente. Je vois l’effort dans toute sa beauté, l’effort réel qui ne se chiffre par rien, peu avant la disparition de la dernière étoile. Le corps que j’habite comme une hutte et à forfait déteste l’âme que j’avais et qui surnage au loin. C’est l’heure d’en finir avec cette fameuse dualité qu’on m’a tant reprochée. Fini le temps où des yeux sans lumière et sans bagues puisaient le trouble dans les mares de la couleur. Il n’y a plus ni rouge ni bleu. Le rouge-bleu unanime s’efface à son tour comme un rouge-gorge dans les haies de l’inattention. On vient de mourir, — ni toi ni moi ni eux exactement, mais nous tous, sauf moi qui survis de plusieurs façons : j’ai encore froid, par exemple. En voilà assez. Du feu! Du feu! Ou bien des pierres pour que je les fende, ou bien des oiseaux pour que je les suive, ou bien des corsets pour que je les serre autour de la taille des femmes mortes, et qu’elles ressuscitent, et qu’elles m’aiment, avec leurs cheveux fatigants, leurs regards défaits! Du feu, pour qu’on ne soit pas mort pour des prunes à l’eau-de-vie, du feu pour que le chapeau de paille d’Italie ne soit pas seulement une pièce de théâtre! Allô, le gazon! Allô, la pluie! C’est moi l’irréel souffle de ce jardin. La couronne noire posée sur ma tête est un cri de corbeaux migrateurs car il n’y avait jusqu’ici que des enterrés vivants, d’ailleurs en petit nombre, et voici que je suis le premier aéré mort. Mais j’ai un corps pour ne plus m’en défaire, pour forcer les reptiles à m’admirer. Des mains sanglantes, des yeux de gui, des bouches de feuilles mortes et de verre (les feuilles mortes bougent sous le verre ; elles ne sont pas aussi rouges qu’on le pense, quand l’indifférence expose ses méthodes voraces), des mains pour te cueillir, thym minuscule de mes rêves, romarin de mon extrême pâleur. Je n’ai plus d’ombre non plus. Ah mon ombre, ma chère ombre. Il faut que j’écrive une longue lettre à cette ombre que j’ai perdue. Je commencerai par Ma chère ombre. Ombre, ma chérie. Tu vois. Il n’y a plus de soleil. Il n’y a plus qu’un tropique sur deux. Il n’y a plus qu’un homme sur mille. Il n’y a plus qu’une femme sur l’absence de pensée qui caractérise en noir pur cette époque maudite. Cette femme tient un bouquet d’immortelles de la forme de mon sang.

p.123-124
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
lesmiscellaneesdepapierlesmiscellaneesdepapier   10 octobre 2015
Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Le désespoir n'a pas d'ailes, il ne se tient pas nécessairement à une table desservie sur une terrasse, le soir, au bord de la mer. C'est le désespoir et ce n'est pas le retour d'une quantité de petits faits comme des graines qui quittent à la nuit tombante un sillon pour un autre. Ce n'est pas la mousse sur une pierre ou le verre à boire. C'est un bateau criblé de neige, si vous voulez, comme les oiseaux qui tombent et leur sang n'a pas la moindre épaisseur. Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Une forme très petite, délimitée par un bijou de cheveux. C'est le désespoir. Un collier de perles pour lequel on ne saurait trouver de fermoir et dont l'existence ne tient pas même à un fil, voilà le désespoir. Le reste, nous n'en parlons pas. Nous n'avons pas fini de deséspérer, si nous commençons. Moi je désespère de l'abat-jour vers quatre heures, je désespère de l'éventail vers minuit, je désespère de la cigarette des condamnés. Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Le désespoir n'a pas de coeur, la main reste toujours au désespoir hors d'haleine, au désespoir dont les glaces ne nous disent jamais s'il est mort. Je vis de ce désespoir qui m'enchante. J'aime cette mouche bleue qui vole dans le ciel à l'heure où les étoiles chantonnent. Je connais dans ses grandes lignes le désespoir aux longs étonnements grêles, le désespoir de la fierté, le désespoir de la colère. Je me lève chaque jour comme tout le monde et je détends les bras sur un papier à fleurs, je ne me souviens de rien, et c'est toujours avec désespoir que je découvre les beaux arbres déracinés de la nuit. L'air de la chambre est beau comme des baguettes de tambour. Il fait un temps de temps. Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. C'est comme le vent du rideau qui me tend la perche. A-t-on idée d'un désespoir pareil! Au feu! Ah! ils vont encore venir... Et les annonces de journal, et les réclames lumineuses le long du canal. Tas de sable, espèce de tas de sable! Dans ses grandes lignes le désespoir n'a pas d'importance. C'est une corvée d'arbres qui va encore faire une forêt, c'est une corvée d'étoiles qui va encore faire un jour de moins, c'est une corvée de jours de moins qui va encore faire ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lesmiscellaneesdepapierlesmiscellaneesdepapier   10 octobre 2015
Plutôt la vie

Plutôt la vie que ces prismes sans épaisseur même si les couleurs son plus pures
Plutôt que cette heure toujours couverte que ces terribles voitures de flammes froides
Que ces pierres blettes
Plutôt ce coeur à cran d'arrêt
Que cette mare aux murmures
Et que cette étoffe blanche qui chante à la fois dans l'air et dans la terre
Que cette bénédiction nuptiale qui joint mon front à celui de la vanité totale
Plutôt la vie

Plutôt la vie avec ses draps conjuratoires
Ses cicatrices d'évasions
Plutôt la vie plutôt cette rosace sur ma tombe
La vie de la présence rien que de la présence
Où une voix dit Es-tu là où une autre répond Es-tu là
Je n'y suis guère hélas
Et pourtant quand nous ferions le jeu de ce que nous faisons mourir
Plutôt la vie

Plutôt la vie plutôt la vie Enfance vénérable
Le ruban qui part d'un fakir
Ressemble à la glissière du monde
Le soleil a beau n'être qu'une épave
Pour peu que le corps de la femme lui ressemble
Tu songes en contemplant la trajectoire tout du long
Ou seulement en fermant les yeux sur l'orage adorable qui a nom ta main
Plutôt la vie

Plutôt la vie avec ses salons d'attente
Lorsqu'on sait qu'on ne sera jamais introduit
Plutôt la vie que ces établissements thermaux
Où le service est fait par des colliers
Plutôt la vie défavorable et longue
Quand les livres se refermeraient ici sur des rayons moins doux
Et quand là-bas il ferait mieux que meilleur il ferait libre oui
Plutôt la vie

Plutôt la vie comme fond de dédain
A cette tête suffisamment belle
Comme l'antidote de cette perfection qu'elle appelle et qu'elle craint
La vie le fard de Dieu
La vie comme un passeport vierge
Une petite ville comme Pont-à-Mousson
Et comme tout s'est déjà dit
Plutôt la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
coco4649coco4649   16 février 2015
L'air de l'eau (1934)


J ' ai devant moi la fée du sel
Dont la robe brodée d 'agneaux
Descend jusqu' à la mer
Et dont le voile de chute en chute irise toute la
montagne
Elle brille au soleil comme un lustre d 'eau vive
Et les petits potiers de la nuit se sont servis de ses
ongles sans lune
Pour compléter le service à café de la belladone
Le temps se brouille miraculeusement derrière ses
souliers d 'étoiles de neige
Tout le long d' une trace qui se perd dans les caresses de
deux hermines
Les dangers rétrospectifs ont beau être richement
répartis
Des charbons mal éteints au prunelier des haies par le
serpent corail qui peut passer pour un très mince
filet de sang coagulé
Le fond de l' âtre
Est toujours aussi splendidement noir
Le fond de l' âtre où j ' ai appris à voir
Et sur lequel danse sans interruption la crêpe à dos
de primevères
La crêpe qu'il faut lancer si haut pour la dorer
Celle dont je retrouve le goût perdu
Dans ses cheveux
La crêpe magique le sceau aérien
De notre amour

p.166-167
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
coco4649coco4649   14 janvier 2015
LE SOLEIL EN LAISSE

À Pablo Picasso


Le grand frigorifique blanc dans la nuit des temps
Qui distribue les frissons à la ville
Chante pour lui seul
Et le fond de sa chanson ressemble à la nuit
Qui fait bien ce qu’elle fait et pleure de le savoir
Une nuit où j’étais de quart sur un volcan
J’ouvris sans bruit la porte d’une cabine et me jetai
aux pieds de la lenteur
Tant je la trouvai belle et prête à m’obéir
Ce n’était qu’un rayon de la roue voilée
Au passage des morts elle s’appuyait sur moi
Jamais les vins braisés ne nous éclairèrent
Mon amie était trop loin des aurores qui font cercle
autour d’une lampe arctique
Au temps de ma millième jeunesse
J’ai charmé cette torpille qui brille
Nous regardons l’incroyable et nous y croyons malgré nous
Comme je pris un jour la femme que j’aimais
Nous rendons les lumières heureuses
Elles se piquent à la cuisse devant moi
Posséder est un trèfle auquel j’ai ajouté artificiellement
la quatrième feuille
Les canicules me frôlent
Comme les oiseaux qui tombent
Sous l’ombre il y a une lumière et sous cette lumière
il y a deux ombres
Le fumeur met la dernière main à son travail
Il cherche l’unité de lui-même avec le paysage
Il est un des frissons du grand frigorifique.

p.87-88
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de André Breton (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Breton
"André BRETON, écrivain définitif : Une enfance littéraire " émission de Mathieu Bénézet diffusée, en 1996, sur France Culture.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
656 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre