AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791028110291
Bragelonne (16/08/2018)
4.27/5   49 notes
Résumé :
Depuis des temps immémoriaux, des démons assoiffés de sang rôdent dans les ténèbres. L’espèce humaine, décimée, dépend pour se protéger d’une magie en bonne partie oubliée.
En cherchant à unir la population pour mener la guerre ultime contre les chtoniens, Arlen et Jardir ont incité ceux-ci à se multiplier aux quatre coins de Thesa. L’humanité ne peut espérer survivre, à moins qu’Arlen, Jardir et Renna obligent le fourbe prince démon qu’ils ont fait prisonnie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Z3D
  19 octobre 2017
A travers cette critique du tome 5 du cycle des démons, c'est une critique des trois derniers tomes de ce cycle. Pourquoi des trois derniers ? Je serais tenté de dire que c'est le point de rupture du cycle.
Si je devais résumé ce cycle en un mot, j'hésiterais entre déception et gâchis. Ce sont certainement des mots trop fort mais c'est un peu la sensation que j'ai eu à la fin de ce tome et de ce cycle.
J'avais pourtant tellement aimé les deux premiers tomes. Et même si tout au long du cycle, le peuple des Krasians ne m'intéressait que moyennement, j'avais compris la démarche artistique de représenter l'histoire à travers l'antagoniste d'Arlen.
Tout est parti en vrille à partir du tome 3. Je ne dirais pas que la suite du cycle est mauvaise, je dis juste que j'ai eu l'impression que l'auteur faisait du remplissage transformant une trilogie pouvant devenir épique en une mollassonne pentalogie.
J'estime que revoir l'histoire à travers Inevera n'était vraiment pas utile. Je sais que cela permettait à l'auteur de présenter de façon aisée toute la mythologie des Dama'ting mais avions nous vraiment besoin de tout savoir ? de plus, en choisissant de traiter 3 personnages de la sorte, il faut qu'il y ait une raison. Or Inevera n'est pas plus importante que Leesha finalement. du coup, je trouve que le cycle est un peu bancal.
Le tome 4 comporte également un peu de flashback mais peu et concerne un personnage mineur (Ashia) qui franchement n'apporte pas grand-chose. Ce tome m'a vraiment donné l'impression de tirer à la ligne et de faire traîner inutilement l'histoire en longueur avec seulement 10 % du livre consacrer aux personnages principaux (Arlen et Jardir).
Je vais donc commencer ma critique du tome 5. Commençons par les points positifs. C'est le seul tome qui ne comporte pas de flashback ce qui est déjà une bonne chose.
Voilà pour les points positifs. Je sais c'est court mais c'est à la hauteur de ma déception. J'exagère, les personnages sont toujours bien faits, l'ambiance est toujours sympa mais c'est plus par nostalgies que par engouement que j'ai poursuivi ma lecture. Un peu comme une série qui s'essouffle mais qu'on continue de regarder quand même. J'avais surtout été hypé par l'auteur annonçant de grandes révélations dans ce tome. Je voulais en savoir plus sur l'origine des démons, sur l'époque de Kaji mais là aussi l'auteur m'a déçu.
Reprenons avec les aspects négatifs de cette fin de cycle. L'auteur a voulu en faire un livre choral. En effet, nous recroisons tous les personnages croisés dans les tomes d'avant. Je dis bien tous ! Je comprends que grâce à cela l'auteur cherche a nous transmettre le coté total de l'attaque des démons mais franchement, réintroduire des personnages perdu de vue depuis plus de 2 tomes je ne suis pas sûr que cela soit utile. D'autant que beaucoup de ces personnages n'apportent rien à l'histoire.
L'auteur aurait du fermer des lignes de récit ou alors ne pas les rouvrir. Toute l'intrigue est diluée dans un nombre de personnage beaucoup trop important. C'est même le contraire qui se produit puisque les quelques lignes fermées ne le sont pas vraiment ce qui laisse sur le coté du récit des personnages importants dans les tomes précédents (Shikva & Amanvah notamment). Au lieu d'utiliser des personnages bien installés, l'auteur fait le choix de les remplacer par des quidams fades et inconsistants !
Le deuxième reproche c'est la surutilisation des mots Krasians. J'ai enchaîné la lecture du tome 4 et 5 car j'avais eu quelques difficultés pour les tomes 3 et 4 à me refamiliariser avec ces termes dont le nombre ne fait que grandir à chaque tome. Je trouve que cela empêchait une lecture fluide et cassait mon rythme de lecture mais ceci est très personnel.
Tant qu'à être dans les noms, pourquoi avoir utilisé les prénoms Shanvat et Shanjat dans la même partie du récit. Pourquoi apporter de la confusion inutilement. Si cela remplit un rôle dans le récit, oui, si c'est juste par fainéantise, non !
Le troisième reproche qui est, selon moi le pire, concerne les trahisons de l'auteur. Je peux comprendre qu'un cycle aussi long ne peut répondre à toutes les attentes ou désirs du lecteurs. Mais dans ce cas-là, beaucoup d'indices disséminés tout au long du cycle restent inexploités où sous-employés.
-l'enfant de Jardir et Leesha dont les particularités ne sert strictement à rien.
-le plus marquant est celui du lien entre Abban et Jardir qui au final n'existe pas vraiment.
-la bibliothèque de Miln qui renfermait les connaissances de l'age des sciences. En dehors des armes à feu, elle ne renfermait rien d'autre visiblement.
-le dernier point est un énorme spoil. Je ne vais pas en dire grand-chose mais tout ce qui concerne Kaji et son peuple est très léger et expédié en 50 pages à la louche (je n'ai pas comptais mais c'est bâclé selon moi)…
En revanche, rien de clair sur l'origine des démons...
Bref, je n'ai pas appris ce que je souhaitais dans cette conclusion. Pire que cela, j'en ai appris trop sur rien et rien sur l'essentiel !
Le coup de grâce est apporté par la fin tellement clichée alors que j'attendais une fin en apothéose…
Elle ne rend pas justice au monde ni aux personnages créés !
Cette critique paraît lourdement à charge mais elle n'est que le reflet de ma déception. J'avais tellement fonder d'espoir dans ce tome afin de valider les tomes 3 et 4.
Au final, je le répète, cela aurait pu être une grande trilogie et ce n'est qu'une pentalogie poussive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Soleney
  22 avril 2020
J'avais adoré les deux premiers tomes de cette saga, que j'avais lus quand j'avais 20 ans (voir ma première critique au tome 1). J'étais enchantée par l'univers et par les personnages, que je trouvais particulièrement réalistes et touchants – le fait qu'on voit se développer leur caractère dès l'enfance m'avais plu, parce que leurs épreuves passées justifiaient leur héroïsme actuel. Afin de mieux me replonger dans l'univers, j'ai attendu que les cinq tomes soient publiés pour tout relire.
Presque sept ans d'attente, et quelle déception ! Mes goûts ont sans doute mûris, car j'ai retrouvé un style plat et fade qui me rebute, désormais. L'univers me plaît toujours bien (le fait que la société se réorganise en fonction de la menace des démons et des runes défensives : donc plus de pays, plus d'État, seulement des villes et des villages qui ont beaucoup de mal à communiquer entre eux), mais les personnages ne me parlent plus comme avant. Arlen, Rojer et Leesha me semblent puériles, voire incohérents avec leurs amourettes et leurs coucheries
Et puis Renna arrive. Mais à partir du début du troisième tome, elle m'agace par sa brusquerie et sa sauvagerie. Son comportement s'explique par son contact prolongé avec la magie démoniaque, mais j'ai eu l'impression qu'elle se transformait en grossière créature sans intérêt.
En fait, le troisième tome a été une plaque tournante à tous les niveaux, pour moi. C'est véritablement là que j'ai senti que l'histoire prenait un chemin différent, que les enjeux prenaient des proportions autres et que je me suis désengagée de ma lecture.
Ça fait quelques mois que j'ai fini la saga, et j'ai eu le temps de réfléchir à ce qui ne m'allait pas. Parce qu'au fond, c'était un peu difficile à cerner : il y avait des batailles épiques, des ennemis très puissants, des héros encore plus puissants, l'avenir du monde était en balance, on apprenait régulièrement de nouvelles façon d'employer la magie et de nouvelles vérités sur le passé des hommes et des démons…
Le problème, c'est que le monde du premier tome – des démons élémentaires nocturnes presque invincibles limitant la formation de royaumes – me plaisait tel quel. Finalement, vouloir détruire les démons, c'est vouloir détruire la particularité de cet univers. Les pouvoirs magiques toujours plus puissants pour lutter contre des ennemis toujours plus puissants, c'était trop abstrait. Pourquoi ne pas mettre en scène des jeux de pouvoir dans les sociétés humaines avec cette contrainte que sont les chtoniens ?
Car une fois le cinquième tome terminé et les démons vaincus, j'ai su que si l'auteur voulait continuer à écrire sur cet univers, jamais je n'allais le suivre. La magie démoniaque est devenue une sorte de substrat de notre technologie (je pense à ce passage où un des personnages se rend compte qu'avec les grandes runes qui font de la lumière, les hommes ne sont plus tributaires du cycle de jour et nuit et peuvent continuer à travailler même après le coucher du soleil). Et ce n'est pas ça que je voulais découvrir dans cette série. Ce qui m'enthousiasmait, c'était le fait d'avoir peur que le soleil se couche, justement. C'était sortir de mon univers, où peu de choses peuvent encore nous terrifier (hormis les maladies, l'érosion de la biodiversité et la fragilité de notre système économique) pour entrer dans un monde où les hommes sont obligés de composer avec des puissances hostiles plus fortes qu'eux.
Vouloir détruire les démons, c'est vouloir se tirer une balle dans le pied, Monsieur Brett.
Et puis j'ai aussi quelques récriminations plus triviales, comme le fait que pratiquement toutes les femmes ayant un peu d'importance scénaristique rivalisent de beauté plastique (Leesha, Inevera, Everalia, Rosal et j'en passe !). Et les rares qui sont moches, elles sont tellement moches qu'on arrête pas d'insister sur leurs cicatrices, leur masculinité et leur manque d'affinité avec les beaux vêtements (Wonda, je te vois !). Comme si c'était quelque chose de tellement inhabituel qu'il fallait le rappeler systématiquement.
La seule exception reste peut-être Kendall, qui est jeune et très belle, MAIS qui a une cicatrice sur le torse. Même la mère de Leesha est tellement canon qu'elle séduit des hommes suffisamment jeunes pour être ses fils.
Il y a aussi le fait que les scènes de bataille perdaient en crédibilité au fur et à mesure qu'elles devenaient plus intenses. Ou encore, le fait que j'ai cessé de trembler pour les personnages principaux parce que je savais qu'ils ne POUVAIENT PAS mourir. Inevera qui affronte les démons de l'esprit en première ligne plusieurs nuits d'affilé et plusieurs mois d'affilé sans perdre un membre ? Genre. Sans même dégoter une seule cicatrice ?? Mais faites-moi rêver…
D'ailleurs, plus Jardir prenait en pouvoir, plus j'ai trouvé qu'elle s'affadissait. Dans les deux premiers volumes, elle est insaisissable : veut-elle aider son peuple, ou seulement acquérir plus de puissance ? Ses jets de dés sont-ils fiables ou ment-elle ? Pourrait-elle essayer de dépasser son mari ? Jardir la désire, mais se méfie d'elle et de sa prétendue clairvoyance. Et plus le temps passe, plus il réalise qu'elle a beaucoup, beaucoup de puissance au sein des dama'ting.

Et puis, il y a eu la conclusion.
C'est décidé : je repose cette saga dans ma chambre chez mes parents où elle prendra la poussière jusqu'à ce que je me décide à m'en débarrasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
basileusa
  15 décembre 2021
Cinq ans après le tome 4, je me décide enfin à achever ce cycle que j'avais tant adoré, surtout les premiers tomes ! J'ai oublié bien sûr pleins de petites choses mais les personnages reviennent vite en mémoire et il y a quelques rappels . Ce tome est pour moi une réussite, j'ai bien aimé voir les hommes s'unir un peu partout face à la menace des démons, pendant que nos deux "libérateurs" tentent de parvenir jusqu'au gouffre de la montagne pour jeter l'anneau heu pardon jusqu'au Coeur pour éradiquer définitivement les démons. Par contre j'ai pas bien compris l'utilité des scènes de torture du Khaffit et son importance....mais peu importe, c'était un vrai plaisir de replonger dans ce monde si bien décrit et élaboré, aves son vocabulaire spécifique et son originalité . Par contre je suis d'accord qu'une trilogie aurait suffit, on ne retrouve plus le souffle des premiers tomes avec son ambiance plus terrifiante. Cela reste néanmoins un très bon cycle et je le relirai sans nul doute !
Challenge mauvais genres 2021
Challenge pavés 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mauriceandre
  23 octobre 2019
salut les Babelionautes
Avec ce tome cinq je suis venu a bout des 3250 pages de cette Saga de Peter V. Brett et je me suis régalé.
Voila!! Nous y sommes, c'est la Sharak Ka, l'ultime affrontement entre Erevan et Nie, Jardir et Arlen appuyés par Rena, Shanjat et Shanva vont prendre le chemin qui mène au coeur, et tenter de tuer la reine des Démons.
Pendant ce temps les villes libres sont soumises a une attaque coordonnée par les princes des démons, communément appelés psyché.
Tout s'emballe dans ce récit et il faut parfois revenir en arrière pour tout comprendre, mais quel délice de suivre toutes les péripéties nées dans l'imagination de l'Auteur.
Car il a inventé un Univers qui ne cède en rien a tous ce que j'ai pu lire en fantasy, et même si parfois le rythme de l'action ralentit ce n'est que pour repartir de plus belle.
Deux traducteur se sont penchés sur cette Saga pour nous la faire découvrir, nous qui ne lisons pas en Anglais, merci a Claire Kreutzberger et à Laurent Queyssi pour la traduction de cette Saga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Morthina
  23 octobre 2018
Ca y est, je viens de tourner la dernière page du tome 5 du Cycle des Démons. J'avais été captivée par les 2 premiers livres de cette épopée chorale et particulièrement emballée par les personnages principaux et leurs combats pour la survie contre les démons qui ravagent chaque nuit la surface de la terre, par l'originalité du système des runes défensives et offensives, par la richesse des civilisations décrites (d'une part les Thésiens au Nord et leurs moeurs moyenâgeuses, d'autre part les Krasiens, au Sud, largement inspirés de l'islam intégriste). Sur cette lancée, cette saga promettait d'être tout bonnement un chef d'oeuvre. Trois livres plus tard, même si Peter V. Brett est un très bon conteur, le cycle rate de quelques marches le podium pour les raisons suivantes :
- Tout d'abord, les tomes 3 et particulièrement 5, souffrent d'un défaut fréquent inhérent aux épopées chorales : outre les 5 ou 6 personnages principaux très forts, trop de destins de personnages secondaires quelquefois peu consistants ou manquant d'intérêt s'entrecroisent, ce qui provoque parfois de la confusion et une baisse d'attention.
- Des redondances dues aux flashbacks et quelques longueurs
- Un final honnête mais légèrement décevant et qui laisse sur sa faim… Compte-tenu des prédictions concernant les enfants d'Arlen et Jardir, de la disparition du prince Chtonien, je présume peut-être que l'auteur ouvre une voie royale vers un second cycle dans le même univers mais dans le futur ?
Malgré ces 3 petits bémols, j'ai éprouvé un grand plaisir à me plonger dans le Cycle des Démons et j'en conseille la lecture à tous les amateurs de Fantasy de haute volée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Hyperion62Hyperion62   15 février 2021
Je prends ça pour un oui. Kendall est mon héraut; tu la croiseras souvent. Si tu chantes aussi bien que tu l'affirmes, tu te rendras certainement compte que, de nuit, ta voix est plus puissante que tes armes.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Peter V. Brett (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter V. Brett
Interview de Peter V. Brett par Estelle Hamelin pour ActuSF.com, dans le cadre des Imaginales 2019
autres livres classés : épiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2083 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre