AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090939116
Éditeur : Sixto (10/11/2015)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Vent d'Est
Brest, 1966. Henri Fautras, universitaire parisien, profite d'une conférence pour revoir la ville où il n'est pas revenu depuis l'enterrement de ses grands-parents, tués lors des bombardements. En se retrouvant devant la gare, si différente de celle qu'il a connue, il se souvient de ce jour de mars 1935 où son chemin croisa celui de Lydia Oswald, une femme au charme ravageur.

Pari Brest et Les Hespérides
Briac illustre deux no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
badpx
  02 janvier 2019
Pourquoi ai je attendu si longtemps avant de lire cette BD ?
Peut-être à cause du dessin de couverture qui semble très austère.
Mais une fois le livre ouvert c'est un régal pour les yeux. Des représentations croisées de la ville en 1935 et en 1966. Un voyage dans le temps, mais aussi une visite de la ville. J'adore.
Puis il y a les textes de Yvon Coquil. Et là aussi c'est tout un univers qui surgit.
Cette vraiment ne chouette lecture..... A condition d'aimer Brest, peut-être.
Commenter  J’apprécie          90
temps-de-livres
  25 novembre 2015
A travers trois récits, Briac et Yvon Coquil nous invitent à remonter le temps. La gare, l'arsenal, le pont du Bouguen, autant de lieux qui sont riches d'histoires.
Avec les éditions Sixto, on avait l'habitude des romans policiers ou des bande dessinées à ambiance policière. Avec Quitter Brest, ils prennent un virage. le livre ne contient pas un, mais trois récits. Après un prologue amusant (sur une idée de Philippe Marlu), Vent d'Est (paru dans Quai Divers) est crée entièrement par Briac, alors que Pari Brest ou Les Hespérides sont des nouvelles illustrées, écrites par Yvon Coquil. Si Briac est le point commun entre les trois récits, il en est deux autres : Brest évidemment, mais aussi une ambiance noire. Ce genre émane du roman policier en lui donnant un côté social. Les deux nouvelles d'Yvon Coquil exploitent ce genre en s'imprégnant du champ lexical de Brest. On parle de lieux, de rues, connus des brestois comme des visiteurs. On sent le langage des ouvriers, la rude « douceur » du travail de l'arsenal, les histoires qu'on raconte autour d'un verre. D'un pari macabre au lent glissement vers le point de non-retour, l'auteur montre le côté sombre de Brest. Son style n'oublie pas l'humour des petites gens. C'est dur, cynique et très brestois !
Pour Vent d'Est, Briac parle plutôt de nostalgie et l'impossibilité d'oublier cette « grise » ville. A travers ses cases et ses illustrations, il met en couche superposées son trait et ses couleurs. le résultat est un instantané de Brest. Si l'ensemble est gris, on y sent un brin de nostalgie. Briac désire-t-il revenir à Brest ? Les illustrations conçues pour les nouvelles sont en couleurs. Là-aussi, les lecteurs brestois comme ceux de l'auteur s'y retrouveront. Graphisme recherchés, en relief, où suinte cette ambiance brestoise, faite de décadence, de dur labeur, sans oublier la camaraderie !
En bonus, un portfolio qui montre la riche histoire brestoise et son architecture.
Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin, les éditions Nadoz-Vor Embannadurioù ont conçu un cahier spécial (en breton) qui en dit plus sur cette période racontée (les années 60).
Quitter Brest n'est pas destiné qu'aux brestois. Si Briac continue d'arpenter la ville avec ses pinceaux, si Yvon Coquil signe deux nouvelles noires au charme brestois, ils nous invitent à une balade dans les rues. Autant de lieux encore vivants ou disparus, autant d'histoires à raconter, à découvrir.
Lien : https://tempsdelivresdotcom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Auracan   26 novembre 2015
Son style n'oublie pas l'humour des petites gens. C'est dur, cynique et très brestois ! Pour Vent d'Est, Briac parle plutôt de nostalgie et l'impossibilité d'oublier cette "grise" ville.
Lire la critique sur le site : Auracan
autres livres classés : brestVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1756 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre