AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809424187
Éditeur : Panini France (07/11/2012)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 12 notes)
Résumé :
À l'issue de Secret Invasion, Norman Osborn est devenu le patron de l'univers Marvel. Complètement mégalo, il décide d’attaquer Asgard, le royaume de Thor. Ce coup de folie aura au moins une action bénéfique, puisque Iron Man et Captain America se réconcilient (ils étaient en froid depuis Civil War) afin de contrer le tyran !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BazaR
  31 décembre 2018
J'ai peu apprécié ce Marvel event.
La raison principale est que je ne connais pas la moitié des personnages qui s'y agitent et pour lesquels je n'éprouve aucun attachement. D'où vient ce Sentry qui semble être une figure encore plus positive et surpuissante que Superman, qui connaît intimement tous les héros ? Qui sont ces gamins Young Avengers ? Pourquoi ces Dark Avengers portent-ils les costumes des héros ? Trop bizarre.
Le scénario en lui-même n'est pas mal. Loki le manipulateur reste le personnage le plus intéressant, suivi de près par ce dingue de Norman Osborn (mais il n'y a rien à faire, pour moi Norman est mort en Bouffon Vert après avoir tué Gwen Stacy, point). Mais la grande bataille entre Asgardiens, faux et vrais héros est très fouillis. Les dieux nordiques ne sont guère mis en valeur malheureusement. D'ailleurs, on est déjà entré dans cette phase où Marvel a renoncé à les désigner comme des dieux, les rabaissant à de vulgaires aliens à longue vie (le truc le plus affreux dans les films pour moi, mais il ne faut pas froisser la foi des chrétiens américains pas vrai ?).
Olivier Coipel est loin d'être mauvais au dessin, même si j'ai un peu de mal avec ses visages à la mâchoire carrée qui transforment les héros en boxeurs trapus. Cependant je n'adhère pas à sa vision d'Asgard très forteresse médiévale. Quand on a vu les merveilles de Jack Kirby, on pleure en voyant ça. Mais encore une fois, Kirby dessinait des Dieux, Coipel dessine des types dont il faut rabaisser les prétentions.
Bof, bof, donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
hellrick
  05 avril 2018
Dans la première décennie du XXIème siècle, les « events » Marvel se succèdent, avec de franches réussites (HOUSE OF M, CIVIL WAR), des ratés (SECRET INVASION) et des titres globalement satisfaisant (DARK REIGN). le problème est qu'à force d'événements successifs, le statu quoi s'en trouve fortement perturbé alors que, parallèlement, la Maison des Idées envahit les salles obscures. Un retour à un « âge des héros » s'impose, bref l'éditeur souhaite repartir sur de bonnes bases et à nouveau promouvoir les versions classiques de ses principaux personnages, ceux qui s'apprêtent à triompher dans leur version cinématographique. Pour cela, il importe de faire table rase des quatre ou cinq années précédentes au cours desquelles Norman Osborn s'est imposé comme l'homme le plus puissant de la terre. Il est, en effet, à la tête du H.A.M.M.E.R. (qui a succédé au Shield) et bénéficie de l'appui de Sentry, l'équivalent d'un dieu en termes de puissance pure. Norman dirige également sa propre version des Avengers, composés de super vilains camouflés, notamment Venom (alias Spiderman), Bullseye (qui campe Oeil de Faucon) ou Daken incarnant Wolverine.
Que faire pour changer la donne ? Attaquer Asgard. Un plan quelque peu hasardeux derrière lequel se cache, une fois de plus, Loki, le malicieux dieu du mensonge. Osborn va donc monter de toutes pièces un incident diplomatique impliquant Volstagg. Ce-dernier, attaqué par les hommes de main de Hood, libère sa puissance dans un stade et fait des centaines de victimes, un drame national qui renvoie directement à la catastrophe ayant conduit à la Civil War. Considérant cela comme une agression envers les Etats-Unis, Osborn déclare la guerre à Asgard.
Avec son sous-texte politique évident et plutôt critique faisant écho aux guerres récentes (inventons un prétexte, laissons l'ennemi réagir et lançons la politique d'invasion), SIEGE reste un honnête « event » condensé sur seulement quatre numéros, ce qui évite le délitement habituel de la bonne idée de base dans des pages et des pages de blablas inutiles.
L'intrigue, serrée, se voit donc bouclée en moins de 100 pages et reste plaisante à suivre, quoique tout cela s'apparente surtout à une manière plus ou moins habile de conclure les storyline en cours pour relancer la machine. Les events Marvel se rapprochent d'ailleurs de plus en plus des shows pay per view du catch : indispensables pour comprendre la situation actuelle mais finalement sans grandes conséquences, les jeux d'alliances étant destinés à être repensés rapidement. Ici, la période « Dark reign » (thématiquement intéressante) se voit donc effacée sans qu'il ne reste de grandes conséquences : Tony Stark revient, les super héros sont à nouveau appréciés, la loi de registration ayant conduit à la Civil War abrogée,… Bref on repart cinq ou six ans en arrière comme si de rien n'était. Reste que cette histoire simpliste se trouve bien servie par le dessin efficace d'Olivier Coipel, ce qui permet de la lire sans déplaisir.
De plus le deluxe propose son lot de tie-ins plus ou moins intéressants : on commence avec les prémisses de l'intrigue principales (« The Cabal ») et on enchaine avec des numéros consacrés à Captain America, Loki, les Young Avengers, les Secret Warriors et Spiderman avant un épilogue voulu émouvant mais sans grand intérêt sur Sentry. Rien de vraiment passionnant mais rien de déshonorant non plus, excepté le combat foireux de Captain America et Bucky contre le ringard Razorfist.
Pour une fois, Panini fait preuve d'une certaine cohérence dans sa présentation et offre quelques bonus comme des couvertures ou des croquis, ce qui donne à l'ensemble un côté « bel objet » pas désagréable. A l'image de ce récit sans surprise mais divertissant.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Inazuma
  02 mars 2013
Bof, bof, bof, j'attendais beaucoup mieux.
Le scénario est bâclé, l'intrigue est cousue de fil blanc, et le combat contre Sentry improbable.
Les dessins ne sont pas formidables, l'encrage par contre est pas mal du tout, c'est le point positif de cette BD, cela illumine quelque peu le reste, mais ne suffit (évidemment) pas à en faire un incontournable.
Allez hop, direction la bibliothèque, mais pas question de la ressortir pour la relire, aucun plaisir ne serait pris...
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
ActuaBD   01 décembre 2014
Bien qu’offrant la réunion des Avengers après leurs multiples disputes des dernières années, Siege est une référence qui semble être dispensable. Le cross-over aligne les combats sans grands intérêts et ne parvient pas à donner une véritable substance à ces super-vilains qui pour une fois sont du bon côté de la loi (mais toujours sans les bonnes motivations)... Dommage.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BulledEncre   24 février 2014
Un final pour Dark Reign efficace et réussi à défaut d’être original.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PavlikPavlik   10 novembre 2014
-Mlle Hill nous confirme de mauvaises nouvelles, monsieur le président.
-Quoi ?
-Sentry, le chien d'attaque de Norman. Personne ne sait vraiment ce qu'il est, ce qu'il peut faire. Il semble n'y avoir aucune limite à ses pouvoirs.
-Que dit son dossier ?
-Qu'il n'y a aucune limite à ses pouvoirs.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Brian Michael Bendis (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Brian Michael Bendis
Vidéo de Brian Michael Bendis
autres livres classés : 58Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La saga Spider-Men

Combien de "Spider-Men" se rencontrent dans cette mini-série ?

2
3
4
5

8 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Spider-Man (V3), Hors-Série N°1 : Spider-Men de Brian Michael BendisCréer un quiz sur ce livre