AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090203101
Éditeur : Editions Illador (24/02/2016)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Après « l’étrange défaite » de juin 1940, près de deux millions de prisonniers français ont été envoyés dans les camps du Troisième Reich. Fils d’un des quarante mille officiers détenus dans les oflags, l’auteur tire un fil sensible entre son enfance, la détention de son père, le combat mené par sa mère, mais aussi sa propre trajectoire d’adulte prisonnier de son passé.
A la croisée du roman autobiographique et du récit historique, ce livre apporte un éclair... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
okka
02 juin 2016
Alain Briottet né la veille de la guerre, décrit son enfance, mais surtout le rôle qu'ont joué ses parents durant l'occupation par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Son père, un officier parmi les quarante mille a été fait prisonnier près de Lille, lors de la bataille de Dunkerque et emmené dans un des nombreux oflags après l' « étrange défaite » de juin 1940. Il se retrouve en Poméranie, à Gross-Born, le plus à l'Est possible de la France.

Bête et discipliné l'armée française s'était rendu en ayant obéi aux ordres d'en haut, laissant l'Allemagne rentrer en France comme dans du beurre mou. Laissant ces monstres parmi eux voler, piller, violer, tuer des innocents, mais surtout le peuple Français.
Selon les conventions de Genève les officiers étaient exemptés de travaux à l'inverse des soldats prisonniers. Donc, condamné à ne rien faire, pendant toute la durée de leur enfermement. « Pendant cinq ans, près de soixante mois, plus de mille huit cents jours. »
Ne pas sombrer dans l'ennui…dans le désespoir, ne pas se sentir inutile, et pour cela il faut s'occuper comme on peut, et varier les activités pour ne pas tourner en rond, et perdre le moral, tout ça causé par le poison qu'est l'emprisonnement. Donc de jouer au bridge des heures chaque jour, lire livre sur livre, monter des pièces de théâtre, faire les tâches ingrates, le tout pour s'évader mentalement de cet enfer d'ennui cloisonné contre leur gré. Jusqu'à envier les soldats dans les stalags qui eux étaient aux champs au grand air, ou dans des usines allemandes.
Pour son père, aucun doute sur le fait que sans les jeunes combattants de l'Armée rouge et leur sacrifice, ils ne seraient jamais rentré vivants. Comme il a pu en être témoins, les Allemands les exécutaient froidement ou les laissaient mourir de faim et de maladie. Aucune compassion pour ce peuple qui peu de temps avant avait signé le pacte germano-soviétique.
Le retour à la vie civile fut un choc, n'étant pas acclamé pour avoir combattu, ni résisté. Ni n'ayant été autant maltraité physiquement que dans les camps de concentration, les prisonniers ont eu peu de reconnaissance. L'État, le peuple Français, mais aussi De Gaulle qui était sur la même longueur d'onde que l'URSS, : « mourir au combat plutôt que se rendre » … ainsi ils furent spoliés, oublié, laissé à l'abandon une nouvelle fois, puisque le peuple français mettait la défaite sur le compte de ces combattants, et non sur celui de Pétain et du gratin… Ils avaient continué à avoir confiance en lui, en ses mensonges.

Sa mère, qui a joué un grand rôle pour lui, sa soeur et son frère. Mais aussi pour leur père en gardant des échanges par lettre, loin de notre rapidité actuelle du XXIème siècle. Elle et toutes les autres femmes pleines de courage, qui à elles seules valaient des dizaines d'hommes. Elles ont surmonté les épreuves imposées par les hommes et leur stupide guerre. Bravant les dangers, grâce à l'amour pour leurs enfants, et l'envie de les protéger, dans le but de leur offrir un avenir.
Cette guerre leur avait donné une certaine liberté, celle d'exercer les métiers des hommes vacants, mais aussi des actions à risques de résistance, être autonome, décider par elles-mêmes… Ne plus être condamné à des tâches ménagères. Et tout ça s'évapora aussi vite que cela leur fut donné. Finie l'indépendance, retour en tant que femme au foyer après la guerre.
Elles aussi leurs sentiments, chagrins, tourments, ne furent pas pris en compte. Elles avaient un père, un frère, un fils, un ami prisonnier à des centaines, voire des kilomètres de là. Désarmé face à l'occupant Allemand, il n'était pas simple de se défendre. de se liguer ensemble après avoir été divisé.

Une partie de notre histoire trop méconnue, puisque encore aujourd'hui on n'éclaire pas le sujet, ni ne parlons des erreurs qui ont été la honte de la France…
Il y aussi les maux de l'époque, cette douleur morale en chacun de nous, à des proportions inquantifiable, insondable. Une souffrance silencieuse dans des millions de personnes encore aujourd'hui présentes et incomprises.

Merci Babelio pour ce livre via Masse Critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
corali
14 juin 2016
Alain Briottet est diplomate. Dans Sine Die, il raconte son enfance pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'absence du Père, le courage de la Mère, l'exil De La Famille dans la Creuse, la résistance, l'espoir, puis la Victoire. Enfin, c'est le retour, celui du Père, cette figure mythique dont on lui a parlé depuis tout petit mais qu'il ne rencontre qu'à l'âge de six ans.
Raconté comme cela, Sine Die ne ferait presque pas rêver. Et pourtant ! Quel livre ! Choisi un peu au hasard dans la longue liste de titres proposés, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, et bien que j'avais lu le résumé, je n'en gardais qu'un vague souvenir. Pourtant, dès sa réception, ce livre m'a plu - car avant tout, l'objet est beau. Blanc, délicat, s'ouvrant sur des reproductions d'illustrations réalisées par des anciens soldats prisonniers des oflags.
Très vite l'histoire, ou plutôt le récit, nous embarque. Nous fuyons Paris avec l'auteur et sa famille, nous vivons l'absence du Père, nous vivons l'émancipation de la mère. L'écriture est fluide, convaincante, presque poétique, les mots coulent et on les lit avidement, même si, dans le fond, il n'y a pas d'action.
Car Sine Die, ce n'est pas un livre d'action se passant pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais les souvenirs écrits d'un jeune garçon devenu grand. On voit la guerre de l'intérieur, comme les Français de l'époque on pu la vivre, dans la zone libre annexée à la fin de la Guerre. Plus parlant qu'un livre d'histoire, il nous livre la guerre non pas dans les faits bruts et chronologiques mais dans le ressenti, l'émotion, le vécu.
Un livre à lire pour qui veut mieux comprendre, mieux ressentir cette période de l'histoire que l'on a tant appris par coeur sans vraiment en saisir toute la complexité sociale et émotionnelle.
Un grand merci à l'Opération Masse Critique et aux Editions Illador grâce à qui j'ai pu découvrir ce texte passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mguy
07 juin 2016
Alain BRIOTTET est diplomate. Il relate la vie de son père, militaire français durant la Seconde Guerre. Tout comme bien d'autres, il sera fait prisonnier après la défaite française de 1940. Il sera envoyé dans les camps de prisonniers allemands, à l'extrême limite de la Pologne : la Poméranie. Il s'agit d'un livre captivant. Tout d'abord, l'écriture est limpide. L'auteur va à l'essentiel. Ensuite, on a deux types de destin confrontés à la Grande l'Histoire. Il relate le quotidien de civils, représentés par le narrateur, sa mère et sa fratrie. Fuyant Paris après la débâcle de 1940, ils ont rejoint la zone libre, dans le Limousin. On assiste à leur quotidien difficile, surtout quand le sud de la France a cessé d'être une zone libre. Il insiste surtout sur la vie en captivité de son père. Les difficultés, les moments tragiques, mais également les lueurs d'espoir, de joie. Il insiste aussi sur le peu d'importance accordé aux militaires français, considérés comme des coupables de la défaite. Voire comme des lâches. C'est réellement passionnant, dans la mesure où très peu d'écrits concernent les soldats français faits prisonniers. La plupart de la population s'en est désintéressé, contrairement aux victimes des camps de concentration, par exemple. Pourtant, leur vie a pu être très rude également.
Enfin, en dernière partie, l'auteur insiste sur son voyage en Finlande, symbole de la fin de la Guerre Froide. Il insiste sur son voyage en Poméranie, dont le but est de se souvenir des fantômes méconnus de cette guerre.
Ce récit autobiographique est passionnant, même s'il traîne en longueur durant la dernière partie. J'en recommande vivement la lecture. Je tiens à remercier les Éditions Illador de cette captivante découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
okkaokka01 juin 2016
p.88.

Réduire à l’état d’esclavage près de deux millions d’hommes, les condamner à travailler pour l’ennemi, pour le pays vainqueur, pour le pays qui, en l’espèce, les avait mis à genoux en si peu de temps, c’était impensable. Cela ne s’était encore jamais vu depuis le début de l’histoire humaine, c’est-à-dire depuis que les guerres avaient commencé.
Commenter  J’apprécie          50
okkaokka02 juin 2016
p.248.

« Prosternée devant vous, je viens vous demander, mon Dieu, la grâce d’une bonne mort. Je reconnais vous avoir souvent offensé… Pardonnez-moi Seigneur… Pardonnez-moi Seigneur… ».

Pourquoi a-t-on aujourd’hui oublié cette prière ? Pourquoi l’Église, la première, ne l’invoque-t-elle plus ? Récitée chaque jour, elle accoutumait à la mort, la rendait plus familière et moins terrifiante.
Commenter  J’apprécie          40
okkaokka02 juin 2016
p.190.

Leurs souffrances étaient à peine visibles. Les prisonniers ne cherchaient pas à les extérioriser, ni même à en parler, encore moins à les comparer à celles des déportés. Eux n’ont jamais chercher à faire de comparaisons. Leurs souffrances, elles étaient enfouies à l’intérieur d’eux-mêmes. Elles étaient incommunicables. De surcroît, elles n’étaient pas quantifiables. On ne peut pas peser les douleurs morales. Encore moins le poids de l’humiliation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka02 juin 2016
p.146-7.

Le désespoir, on le retrouvait aussi tout au long d’un journal, tenu chaque nuit, le calme revenu, tandis que les autres dormaient. On pouvait le sentir dans ces notes jetées nerveusement sur un agenda. Écrire pour ne pas entendre le bruit insupportable de la promiscuité des hommes. Écrire pour échapper à la fumée du tabac. Écrire pour repousser les émanations des poêles sur lesquels réchauffaient les gamelles, et qui empuantissaient la baraque d’une odeur âcre et rance… Écrire aidait à s’enfuir de cet enfer, captif on l’était aussi des autres, avant que ne revienne, au petit jour, l’angoisse de survivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka02 juin 2016
p.191.

Plus tard, Tardi écrira dans le même sens : « Honte à nos chefs ! Ces lamentables imbéciles, totalement dépassés par les événements, et dont la médiocrité illumine encore le monde aujourd’hui, nous avaient abandonnés. »
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : camps de concentrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
352 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre