AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 287929861X
Éditeur : Editions de l'Olivier (21/08/2014)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Dans les années 70, deux sœurs défilaient dans les rues de Paris en chantant des slogans, et vibraient en entendant le mot «Camarades». Anna Jacob a quinze ans quand, pour la première fois, elle se rend à un meeting avec sa sœur Molly. De leurs combats avec leurs compagnons Marek et Boris qui les mèneront jusqu’au Mexique pour entrer dans la lutte armée, Anna va tirer un livre. Molly ne lui pardonnera pas de s’être approprié leur histoire pour en faire un roman. Pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  08 novembre 2014
Portées par leur idéal de justice, Mollie et Anna Jacob ont été, dans les années 70, de tous les combats, de toutes les manifs. Différentes mais unies, les deux soeurs rêvaient d'un monde meilleur et d'une révolution qui jamais n'arrivèrent. Avec Boris et Marek, compagnons de lutte, à la fois amis et amants, il fut donc décidé de poursuivre cet idéal au Mexique. Mollie, les garçons et Mélini, la mère des filles, étaient du premier voyage, Anna, abandonnée à Paris pour régler les détails administratifs.
Des années plus tard, Mollie est devenue le Docteur Jacob, elle vit avec Boris qui milite toujours, cette fois dans une association pour le droit au logement. Anna, quant à elle, est une femme brisée. Elle a racontée ses années d'engagement et la période mexicaine dans un livre qui a eu un succès fulgurant mais que ses amis et à sa famille ont vécu comme une trahison. Depuis sa plume s'est tarie, ses illusions se sont envolées, elle se noie entre l'impression d'avoir tout perdu et celle de n'avoir jamais rien possédé. Pour tenter de reprendre pied, elle replonge dans son passé en lisant les carnets qu'elle remplissait dans sa jeunesse : le rouge pour la politique, le bleu pour les autres, le noir pour sa mère.

Un roman à deux, trois, quatre voix même. Anna, idéaliste et rêveuse qui n'est plus qu'une blessure béante, celle d'avoir été trahie par son amant, par sa mère, celle d'avoir été rejetée plus tard et qui cherche dans ses carnets à refaire le parcours qui fut le sien. Celle de Mollie, la pragmatique, qui recueille sa soeur malgré sa rancoeur, qui se dit toujours militante mais peine à concilier ses idées gauchistes et la vie de nantie que lui procure son métier. Celle de Mélini, mère excentrique, égoïste qui ne sait pas aimer ses filles, mais aime à attirer l'attention, à être le centre du monde. Et de temps en temps, celle de Geneviève BRISAC qui intervient, pour préciser un détail, pour recadrer ses personnages, pour prendre le lecteur à parti. Cette construction originale qui mêle les parcours, les textes anciens consignés dans les carnets d'Anna, les poèmes dont elle se souvient, déboussole de prime abord, on se perd dans les lieux, les personnes, les dates. Mais très vite, on se laisse porter, on apprend à connaître les deux soeurs et ceux qui les entourent, on s'imprègne de l'atmosphère particulière aux cellules d'extrême gauche, un idéal romantique, un enthousiasme plein de fraîcheur qui se prennent de plein fouet les exigences du fonctionnement rigide et hiérarchisé d'une organisation politique.
D'ailleurs, la lutte révolutionnaire n'est qu'un prétexte pour évoquer des histoires de vie où jalousie, désamour, rivalité, tous ces sentiments petits-bourgeois, peinent à laisser la place aux grands idéaux désintéressés. L'humain est donc au coeur de ce roman qui touche aussi au besoin d'écrire pour exorciser le passé, pour en guérir...peut-être. Une belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
spleen
  31 août 2014
De son passé de révolutionnaire, Anna sort meurtrie parce qu'ayant écrit un livre sur sa vérité ,elle a été rejeté par ses camarades et en premier lieu par sa soeur Mollie.
Mais cette exclusion avait en fait commencé avant, lors du voyage du petit groupe au Mexique pour continuer le combat lorsqu'elle apprend qu'elle ne fait pas partie du premier départ et par la trahison de son amant, celui que tout le monde met sur un piédestal: Marek Meursault .
C'est un roman à multiples entrées: le combat révolutionnaire avec les belles années de jeunesse pour des causes qu'on croit les plus justes et la désillusion qui arrive sans crier gare pour Anna mais qui continue sous d'autres formes pour Boris avec l'occupation d'immeubles par les familles africaines .
Le monde littéraire par lequel Anna est d'abord encensée avant d'en être répudié, la liberté de parole dérangeant les bonnes consciences.
Les rapports souvent difficiles entre soeurs, la relation avec la mère et le besoin de reconnaissance et d'amour .
Le travail d'écriture, celui d'Anna qui a connu le succès et qui cherche à renaitre en écrivant de nouveau pour sortir dignement la tête de l'eau .
Cette écriture c'est aussi celle que pratique avec ferveur les manifestants lorsqu'ils inscrivent leurs slogans sur les draps avant de les brandir fièrement à la face du monde .
Genevieve Brisac s'est inspirée du Carnet d'or de Doris Lessing, l'engagement politique, le combat pour les femmes, l'écriture avec les carnets de différentes couleurs d'Anna.
Elle a choisi les mêmes prénoms, Anna et Mollie mais a emprunté à la poétesse juive allemande Rosa Ausländer le titre de son roman: Nous sommes devenus des épines dans les Yeux des Autres.
Ce roman est ponctué de façon très plaisante d'extraits de poèmes .
Mais j'ai eu une certaine difficulté à rentrer dans l'histoire, il est au début délicat de s'y retrouver entre les personnages et les époques et d'arriver à trouver le fil conducteur du récit.
J'ai été gêné également par une redondance de mots, une répétition de phrases , je n'ai sans doute pas su apprécier à sa juste valeur ce roman ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Adaorardor
  03 octobre 2014
Dans les yeux des autres de Geneviève Brisac est un roman dont les points cardinaux sont Nord-Sud-homme-femme, les narrateurs vous et moi (plus Yeats, Éluard et d'autres poètes), la ponctuation la famille, un roman où l'amour va en justice, le passé se met à parler et des cahiers retrouvés à réverbérer la liberté dans toutes les couleurs du langage. C'est un grand livre qui restera mais ce n'est pas une raison de ne pas le lire tout de suite. Vous rencontrerez Anna, Molly, leur mère Mélini, leurs amants Marek, Boris, Karim (noter les consonnes douces des noms féminins, le r qui tient lieu de coeur battant pour les noms d'hommes – tout, dans cette écriture précise et parlante, fait sens), et vous ne saurez plus vous passer de leur compagnie. Cela arrive souvent avec les oeuvres de Geneviève Brisac. Elle écrit du vivant ! Pourtant, le présent n'est pas le plus favorable à ces personnages-là. Ils ont fait la révolution, ils ont gagné et surtout perdu, on ramasse les morceaux et observe la logique des destinées : la vie continue. « La vie ordinaire mais écrite, comme disait Gustav Flaubert. » Écrite, voilà la clé. Sauvegarde et mise en lumière, soumettre le temps au rythme des mots, à cette implacable vibration. Vais-je oser dénombrer tous les personnages « secondaires » ? Un splendide florilège, des sans-papier protégés par Boris aux patients de Molly (médecin), des oncles agresseurs aux agents littéraires agressifs et un marabout que j'aimerais consulter, sachez qu'ils ont tous, ici, des droits. Ils peuvent être vrais. Ce ne sont pas des silhouettes. La figure de l'auteur non plus, par bonheur, elle se donne, elle n'abandonne pas son livre à sa simple écriture, elle l'annote, elle le commente, le questionne en cours de route, elle se relit par-dessus notre épaule et l'on entend alors son rire. Dans cette rentrée 2014, je n'ai eu l'occasion de lire aucune critique dans aucun journal qui daignerait accorder une seule ligne à la qualité littéraire d'un ouvrage. Je ne parle pas des détestables petites étoiles (marquer 5 en l'occurrence me paraît largement en-deçà de ce que j'estimerais juste). Mais comment c'est fait ? Quelles innovations, quelle modernité, post-modernité ou péri-modernité, méta-modernité, ce que vous voudrez ! Mais parlons-en. Dans les yeux des autres renouvelle la boîte à outils de la narrativité avec allégresse, distribuant la parole si largement, si généreusement, si démocratiquement, que je suis sûre qu'une de vos propres phrases les plus personnelles y figure. Au moins une. Je, tu, nous, vous, ils, elles et j'en passe, tout le monde intervient – et l'Histoire (des années 70-80) déploie son scénario. Conjuguer avec une telle liberté l'intime et le collectif (le collectif de l'intime et l'intime du collectif), rien que pour cela, c'est un livre-événement. le sang bat plus fort dans mes artères, ça va vite, ça se lit vite, trop vite – mais déjà, je le rouvre.
Ci-après : le lien vers la critique du Monde par Nils Ahl.
Lien : http://abonnes.lemonde.fr/li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jfponge
  15 janvier 2017
Molly et Anna, l'une est médecin, en dispensaire, l'autre écrivain, en panne d'inspiration après un livre à succès publié sous le pseudonyme de Deborah Fox. Elles ont milité ensemble dans une organisation semi-gauchiste, semi-terroriste, aux contours mal définis, qui les a emmenées aux quatre coins du pays puis au Mexique, en soutien à la révolution zapatiste du Chiapas. Dans son livre, Anna dit tout, tout ce qui était gravé dans son "carnet rouge", celui où elle notait au jour le jour sa vie de militante. Pas mal pour une "clandestine" !! Bien entendu, cela lui vaut l'ire de sa sœur et un procès en bonne et due forme. Des hommes et des femmes gravitent autour d'elles, la vie les a changés, en bien ou en mal, mais ils sont restés soudés les uns aux autres comme des poissons incapables de quitter le bocal où ils tournent inlassablement. Geneviève Brisac accumule les clichés sur cette génération, qui est pourtant la sienne, et les effets de style (on aurait envie de dire "de manche"), qui alourdissent le récit, ne compensent pas la "faiblesse du scénario". Difficile d'aimer ces personnages qui au fil du temps en arrivent à se détester sans être pour autant capables de vivre les uns sans les autres. Un vide existentiel est-il un bon sujet de roman ? On peut en douter, seul un François Mauriac aurait, peut-être, pu en faire quelque chose…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JMLire17
  21 août 2017
Dans les yeux des autres est l'histoire de 2 soeurs, Molly est médecin, Anna est écrivain, en mal d'inspiration. Dans les années 70, elles étaient engagées, elles couraient les " manifs ", se rendaient au Mexique pour combattre au côté de leurs compagnons Boris et Marek, accompagnées par leur mère, la fantasque Mélini. Avec le temps va, tout s'en va chante le poète Léo Ferré, avec le temps que reste-t-il des leurs idéaux? .C'est le sujet de ce roman, elles qui se chamaillent maintenant aux obsèques de leur mère. La transcription de l'engagement des 2 soeurs est traité sur un plan psychologique, elles sont très égocentrées L'émotion vient un peu sur la fin avec la disparition de la mère. On trouve de l'intérêt dans les références littéraires qui émaillent le roman, dans quelques passages qui dépeignent bien la société actuelle comme celle des années 70. " Une année avec mon père " m'avait ému, enthousiasmé, s'est moins le cas de ce roman de Geneviève Brisac.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Telerama   27 août 2014
Le parcours militant de deux soeurs et de leur mère dont les voix se croisent superbement avec celle de l'auteur. Juste et ironique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   30 octobre 2014
8
Anna et Molly vont à un meeting

Anna a quinze ans, elle est assise dans un coin sombre du café que l'on nomme le Mathieu, un nom qui fait penser à un condisciple de Jean-Paul Sartre. Maheu, ce devrait être son nom. Tout ici fait penser à jeansolpartre, comme dit Boris Vian qui a écrit : « La vie c'est comme une dent, D'abord on y a pas pensé, On s'est contenté de mâcher, Et puis ça se gâte soudain, Ça vous fait mal, et on y tient. » À la fin du poème, on arrache la dent, on meurt?
Les banquettes son rouges, les garçon de café sont vêtus de noir et blanc, pingouins à l'ancienne, et le café crème mousseux ressemble à un gouffre, à un volcan dans lequel elle croit pouvoir s'engloutir. Elle devrait être rentrée à la maison pour le dîner. Là-bas sa chaise est vide et son assiette. Ne pas se contenter de mâcher, parce que ça se gâte soudain, ça vous fait mal et on y tient, alors Anna ne mange rien....

p.95
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JaklekJaklek   11 janvier 2015
Venez, nous nous sommes trompés sur tout.
Il s'agit de faire de sa vie la matière d'une désillusion à décrire.
Elle les regarde s'éloigner.
C'est une chose déchirante, leur amour.
...Copie une phrase d'Isaac Babel: " Le coeur de notre tribu est enfermé dans un strudel, ce coeur qui sait si bien endurer le combat".
Commenter  J’apprécie          40
AdaorardorAdaorardor   03 octobre 2014
C'est drôle, pense Anna, l'amour en morceaux.
[...] Quand Anna a écrit A bas la mort, un roman qui mettait en scène leur vie à tous les cinq dans la petite maison, un roman où elle tentait de comprendre les trente premières années de sa vie, de comprendre Molly, de comprendre Boris, de comprendre les allées et venues entre les chambres, entre le hamac et la plage où couraient des chiens jaunes, les baisers volés, les cachotteries de Boris et de Marek, les disputes, les querelles politiques, les mesquineries politiques, la fabrication des explosifs pour la résistance chilienne et la fabrication d'explosifs d'une autre sorte, ceux de la haine amoureuse, elle n'avait pas encore saisi cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
anaisbabelioanaisbabelio   12 août 2014
Si on scrutait l'âme d'Anna, on découvrirait la naïveté de celle qui n'a pas compris que le temps passe pour de bon, et l'optimisme terrifiant qui jette des êtres par-dessus les balustrades. On peut se demander ce qu'Anna espère. Sans attendre de réponse, car la plupart des espoirs sont sans nom.
Commenter  J’apprécie          30
JaquotteJaquotte   06 janvier 2015
Qu est ce qu une lettre?Un petit wagon de chaleur humaine arrêté sur des rails.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Geneviève Brisac (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geneviève Brisac
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits :
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti
+ Lire la suite
autres livres classés : engagement politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2033 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre