AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2879295939
Éditeur : Editions de l'Olivier (04/03/2010)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Après un terrible accident de voiture, un homme rentre chez lui. Ayant échappé de peu à la mort (sa femme, elle, a disparu dans l’accident), il lui faut maintenant tout réapprendre. Sa fille, jour après jour, l’accompagne, et tente de tenir la main de cet homme intraitable.

Inquiète ou joueuse, sa voix décrit les quatre saisons de ce retour à la vie. Elle raconte son histoire, celle d’un Français, juif laïque et républicain, né à la fin des années 20,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  04 mars 2013
Un coup de téléphone, comme chacun d'entre nous peut le redouter: vos parents ont eu un accident de voiture, votre mère est morte et votre père semble grièvement blessé. C'est ce qui est arrivé à Geneviève, un cauchemar en pleine nuit. Et puis, il faut se réveiller. S'occuper de l'enterrement, aller au chevet de son papa qui ne pourra pas assister aux obsèques de sa femme, l'assister pour qu'il se remette de ce drame. Une fois sorti, c'est sa fille qui décide de s'occuper de lui, et ce pendant une année. Un peu maternelle, attentionnée, parfois maladroite, soucieuse d'en faire trop, elle essaie de le protéger, lui, cet homme, un peu bourru et opiniâtre, qui tient à garder son indépendance et ne veut pas qu'on s'occupe ni qu'on s'inquiète pour lui, parce que, évidemment, il a passé l'âge. Et, pourtant, c'est tout au long de cette année que sa fille va se rendre compte de ses faiblesses et de ses moments d'égarement. C'est cette merveilleuse année qu'elle aura passée à ses côtés qu'elle nous raconte, évoquant les liens formidables et indissociables qui lient un père et sa fille...
Geneviève nous livre, dans ce roman, une partie de sa vie qu'elle semble avoir appréciée au plus haut point, tant la présence de son père est grande dans son coeur et dans sa vie. le ton est donné dès les premières pages puisqu'il n'est jamais question de la maman qui est morte. Ici, on se concentre sur la relation père-fille, une relation intime et ô combien importante.
Le récit joue sur les non-dits, les secrets, les peurs cachées et les sentiments parfois inavouables. Extrêmement sensible et pudique, Geneviève Brisac nous fait partager cette merveilleuse année, d'une écriture simple, subtile, émouvante et attachante.
Une année avec mon père... une autre, et une autre si cela m'était possible....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
fanfanouche24
  07 janvier 2014
Déjà de nombreuses critiques sur ce récit pudique, plein de tendresse qui parle de la relation forte entre une fille (l'auteur) et son papa brutalement veuf, seul et vieillissant.
L'accompagner en respectant son indépendance, sa personnalité, adapter cette nouvelle relation, avec sa propre vie, ses activités... tout l'éventail des sentiments complexes, et remises en questions lorsque nos plus proches deviennent vulnérables...Un texte d'autant plus attachant et percutant qu'il ne tombe jamais dans le larmoyant...Une complicité père-fille qui doit se construire, se vivre autrement....
.... Ce qui ressort parmi tant d'autres choses dans ce récit, ce sont les exigences de respect et de dignité quoi qu'il advienne:
- Je le regarde rassembler ses affaires, je me souviens de cette inquiétude, de ce doute qui parasitent chaque mouvement quand on est (soudain) vieux et malade, je me surviens de les avoir si souvent observés le coeur serré, observés en faisant toujours semblant de ne rien voir, de ne pas sembler attendre. Nous dissimulons nos trébuchements, nos faiblesses, et n'avons pas d'indulgence pour qui nous les fait remarquer. (p.118)
- Mon père a toujours été hostile à la retraite des objets aussi bien que des êtres humains. Comme je le comprends. (p.125)
Un récit très sensible et vivant... qui parle d'un des sujets les plus délicats de notre société... l'existence et le quotidien de nos grands seniors...où nous n'avons pas à être très fiers du présent, à leur égard...
- Il ne veut pas me faire attendre. Il veut me montrer combien il est autonome, comme disent les journaux et les prospectus. Un homme libre, qui a envie qu'on le laisse vivre en paix. Un homme. Pas un animal domestique. Ou un vieillard infantilisé.- (p.62)
-Lu en 2010-
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
colka
  01 janvier 2018
Dans ce roman autobiographique, Geneviève Brisac aborde avec courage, émotion et intensité l'une des épreuves les plus douloureuses auxquelles nous sommes tous un jour confrontés : celle de la disparition de nos parents.
Ce sera d'abord la mort de sa mère dans un accident de voiture. Puis celle de son père, un an après, toute aussi douloureuse pour elle mais moins brutale dans les faits.
Ce qui m'a frappé dans ce roman c'est combien l'écriture cerne au plus près les différents états émotionnels que la narratrice va traverser durant ces moments si difficiles à vivre.Et il existe un contraste assez marqué entre le début où la narratrice raconte le bouleversement causé par l'accident de ses parents, dans un récit aux nombreuses ruptures narratives, à l'écriture très émotionnelle, où passe tour à tour son esprit rebelle et sa colère, et la suite du roman où la phrase va s'assagir lorsqu'elle évoque l'année qu'elle va vivre aux côtés de ce père très fragilisé par ce qu'il vient de vivre.
Elle rend compte, avec justesse et doigté, de l'ambivalence des sentiments qui vont accompagner ces derniers moments de vie commune. Retour sur les lieux aimés et porteurs de souvenirs en Bretagne ; moments bénis où tout paraît "comme avant". Mais aussi difficile dialogue avec un environnement amical mais souvent maladroit, pieux mensonges que l'on fait pour épargner l'autre. Toute l'extrême complexité de ces relations qui unissent un enfant avec un parent en fin de vie sont analysés avec lucidité et justesse.
Mais l'évocation de la mort est inévitable et Geneviève Brisac le dit sans fard . Elle le fera très rapidement, dans un phrasé qui redevient nerveux, allusif, pour s'épargner sans nul doute la souffrance de revivre de trop près ces douloureux instants.
J'ai été frappée par le côté très abrupt et pourtant incontournable de la dernière phrase : "... Mourir fait mal autant que naître. Et c'est aussi long."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
mariech
  19 avril 2012
Geneviève Brissac nous livre ici un roman intimiste sur le vieillessement des parents .
Un coup de fil et toute la vie bascule , les rôles sont inversés , c'est la fille qui doit s'occuper de son père et cela n'est pas une situation facile pour l'un comme pour l'autre .
Pour le père qui doit faire face à la mort brutale de sa femme mais aussi à la perte d'autonomie et à pour la fille qui n'a pas le temps de faire le deuil de sa mère car elle doit pour la première fois de sa vie prendre en charge son père .
Le sujet est traité avec délicatesse , sans pathos , un thème bien d'actualité dans notre société confrontée pour la première fois au défi du ' grand ' vieillissement .
Un beau témoignage .
Commenter  J’apprécie          190
bdelhausse
  21 février 2018
L'auteure nous raconte les 14 mois passés à épauler son père de 80 ans, qui remonte peu à peu la pente après avoir perdu sa femme dans un accident de voiture, alors qu'il conduisait.
Pas de pathos, pas de longues scènes sentimentalo-gerbeuses, alors que la nature autobiographique du livre ne fait pas vraiment de mystère. L'auteur s'ancre plutôt dans le fil de la vie. du concret. du réel. Des détails du quotidien. La vie qui reprend lentement possession de nous. L'attitude d'une fille qui se rend soudainement compte à quel point son père est vieux. Elle est alors partagée entre le couver ou le pousser en avant... Elle va s'interroger sur une quantité énorme d'infimes détails, découvrant et redécouvrant son père dans des activités quotidiennes.
L'écriture en "je" fonctionne plutôt bien, même si parfois j'aurais aimé que le récit soit tonifié par de vrais dialogues, par un climax, un événement spécifique sortant de la routine... Mais vu que l'auteure a choisi de se laisser porter au gré des micro-événements (on pourrait même dire des non-événements, comme prendre un train...) de la vie, cela donne un récit décousu, comme peut l'être la pensée d'un vieil homme.
Il se fait que je suis dans le même cas de figure, ou à peu près et que j'ai retrouvé des scènes assez proches de celles du livre. Beau talent d'observation, donc. Mais cela ne m'a pas suffit pour accrocher pleinement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   07 janvier 2014
Deux filles, une petite-fille entourent un homme pâle et un peu gris qui n'a jamais fréquenté les cimetières, considérant qu'il y a plus important à faire du côté des vivants, des gens à aider, des ponts à construire, des injustices à empêcher, des femmes à embrasser. Qui se sent obligé ou engagé par qui à quoi ? A quelle instance dédions-nous notre marche hésitante dans l'allée A du cimetière déjà défeuillé, et les chrysanthèmes rouges dont nous décorons la pierre sous laquelle repose maman ? (p.174)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
mariecesttoutmariecesttout   04 février 2014
J’ai invité les Butor, dit mon père. J’irai d’abord l’écouter à la Sorbonne, il reçoit une chose honorifique, il fait un discours, ils m’ont gentiment envoyé une invitation. Puis nous dînerons à la Closerie des Lilas. Voudrais-tu être des nôtres?

La soirée est belle et douce, je les trouve tous les trois en train de boire l’apéritif, Michel Butor a les joues roses, le ventre rond sous l’empiètement de sa cotte grise, une salopette du soir, il sourit aux anges, il évoque les hommages qui lui ont été rendus aujourd’hui. Elle en profite pour rappeler quelques réjouissances récentes, des colloques en l’honneur de ce même Butor, qui est son époux depuis plus de cinquante ans, peut être cinquante-cinq, cet heureux temps, ce temps si ancien, une exposition que nous ne devrions manquer sous aucun prétexte. Ils ont l’air heureux.
Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’universités qui réclament Michel partout dans le monde. Et nous adorons voyager.
Nous partons vers la Closerie des Lilas. Mon père a l'air épuisé, il est pâle. Il vacille sur sa canne...
L'Inde nous a éblouis, raconte Butor, une civilisation étonnante, des civilisations plutôt, des mythes passionnants, le Gange, les temples, les crémations, sans parler des singes qui nous volaient nos affaires ...
Si on commandait le dîner? propose mon père dont je crains qu'il ne défaille d'ennui.
Je crains aussi que les Butor ne sortent des photos, mais ils ont changé de sujet, et, en mangeant d'excellent appétit, ils évoquent les joies que leur donnent leurs enfants, les étés dans le Sud-Ouest avec leurs petits-enfants, les travaux dans la maison.
Ils resplendissent.
Ils ne posent aucune question.
Ils sont à leur affaire.
Mon père est maintenant jaune citron. Il paie le dîner, attrape sa veste, se prend les pieds dans les lanières de son sac, au revoir, au revoir, et nous marchons dans la nuit, clopin-clopant.
Quelles âmes desséchées, dis-je, quelle aura de vanité efficace, comme on dit la grâce efficace.
Ta mère avait raison, murmure mon père, la littérature durcit le coeur, les écrivains sont des monstres d'indifférence.C'est ce qu'elle disait toujours.
Il y a des boulangers d'une cruauté extrême, dis-je, et des fleuristes nazis.
Mon père trébuche une fois encore, l'alcool, la fatigue, le chagrin, nous sommes devant sa porte, je pianote pour l'ouvrir.
Michel Butor était son meilleur ami, et il n'a même pas prononcé son prénom, murmure-t-il.
Par pudeur, peut être, dis-je.
Mais j'ai des doutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mariecesttoutmariecesttout   04 février 2014
Je déteste mon nouveau rôle. La vie privée de mon père ne m’intéresse pas, ne me regarde pas. D’ailleurs, il ne veut pas que nous nous en mêlions. Je voudrais en être dispensée. Etre loin, à l’autre bout du monde. Je le suis davantage pourtant que je ne le crois.
Le docteur Chaïm se moque de moi.
Vous vous accordez tellement d’importance!
Quelle injustice encore.
Que savez-vous de ce que pense votre père? De sa vie? De ses désirs, de ses principes, de ses peurs?
Presque rien, mais trop encore.
Et je ferme les yeux en versant l’eau du thé pour ne pas voir la rouille, les paquets de pâtes périmés, le calcaire, le vieux pain.
Vous regardez quand même.
Je ne veux pas verser l’eau à côté du pot.
J’essaie de faire des visites plus légères, des visites qui ne seraient plus des visites, des je-passais-juste-par là qui ne trompent personne, ni moi, mais je ne veux pas être l’infirmière, je ne suis pas la garde-malade, éloignez de moi la fille répressive, jamais je n’ai voulu priver mon père de quoi que ce soit, elles tournent autour de moi, ces figures hostiles, ô Cordelia, prête moi ton sourire! J’essaie de ne pas prendre trop d’habitudes filiales.
Je relis Le Roi Lear, Le Père Goriot,et le si beau David Golder pour me vacciner contre l’intimité si décriée des filles et de leurs pères. Je lis Anna Freud, Camille Claudel, Jenny Marx, Virginia Woolf. Les Antigones aux pieds englués dans les traces trop fraîches des semelles de leurs pères.
Je relis le Journal de Virginia Woolf. 1928.
« Anniversaire de Père. Il aurait eu quatre-vingt-seize ans. Oui, quatre-vingt-seize ans aujourd’hui,comme d’autres personnes que l’on a connues. Mais, Dieu merci, il ne les a pas eus. Sa vie aurait absorbé toute la mienne. Je n’aurais rien écrit. Pas un seul livre. »
Ce n’est pas votre vie, dit le docteur Chaïm, grandissez donc un peu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colkacolka   01 janvier 2018
L'écriture est un effort pour s'approcher de la ligne frontière que le secret le plus intime trace autour de lui et la violer équivaudrait à une auto-destruction.
Je ne cesse de creuser ma réflexion sur le travail de crabe de l'écrivain, sa lutte tangente pour approcher sa propre vérité.
Garder l'oreille juste. N'obéir qu'à ses propres critères. Réunir dans une même problématique les questions civiques et le questions littéraires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
litolfflitolff   05 octobre 2011
Ta mère avait raison, murmure mon père, la littérature durcit le coeur, les écrivains sont des monstres d'indifférence. C'est ce qu'elle disait toujours.
Il y a des boulangers d'une cruauté extrême, dis-je, et des fleuristes nazis.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Geneviève Brisac (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geneviève Brisac
Librairie de Paris (16 mai 2019) - Texte et Lecture de Lucile Bordes, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution 16 mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Avec : Nathalie AZOULAI, Dominique BARBÉRIS, Marcel BÉNABOU, Jean-Marie BLAS DE ROBLÈS, François BORDES, Lucile BORDES, Geneviève BRISAC, Belinda CANNONE, Béatrice COMMENGÉ, Pascal COMMÈRE, Seyhmus DAGTEKIN, Jacques DAMADE, François DEBLUË, Frédérique DEGHELT, Jean-Michel DELACOMPTÉE, Jean-Philippe DOMECQ, Suzanne DOPPELT, Max DORRA, Christian DOUMET, Renaud EGO, Pierrette FLEUTIAUX, Hélène FRAPPAT, Philippe GARNIER, Simonetta GREGGIO, Jacques JOUET, Pierre JOURDE, Cécile LADJALI, Marie-Hélène LAFON, Frank LANOT, Bertrand LECLAIR, Alban LEFRANC, Sylvie LEMONNIER, Arrigo LESSANA, Alain LEYGONIE, Jean-Pierre MARTIN, Nicolas MATHIEU, Jérôme MEIZOZ, Gilles ORTLIEB, Véronique OVALDÉ, Guillaume POIX, Didier POURQUERY, Christophe PRADEAU, Henri RAYNAL, Philippe RENONÇAY, Pascale ROZE, Jean-Baptiste de SEYNES, François TAILLANDIER, Yoann THOMMEREL, Laurence WERNER-DAVID, Julie WOLKENSTEIN, Valérie ZENATTI
+ Lire la suite
autres livres classés : Pères et fillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
752 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..