AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013224354
Éditeur : Hachette Jeunesse (13/08/2007)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 56 notes)
Résumé :

La Grèce, Ve siècle avant Jésus-Christ. Daméas, Néèra et Stéphanos sont frères et sœurs et vivent à Athènes avec leurs parents. Mais ceux-ci sont assassinés.

Les enfants prennent alors la fuite, se souvenant des paroles de leur père : " S'il nous arrive quelque chose un jour, partez rejoindre Gorgias ". Mais qui est Gorgias ?

Et qui sont ces hommes à leurs trousses ?

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Bamo
  10 novembre 2011
Deux frères et une soeur habitent à Athènes au Vème siècle avant Jésus-Christ, ils sont d'une classe sociale très aisée. Lorsque leurs parents se font assassiner, ils sont contraints de fuir, comme le leur avait conseillé le père s'il leur arrivait malheur.
J'ai bien aimé ce livre. On entre tout de suite dans l'action et le suspense apparaît immédiatement. le narrateur change : on passe de l'aîné des frères, adolescent, au plus jeune qui a quatre-cinq ans, et c'est intéressant de voir le point de vue d'un petit enfant. Par contre je ne me suis attaché à aucun des personnages... Ce roman montre bien le mode de vie de la Grèce antique, variable selon les villes : à Sparte, les arts de la guerre sont très importants et les femmes y participent, tandis qu'à Athènes, la société semble plus "civilisée" mais uniquement gouvernée par les hommes. Il y a des références à la mythologie grecque, mais hélas, aucune apparition de dieux ou de héros !
Un roman vite lu, plaisant, on s'y instruit de manière plus agréable qu'avec les cours d'Histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
flammesdargent
  24 juin 2013
Les héros de l'histoire ? Trois enfants qui fuient la ville où ils ont toujours vécu, Athènes, car ils sont poursuivis pour une obscure raison. Leur seul indice pour démêler ce mystère : un nom...
Comme toujours quand il s'agit d'Evelyne Brisou-Pellen, l'écriture est fluide, les détails historiques bien renseignés, et les péripéties sont au rendez-vous.
C'est un livre qui plaira aux enfants parce que les émotions des personnages sont vivantes, et il y a de nombreux rebondissements. L'auteure ne noie pas son lecteur sous les termes historiques, et on a alors l'impression de vivre à l'époque de Danéas, Néèra et Stéphanos...
Un livre qui se lit vite, mais vous fera passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          100
Takalirsa
  24 août 2015
Plus qu'un roman historique, ce livre est une aventure pleine de rebondissements ! Traqués par les assassins de leurs parents, les trois enfants fuient vers Corinthe, espérant y trouver l'homme qui, enfin, leur expliquera ce qui se passe. Leur parcours est semé de rencontres et d'épreuves, et ils puisent leur énergie dans les histoires mythologiques que Néèra raconte : les défis d'Héraclès (Hercule), l'énigme du Sphinx, l'ingéniosité d'Ulysse, etc.
Comme les trois points de vue alternent, on voit bien les enfants évoluer tout au long de leur épopée initiatique. Daméas, avec ses remarques misogynes, horripile : à cette époque à Athènes, on considère les filles comme des êtres inférieurs aux hommes qui ne sont pas sensés faire autre chose que cuisiner et s'occuper des enfants. Il n'a guère plus d'estime pour son petit frère qui n'est qu'un "gamin pleurnicheur"... Mais heureusement, les événements vont lui faire progressivement réviser son jugement. Il va se rendre compte que Néèra est tout aussi capable de réflexion que lui, et que Stéphanos a à coeur de se comporter comme un grand. La jeune fille, encouragée par Talos le Spartiate qui lui fait réaliser que "ailleurs, on donne la possibilité aux filles de s'améliorer", ose peu à peu faire ce qu'on lui a toujours interdit : poser des questions, se déplacer seule, s'entraîner à courir et lancer le javelot. Si Daméas rechigne à "travailler comme un esclave" pour gagner leur pitance, elle prend plaisir à se rendre utile. C'est aussi elle qui gère les angoisses du petit Stéphanos privé du réconfort de sa maman. le garçonnet connaîtra lui aussi une sacrée révolution intérieure en découvrant qu'il est un "exposé".
Un roman très complet, entre histoire, aventure et initiation !
Lien : http://www.takalirsa.fr/les-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CDIbrumath
  20 avril 2015
Ce livre m'a plu car c'est un roman palpitant, captivant et intéressant. J'ai appris de nouvelles choses sur la Grèce et ses coutumes. J'ai pris du plaisir à la lecture car il y a dans le livre du suspense, des personnages attachants et drôles. Dans ce livre, en plus du suspense j'ai ressenti de la tristesse. Ce roman m'a fait réfléchir car je me suis rendu compte que vivre en cavale avec des hommes qui veulent vous tuer n'est pas simple bien sûr mais, vivre cela en ayant seulement 13, 11 et 5 ans c'est encore plus difficile. J'ai trouvé ce livre assez facile à lire car même si il y avait quelques mots complexes à comprendre, l'histoire était quand même bien ficelée. Je conseille ce livre aux personnes qui aiment lire tout simplement.
Commenter  J’apprécie          50
yahiaouinawal99
  05 novembre 2012
Ce livre vous emporte dans l'aventure de trois enfant contrains de fuir de chez eux après la mort de leurs parents. Ils seront amenés, par la suite, à chercher un "trésor" convoité dont eux seuls détiennent les éléments nécessaires pour le trouver. Une touche de romance vient s'ajouter à cette palpitante aventure. Je recommande ce roman que j'ai personnellement beaucoup apprécié.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   18 janvier 2019
Je m'appelle Stéphanos, fils d'Alexos, du dème du Céramique, et j'ai dix ans. Je suis le frère de Daméas, le plus célèbre maître potier de la cité des Athéniens et de Néèra, la meilleur des joueuses de lyre. Elle vient d'avoir seize ans.

Quand je repense à l'année de mes cinq ans, j'ai comme une grande douleur au fond de moi. Souvent, je fais un cauchemars où je tombe dans un précipice terrifiant. Heureusement, je me réveille toujours avant de m'écraser en bas. Sauf que le pire n'est pas de s'écraser, c'est de voir que ça va arriver.

Après ça mon cœur bat atrocement, et je n'arrive pas à me rendormir.

Un de mes grands regrets est de n'avoir pas assisté à la séance de l'Ecclésia, le jour de la révélation du secret. Daméas y est allé seul. Je n'ai pas eu le droit de l'accompagner parce que j'étais trop jeune, ni Néèra parce que c'est une fille. J'aurais voulu voir ça. Tout les citoyens étaient présents, ce qui est rare. Maintenant, le nom d'Alexos est connu partout, et celui de Daméas, et le mien aussi. Stéphanos, Stéphanos, fils d'Alexos, du dème du Céramique.

Talos à gagnés les jeux pythiques à la flûte, et on étais tous là, avec lui. Après, on la revue à Olympie. Il n'y a pas de concours de musique et de poésie aux jeux Olympiques, mais il a été vainqueur de la course en armes. Talos est très fort. Je l'aime beaucoup et je suis fière de le connaître.

On ne pensait pas le retrouver avant les prochains jeux pythiques, aussi, hier, quand je l'ai vu arriver au bout de notre rue, j'en suis resté tout bête. Il a dit qu'il venait pour que Daméas lui rembourse sa dette.

J'ai eu peur qu'il nous demande de donner l'atelier de poterie, parce qu'on ne pourrait pas refuser. Seulement au lieu d'aller voir Daméas, il est entrée dans la maison.

Néèra s'est levée vivement et j'ai vus sur son visage cette sorte d'angoisse que j'y surprends si souvent depuis que nous avons quitté le mont Parnasse. un long moment, ils sont restés face à face, à se regarder sans rien dire. Et puis Talos lui a saisi la main; il l'a soulevée, et il a posée ses lèvres dans sa paume. SUr le visage de Néèra, il n'y avait plus la moindre angoisse. Elle paraissais rayonner, je ne l'avais jamais vus si belle. Sa main a glissé sur la joue du Spartiate comme en une longue caresse, et s'est accrochée doucement à son cou. Leurs visages se sont rapprochés.

Alors je suis sortit et je suis allé sans me presser jusqu'à l'atelier, pour prévenir Daméas de l'arriver du visiteur.

Talos n'a pas réclamé l'atelier, ni la maison et j'aurais dû m'en douter. lorsque qu'il avait répondu à Daméas, sur les pentes du mont Parnasse: je ne demanderai pas ta vie, j'avais bien senti qu'il y avais quelque chose derrière. Néèra aussi, d'ailleurs, parce que, à ce moment là, elle avait cessé de respirer.

Nous avions raison. Talos a annoncé à Daméas que, plutôt que ça vie, il lui demandait sa sœur. Là, j'ai bien cru que Néèra allait s'évanouir. Talos l'a prise par la taille, et elle a agrippé la mains à son épaule. Et j'ai vu qu'ils ne pouvaient pas vivre l'un sans l'autre. Tant mieux, parce que je les trouve très beaux, ensemble.

Je suis partit raconter tout ça à papa et maman. Sur leur tombe, il y a l'amphore de la pythie, qu'on a déposée en offrande. Je n'ai pas pus m'empêcher de coller le goulot à mon oreille pour écouter son murmure, et ele ma chuchoté : Ce que vous savez appartient à Apollon et à Céramos. La clef du secret. Et ensuite j'ai entendu le rire de papa, et les chuchotements de maman. Alors j'ai dis à Chrysilla de ne pas s'inquiéter, que tout allais bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   18 janvier 2019
Néèra obsvervait le jeune homme avec surprise. Il etait grand,mince,muscle et,malgre sa salete,son visage paraissait assez beau. Le bandeau qui retenait ses cheveux avait autrefois du etre rouge.

Une fille ne devait pas adresser la parole a un garcon,et encore moins a un inconnu,cependant elle ne put s'empecher de dire:

-Tu nous as sauve la vie,tu as droit a notre gratitude.
Commenter  J’apprécie          30
JulyFJulyF   18 septembre 2012
"Dans la forge du dieu
Qui a craché le feu
J'ai jeté trois cailloux
Voyez-vous"
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   18 janvier 2019
L'homme penché se redressa. Pas vraiment un homme, d'ailleurs, juste un éphèbe - seize ou dix-sept ans. Pieds nus, crasseux, manteau sordide. Il ne portait de serpent au bras.
Commenter  J’apprécie          20
axdumezaxdumez   14 avril 2012
Les images se téléscopaient dans ma tête sans qu'il parvienne à les organiser...
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Evelyne Brisou-Pellen (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evelyne Brisou-Pellen
À l'occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2018, Evelyne Brissou-Pellen vous présente ses ouvrages " le manoir" aux éditions Bayard jeunesse.
Retrouvez les livres :
https://www.mollat.com/recherche?requete=Evelyne%20Brisou-Pellen%20le%20manoir
Notes de Musique : Free music archives.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

les messager du temps

quel est le titre du premier tome ?

rendez-vous à Alesia
le chien d'or
les cinq écus de Bretagne
l'otage d'Atila

5 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Evelyne Brisou-PellenCréer un quiz sur ce livre
.. ..