AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dan Simmons (Préfacier, etc.)Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
ISBN : 2070436918
Éditeur : Gallimard (13/01/2011)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Les bayous recèlent de bien terribles secrets. En douze nouvelles, poétiques et vénéneuses, gothiques et romantiques, Poppy Z. Brite nous convie à participer à un voyage sans retour où un fantôme se lie avec une strip-teaseuse, où deux siamois refusent d'être séparés, où deux amants explorent les limites de leur passion... Même les deux crochets par New York et Calcutta (où "cinq mi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Fifrildi
  17 novembre 2018
Voilà un livre que je n'aurai pas lu s'il n'y avait pas eu la LC imaginaire des Trolls. Cette lecture me conforte dans mon opinion que ce genre de livres n'est absolument pas pour moi.
Avis mitigé.
Sur les 12 nouvelles j'en ai beaucoup aimé deux (Xénophobie et La sixième sentinelle), j'en ai bien aimé deux autres (Anges et Prise de tête à New York). Les autres… j'ai souvent dû m'accrocher et j'ai parfois sauté des passages qui me donnaient la nausée. Évitez, par exemple, de lire Calcutta, seigneur des nerfs après votre petit-déjeuner ^_^
À côté de cela, je dois reconnaître que l'écriture est vraiment très belle. Certaines images sont à couper le souffle. La sixième sentinelle, est la nouvelle qui m'a le plus marquée. Elle m'a mis littéralement KO, j'en ai pleuré. Un cocktail vraiment dément d'horreur et d'émotion.
Selon Wikipédia, en 2010 Poppy Z. Brite a débuté une thérapie aux hormones et est considéré comme un auteur masculin depuis 2011. Comme ce livre date de 1994, j'ai pensé qu'il pouvait entrer dans le Challenge Plumes féminines. D'ailleurs la nouvelle « Traces de pas dans l'eau » a été publiée dans une anthologie féminine « Women of darkness II ».

Challenge Plumes féminines 2018
Challenge défis de l'imaginaire (SFFF) (145)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
greg320i
  11 janvier 2016
Voyons, voyons, par où commencer ?
Si vous connaissez déjà l'auteur ma foi, mon prologue ne vous servira pas.
du moins je l'espère si nous en sommes au même point, au même constat de fracas que cette Poppy Z. Brite là en a sous la ,,hum, plume .

Donc voilà pour les autres: En quelques bribes de qualificatifs , ce qu'il faut savoir pour rester objectif .
Quel amertume , quel acidité;que Satan l'habite, elle ne le rechignerai même pas, HA!
Une diablesse en profondeur, à l'âme putréfiée et liquéfiée à je-ne-sais quel poison, mais au fond distillé et encore entrecoupé par un savant mélange dont elle doit avoir le secret .
Que Poppy soit, et Poppy sera : voilà sans doute une formule fortuite qui a dû être prononcé devant un pentacle pour recevoir ce réceptacle imaginatif de violence, de perversité et d' agressivité dans ses nouvelles.
Toujours plus enivrantes ,renversantes, inquiétantes, tentantes, entrainant son pauvre lecteur par le bout du nez pour le mener au broyage mental . Voilà qui pourrait bien résumer l'impact de ses méfaits sur d'innocentes victimes non-averties .
Concassage de personnages et vertus peu chrétienne à les soumettre au pires sévices sont l'adage quotidien de notre horrible narratrice .
Nul doute qu'elle y prend plaisir la mesquine ! Tant les descriptions peuvent être à la fois langoureuses, douloureuses ou vilipendeuses.
Rappelez-moi un truc,, c'est bien elle qui écrivit Âmes Damnées ?
Où l'ajustement du 'vit' se fait aussi souvent par la gorge 'que' par ailleurs ?
Choquant , bouleversant, ne reculant devant aucune censure pour les bavures ou l'homosexualité, il faut traiter avec Poppy comme on traite avec le Diable en personne : avec prudence et intelligence.
Non, son indulgence à nous épargner le sirupeux ou le contexte hasardeux n'est pas le fruit pourri d'une pomme aussi juteuse que vénéneuse que l'on tend à croire parfaite .
C'est le fait et le résultat d'un trop plein de sulfureux débordant sur ce qui pourrait rester de trop ou de pas assez justement .
J'avoue, j'avoue , l'horreur n'en est que plus réelle , tangible et incroyable, toutes ces nouvelles étant exactement situé dans le bien nommé Horror Show paru en 1986.
Cette réédition portant l'innocent nom " Contes de la fée verte " n'en est que plus trompeur . Voulu ou non en Français -comme d'habitude à milles lieux du titre en V.O - ce " Swanp Foetus " remettra à sa place la brebis égarée trouvant sur son passage la trace de ce loup dévorant .
Sur ce dernier point , si vous voulez rigoler un instant, mon anecdote croustillante pourra vous faire sourire ( juste avant de souffrir de lire autant de cruauté)
Car mon ouvrage 'présence du futur' célèbre édition Denoël ( N°609 si ça intéresse quelqu'un) s'est déniché -attention les oreilles- dans un rayonnage jeunesse . .
Quand bien même on pourrait excuser le maladroit à l'avoir placer là d'avoir le droit de ne pas connaitre (heureusement pour lui) Miss Poppy ( sans doute avez-t-il confondu avec Mary Poppins ,,) autant il faut vraiment ne pas avoir les yeux en face des trous pour ne pas apercevoir flanqué dénudée une Shiva aux seins ballotant sur le devant de couverture ;tout comme le crane fumant et le verre d'absinthe promettant de bien sombres délires en chaine.
Bref une belle illustration impeccablement signé Guillaume Sorel qui prouve magistralement que son BEP-CAP en génie civil n'avait de civil que l'homophonie . Et j'en dirai donc tant pour son génie .
Sur ces derniers ajustements , justement, je vous souhaite aussi un jour de vous échoir un soir, une nuit, le temps d'un instant, pour vous perdre et vous prendre (attention au 'r' quand même.. ) la durée de ces contes à votre compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Tatooa
  19 novembre 2018
Pas convaincue du tout.
Si j'ai bien apprécié les 3 premières nouvelles, et adoré "la sixième sentinelle", dans l'ensemble j'ai trouve ce bouquin long, assez ennuyeux, glauque, et beaucoup trop répétitif.
J'ai bien apprécié les 3 premières nouvelles parce que c'était un premier contact avec l'auteur, que je ne connaissais pas.
J'ai trouvé sa plume agréable, imagée, parfois poétique, quoi que fort glauque.
Le hic c'est qu'en continuant dans le bouquin, bah je me suis lassée. Lassée des héros qui se ressemblent tous, tous gays, tous dingues ou presque, quand c'est pas carrément incompréhensibles, je me suis lassée des fins qui n'en sont pas. le titre est bien trouvé parce là, le livre refermé, le souvenir qu'il m'en reste est vague et nauséeux. Comme un cauchemar ou une hallucination dont on ne sait pas très bien "ce que c'était".
En fait la seule que j'ai adoré, "La sixième sentinelle", est une histoire qui se tient, avec un début, un milieu, et une fin, un abord tout à fait original et un couple mixte. Et c'est la seule nouvelle dont je me souvienne avec netteté, avec "Anges", aussi, une du début, qui était très bien. Sur 12, ça fait pas beaucoup.
J'ai détesté "Paternité", à mes yeux d'une perversité absolue. Elle appuyait sur trop de "boutons rouges" chez moi. Donc bonne lecture halloweenesque, voire beaucoup trop à mon goût. Je suis bien dégoûtée de l'auteur, si j'apprécie son style, je n'apprécie pas ses histoires, ni ses personnages, j'en resterai là avec lui.
Lecture commune "halloween" du forum des trolls, j'en ressors déçue, dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
Mladoria
  25 novembre 2018
Merci aux copains du club lecture imaginaire avec qui j'ai partagé cette lecture commune.
Le moins que je puisse dire c'est que ça me sort de ma zone de confort parce que le fantastique version horrifique ce n'est une lecture habituelle pour moi. J'ai aimé l'ambiance un peu poisseuse et presque méphitique de cette Nouvelle-Orléans des bas -fonds. Même si elles sont nombreuses les nouvelles qui m'ont mise très mal à l'aise. le style hyper détaillé dans le gore et le dégoulinant à tendance sexuel, le glauque imbibé d'alcool et d'odeur de putréfaction. Rien ne vous sera épargné à cette lecture. Mes préférées sont : Sa bouche aura le goût de la fée verte" pour le petit côté "Entretien avec un vampire" version vaudou qui m'a bien plu, "La sixième sentinelle" terrible histoire d'amour tout comme "Paternité" qui est très dure au niveau de la thématique mais éloignée du gore et du dégoulinant du reste du recueil.
Je le conseille aux estomacs solides et à lire petit à petit parce que cette ambiance collante et certaines scènes restent un peu sur l'estomac quand on est pas friands d'horreur. Merci pour la découverte en tout cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Altervorace
  29 mai 2012
Je vais d'abord me permettre de parler un peu théorie et classement des oeuvres littéraires. Ce recueil de 12 nouvelles est, comme vous avez pu le noter, publié dans le collection FolioSF et je trouve cet état de fait ennuyeux voir absurde : cet ouvrage n'a rien de commun avec un livre de Science Fiction. Tu me diras, ami lecteur, je n'ai rien contre ce genre, aucunement, mais je n'aime cette manie de vouloir caser dans la SF tout ce qu'on ne parvient pas à classer ailleurs. Certains spécialistes pensent que Contes de la fée verte fait parti intégrante du Splatterpunk, ce mouvement littéraire du milieu des années 80 qui mêle horreur et fantastique avec une coloration punk. Je ne connais pas assez les auteurs emblématiques de ce mouvement pour me rendre compte de la justesse de cette affiliation. Si je prends la peine de préciser cela, c'est surtout pour ceux qui voudrait lire des ouvrages de la même veine.
Les contes de la fée verte réunit donc douze nouvelle publiée sur plusieurs années (1986 à 1992) et cette disparité s'en ressent. C'est donc un vrai recueil sans autre lien entre les texte que le style particulier de Poppy Brite. Comment souvent dans ce type d'ouvrage, j'ai plus ou moins apprécié les titres. Je voudrais souligner plus particulièrement pour les amateurs de nouvelles que nous ne sommes pas ici en présence de textes dans la plus pure tradition de ce genre -avec par exemple une chute toujours surprenante et marquante.
Les thèmes chers à l'auteur au début de sa carrière sont tous présents et reviennent au fil des pages : la Nouvelle-Orléans, la mort, le mouvement gothique, la musique, le sang, les zombie, la gémellité, le Vaudou, l'alcool... L'homosexualité est encore une fois très présente mais c'est visiblement le cas dans toutes les oeuvres de Brite. Sur l'ensemble des nouvelles, quelques unes m'ont un peu lassée mais certaines sont vraiment superbes et méritent à elles seules que l'on plonge dans le livre en question. Musique en option pour voix et piano m'a beaucoup plu, de par sa construction qui change un peu des autres textes et par sa force poétique indéniable. Paternité reste je crois, le texte qui m'a le plus touchée parce que l'horreur est dénué de fantastique. le style est le même que pour le roman que j'ai déjà lu de l'auteur : flamboyant, cru, mystique et gore.
Ce bouquin m'a beaucoup plu mais je pense que le roman Âmes perdues est à lire en priorité sur celui-ci. D'ailleurs, on retrouve les personnes de Ghost et de Steve dans deux nouvelles : Anges -qui ne m'a pas énormément intéressée- et Prise de tête à New-York -un peu plus prenante à mes yeux-.
Enfin, outre le style de Brite que j'apprécie, ce qui ressort de cet ouvrage est la capacité de l'écrivain à nous plonger dans une atmosphère grâce à une myriade d'odeurs et d'images. Dans l'excellent Calcutta, seigneur des nerfs le lecteur se trouve presque submergé de sensations.
Pour conclure cette petite chronique, je tiens -une fois n'est pas coutume- à vous conseiller ardemment de lire la géniale préface de Dan Simmons. Non seulement on retrouve avec plaisir la plume d'un excellent auteur mais j'ai trouvé que c'est vraiment une magnifique entrée en matière dans l'oeuvre de Poppy Z. Brite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
meygisanmeygisan   25 septembre 2012
Dans une cité de plusieurs millions d'habitants, une ancienne cité assez surpeuplée et assez cruelle, il peut se développer une sorte de magie.
Le mot "ancien" ne signifie pas grand chose en Amérique.Deux ou trois cents ans au maximum....et les usines et les filatures désaffectées n'en ont guère plus de soixante. Mais je pense à La Nouvelle Orléans, cette ville embourbée dans le temps, où une nouvelle religion a évolué en moins de deux siècles- un mélange hétéroclite composé d'une dose de poussière de cimetière haïtien, d'une dose de juju de la brousse africaine, d'une gorgée de vin de messe et d'une pincée de miasmes des marais. La magie apparaît quand elle veut, où elle veut.
Dans une métropole grouillante et cruelle, on peut créer sa propre magie...volontairement ou non. Une magie destinée à assouvir les désirs qui auraient dû rester enfouis au luls profond de votre âme, ou à vous permettre de survivre à l'interminable succession des jours de désespoir. Et ce désespoir, cette faim de pain ou d'amour, cette joie secrète devant la folie de l'existence....tout cela a pu donner naissance à autre chose. Un composé de mauvais rêves et d'amour perdu, quelque chose dont les suppôts sont les abandonnés, les oubliés, les inutiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
greg320igreg320i   11 janvier 2016
C'est à peine si j'ai vu le premier crochet hisser Leah dans les airs , et j'ai cru tout d'abord qu'elle venait de lever les bras et de s'envoler. Je suis resté figé pendant plusieurs minutes, incapable de comprendre ce qui s'est passé, alors même que son sang inondait mon visage et mes mains tendues. Un soulier à talon haut tomba à mes pieds, passant à deux centimètres de ma tête. Je ne bougeai pas d'un pouce. Je levai les yeux vers les nuages de poussière tourbillonnante, vers la silhouette suspendue dans les airs tel un ange en dentelle noire . Lorsque la poussière se dissipa, le corps de Leah était flasque , sa tête renversée en arrière , sa chevelure pareille à une oriflamme éclatante dans la pénombre de la salle .
Le crochet l'avait pénétrée au creux des reins avant de ressortir par la tendre chair de son ventre mais son visage était parfaitement calme .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TatooaTatooa   03 novembre 2018
Biographie [...]...a exercé les professions suivantes : fabricant de confiserie fine, modèle pour peintre, gardienne de souris et danseuse exotique." On pense à Jack London et à l'heureuse époque où les écrivains avaient vécu avant de s'asseoir devant leur clavier. Aujourd'hui, une bio d'auteur ressemble davantage à un truc de ce genre : "Ms Temugli est lauréate d'une bourse Guggenheim, de deux bourses de la NEA, du prix Lizzie Borden décerné par la NOW et récompensant un récit politiquement correct mettant en scène une femme activiste, et du Trophée de consolation de la convivialité popote... Ms Temugli enseigne la théorie déconstructionniste féministe et les techniques de la littérature postmoderne antinarrative à l'université communautaire de Kékçapeutfaire."
Non, Poppy Z. Brite a "Vécu" !!!
(Extrait de l'introduction écrite par Dan Simmons, intitulée "prolégomènes à toute métaphysique future de Poppy".)(ndr : Mouarf !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
FifrildiFifrildi   14 novembre 2018
Ghost revit en esprit une citrouille de Halloween que sa grand-mère avait jadis oubliée à la cave ; lorsqu'il avait voulu la palper, son doigt avait traversé la peau et s'était enfoncé dans la pulpe pourrie. La peau de ce misérable paraissait aussi fragile. Un de ses yeux était masqué par une cataracte jaunâtre. L'autre, braqué sur le plafond, sembla sur le point de se liquéfier, puis chercha les deux jeunes hommes.

(Prise de tête à New York)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
FifrildiFifrildi   16 novembre 2018
Il était de ces hommes qui n'ont qu'un seul amour dans la vie, qui savent, avec la ferveur malade d'un authentique fataliste, que cet amour leur sera dérobé un jour, et sont à peine surpris lorsque ce jour arrive.

(Calcutta, seigneur des nerfs)
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Poppy Z. Brite (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Poppy Z. Brite

La chronique de Gérard Collard - Poppy Z Brite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
520 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..