AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702153682
Éditeur : Calmann-Lévy (16/03/2016)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Belle-Isle-en-Terre, Bretagne, 1870. De retour de la bataille de Sedan, grièvement blessé, le beau Frédéric Kerviller n’est plus le même homme. Taciturne, il a choisi de rompre avec son passé, ses amis, avec la jeune fille à laquelle il était promis. Il claque la porte de la boutique familiale et se fait embaucher comme simple ouvrier à la fabrique de papier qui emploie son père depuis trente ans. Est-ce le désespoir qui dicte cette fuite ? Non, Frédéric brûle d’une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
sld09
  28 juin 2017
Voilà un roman qui m'a agréablement surprise : je connaissais déjà Nathalie de Broc, mais avec La vallée des ambitions elle change de registre. En effet, l'aspect "roman de terroir", qui est pourtant la marque de fabrique de l'auteur, devient presque secondaire et les personnages et leur psychologie prennent le pas sur l'intrigue. J'ai beaucoup aimé le style de Nathalie de Bric : son écriture nerveuse reflète si bien l'énergie des personnages et les tensions qui existent entre eux qu'on est pris dans leurs tourments et qu'il devient impossible de lâcher le livre...Par contre le dénouement, très flou, m'a laissé une impression plus mitigée, comme c'est souvent le cas avec les fins trop ouvertes... Cela n'empêche que j'ai passé un très bon moment avec cette histoire très prenante.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gingers007gingers007   19 juillet 2017
Joséfina danse et ses pas improvisés, mais précis, dessinent un cercle autour de Frédéric. Elle est loin de lui, mais il la sent. En lui. Il ne fait que la regarder depuis tout à l'heure, il aime le port de tête, la rondeur du visage, la sauvagerie, les plis de la robe qui dévoilent et cachent les contours des jambes, la fierté provocante de Joséfina, son instinct.
Frédéric Kerviller s'incarne soudain dans l'espace qui les sépare. La danse de Josefina l'enserre, le traverse, le fait naître. Soudain, il n'est plus ce grand homme, cérébral et froid, sans consistance ni sentiments. Il n'est plus cet ambitieux, ignorant de l'amour, mal marié. Celui là s'est perdu. Noyé dans l'océan ?
Se regardent t-ils ? Ils se transpercent. Leurs corps s'apprennent, se déchiffrent, se reconnaissent. De loin, Frédéric n'a pas bougé. Leurs regards se suffisent. Pour le moment.
Ils semble à Frédéric, dans ce tournoiement de la fête, dans le vertige qu'il ressent, qu'il a déjà vécu il y a huit ans un moment semblable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gingers007gingers007   22 juillet 2017
Rose ne veut pas être tenue pour responsable de ce qui pourrait arriver. Voila pourquoi elle chaperonne sa patiente comme on le ferait d'une petite fille. En même temps, elle peut surveiller tout ce qui se passe dans la maison. Et il s'en passe des choses, à la Vallée. Tout comme en dehors. Elle se dit qu'un jour ou l'autre ce qu'elle voit lui servira. Comme ça que l'on tient son monde. Elle n'est pas dupe. Quand Mme Guédriant l'a engagée, la rosse ne s'est pas gênée pour l'inspecter sous toutes les coutures. Rose sait pourquoi. Dans toutes les maisons où les hommes sont "sanguins", les gouvernantes sont choisies parce qu'elles sont vilaines, sous entendues pas dangereuses. Il suffit d'un rien pour s'enlaidir.[...]
[...] Rose a tout son temps pour fouiner partout. Discrètement. Apprendre des tas de choses. Qu'on ne pourrait pas soupçonner derrière la façade d'une si belle maison.
Ça l'a étonnée que M. Frédéric se laisse si facilement "prendre", la nuit de la promenade nocturne de Mme Elisabeth dans les couloirs ... Peut-être qu'il pensait à l'autre. Celle qui est dans les bois. Rose ne comprend pas pourquoi personne ne se rend compte de ce qui se passe. Depuis le temps, comment ces deux-là ont-ils réussi à ne pas se faire prendre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gingers007gingers007   31 juillet 2017
Damien déteste qu'on évoque leur ressemblance. Non, ils ne sont pas semblables. Lui est de la race des vainqueurs. Grand-père Louis le lui dit tous les jours. C'est donc que c'est la vérité. Tandis qu'AloÏs appartient à un autre monde. Un monde où on se raconte des histoires, où on joue tout le temps à faire semblant, où on reste à lire sous les tables pendant des heures, où on parle tout haut à des guerriers fantômes. Un monde où on n'aime pas les bagarres à poings nus. Un monde où on refuse de se battre pour gagner sa place. Lui, Damien aura toujours la première place. Grand-père Louis, grand-mère l'affirment. Il aime la fierté dans leurs yeux. Il aime quand ils reprennent son frère : " Mon pauvre Aloïs, tu ne feras décidément jamais rien de bien..."
Damien ne sera jamais " pauvre Damien ". Il fera honneur à la famille.
Pas Aloïs.
Alors le pire aujourd'hui, c'est cette sensation si désagréable qu'Aloïs mène le jeu, qu'il a pris la main, le pouvoir sur lui.
Damien se sent tétanisé sur sa chaise, genou sérrés l'un contre l"autre pour qu'on ne les entende pas cogner. Il regrette mille fois d'avoir surpris son jumeau sur le chemin de la rivière avec la fille.
- Qu'est ce que tu fais avec elle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gingers007gingers007   27 juillet 2017
Longtemps, les carnets de mon père se sont tus. Si plusieurs étaient depuis venus s'ajouter au tout premier qui disait ses espoirs, le silence qui a suivi ma naissance parlait de lui-même ; le bonheur se raconte si mal. Puis quelques semaines plus tard, après cette épisode qui aurait dû constituer la fin de mon existence - mais j'étais robuste, ou ma mère très aimante -, l'écriture a repris. Intense. Brouillonne. Colérique. Les pages se sont noircies à nouveau. Sans ratures, comme un cri de rage prolongé. L'encre de Chine a remplacé la mine de plomb. Apparaissaient d'inquiétantes aquarelles de femme oiseau d'une laideur appuyée, au bec tordu, aux yeux effrayants, qu'il légendait de quatre lettres : Rose.
Rose, oiseau de malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gingers007gingers007   20 juillet 2017
La cabine est un monde. La cabine est une île. Le jour y est la nuit, la nuit y est le jour. Des mains, deux corps se sont jetés l'un sur l'autre. Sans attendre. La retenue avait été trop longue. Le fleuve, puis la mer, la houle ont permis la vague, le déchaînement sur l'étroite couchette. Les sueurs mêlées, l'étreinte renouvelée. Impossible d'assouvir la faim de l'autre. Hors du temps. La découverte à n'en plus finir, les courbes entre les draps, les jambes ouvertes. L'épicentre.
Folie d'où la lucidité n'émerge pas, étouffée par l'envie insatiable. Passionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Nathalie de Broc (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie de Broc
Vidéo de Nathalie de Broc
autres livres classés : amour passionnelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2590 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre