AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Bühler (Traducteur)
ISBN : 2752904304
Éditeur : Phébus (18/02/2010)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Susie Parkington appartient à une génération de bâtisseurs qui n'a pas eu la vie facile mais a toujours su faire face à l'adversité. D'un chapitre à l'autre, la passé et le présent se renvoient la balle.
--Ce texte fait référence à l'édition




Broché
.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Titine75
  17 décembre 2013
Mrs Parkington a 84 ans et sa vie a été riche en évènements et en rencontres. Elle prépare les fêtes de Noël dans son luxueux appartement de Park Avenue. Toute la famille doit se retrouver : sa fille, les enfants et petits-enfants de ses deux fils disparus. Mrs Parkington se force à maintenir cette tradition mais à part son arrière-petite-fille Janie, elle ne porte pas sa famille dans son coeur. Elle les trouve peu intelligents, gâtés par l'argent et sans vie. "En vérité, si la plupart des convives n'avaient pas été le fruit de sa propre chair, aucun d'eux n'aurait jamais été invité à cette table. Mrs Parkington se força à suivre quelques-unes des conversations particulières qui s'étaient engagées espérant surprendre quelque phrase, quelque remarque, quelque pensée d'où jaillirait une étincelle, comme lorsqu'une barre de fer frappe un silex ; elle avait tant besoin d'un peu de chaleur humaine !" Les membres de sa famille sont de plus complètement incapables de gérer leurs affaires et font sans cesse appel à l'avis de la doyenne. Mrs Parkington se sent par moments si lasse…heureusement qu'elle peut se remémorer sa vie pour se distraire.
J'avais découvert Louis Bromfield avec "Précoce automne" et j'étais restée un peu sur ma faim. "Mrs Parkington" a en revanche été un vrai coup de coeur. Ce roman est absolument délicieux, l'écriture y est fluide, ciselée. Les flash-back sur la vie de Mrs Parkington s'insèrent de manière parfaite dans le récit présent, nous suivons le cours des pensées de la vieille dame.
Susie Parkington est issue d'un milieu pauvre, elle travaillait dans un hôtel près d'une mine avec ses parents à Leaping Rock. C'est là qu'elle rencontra le major Parkington, de seize ans son aîné. Il l'épouse à la mort de ses deux parents lors de l'effondrement d'une mine. le major veut conquérir le monde, être toujours plus riche et ce à n'importe quel prix. L'époque est propice aux coups bas et aux escroqueries. le major devient multimilliardaire et conquiert la haute société grâce au charme et à l'intelligence de sa femme. Rien ne résiste au couple Parkington, l'argent ouvre toutes les possibilités. "Fils d'un épicier villageois, le major Parkington avait souhaité devenir un personnage de légende, laisser lui survivre une nombreuse descendance qui contribuerait à accroître sa propre gloire et à faire subsister son nom dans l'histoire. Mais il n'avait pas pensé au pouvoir maléfique de la richesse mal employée…" Et c'est ce que constate Mrs Parkington, sa descendance est figée dans ses privilèges. le monde change sans que ses petits-enfants s'en rendent compte, sans réagir. L'Amérique est en guerre, le New Deal de Rossevelt a réformé les marchés financiers. Les manoeuvres datant de l'époque du major ne peuvent plus avoir cours et les financiers véreux payent l'addition. Mrs Parkington voit la déchéance de son clan d'un oeil navré et mélancolique. Rien ne peut éviter la ruine à ceux qui n'ont pas su voir la fin de leur caste. Mrs Parkington ne peut que limiter les dégâts et sauver la vie de son arrière-petite-fille Janie.
La lecture de "Mrs Parkington" fut un régal, le personnage central est extrêmement attachant, d'une sagesse et d'une finesse psychologique remarquables.
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Liver
  05 août 2013
84 ans, c'est l'âge de l'héroïne de ce roman au début des années 40. le livre la suit dans ce qui pourrait être sa fin de vie. Mais de la vie, elle en a encore à revendre, Suzie Parkigton. Son destin en a fait l'épouse d'un homme d'affaires qui s'est enrichi "monstrueusement" et pas toujours dans les règles de la loi. Cependant, elle a toujours aimé cet homme qui a su lui offrir cette vie qui, certes très privilégiée, a connu ,aussi, bien de ces accrocs auxquels personne n'échappe: malheurs, douleurs... A la fin de sa vie, Mrs Parkington jette à la fois un regard sans concessions sur sa vie passée mais aussi sur la famille qu'elle a constituée. Famille dont elle n'est pas pas vraiment très fière: ils ne vivent que dans l'esprit d'être des privilégiés et gaspillent tout ce qu'ils n'ont pas eu à bâtir. Et malgré son âge, elle est leur seule béquille.
De Louis Bromfield, je connaissais "La mousson", lu et apprécié il y a longtemps, mais pas d'autres titres. Ce roman, qualifié par l'éditeur de "roman américain" de l'auteur, est un vrai régal: écriture d'une fluidité remarquable, choix narratif maîtrisé (flash-backs amenés subtilement par exemple), personnage principal attachant et figures secondaires intéressantes, en font une de ces lectures qui touchent et s'inscrivent dans la mémoire. La sagesse de Mrs Parkington y est pour beaucoup aussi. Me donne envie d'explorer l'oeuvre de Louis Bromfield.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
ElizaLectures
  04 novembre 2014
New York, années 1940. Susie, l'aïeule de la famille Parkington, s'apprête à recevoir ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants pour Noël dans son riche appartement. Tous l'écoeurent, ou presque. Héritiers d'une fortune immense, ils n'ont rien accompli de leurs vies et se considèrent au-dessus des lois et des hommes. Sauf peut-être Janie, cette jeune femme sensible et intelligente, que Mrs Parkington voudrait tant sauver des griffes de ses ternes parents. Cette fortune leur vient du major Parkington, le mari de Susie, redoutable homme d'affaires, financier retors, voire escroc, qui sut conquérir l'Amérique au temps de l'explosion du chemin de fer, des compagnies minières et de l'exploitation des richesses de ce continent inexploré.
5 bonnes raisons de lire ce roman :
- il est réjouissant de suivre les pensées d'une vieille dame qui a acquis la sagesse qu'apporte l'expérience de la vie et gardé malgré tout l'âme de cette jeune fille qui faisait les repas dans un hôtel délabré du Nevada. Voir avec ses yeux, c'est voir le monde avec plus d'acuité, plus d'intensité.
- c'est le portrait d'une femme libre, qui ne s'est jamais vraiment habituée ni soumise aux conventions de la haute-société new-yorkaise sur laquelle elle a régné et dont le sang s'échauffe encore à la vue d'un cowboy simple et vrai ;
- c'est le portrait d'une femme forte, qui est, malgré son âge, la colonne vertébrale de toute sa famille. Aucun d'entre eux ne peut prendre de décision sans la consulter, elle les soutient à bout de bras et force notre admiration. Véritable chef de clan, Mrs Parkington semble la seule à vraiment comprendre les changements du monde qui l'entoure et même si la lassitude peut l'envahir, elle n'y succombe jamais.
- c'est l'histoire du rêve américain, des générations qui suivent et dont on parle moins. Par le choix d'une narration alternant entre le présent et des épisodes de la vie de Susie, depuis sa rencontre avec le major, Louis Bromfield embrasse en un même récit l'ascension flamboyante du self-made man et l'aridité de ses descendants qui ont traversé leur vie sans épreuves ni obstacles. Les deux réponses à une question éternelle : l'argent peut-il apporter le bonheur ?
- enfin parce que les premières lignes vous enveloppent comme un bon bain chaud…
Lien : http://passionlectures.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilit
  26 janvier 2018
Tout au long de ce roman nous suivons Susie Parkington, riche veuve de 84 ans, aux prises avec une descendance peu sympathique, essayant de résoudre leurs déboires financiers et amoureux, les recevant tour à tour dans ses appartements (mon Dieu, me suis-je dit, ne peuvent-ils pas la laisser tranquille cette brave dame, à venir pleurer et se plaindre encore et encore, chacun leur tour !? Quand peut-elle se reposer ? Et puis, de quoi se mêle-t-elle après tout ?) Franchement, j'ai dû m'accrocher et persévérer pour aller au terme de ce roman très daté où rien ne se passe vraiment. Certes, la vision d'une Amérique en pleine transformation,entre l'ancien et le nouveau monde, des digressions sur la supériorité de la probité sur la cupidité sont justes mais tout cela est diantrement lent.
Commenter  J’apprécie          70
exlibrisjean
  01 novembre 2013
Chaque fois que je le relis, j'y trouve le même plaisir
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
cecilitcecilit   21 janvier 2018
Dans le temps, on achetait de la terre et on regardait les industries se développer, les chemins de fer se construire en même temps que le prix des terrains montait à une allure vertigineuse. Après, il n'y avait plus qu' à conserver, qu'à tenir sur les positions conquises. Rappelle-toi toujours une chose, Susie, c'est que les plus avares sont invariablement ceux qui ont tout reçu en héritage. S'ils se mettaient à dépenser leur avoir, ils auraient trop peur de ne plus pouvoir le reconstituer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ElizaLecturesElizaLectures   04 novembre 2014
Il neigeait si abondamment qu’à travers les fenêtres et les rideaux le bruit des véhicules passant dans Park Avenue était à peine perceptible. Mrs Parkington était assise devant son miroir, une coupe de champagne à portée de la main ; elle était heureuse de constater que, cette année, Noël serait un vrai Noël. [...] On se sentait heureux rien qu’à voir les flocons descendre lentement dans les rues illuminées, on se souvenait du temps jadis, lorsque des traineaux sillonnaient la ville et qu’on entendait tinter les grelots des chevaux. [...] Mrs Parkington, regardant les stries blanches des flocons, se souvenait… Elle avait quatre-vingt-quatre ans, sa santé était bonne ; chaque soir, avant de se mettre à table, elle prenait une coupe de Lanson ; quoi d’étonnant, dans ces conditions, qu’elle eût tant de souvenirs à évoquer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
natfrommarsnatfrommars   13 mars 2016
Il est souvent préférable d'être très actif plutôt que de penser trop intensément.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre