AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791026230830
422 pages
Éditeur : Librinova (06/12/2018)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Comment réagiriez-vous s'il vous était donné de voir des couleurs sur la tête des gens ? Que ces couleurs se déploient et communiquent entre elles, échangent, cohabitent ou se pillent... Que feriez-vous de ce phénomène si vous vous rendiez compte qu'il vous permet de lire les intentions, bienveillantes ou néfastes, du monde qui vous entoure ? Nous étions trois à avoir été soumis à cette expérience, menée, je le précise, à notre insu. J'ai mis du temps à comprendre. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Lavieestunlongfleuvetranquille
  24 octobre 2019
Comment gérer nos réactions si l'on pouvait cerner non pas la personnalité mais l'état d'esprit des personnes de notre entourage ? Cette fiction innovante et originale essaie d'y répondre, au deuxième degré de prime abord avec une désinvolture assez osée, voire très crue, puis finalement avec une certaine profondeur non dénuée de moralité.
Si l'on accepte l'influence Bukowskienne très prononcée, ce qui peut être difficile car faire du "Buk", c'est s'immerger dans une époque révolue beaucoup plus permissive et, au-delà du sexe et de l'alcool, formant finalement une forme de lutte sociale et politique propre à un contexte particulier, ce qui aujourd'hui n'a guère de sens, et le choix d'une écriture parlée à la Céline (ou Frédéric Dard si vous préférez...), le destin croisé des trois héros ne laisse pas indifférent.
Chacun réagit différemment à cette surprenante découverte, ce que l'on peut comprendre et l'intérêt de l'oeuvre est entièrement là. Peut-on tout accepter/encaisser dans notre vie ? Possède-t-on la force d'accueillir toutes les informations ? Dans l'affirmative, saurons-nous les gérer ? Et enfin, sommes-nous des victimes ou des prédateurs ?
Evidemment, l'oeuvre est plus profonde que la lecture immédiate, l'écriture est bien gérée, d'un choix assumé et pleinement maîtrisé dans son style.
Bravo pour ce premier livre d'un auteur visiblement atypique qui possède, à l'évidence, un grand talent qui devrait s'étoffer avec l'évolution de sa maturité littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Satinesbooks
  24 septembre 2019
~ Un roman sur les gens ~
Quelle originalité ! J'avoue que je reste sur les fesses tant je ne m'attendais pas à être ballottée dans tous les sens comme je l'ai été. Roman contemporain, on a un panel de personnages qui est si vaste et diversifié qu'il nous dépeint une véritable fresque sociale et humaine. On pourrait croire que le sujet principal reste le don que Samuel, Julien et Joséphine ont, mais pour moi, ce n'est pas du tout cela. Même si le côté fantastique du roman m'a beaucoup plu, l'interrogation philosophique que soulève le roman est tout à fait remarquable.
Grâce à nos trois personnages, on va pouvoir se poser des questions sur l'envie, le désir, les intentions mais aussi sur les différentes crises que peuvent traverser les hommes : l'adolescence, la crise identitaire, la recherche de soi. Bref, on va toucher à de vastes sujets d'interrogation et j'ai adoré le faire en compagnie de la plume d'Olivier Bron.
L'intrigue nous propose donc un choc des cultures, des sociétés mais aussi des niveaux sociaux. Nous sommes la somme de ce que nous sommes. C'est-à-dire que l'on est ce que la société fait de nous, dégage : des idées, des stéréotypes, des concepts, des convictions. Chacun apporte aux autres et prend aux autres. J'ai aimé l'idée.
~ Les personnages ~
On a beaucoup de personnages qui vont, qui viennent, qui repartent et qui reviennent, il y a un certain rythme qui s'installe avec toutes ces allées et venues.
On fait la rencontre de trois personnages que l'on va suivre plus particulièrement : Samuel, Julien et Joséphine. Ils sont tous les trois reliés par une seule chose : Optic Progress. Une entreprise qui leur permet d'arrondir les fins de mois en étant des cobayes. Jusqu'au jour où l'expérience va les mener tout droit dans un cauchemar : ils se réveillent avec un don (ou une malédiction selon la position que l'on prend) : ils voient des formes colorées au-dessus de la tête des gens. Les couleurs indiquent les humeurs, les émotions ou même les intentions des gens. C'est comme pouvoir lire dans les pensées mais en beaucoup plus évasif et intéressant.
Le roman nous propose donc de vivre une petite partie de la vie de ces trois personnages. La place que prend Samuel dans le roman est un peu plus importante que celle des deux autres. Cela marque une sorte de déséquilibre qui pousse quelque peu le lecteur à plus apprécier ce personnage. En effet, nous en savons beaucoup plus sur lui que sur les autres. Julien et Joséphine sont deux personnages sympathiques mais moins intéressants à mes yeux puisqu'ils donnent la sensation d'être moins développés par l'auteur.
J'avoue qu'Olivier Bron est plutôt bon dans l'exercice fantastico-philosophique. Trois humains, trois profils différents. Samuel est un comédien qui vivote. On le sait, se lancer dans ce genre de carrière peut être dangereux mais, des fois, ça paye ! On vit avec Samuel dans une vie plutôt bancale professionnellement parlant mais aussi sentimentalement puisque sa relation avec Ophélie est assez tremblotante par moments. On fait aussi la rencontre de Julien, un adolescent qui aime une fille d'une autre strate de la société. Il va devoir faire des choix. Joséphine est, elle, une mère qui traverse une crise identitaire assez intense.
Le lecteur peut aisément s'identifier à chacun des personnages tant ils traversent des périodes que l'on peut nous-même traverser.
~ Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains ~
J'avoue qu'il faut quand même être un bon lecteur pour pouvoir lire ce roman. Avec son côté philosophique, la compréhension peut être un peu ardue par moments. Il faut aussi ajouter le fait qu'il y a des scènes érotiques assez présentes. J'ai trouvé que certaines n'étaient pas nécessaires et qu'elles n'ajoutaient rien à l'intrigue. Il y a une sorte de banalisation de l'acte sexuel dans l'intrigue.
~ Construction et plume ~
Olivier Bron nous propose un roman original et très intéressant finalement. Si ma lecture n'est pas un coup de coeur, elle reste une très bonne lecture.
Il nous offre une plume percutante qui arrive à rythmer l'intrigue. En parlant de rythme, le déséquilibre entre les personnages est assez marquant. Il y a aussi quelques longueurs dans les dialogues et dans la narration. Néanmoins, il faut aussi souligner les bons points : la visée philosophique est très sympathique. Elle propose une réelle réflexion sur l'homme et ce qu'il peut éprouver. C'est très intense. Elle nous offre un autre regard sur le monde, les gens et leur fonctionnement. C'est très intéressant.
En définitive, Samuel Applegreen est un roman que j'ai aimé pour sa richesse et son originalité. On nous propose un panel de personnages très intéressant qui permet au lecteur d'avoir plusieurs perspectives. La réflexion philosophique est aussi très intéressante dans cette fresque sociale.
Lien : https://satinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rythmsnbooks
  09 octobre 2019
Rythms'n'Books talks about the flow :
Proies d'une société stéréotypée et codée qui dépersonnalise nos êtres, nous sommes la somme de ce que nous sommes. Comment évolue t on au quotidien? Est ce que les cartes nous apparaissent toutes comme une évidence? Les gens qui nous entourent sont ils un met d'esprit? Ou au contraire sommes nous les leurs?
Il y a de ces livres, qui vous marquent, qui laissent une encre, tatouée, pour toujours. Une ancre, amarré a jamais... Je peux te dire Martine, si j'avais étudier Olivier Bron en philo, je me serais bien moins emmerder qu'avec Nietzsche! Toutes ces années gâchées...
Un style a causer des attaques cardiaques aux plus grands philosophes, Olivier Bron est le Victor Hugo des temps modernes. J'ai le bigoudis tout défrisé tellement ça décoiffe! Accroche ta ceinture, on va tous au même endroit, et l'auteur nous y emmène à tous de la même façon : une fiction crue, qui se mêle a la dure réalité, qui nous pousse a réfléchir sur nos «moi» et sur nos relations avec les «autres». Notre place en société, nos rêves, nos personnalités nous prodiguent des couleurs, nuancées, tristes, ou dominantes, qui influencent nos «nous», les «autres», et l'alchimie qui «nous» relie. En comprenant le sens et le but de leurs visions colorés, les trois personnages «principaux» du roman, vont évolués, positivement ou négativement je vous laisserai le soin de le lire, et de l'apprécier. Ils frôlent, croquent, enchevêtrent, reconnectent, mais sont ils eux même? Les caractères choisis n'ont rien des supers héros, mais c'est plutôt des loosers à qui on donne une seconde chance d'être le maître de sa vie. Une vie... C'est tout de même une lourde responsabilité. Constamment faire des bons choix, avec cette épée de Damoclès irréversible au dessus de toi prête a te trancher le coeur. Être ou ne pas être, voir ou ne pas croire, entendre ou ne pas concevoir. Vous avez dit philosophique? Hehe tu vas t'en prendre plein ta gueule Martine !! Wesh, sincèrement, philololo, mais vraiment pas que! Paradoxal, poétique, urbain, stylé, je ne peux que vous recommander chaudement!
Vous découvrirez aussi une touche d'ésoterique, de cul, de vrai, de réflexions. Des mots crus, mais qui arrachent des réponses sincères. Des références fraîches qui embarquent dans le sens voulu, i am in love with this book! Un autre regard, une nouvelle énergie, balancer l'intérieur avec l'extérieur et apporter l'harmonie. C'était transcendant. En plus tu peux retrouver toutes les musiques qui font partie de cette «fiction» sur soundcloud en tapant «Lola + le titre de la chanson», c'est kiffant!
Bref je recommande plutôt deux fois qu'une!
le son a l'Image
Metallica «Nothing Else Matter»
Avant gardiste, porteur de messages et d'un regard sur le monde particulier et unique, il me paraissait juste d'assembler ce roman à cette chanson. Je remercier encore l'auteur mille fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Carolinedavidfournier62
  19 mars 2020
Bizarrement je vais commencer mon avis par la fin du livre, oui par la fin car elle m'a cueillie ! Je ne m'attendais pas du tout à cela. Car, en fait, c'est Samuel Applegreen lui-même qui raconte son histoire et celle des autres dans son propre livre. Olivier Bron n'en serait-il donc qu'un vecteur ? Dès lors que penser de cette fin ? Mais je n'en dirai pas plus.
Que dire de cet étrange objet littéraire que j'ai adoré, sans le spoiler ? Oui, adoré, même s'il faut au début s'habituer au phrasé un peu spécial, mâtinée d'expressions, parfois rapide, parfois déroutant de Samuel Applegreen, on s'attache très vite à ce personnage et au sens de la dérision qu'il semble porter malgré lui. Évoluant dans le milieu artistique, lui-même comédien, Samuel nous entraîne dans un monde pas joli-joli, sur lequel il ne se fait pas d'illusion mais pourtant habité par ce que j'appellerai des « âmes pures ».
Joséphine, le second cobaye, évolue dans un milieu bourgeois ; quand à Julien, il subit les affres de l'adolescence : quelles seront les conséquences de cette expérience sur ces trois personnages ?
Ce roman très psychologique arrive à nous démontrer quelles sont les interactions entre les êtres humains, entre ceux qui prennent, ceux qui sont - peut-être - d'éternelles victimes et ceux qui sont tout simplement « bien dans leur peau ». Mais de quelle façon les uns agissent-ils sur les autres ou les influencent-ils ? Car nous ne portons pas toujours la même « couleur » au-dessus de nos têtes et ces interactions, les liens sociaux, les événements sont « la somme de ce que nous sommes ».
Vous allez me dire trop compliqué à lire ! Pas du tout, c'est au contraire très prenant, les trois personnages qui subissent l'expérience nous sont tout de suite attachants, le récit et les événements sont sans temps mort et surtout on veut savoir ce que cette expérience va changer dans leur vie.
Un livre déroutant dans le sens positif du terme, psychologique, qui donne à réfléchir et vous retournera un peu la tête dans tous les sens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Opi-Pro
  01 octobre 2019
Je remercie le site simplement.pro ainsi que l'auteur Samuel Applegreen pour sa confiance et sa patience à mon égard.

Nous nous tournons aujourd'hui vers un roman contemporain avec une toile de fond fantastique. le résumé, associé à une couverture sombre mais élégante, laisse planer un flou quant à l'histoire dans laquelle nous allons plonger. Une ambiance déjà particulière se déploie, appelant à la découverte.

Nous suivons donc trois figures. Samuel, Joséphine et Julien ont subi une expérience à leur insu. Depuis, ils doivent vivre avec l'étrange capacité de voir les « couleurs » des gens. Cela se traduit notamment sous forme d'un serpent au-dessus de la tête, dont l'espèce et la teinte sont particulières à chaque personne. Une idée originale, qui offre donc de belles possibilités sur des dimensions très diverses.

Nous suivons donc nos héros dans chaque aspect de leur nouvelle vie, accompagné de leur nouvelle capacité. Comme le promet le synopsis, tous les éléments de leurs existences sont bouleversés. Rien n'y échappe. Pourtant, selon ce que dit la note d'auteur, cet aspect semble assez anecdotique. Malgré son importance, il permet surtout à l'écrivain d'apporter un petit plus à sa fresque sociale.

Car ce qui compte le plus dans « Samuel Applegreen », c'est bel et bien les relations au monde, à autrui, et à soi-même. Cela se perçoit déjà dans le choix des protagonistes. Samuel est un comédien qui tente de construire sa carrière tant bien que mal, tout en menant une relation orageuse avec Ophélie. Nous avons ensuite Joséphine, mère et femme en pleine crise d'identité, qui reste néanmoins la figure la moins intéressante et la moins marquante du récit. Enfin, il y a Julien, peut-être le plus attachant du trio. C'est un adolescent qui subit un moment charnière de sa vie, entre ses choix d'avenir, son meilleur ami, et la fille dont il est amoureux.
Si on aurait aimé en savoir plus sur le fond de l'expérience, surtout sur le « comment » - grâce par exemple au passage en italique qui vont un peu dans ce sens – l'aspect fantastique reste très bien décrit et les passages avec les couleurs sont très bien menés et stimulent l'imaginaire.

En ce qui concerne l'écriture, elle reste en général assez complexe à lire, malgré que quelques élans poétiques. La ponctuation pêche, notamment dans les dialogues entre les paroles et les verbes d'action, ce qui peut gêner le lecteur. le rythme est aussi très particulier entre des passages très long et d'autres beaucoup plus rapide qui peut vite nous essouffler. Il y a beaucoup de dialogues qui n'apportent rien (Des débuts de conversation style « salut » / « ça va ? » / etc…) qui relève d'un choix de l'auteur, mais qui peut agacer les lecteurs qui aiment aller à l'essentiel sans trainer.
Un autre souci réside dans les scènes érotiques, très présente malgré une mention « tout public » qui est sans doute à changer. Si elles sont parfois utiles pour caractériser un personnage, ou bien pour développer l'aspect fantastique, il n'empêche que certaines d'entre elles n'ont aucune utilité.

Enfin, il est à noter qu'Olivier Bron nous propose, en plus de son roman, une playlist musicale sur SoundCloud qui l'accompagne et dont les morceaux s'accordent à la perfection avec l'ambiance à la fois calme et dure du livre. C'est un plus qui permet à l'auteur d'ouvrir son ouvrage à d'autres dimensions et d'élargir son univers.
C'est donc un avis mitigé pour cette lecture. L'histoire de « Samuel Applegreen » est pertinente, originale et intéressante, mais des problèmes de forme rendent sa découverte complexe. Bien que « fantastique, »il plaira plus aux adeptes qui questionnement sociale plutôt qu'aux grands lecteurs de fantasy et fantastique. À noter à nouveau aussi qu'il n'est pas réellement tout public – à ne pas mettre dans les mains de tous, donc !

Lien : https://loeildopi.wixsite.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


autres livres classés : lien socialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre