AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur En pays conquis (22)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
jg69
  25 avril 2017
Lors des Quais du Polar j'ai eu la chance de rencontrer Thomas Bronnec et qu'il me dédicace son roman, il a choisi d'y apposer ces mots "La réalité et la fiction s'entremêlent toujours" qui qualifient à merveille son roman.

Dans ce nouveau roman Thomas Bronnec fait quelques références à son précédent ouvrage Les initiés mais il n'est pas indispensable de l'avoir lu pour comprendre celui-ci.

Ce roman de politique fiction s'ouvre le dimanche 18 juin 2017, soir du deuxième tour des législatives. La République est bloquée dans une situation complètement inédite. le président sortant de gauche a été réélu mais les législatives ne donnent pas de majorité à la gauche à l'Assemblée Nationale. La droite refuse l'union nationale avec la gauche et s'allie avec le Rassemblement National, parti d'extrême droite.
Le président nomme Hélène Cassard, la candidate de droite, au poste de Premier Ministre, impose le banquier Fertel à Bercy pour rassurer Bruxelles et maintenir la France dans l'Union Européenne car l'enjeu est là : le Rassemblement National a fait campagne pour la sortie de la zone euro et de l'Union Europeenne et revendique un réferendum sur ce sujet. C'est donc une cohabitation inédite qui démarre.

Entre réalité et fiction, comme le dit Thomas Bronnec, ce roman nous décrit un président vu par la premier ministre comme "un empereur décadent, un roi fainéant préoccupé davantage par sa propre pérennité que par celle du pays qu'il dirige", un homme qui "manque tant de la noblesse dont a besoin le pays", des hommes politiques incapables, assoiffés de pouvoir, des banquiers véritables maîtres de Bercy, des petits arrangements avec Bruxelles, d'étranges méthodes de financement de campagne, d'ignobles chantages et des jeux de pouvoir à n'en plus finir...

Il y a deux personnages importants dans cette histoire : François Belmont et Angélique Dumas.
François Belmont, grand argentier de la campagne et conseiller spécial d'Hélène Cassard, est un personnage manipulateur qui agit dans l'ombre.
Angélique Dumas est une haut fonctionnaire à la Direction du Budget, intègre et sincère dans son désir de servir l'Etat. Son père Christian Dumas, président de la Commission des comptes de campagne, s'est tiré une balle dans la tête en janvier 2017. Pourquoi s'est-il suicidé ? Angélique ne l'avait pas revu depuis qu'il les avait abandonnées, elle et sa mère, lorsqu'elle avait huit ans depuis elle cherche désespérément à comprendre les raisons de son abandon.

Ce roman est une lecture de circonstance dans la période électorale que nous vivons actuellement. Il est évident que Thomas Bronnec s'est inspiré de personnages réels du microcosme politique français. Ecrit dans un style journalistique, révèlant toutes les connaissances de l'auteur en matière de politique et de finances, ce roman est plus un roman noir sur le monde politique qu'un roman policier, il donne une vision malheureusement réaliste des politiciens qui nous gouvernent et nous propose un scénario bien crédible ...
J'ai trouvé ce récit bien construit même s'il n'est pas exempt de certaines longueurs et j'ai déploré que l'auteur n'ait pas mieux entretenu le suspense sur la mini intrigue qui est annoncée dès les premières pages.
Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
famillemartinet
  30 mars 2017
Fiction politique qui fait suite à son roman précédent Les Initiés, En pays conquis nous dévoile en profondeur la mécanique du pouvoir suite à un enchainement d'élections (Présidentielle et Législatives) qui paralyse le jeu politique par une double cohabitation.
Course(s) aux pouvoir(s), coups bas,affaires,ralliements et trahisons. Tout est là et tout fait évidemment penser à l'actualité alors que le roman est antérieur.
Prémonitoire? Réponse dans quelques semaines mais il est d'ors et déjà certain qu'il y aurait matière à une saison 3 pour cet excellent House of Cards à la française.
LE roman de la Présidentielle
Commenter  J’apprécie          20
Rodin_Marcel
  27 mai 2019
Bronnec Thomas – "En pays conquis" – Gallimard / Folio policier, 2017 (ISBN 978-2-07-282947-5)

Ce roman est raté, pour une raison évidente, connue de tout adepte des études littéraires : il est impossible d'écrire de la bonne littérature en voulant démontrer et asséner des thèses idéologiques, politiques, religieuses etc.
L'auteur caractérise ses personnages par des traits qu'il croit être ceux de tel ou tel milieu de la politique, ce qui ne reflète que ses propres a priori. Dans le présent roman, ceci engendre de surcroît une certaine confusion dans le récit, car l'auteur croit utile de rajouter (plaquer) une Profonde Intrigue Psychologique, et nous fait le coup de la brave dame qui enquête sur "son père qu'elle n'a pas connu" – un thème déjà ressassé jusqu'à plus soif dans la littérature de gare.

Il commet par ailleurs une énorme faute de construction de son récit, en donnant la parole et le "point de vue narratif" à tour de rôle aux deux partis qu'il croyait être déterminants (englobés sous les termes "la droite" et "la gauche", qui déjà à cette époque, en 2016, ne voulaient plus dire grand chose), mais sans conférer la même fonction narrative à celle qui représenterait, selon lui, le "Rassemblement National" (sous les traits de laquelle on reconnaît Marine le Pen), ce qui accentue encore le caractère manichéen de ce roman.

Le cas est ici d'autant plus flagrant que l'auteur a voulu, en 2016 (cf la postface p. 283), écrire un roman anticipant le résultat des élections présidentielles de 2017. Son récit devient ainsi un témoignage des préjugés et erreurs d'appréciation régnant dans ces milieux de cultureux, erreurs les condamnant à ne rien comprendre à la montée de ce qu'elles et ils nomment "le populisme" ou "l'extrême-droite", deux termes aussi sots l'un que l'autre.

Le meilleur exemple de ridicule frappant ce type de roman à thèse politique, tourne ici carrément à l'humour involontaire : Bronnec présuppose en effet ici (p. 215 et seq) un mode de financement du Rassemblement National qui fut très exactement celui de la campagne de Macron, ce candidat sans parti et sans fortune personnelle qui se trouva en mesure d'être celui qui dépensa – et de loin – le plus d'argent pour sa campagne (cf comptes déposés) sans que personne ne juge utile d'enquêter sur cette manne miraculeuse.
On retrouve là une des caractéristiques quasiment génétiques des "gens de gôche", à savoir la manie d'attribuer leurs propres turpitudes à leurs adversaires politiques.

Évidemment, le lecteur ne coupera pas non plus à l'un des thèmes devenu incontournable dans la littérature bien pensante, à savoir le drame du pôvre homosexuel qui devait se cacher. Là encore, on baigne dans les lieux communs.

Du même auteur, j'avais lu "Les initiés" (voir recension), un roman qui voulait déjà démontrer une thèse politique en exposant les turpitudes de la gauche caviar et de ses séides peuplant les couloirs de "Bercy" (le nid de crabes dont est issu Macron). J'avais déjà formulé la même remarque : il s'agit de ce que le parti communiste appelait la littérature d'agit-prop...

C'est bien dommage, car je suis à peu près certain qu'en renonçant à ses oeillères politiques pour se consacrer à un travail vraiment littéraire, cet auteur dispose de moyens qui lui permettraient d'écrire de vrais romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pivoine29
  31 juillet 2018
Un livre intéressant sur le monde politique et économique.
Des personnages apparaissaient déjà dans le précédent roman de l'auteur (Les Initiés), mais ce n'est pas gênant pour la compréhension de ne pas l'avoir lu.
Les élections en 2017 voient le président sortant réélu (gauche), mais les législatives donnent la majorité à la droite (Hélène Cassard) et font entrer nombre de députés du Rassemblement National. La nouvelle d'une alliance possible droite et extrême droite plongent les milieux financiers (Bercy et une banque, le Crédit parisien) ainsi que Bruxelles dans la crainte. Dans l'ombre agit le trésorier de la droite, François Belmont, aux idées très proches de l'extrême-droite.
Un récit court, sur quelques jours, de juin à septembre, qui annonce une débâcle à venir.
Commenter  J’apprécie          10
clement_M
  31 mars 2018
Alors que j'avais bien aimé Les initiés du même auteur, j'ai abandonné ce roman pour plusieurs raisons. Dans un premier temps, il faut savoir (alors que ce n'est pas annoncé en quatrième de couverture) qu'il s'agit d'une suite du roman Les initiés (mais que l'auteur résume et fait la pub de ce roman avec de nombreuses notes en bas de page...très gênant). Ensuite, comme pour Les initiés il s'agit (sûrement...car au bout de 80 pages, il ne s'est rien passé...) d'un thriller politique alors est-il vraiment nécessaire de multiplier les notes en bas de page pour nous expliquer des notions simples comme la stratégie du "ni-ni". Par ailleurs, il faut savoir que chaque chapitre commence par la date précise des événements (à la minute près !) mais dans le même temps, il est complètement inutile d'avoir ce type d'informations (on est loin d'avoir une tension minutée comme dans la série 24 heures chrono...) car il ne se passe rien, de nombreuses phrases descriptives sont totalement inutiles... J'ai laissé tomber au bout de 80 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ben_Tyrion
  14 octobre 2017
Le monde la "haute" politique est ses aléas. Thomas Bronnec opère un focus sur les jours qui suivent les élections législatives: nomination à Matignon d'une première ministre de droite alors que le mystérieux président est un homme de gauche. Alliance doit être faite avec l'extrême-droite au risque de provoquer des tensions avec Bruxelles/l'Europe. Tout s'enchaîne de façon mécanique. L'homme de l'ombre qu'est François Belmont joue un rôle trouble dans ces moments cruciaux que sont ceux de la formation d'un gouvernent inédit en France.
Le récit est simple, la lecture est fluide, c'est plaisant à découvrir. Pas hyper fouillé: l'auteur va droit au but dans ce "petit" roman (en taille). Il est assez clair que la perception n'est pas la même à présent que la France a voté, tant pour son président que pour renouveler l'assemblée nationale. Néanmoins, il fallait avoir du culot pour dresser une telle caricature de ce qui aurait bien pu survenir il y a quelques mois chez nos voisins de l'Hexagone. Bronnec met les dirigeants français "à nu": sa plume donne le sentiment qu'ils sont tellement "isolés", "esseulés", chacun à son niveau...
L'ensemble fonctionne fort bien et mérite le détour: derrière ces "bêtes" politiques que nous connaissons, il y a avant tout des hommes et des femmes, fragiles, aux destins parfois peu enviables...
Lien : http://les-lectures-de-thibe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  15 mars 2017
Une politique-fiction qui se distingue par un beau travail en arrière-plan sur la langue politique.

Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/03/15/note-de-lecture-en-pays-conquis-thomas-bronnec/
Commenter  J’apprécie          10
taxidriver
  09 février 2017
La politique j'en suis complétement hermétique, ça me fait ni chaud , ni froid...
Peut être est-ce tout simplement trop complexe pour moi ?!?!
Avec ce livre je pars donc dans une aventure , je sors de ma zone de confort littéraire, un risque mais néanmoins calculé !!
Thomas Bronnec nous sort un super bouquin, il a réussi à me captiver, plus j'avançais dans le récit moins je souciais du monde qui m'entourait...
Une immersion total dans ce microcosme qu'est la politique. Une fiction qui tutoie le réel, d'une vérité sur ce monde que cela en devient très troublant tant cette histoire est à nos portes, demain bientôt peut être !!!
La politique c'est franchement à vomir, et ça l'auteur le décrit bien , les trahisons, les manipulations, le nombrilisme , la soif de pouvoir...
Si je suis tant hermétique à la politique c'est justement car je préfère faire comme si je ne voyais à quel point nous sommes seulement des pions, des moutons....
Mr Bronnec vous pouvez être sur que j'irai voter pour les présidentielles !!!
Merci pour ce bon moment de lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yann72000
  29 octobre 2018
Je ne crois pas avoir déjà lu de fiction politique avant ce roman. C'est pas mal. Bronnec invente un parti d'extrême-droite le Rassemblement National, avant que la FHaine ne décide de s'appeler ainsi. C'est amusant.
Il imagine la réélection de François Hollande, avec des législatives gagnées par Pécresse (je suppose) qui doit s'allier à LePen. le personne principal est en fait le conseiller de la droite qui a de fortes accointances avec l'extrême droite (Wauquiez ? peut être !).
Ca m'a personnellement pas donné envie de lire Les Initiés. Mais ça peut plaire. C'est juste que je me suis senti un peu perdu par ces chapitres qui commencent par "il" ou "elle" sans citer de nom, du coup on ne sait de qui il s'agit et par ces personnages qu'on met du temps à connaître et à situer dans l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          00
CelineArthemiss
  04 avril 2017
Le contexte choisi ne doit certainement rien au hasard. Il est bien ancré dans une certaine réalité, c'est évident.

Ecrit dans un style plus journalistique (l'auteur est du sérail) que littéraire stricto-sensu, ce roman noir (je ne peux pas parler ici de polar) n'a pas su vraiment me tenir en haleine ni me convaincre au final.
Si j'étais plutôt emballée au départ, j'ai trouvé l'intrigue longue parce qu'un peu plate je dois l'avouer. Dommage.
Mais il a sans aucun doute comme mérite de vouloir nous alerter...

Lien : https://arthemiss.com/en-pay..
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1754 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre