AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Orphea


Orphea
  08 mai 2018
Opération Masse Critique
Merci aux éditions du Lombard et à Babelio bien sûr.

Pour commencer, je dirais que j'adore vraiment le concept de la collection de la Petite Bédéthèque des savoirs. Quelque pages de bandes dessinées pour vulgariser des thématiques parfois très complexes c'est attractif et efficace.

Bon déjà, ce thème-là me tient particulièrement à coeur : la crédulité, les rumeurs, les théories du complots et autres partisans de la terre plate. Parce que je suis bien convaincue qu'il faudrait enseigner l'esprit critique, les méthodes de recherches, la zététique, le "savoir apprendre" plutôt qu'une accumulation de connaissances sans liens et sans contextes.
Ce sujet est en passe de devenir une nouvelle passion pour moi maintenant que je suis maman.
J'étais donc déjà toute acquise à l'ouvrage avant de l'avoir commencer.

Bien sûr c'est une porte d'entrée, rien n'y est vraiment approfondi mais c'est suffisant pour se rendre à l'évidence : notre paresse intellectuelle naturelle nous fait prendre des vessies pour des lanternes, tous autant que nous sommes. Sans effort, sans recul, nous sommes tous à la merci d'une théorie fumeuse et d'arguments fallacieux. Allumer le téléviseur ou Internet et l'on vous bombarde de fausses informations, de statistiques sorties de leurs contextes, des fanatiques de tout poils s'en donnent à coeur joie pour vous embrigader dans leurs délires.
Dans ce très court ouvrage on aborde la question des biais cognitifs et du "mille-feuilles argumentatif" par exemple, vastes sujets mais qui sont plutôt bien amenés. J'ai plutôt bien aimé les dialogues, je les ai trouvées habiles. C'est simple, pas besoin d'avoir fait des études poussées de psycho ou de socio.

Mais j'ai un gros reproche à faire : les personnages adolescents. Premièrement, c'est terriblement cliché de prendre des ados. Public ciblé ? J'espère que non ! Les adultes sûrs d'eux, revenus de tout, dont les désillusions ont donné naissance à des illusions encore plus tenaces, sont parfois tout aussi crédules et avides de rumeurs et de complots. En aucun cas, la crédulité n'est l'apanage de l'adolescence. J'imagine que ce n'est pas ce qu'on voulu les auteurs mais c'est l'impression que cela donne. Le personnage principal est un ado type, un cliché ambulant, ce que je trouve dommage et ironique considérant le thème.
Et là j'aborde le deuxième point qui en découle : l'histoire est à peine crédible. Le pote de notre héros est un puits de science, un vrai philosophe. Entendons-nous bien, je ne suis pas en train de dire qu'un ado est incapable d'ouverture et d'esprit critique. Seulement, ce n'est pas crédible selon mon champ d'expérience personnel. Je suis peut-être enfermée dans mon "cadre culturel" mais ma lecture en a un peu pâti. Je pense que l'histoire aurait été plus intéressante avec des personnages jeunes adultes, voire même des étudiants diplômés, histoire de montrer que les études ne suffisent pas à se préserver de l'idiotie.

Ce fut tout de même une bonne lecture, qui me donne envie de creuser la question. J'ai maintenant très envie de me pencher sur d'autres titres de la collection comme (entre autres) : "L'intelligence artificielle", "Les zombies" et "Le libéralisme".
Commenter  J’apprécie          110



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (11)voir plus