AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702140833
264 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (03/03/2010)
3.78/5   9 notes
Résumé :
Ghetto ? Oui, il faut oser le mot, ce terme qui fait si peur à la République.

Parce que, année après année, dans les banlieues des grandes villes françaises, se sont constitués des territoires à part, avec leurs propres lois, leurs langages, leurs hiérarchies, leurs frontières.

Ce livre est une plongée dans les eaux profondes du ghetto français, dans le noyau dur de la crise urbaine.

Des territoires qui concentrent, ab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  04 janvier 2015
Pourquoi livrer mes impressions de lecture sur ce texte maintenant, en plein travail sur Anton Holban ? Étrange association d'idées entre la « stupéfiante banalité de la mort » et l'entêtante « vanité, vanité tout est vanité » du maître du tarin ! La violence urbaine constitue au premier abord un sujet politique. Aussi, tenu(e) au devoir de réserve, ne devrais-je pas garder mes distances ? Cependant, la question des « regards qui tuent » pour ne pas dire « angoisses sécuritaires » (à géographie très inégalitaire, bien évidemment) j'y ai bien été confronté(e), dans des proportions bien moindres certes, mais tout aussi désagréables. Susciter l'indifférence plutôt que la diabolisation me semble être un idéal bourgeois, bien trop répandu. Que se passe-t-il quand la « périphérie » rencontre le centre ? Ou plutôt, pourquoi le centre se garde bien de toute rencontre avec la périphérie ? D'une certaine manière la question, qualifiée de naturaliste par certains, est très présente en littérature. Dès lors, trouver un parallèle entre le livre de Luc Bronner et « La Fosse » d'Eugen Barbu, ne devrait plus étonner. Et pourquoi pas un lien avec l'exil puisque certains personnages réels se sentent ou bien sont traités comme des exilés de leur République. Cette enquête dans sa version revue et corrigée par l'auteur (poche, 2010) est arrivée sur mon bureau un peu par hasard, à moins que ce ne soit de façon détournée pour le symbole de sa dédicace. Je pense que les intéressés ne seront que plus émus que je la cite ici : « À Hélène, qui sait tout ce que je lui dois. À Marie, Noé et Lisa, qui comprendront pourquoi, si souvent, je suis parti… » Aussi insolite que cela puisse paraître, c'est en voulant m'informer, et les qualités documentaires de l'ouvrage me paraissent également salutaires, sur la « racaille » que j'ai (re) trouvé une expression à la fois humble et directe d'un credo littéraire : « depuis quatre ans, j'arpente pour “Le Monde” les quartiers difficiles – leurs transports en commun lorsqu'ils arrivent jusqu'aux cités, leurs cages d'escalier réhabilitées en attente de dégradation ou dégradées en attente de réhabilitation, leur HLM avec les jeunes qui “rouillent” à leurs pieds, leurs tribunaux qui jugent à la chaîne, leurs commissariats avec d'autres jeunes en uniforme qui rêvent tout autant de quitter la cité… C'est à cet instant précis, sous l'éclairage tamisé des réverbères, à moitié sur le siège passager, qu'est venue l'envie d'écrire ce livre. Comme une évidence. Comme une urgence. Décrire, montrer, témoigner de la ghettoïsation de certains quartiers. En comprendre les ressorts, les causes et les conséquences. Raconter, ne rien masquer. » Les problèmes et les crises, objets de cet ouvrage, appartiennent résolument à la réalité si froidement synthétisée par quantité de documents administratifs. Si des décisions plus ou moins justes méritent d'être encadrées, alors les paroles de Mohamed « hilare » aussi : « faut bien vivre, mon frère, faut bien vivre. On n'est pas au Medef mais on est aussi des petits patrons ». Comme le blogueur qui a intitulé son site « 937sang.skyblog », l'auteur nous conduit à La Grande Borne et, une fois la lecture terminée, nous pensons rentrer chez nous en toute sécurité. Je suis de celles et ceux qui ne sortent pas indemnes de la lecture de ce livre. La conviction que tout auteur attend nécessairement d'être lu me semble au final une raison suffisante pour poster ces impressions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lirio
  08 octobre 2011
Durant plusieurs années, Luc Bronner s'est immergé dans les cités les plus dures de Grigny, Tremblay-en-France et Clichy-sous-Bois. Des "ghettos" urbains, où les règles de vie en commun ne sont pas les mêmes qu'ailleurs, où les lois républicaines sont inopérantes, où l'économie est souterraine voire illégale. Pendant 4 ans, ce journaliste du "Monde" a multiplié les rencontres : adolescents des cités, policiers, élus, dealers, sociologues...Il explore une réalité bien plus complexe que les discours politiques simplistes voudraient le faire croire. Alors que les promesses d'actions en faveur des quartiers sensibles s'évaporent à peine formulées, les cités sont peu à peu devenues des territoires coupés du reste de la société, sans valeurs ni espoirs communs.
Même s'il souligne une forme d'énergie positive émanant parfois de ces lieux en marge (comme par exemple un langage novateur et en perpétuelle évolution), Luc Bronner dresse un constat alarmant et sans concessions de l'état des banlieues en France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hmathon
  18 mai 2010
Pret GB 01/05/2010
Intéressant; je regrette que l'auteur ne soit pas allé jusqu'au terme de son analyse. Les banlieues sont des ghettos en raison de jeunes ne trouvant pas leur place dans une société qui les exclus en raison de leurs comportements asociaux. Il évoque le problème de la 3ème génération issue de la fin de la guerre d'Algérie ainsi que de l'immigration des "noirs" (problème de polygamie, d'éducation etc.) Il n'évoque a aucun moment la politique française de l'immigration qui ne tient pas compte de la capacité ou non du pays d'"ingérer" cette population. Comme le précisait M. Rocard: "La France ne peut prendre en charge toute la misère du monde". Je pense à l'instrumentalisation de la politique migrnate au profit d'une démagogie politique. Dommage......
Commenter  J’apprécie          20
Newta
  27 juin 2016
Une enquête au coeur des quartiers sensibles (surtout en Île-de-France), rédigée à la suite de plusieurs années d'enquête sur le terrain pendant et après la "crise des banlieues" de 2005.
Le constat est sans appel : les "cités" de Clichy-sous-Bois, Evry-Courcouronnes, Aulnay-sous-Bois, Corbeil-Essonnes, Montfermeil, Tremblay-en-France, etc. sont bien des ghettos, que ce soit au regard de leur manque d'infrastructures et de représentation politique, ou au regard de l'isolement dans la pauvreté - ceux-là mêmes qui prônent la "mixité sociale" se gardant bien de résider dans les communes dites "sensibles" et de scolariser leurs enfants dans les collèges réputés "difficiles"...
Les solutions préconisées par l'auteur - un changement "par le bas", car l'impulsions de viendra certainement pas des élites politiques actuelles ! Les résidents des quartiers doivent reprendre eux-mêmes en main leur politique locale, s'organiser... et cesser de quitter les zones sensibles dès qu'ils en ont les moyens ! Sinon, les ghettos français resteront condamnés au repli communautaire... Et à l'implosion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brusc
  06 octobre 2011
Très bon document sur les "cités", pas seulement celles de Seine-Saint-Denis, mais aussi ailleurs en France. Pas de faux-semblants, du journalisme, du reportage, avec des faits et peu de jugements. Froid et efficace, cela montre le gâchis et les difficultés insurmontables de mondes durablement séparés. Bref le ghetto.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
hmathonhmathon   18 mai 2010
"Tout visiteur "étranger" (au quartier sic!) est immédiatement détronché par les jeunes du quartier sauf à être introduit par une connaissance" - Les logements sociaux sont construits pour des familles de 2 enfants; nous avons récupéré des familles qui ont 12 enfants..."
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Luc Bronner (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Bronner
Avec "Chaudun, la Montagne blessée", Luc Bronner, directeur des rédactions du journal le Monde, tire une enquête méticuleuse et passionnante. Merci à notre libraire Yann pour ce conseil ! Livre disponible ICI https://bit.ly/3kAdDU2 Publié aux Editions du Seuil.
Tous nos conseils de lecture ICI : https://www.librairie-ledivan.com/
Suivez le Divan sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/divanlibrairie/ Twitter : https://twitter.com/divanlibrairie Instagram : https://www.instagram.com/librairieledivan/
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre