AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,6

sur 105 notes
5
3 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
La question que pose Gérald Bronner, dans son livre Les Origines, me paraît à la fois captivante, réductrice et mal posée. En effet, le sous-titre indique : « Pourquoi devient-on qui l'on est ? »

Captivante, indubitablement, elle l'est, car, chaque fois que l'on se prend à renrouler la destinée de tel(le) ou tel(le), parmi les personnages célèbres, on s'aperçoit qu'un nombre étonnant d'entre eux sont « déviants » par rapport à ce que la logique eût pu leur prédire.

Réductrice, elle l'est également, car, si l'on se borne aux personnes célèbres et/ou à celles qui ont « réussi » à déjouer les attentes normales du destin, on oublie nécessairement dans l'échantillonnage tous ceux qui ne dévient pas de la trajectoire « attendue » et qui sont très nombreux.

Mal posée, car si je dis « pourquoi », cela sous-entend qu'il y a une causalité, un faisceau d'événements conduisant logiquement d'un point A à un point B, une sorte de chemin balisé : si j'ai tel et tel et tel ingrédients dans ma compote, j'obtiendrais tel et tel et tel résultats.

Même dans l'expression plus que courante et fourre-tout « chercher le pourquoi du comment », la question du « Pourquoi ? » n'est jamais dissociée de celle du « Comment ? » : prenons un exemple. Si je pose la question : Pourquoi des émigrants cherchent-ils à rejoindre le Royaume-Uni ?, j'obtiendrais certes des réponses multiples mais toutes relativement convergentes. J'ai bien mon point A et mon point B, je suis contente.

Cependant, si par malheur j'essaie de compléter ma question avec un : « Comment rejoignent-ils le Royaume-Uni ? », là je risque fort d'être confrontée à une multiplicité de cas difficilement réductibles. Un continuum immense va se dessiner entre ceux qui auraient voulu et qui ont renoncé dès leur position de départ, ceux qui ont entamé le processus mais se sont fait arrêter d'une façon ou d'une autre (la mort pouvant être une de ces façons), ceux qui ont réussi à émigrer, mais sans pour autant atteindre le Royaume-Uni, et enfin, ceux, qui, après maintes et maintes péripéties, ont finalement bouclé la boucle.

Eh bien, c'est un peu ça que j'ai ressenti à la lecture du livre de Gérald Bronner. Cette volonté de synthèse me semble mal appropriée à la question même. Relevant moi-même du sous-groupe des transclasses auquel l'auteur s'intéresse, je ne me suis pas toujours, voire pas souvent, reconnue dans son analyse. C'est un exercice difficile, j'en conviens, que de vouloir embrasser cette question, et l'ouvrage est loin d'être inintéressant selon moi, d'où mon appréciation globalement positive.

Dans son prologue, tout d'abord, l'auteur examine, en général, la question des origines, et notamment au travers des mythes fondateurs de telle ou telle population humaine, actuels ou passés. Ensuite, Gérald Bronner commence par envisager la question du « dolorisme », c'est-à-dire, le fait que l'expérience de changer de classe sociale puisse être vécu comme une forme de douleur, de déchirure. Il se positionne là-dessus. Selon lui, il y aurait comme une espèce de tendance, voire de mauvaise foi du transclasse et une volonté d'accentuer le caractère éprouvant de cette migration, justement pour se mieux faire accepter ou reconnaître dans sa classe de destination. (Je simplifie à gros traits, bien entendu.)

Puis il souligne, dans la partie suivante, l'importance du regard et des attentes qui ont été portés sur l'enfant ou l'adolescent, transclasse en devenir, sur les quelques moments ou remarques clés qui l'ont infléchi, au moins dans sa propre tête, selon que l'on a cru ou non en lui, selon qu'on l'a encouragé ou dissuadé.

Après vient un chapitre où l'auteur argumente le fait qu'on se ment tous, volontairement ou involontairement, on se raconte, bref, que notre perception est tout sauf objectivité, qu'elle n'est autre que fiction. On surinterprète, on surestime l'importance de telle ou telle chose, on est bienveillant avec soi-même (si je réussis, c'est dû à mon talent, si j'échoue, c'est la faute à pas de chance), etc.

Dans la section suivante, l'auteur s'en prend un peu (gentiment) à Pierre Bourdieu — un analyste de la reproduction sociale, de la lutte des classes, d'un système qui engendre de l'inertie sociale — pour montrer qu'il n'y a pas, selon lui, de complot généralisé fomenté par les puissants pour empêcher les représentants des classes populaires de s'élever, que s'il subsiste des inégalités sur la ligne de départ — ce qu'il reconnaît volontiers —, la méritocratie reste tout de même un système opérant pour atteindre une classe sociale supérieure à celle de ses parents.

Les deux dernières parties traitent, pour l'une, du rôle respectif de l'inné et de l'acquis dans la réalisation de la personne, pour l'autre du rôle des pairs, c'est-à-dire des personnes rencontrées pendant le parcours, dans l'édification de soi-même. Enfin, l'épilogue nous laisse un peu sur notre faim en concluant que, vu la multitude des influences qui concourent à faire ce que l'on est, il est difficile de privilégier plus les unes que les autres.

Bon, bon, bon… Après avoir remercié vivement l'éditeur Autrement et Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre de Masse Critique, il me faut peut-être tout de même m'interroger un brin sur ce que dit l'auteur.

Si je comprends bien, ne remettons pas en cause un système qui, s'il est imparfait, permet tout de même à un pourcentage substantiel de personnes d'accéder à ce qu'elles désirent… Mmouais… Pas convaincue, et d'autant moins aujourd'hui qu'à l'époque où l'auteur s'est élevé socialement via l'école (il est né en 1969). le sociologue nous livre sa propre expérience de transclasse, à savoir, celle d'être né dans une famille pauvre et d'avoir grandi parmi des personnes, elles aussi, situées plutôt au bas qu'au haut de l'échelle sociale.

Pas de problème de couleur ou de sexe, pas de problème d'acclimatation à la ville, pas même au plus bas rang parmi l'environnement humain dans lequel il a grandi. Je précise, car ceci peut aussi expliquer cela du relatif « confort » dans lequel il a dû batailler. Il ne cesse de nous dire qu'il se sentait « différent », mais je pointe le fait qu'il n'était pas « étrange » ni « étranger ».

L'auteur prétend qu'il a réalisé assez tard qu'il était pauvre. Personnellement, ce n'est pas mon cas : j'ai grandi dans un trou paumé à la campagne, et même dans mon trou paumé, parmi des gamins qui n'étaient pas beaucoup plus que des culs-terreux, on a pourtant vite fait de me faire comprendre que je n'étais pas riche. Ce fut fortement renforcé au collège, lequel collège n'était pourtant, lui aussi, qu'un collège de culs-terreux. Idem lorsque j'ai migré à la sous-préfecture pour le lycée ou à la préfecture pour la fac, car, j'étais toujours dans ce qui se faisait de plus bas dans la catégorie. de même, lorsque j'ai changé de fac, j'étais issue de ce qui se faisait de moins prestigieux à chaque fois.

Je me souviens, au lycée, dans notre livre de biologie, sur le chapitre dédié à la génétique, il y avait la photo d'un jeune Africain albinos entouré de ses camarades « normaux ». Il n'avait pas l'air franchement heureux d'être si « étrange »…

J'ai souvent pensé depuis à la chanson des Doors : « People are strange, When you ‘re a stranger, Faces look ugly, When you ‘re alone, Women seem wicked, When you ‘re unwanted, Streets are uneven, When you ‘re down, etc., etc… »

Eh bien, au risque de contredire Gérald Bronner, pour ma part, je me suis souvent sentie comme cet enfant d'Afrique, étrange parmi les miens, étrange parmi les autres, jamais à ma place, jamais en paix ni au repos, justement du fait de cette étrangeté.

Je me souviens encore, pendant mes études d'éthologie, je ne sais plus exactement qui, peut-être Konrad Lorenz — je n'affirmerais pas, je ne me souviens plus exactement —, avait une formule de ce type : dans la réalisation d'un être humain, l'inné compte à 100 % et l'acquis compte à 100 %. C'est exactement ce que je pense aussi.

Plus exactement, notre destinée est une suite ininterrompue de hasards et de nécessités, comme l'aurait formulé Jacques Monod. D'après moi, le premier des hasards est justement la génétique : parmi la foule de gènes que possèdent nos parents, l'échantillonnage qui nous échoit fait de nous quelqu'un de tout à fait conforme, globalement conforme, moyennement conforme, faiblement conforme ou pas du tout conforme aux personnes du milieu duquel on vient, à commencer par nos parents (et à supposer qu'ils soient conformes l'un à l'autre, ce qui est loin d'être certain). Et ça, l'on n'y peut absolument rien.

Le deuxième hasard concerne la nature de la non-conformité en question, si non-conformité il y a. En ce qui me concerne, je crois que le hasard m'a pourvue d'un phénoménal appétit de compréhension : dès l'enfance, j'adorais comprendre. Je me rends compte que plein de gens — voire la majorité —, se fichent éperdument de comprendre telle ou telle chose, tel ou tel lien entre des choses apparemment disjointes. Moi, pas, c'est même carrément une passion. Je dirais même plus, cette passion est presque pathologique, de l'ordre du TOC : je ne dors pas si je n'ai pas compris le phénomène, ou la portion de phénomène, sur lequel je me questionne.

On devine aisément que cette passion — que je n'ai pas choisie, qui ressort donc du pur hasard, d'une pure potentialité génétique — a, en retour, des conséquences, qui elles ressortent de la nécessité, sachant que la passion de comprendre est donnée. Mais qu'en aurait-il été si ma « non-conformité » par rapport à mon milieu d'origine avait été d'une nature toute différente ? Par exemple, si j'avais adoré les cactus à la folie ou élever des serpents ou collectionner les jupes ?

Ensuite, dire que le rôle des parents — qui relève de la nécessité — est fondateur est une lapalissade : Mozart aurait-il été Mozart si son père n'avait pas été musicien auprès des Grands d'Autriche ? Julie Depardieu ferait-elle du cinéma si elle ne s'appelait pas Depardieu ? Joakim Noah aurait-il été sportif de haut niveau si… enfin bon, bref, vous voyez ce que je veux dire.

Ceci dit, nul ne peut dire DANS QUEL SENS ni EN PARTANT D'OÙ il est fondateur. On a tendance à remarquer ce rôle fondateur lorsque le trait principal du parent se retrouve chez son descendant. Mais si je vous disais que mon penchant pour la lecture me provient de mon père, qui est sûrement parmi les moins lecteurs qu'on puisse imaginer, qu'en penseriez-vous ?

Il y a une phase sensible de l'enfance — autour de 7 ans — pendant laquelle plein de choses s'impriment, sans qu'on en ait nécessairement conscience quand on est parent. Quand j'avais autour de 7 ans, donc, mon père, très temporairement et très brièvement, s'est abonné à une revue de sport automobile, dont le titre avait le mérite d'être explicite : Sport auto. (J'ai déjà abordé ce puissant héritage paternel dans mon commentaire d'un livre de Vic Elford, La Victoire ou rien.) Eh bien, d'avoir vu mon père lire cette revue durant cette courte période, alors que j'avais l'âge sensible — c'était un hasard —, a imprimé durablement le goût de lire en moi. Ce fut donc un minuscule bout de la lorgnette, quelque chose qui n'est pas du tout caractéristique ni représentatif de mon père, qu'il m'a légué inconsciemment et dont l'objet ne s'est jamais dirigé depuis lors vers le sport automobile, d'où la difficulté (voire la quasi-impossibilité) à le déceler pour quelqu'un d'extérieur.

Je me suis souvent demandée ce que j'avais de commun avec ma mère (j'ai déjà évoqué mes relations avec ma mère dans ma critique du Coran) ou avec mon père. Pourtant, à fin et à force de chercher à comprendre, j'ai fini par repérer des minuscules morceaux de ceci et de cela, qui ne les caractérisent ni l'un ni l'autre, qui ne sont, pour eux, que des épiphénomènes, et qui pourtant, chez moi, sont constitutifs, voire essentiels. Tout vient d'eux, mais un peu comme on ne reconnaît pas dans ma peau ou dans mes os les carottes et les petits pois dont ils proviennent, on ne reconnaît pas en moi le comportement ou les centres d'intérêts de mes parents.

Je voudrais encore me démarquer de Gérald Bronner sur la question du dolorisme. Pour lui, de ce que j'en comprends, c'est presque une posture, un « chiquet », quelque chose de surfait. Je ne suis pas du tout d'accord avec lui sur ce point. L'idée même de « lutte des classes » suppose que les différentes classes sociales luttent les unes contre les autres. Et donc, par conséquent, le fait de changer de classe équivaut à changer de camp dans cette lutte qui se poursuit. de là à la traitrise, du moins à l'accusation de traitrise, il n'y a jamais loin. Allez donc demander aux Malgré-Nous alsaciens si ce n'est pas douloureux de changer de camp « par la force des choses ». La réussite scolaire et plus tard professionnelle induit nécessairement de changer de camp, d'où les fréquentes charges qu'ont à subir les « bons à l'école » de la part de ceux qui ne le sont pas. Peu ou prou, tous savent que, plus tard, ils ne combattront pas du même côté de la ligne de partage des eaux.

J'ai assez puissamment exprimé mon désaccord avec Annie Ernaux dans ma critique de la Place, car, d'après mon vécu, j'ai ressenti exactement le contraire de ce qu'elle prétend vouloir exprimer à qui veut l'entendre. Selon elle, son écriture « vengerait » sa « race », là, où moi qui viens du même milieu qu'elle je ne perçois que mépris pour ce milieu dans son récit. Donc, entre Annie Ernaux, qui a clairement trahi son milieu d'origine, qui fait semblant d'en être encore tout en décrivant la douleur de se sentir traitre, et Gérald Bronner, qui éprouve une fierté tant de son milieu d'origine que d'avoir réussi à s'en extraire, mon coeur balance, car il demeure une autre catégorie à laquelle, je pense, j'appartiens : celle des personnes dont les centres d'intérêts les éloignent de leur milieu d'origine mais vis-à-vis de qui les lumières de la ville et la vie bourgeoise font office de repoussoir, une sorte de NI, NI pas très confortable.

Je me sens très prolo, socialement parlant, et très bobo quant à mes centres d'intérêt. Exactement comme le pauvre enfant africain de mon livre de bio, qui avait le malheur d'avoir une peau trop blanche parmi les populations noires, et des traits trop négroïdes pour nourrir beaucoup d'espoir parmi des populations blanches. Bien sûr, on me rétorquera que ça n'a pas empêché Salif Keïta de devenir qui il est devenu, mais j'ai peine à croire que le concernant, s'il avait eu le choix, au départ, il n'aurait pas opté pour avoir la même pigmentation que ses pairs. J'ai peine à croire qu'il n'a jamais été perçu comme un traitre par les uns ou les autres, et qu'il ne s'est jamais senti comme un apatride, à un moment ou à un autre, et que ça n'ait jamais suscité de douleurs en lui.

Oui, être hors cases, ça peut être douloureux, ça peut être une cicatrice à vie, ça peut être difficile à vivre au quotidien, et je ne me suis attardée que sur ce malheureux exemple, mais j'aurais pu en développer à l'envi et de tout autre type. Ça n'est rien d'autre, finalement, que ce qu'exprime le conte d'Andersen, le vilain petit Canard. N'être pas à sa place, être toujours différent ou dans l'ultra-minorité, ce n'est pas forcément une sinécure. Ne vous déplaise, cher Gérald Bronner, mais ce n'est que mon avis de transclasse, à peine transclasse d'ailleurs ou transclasse à grand peine, c'est-à-dire, pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          15716
C'est à la mode les transclasses, ou transfuge de classe, ou nomades de classe, encore plus depuis le dernier Nobel. Tout le monde y va de son petit nom, pour mieux expliquer les choses à sa façon. Gérald Bronner préfère le nomadisme de classe pour parler de ces gens qui naviguent entre leur milieu d'origine et leur milieu d'arrivée tels des caméléons, transfuge est connoté trahison selon lui, Chantal Jacquet utilise transclasse car le changement de classe peut aller dans les deux sens. Moi je les appelle les débrouillards.
Dans cet essai, il y va de ses réflexions sur le mythe du transclasse, en s'intéressant tout d'abord à la mythologie de soi, à la typologie narrative du transclasse. Il fustige la stéréotypie d'une narration à tendance doloriste, et y oppose la fierté, via le mérite. À l'opposé de Chantal Jacquet, qui pointe dans sa théorie les illusions et les écueils du mérite. Dans le livre, j'ai trouvé la présentation de la théorie de Chantal Jacquet très réductrice par rapport à ce que j'avais pu lire, elle lui répond dans un débat sur philomag :
« Dans votre livre, vous écrivez que je fais preuve d'une « imagination débridée » lorsque j'écris que le mérite est une « pure construction politique, un instrument de gouvernement destiné à renforcer l'obéissance à l'ordre social par un système de valorisation ou de réprobation des comportements ». Pour vous, il est difficile de prendre au sérieux cette interprétation « lestée par le biais d'intentionnalité ». Mais vous extrayez une phrase de son contexte et lui imputez une signification qu'elle n'a pas. Il s'agissait en l'occurrence d'expliquer qu'historiquement, le mérite est une construction théologique et politique, qui n'a de valeur que dans l'état civil. Il n'a aucun fondement ontologique. À l'état naturel, il n'y a ni mérite ni faute. »

Reste que le livre m'a beaucoup intéressé, il mêle neuroscience et psychologie à la sociologie et la philosophie, on se doute qu'il sera question de Bourdieu, mais aussi de Raymond Boudon son pendant moins marqué du biais d'intentionnalité selon Bronner, mais aussi d'Ernaux, Eribon,... Mais Bronner explore aussi la biologie, l'inné et l'acquis, l'importance des pairs et des rencontres (les fées selon Norbert Alter) dans la construction de soi. Il évoque aussi la créativité et les capacités langagières assez communes chez les transfuges, sans trop s'y attarder non plus (dommage).
J'ai beaucoup aimé sa conclusion, qui tend à rendre quasi impossible une théorisation uniforme des origines (via le cas particulier des transclasses). Et si après tout, les transclasses avaient tous leur singularité et leur propre histoire, malgré leurs points communs évidents ?
Commenter  J’apprécie          402
J'avais entendu Gérald Bronner parler de son livre à la radio et j'avais très envie de le lire car je m'intéresse beaucoup à la question des transfuges de classe, même si, un peu comme lui, je trouve le terme horrible.
Je remercie donc vivement l'équipe de Babelio et les éditions Autrement pour m'avoir offert cette opportunité.
J'ai trouvé cet ouvrage absolument passionnant, surtout la première partie sur le refus du dolorisme.
J'ai aussi trouvé intéressantes les comparaisons avec les oeuvres d'Annie Ernaux et d'Edouard Louis.
Enfin, j'ai été très touchée par les deux scènes que l'auteur décrit au moment des résultats du bac (avec la patronne de sa mère et à la pâtisserie).
Je conseille vraiment cet essai à tous ceux qui se posent la question de l'influence de leur origine sociale sur leur vie, ils y trouveront des analyses argumentées et positives car refusant de tomber dans la honte ou l'apitoiement.
A titre personnel, ce livre m'a intéressée, m'a touchée, et je crois même pouvoir dire qu'il m'a fait du bien (mais ne vous attendez pas à un roman feel good, c'est quand même un ouvrage scientifique avec des passages un peu ardus!)
Enfin, une mention spéciale pour la couverture, qui est très réussie. C'est une excellente idée d'avoir ressorti de vieilles bandes de photos d'identité de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          200
Éclairant sur plein de points ! J'ai découvert ce livre à la télévision, je ne connaissais ni l'auteur, ni la couverture, mais le sujet m'a évidemment happée ! C'est clair et concis, bien écris et inspirant, et ça touchera quiconque se pose des questions sur ce thème abyssal que sont les origines.
Commenter  J’apprécie          170
Etant une transclasse moi même, je suis intéressée par la façon dont peuvent vivre d'autres cette expérience.

Je suis restée sur ma faim en lisant cet essai car c'est entre l'expérience personnelle et le traité de sociologie avec Bourdieu, cité à plusieurs reprises.

Si je peux comprendre que tout n'est pas que douleur dans un tel chemin, ce n'est pas non plus si simple. Il me semble que suivant d'où l'on vient et où on atterrit l'adaptation sera plus ou moins simple.

Bref il va me falloir découvrir d'autres études pour en savoir plus. En outre je me pose la question de savoir si l'expérience est différente lorsque l'on est un homme ou une femme, si on vit en province ou en ville... Car il me semble que tout cela dépend de l'acceptation / la tolérance de la différence.

Commenter  J’apprécie          130
Un essai qui interroge sur les origines de chacun d'entre nous, biologique, environnementale, sociale, ...Et, il y a beaucoup à dire sur un sujet complexe qui entraîne l'auteur dans une exploration approfondie de l'humain, dés sa naissance, de son être, de son vécu , de son devenir qui dépendent de nombreux facteurs évoluant au cours de la vie.
Il met l'accent sur les trans classes, dont il fait partie avec de nombreuses références philosophiques, sociologiques. Un gros travail d'introspection imprégné d'une grande honnêteté intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          120
Cet essai de Gérard Bronner a les défauts de ses qualités. Synthétisant les analyses des chercheurs en sciences sociales sur la destinée sociale des individus, il leur confronte sa propre vision, en puisant dans son histoire personnelle, un peu à la manière dont Ivan Jablonka avait usé de son récit personnel dans Un garçon comme vous et moi. le mélange a le mérite d'une lecture attrayante et l'inconvénient de focaliser l'attention du lecteur sur une expérience personnelle et particulière, avec tous les biais que cela comporte.
Cependant, Gérard Bronner développe un contrepoint intéressant à une thématique très en vogue ces derniers temps, celle de la honte sociale. Il s'oppose à ce qu'il appelle la tentation du dolorisme (sic) véhiculée par certaines études sociologiques (Patricia Janody) ou chez quelques écrivains tels que Annie Ernaux, Didier Eribon, ou encore Édouard Louis.
Au bout du compte, il effectue un passage en revue de questions centrales dans le débat sur les origines des trajectoires sociales : la stigmatisation sociale, la socialisation familiale, la méritocratie, l'influence des pairs… et quelques passes d'armes avec les défenseurs de la théorie bourdieusienne sur les modes de domination à l'oeuvre dans la société.
Un livre qui participe du débat sur les concepts de transfuges de classe/transclasses.
Commenter  J’apprécie          110
Gerald Bronner réfute la notion de transfuge de classe et lui préfère celle de nomade social car il n'a pas l'impression d'avoir trahi son milieu d'origine ni de ressentir une honte. J'ai trouvé ce point de vue intéressant car à rebours des discours de transclasses comme Edouard Louis, Didier Eribon, Annie Ernaux…Il critique ce dolorisme, cette exaltation de la souffrance et montre qu'au contraire, dans certains cas, les origines modestes peuvent être une source de fierté et d'impulsion.
Je n'ai pas l'habitude de lire beaucoup d'essais mais j'ai trouvé intéressant que l'auteur y mélange des théories de sociologues et des anecdotes de son histoire personnelle. Il arrive à cerner la complexité de l'impact réel des origines sur les trajectoires et d'avoir un regard critique sur les constructions de récit de soi.
Commenter  J’apprécie          71
Le sujet de cet essai (et son sous-titre) est : Pourquoi devient-t-on qui l'on est ?
Gérald Bronner est loin de prétendre traiter entièrement la question mais il a le grand mérite de montrer qu'à moins de partir de présupposés idéologiques, le sujet est trop complexe pour ne pas rester inépuisable.
Il tire parti de son expérience personnelle, faisant une place à l'influence du milieu familial mais aussi des camarades d'école ou d'autres rencontres dues au hasard. Il insiste que, dans son cas, il s'est toujours "senti différent" et que cela a joué un très grand rôle dans son évolution. "C'est là le mystère insondable de l'origine. Une croyance à propos de soi-même."
D'origine modeste, ses analyses se focalisent sur les "transclasses" qui, comme lui, ont connu une ascension sociale. Il relève que beaucoup d'entre eux sont portés à exagérer les difficultés qu'ils ont connues étant jeunes, ce qu'il désapprouve.
J'ai apprécié cet essai pour sa recherche d'un regard honnête sur les réalités sociales et lucide sur les idéologies. Il écrit "S'il y a quelque chose qui influence mon analyse sociologique, ce n'est pas une variable politique qui ferait de moi un sociologue de droite ou de gauche mais plutôt la recherche d'une forme de dignité intellectuelle".
S'il me faut exprimer des réserves, j'aurais été intéressé par une recherche plus fouillée des ressorts des ascensions sociales : hasards ?, désir d'accomplissement ?, de revanche ?,… Et aussi, des dégringolades sociales, dont on parle guère. Enfin, avis personnel, il semble qu'il aurait fallu plus insister sur les différences définitives qu'il y a déjà entre nous tous dès notre naissance.
Commenter  J’apprécie          40
Longtemps, je n'ai pas su de quel milieu je venais. Pendant ma prime enfance, même, j'ai pensé que je venais d'un milieu social aisé. À un moment, j'ai compris : ma famille et moi, nous étions pauvres. »
Les origines : voilà un « grand mot » pour répondre à la question de nos identités et de nos devenirs. Sommes-nous la somme des déterminations biologiques et sociales dont nous avons hérité ? Si, en revanche, l'identité se construit au fil de la vie, quelles places y tiennent le travail et le mérite ?
Gérald Bronner, « transclasse » lui-même, s'interroge et revisite la question sous le double angle du savoir sociologique et de son expérience personnelle.
Une réflexion émouvante, ainsi qu'un plaidoyer en faveur de la complexité qui rend nos origines dignes d'être racontées.
Commenter  J’apprécie          40




Lecteurs (406) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}