AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Isabelle Liber (Traducteur)
EAN : 9782330158880
208 pages
Éditeur : Actes Sud (03/11/2021)
3.75/5   6 notes
Résumé :

Au début des années 1990, un couple de Russes et leur petit-fils, Max, 5 ans, parviennent à émigrer en Allemagne dans un foyer de réfugiés juifs. Partagé entre l'amour étouffant de sa grand-mère et la découverte d'une culture étrangère à la fois fascinante et terrifiante, le garçon grandit, cheminant tant bien que mal vers l'indépendance.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ziliz
  16 novembre 2021
Margo & Gengis se sont exilés en Allemagne avec leur petit-fils Max pour fuir la Russie (ou l'Union soviétique, je n'ai pas situé la période avec précision, à quelques années près).
L'enfant avait cinq ans lorsqu'ils sont arrivés dans ce foyer de réfugiés essentiellement peuplé de Juifs. C'était alors un petit garçon lourdement handicapé... aux dires de sa grand-mère. On découvre vite qu'il n'en est rien, que Max est placide mais futé, et que sa plus grosse malédiction, c'est de subir la surprotection de cette vieille femme étouffante et castratrice.
« [Vera m'a demandé] si ma grand-mère était vraiment cette sorcière pour qui on la prenait, si elle était complètement tapée ou seulement un peu. »
Après avoir apprécié 'Cuisine tatare et dépendance', et, plus encore 'Le dernier amour de Baba Dounia', si subtil, je me suis jetée aveuglément sur cet ouvrage d'Alina Bronsky.
Je suis déçue par ce récit tragi-comique, doux-amer, ou je ne sais quoi. J'ai toujours du mal avec les histoires censément drôles d'enfants soumis à la folie d'adultes de leur entourage. Ça se rencontre si souvent dans la vraie vie, et la (re)construction est tellement difficile que les 'fantaisies' sur le sujet ne me font pas marrer (idem 'En attendant Bojangles').
Il reste néanmoins, via le personnage de Margo, des réflexions touchantes sur la douleur de l'exil, et les compromis au sein du couple...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
alexb27
  02 décembre 2021
Margo, la nouvelle héroïne d'Alina Bronsky est fidèle aux personnages de femmes fortes qu'affectionne l'autrice. On retrouve une héroïne sans filtres, excessive, acariâtre, extrêmement protectrice avec son petit-fils Max et très exigeante avec son mari. Lequel mari n'est pas insensible au charme de leur voisine Nina, ce qui ne va pas être sans troubler l'harmonie de la famille…
Après cuisine tatare et descendance et le dernier amour de Baba Dounia, L'autrice narre à nouveau l'exil avec cette chronique de la vie en Allemagne, racontée à hauteur d'enfant par Max, dans une famille portée par la folie douce de Margo.
Un texte tragi-comique sur les compromissions de la vie et du couple. C'est loufoque, caustique, touchant. Pas mon roman préféré de l'écrivaine mais un très bon moment de lecture. A découvrir 😉
Commenter  J’apprécie          80
louiz_bc26
  02 novembre 2021
La tresse de ma grand mère, c'est un roman complètement décalé. Nous suivons en huis clos l'histoire d'une famille composée de deux grands parents et d'un petit enfant vivant dans un foyer pour juifs. La grand mère est russe et si vous lisez ses répliques avec un accent, c'est encore mieux ! Ce roman dépeint la vie tragi-comique de cette famille atypique, entre une grand mère doucement folle à lier, qui est de surcroît hypocondriaque, un grand père complètement effacé devant sa femme, et un enfant qui tente tant bien que mal de se développer correctement dans cet environnement.
Une histoire étonnante et loufoque qui se lit très facilement !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ZilizZiliz   13 novembre 2021
Grand-Mère a inspiré bruyamment. Les ailes de son nez ont frémi.
« Tu as fumé devant le petit ? Tu as perdu la tête ?
- Non, non, me suis-je écrié, c'était à l'arrêt de tramway. Il y avait un monsieur ! Et il avait une cigarette !
- Et ton grand-père, il était là pour quoi ? Il n'aurait pas pu arracher la cigarette de la gueule de ce porc et la lui fourrer dans les fesses ? »
Fasciné par le choix de son vocabulaire, j'en ai brièvement oublié mon angoisse.
(p. 64)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   14 novembre 2021
J'ai dit à Grand-Mère qu'il me fallait de l'argent de poche. Elle a regardé par-dessus les verres de ses lunettes :
« Pourquoi ? Pour des filles nues ?
- Quelles filles nues ? ai-je demandé, déconcerté.
- Celles des journaux.
- Quels journaux ?
- Ceux du kiosque ! s'est époumonée ma grand-mère. Mais enfin, comment peut-on être aussi bête ? Demande à ton grand-père. »
(p. 66)
Commenter  J’apprécie          72
ZilizZiliz   14 novembre 2021
« Parfois, j'ai l'impression que ma mère est mariée à ta grand-mère, m'a glissé Vera à l'oreille.
- Impossible, tu sais bien qu'elles se détestent », ai-je dit, comme si c'était un critère décisif en matière de mariage.
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   13 novembre 2021
Grand-Mère ne se lassait pas de me mettre en garde contre mes camarades de classe. Non seulement, me rabâchait-elle, j'étais de faible constitution et désavantagé intellectuellement, mais j'avais en plus hérité d'un physique qui invitait quasiment à la violence.
(p. 30-31)
Commenter  J’apprécie          20

Video de Alina Bronsky (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alina Bronsky

MPAGE-20120625-1825_0.mp4
Payot - Marque Page - Alina Bronsky - Cuisine tatare et descendance
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Harry Potter 8

Comment s'appelle le deuxième enfant de Harry ?

James
Albus
James Severus
Albus Severus

8 questions
18 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre