AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pierre Leyris (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070409372
237 pages
Gallimard (04/06/1999)
4.25/5   70 notes
Résumé :
«De nombreux poèmes apparaissent comme les membres épars d'une geste romanesque inachevée. Ce sont royaumes combattants, conspirations et luttes, vengeances sanglantes, rivalités et trahisons amoureuses, abandons meurtriers - qui, dirait-on, pourraient se répéter toujours, se poursuivre sans fin parmi les landes et les collines de Haworth. Si les personnages sont souvent mal saisissables (ils semblent même parfois se fondre l'un dans l'autre, ou se dédoubler, ou cha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  10 novembre 2017
Son roman "Les hauts de Hurlevent" a un peu occulté le reste de l' oeuvre d'Emily Brontë, notamment ses poèmes, antérieurs , écrits entre 18 et 28 ans, et qui pourtant en préfigurent l'atmosphère de romantisme exalté et sombre.
Le recueil comporte deux parties, assez différentes: le cahier EJB , au lyrisme mélodique, et les poèmes de Gondal, s'inspirant du passé celtique.
J'ai préféré la première , même si je n'ai pas été sensible à tous les textes, notamment ceux, plus mystiques, évoquant Dieu.
J'ai erré dans les landes, portée par les élans d'Emily envers la nature sauvage, je l'ai sentie pleinement en osmose avec les bruyères, le vent, " le ciel pâli de l'automne", j'ai senti son souffle ardent , son extase, à travers des vers lancinants:
" Eveillez sur toutes mes chères landes
Le vent dans sa gloire et son orgueil!
Ô appelez-moi des vallées et des montagnes,
Que je marche au bord du torrent!"
On la sent attachée aux lieux de l'enfance, pourtant désolés, on la sent désespérément passionnée, elle qui se laissera mourir après la mort de son frère...
C'est un coeur timide et fier qui s'exprime, un coeur tourné vers l'idéal, la pureté, là où " les vents se font pensifs, les étoiles brûlent d'un feu tendre"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
gaelledujardin
  04 août 2021
Aujourd'hui j'avais envie de vous proposer une oeuvre pour laquelle j'ai un réel attachement, un livre qui n'est jamais bien loin, que je garde précieusement sur ma table de chevet pour en picorer quelques passages de temps en temps. Ce livre, c'est "Cahiers de poèmes" d' Emily Brontë.
Si cette merveilleuse auteure de la littérature classique anglaise est surtout connue pour "Les hauts de Hurlevent", il serait dommage de la réduire à cela. Et vous le découvrirez si vous plongez dans ce recueil de poèmes.
Emily, cette jeune femme, entourée de sa fratrie d'artistes, était un être fragile, torturé et sans doute coincé entre ce monde et celui d'après, laissant les esprits lui murmurer leurs secrets. Ce personnage singulier signe ici des poèmes si forts et si beaux, qui évoquent la pluie battante, le vent qui souffle, les nuages noirs d'un ciel sans soleil, la toute puissance de la nature. On lit ses mots et l'on se retrouve transporté dans les landes qu'elle aimait tant arpenter. Nous aussi, nous sentons le vent, la pluie, peut être même frissonnons nous un peu. Car la poésie d'Emily est puissante, vivante, vibrante d'émotions. Des émotions qui nous prennent au coeur, qui nous bouleversent tant elles sont fortes, peut être même trop, à la limite de la folie, à l'image de cette jeune fille au regard vif et un peu fou.
Ce recueil est vraiment un trésor, une vraie fleur sauvage, précieuse, majestueuse, dangereuse et éphémère. le vrai romantisme à la Byron, beau, pur, authentique, sombre et dramatique. Une beauté vénéneuse.
Si ce recueil est arrivé jusqu'à nous, c'est grâce à sa soeur Charlotte, qui après la mort prématurée d'Emily les a fait publier. Nous savons fort peu de choses sur cette auteure géniale, mais à travers ses poèmes nous la découvrons, solitaire, fragile, flirtant avec la folie et la mort et surtout mélancolique. Pourtant, ici, dans ses poèmes, tout est sublimé, tout est beau, et l'on sent à quel point cette jeune femme sombre était heureuse dans son monde de nature, de vent, de pluie et d'esprits venus d'un autre monde.
Vraiment un immense talent dont j'étais tombée amoureuse à la lecture des Hauts de Hurlevent, mais qui est définitivement gravé dans mon coeur avec ces poèmes.
A découvrir absolument pour les amoureux de la littérature anglaise, des romans gothiques et les vrais romantiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Pluma_Atramenta
  30 juillet 2021
Après m'être profondément entichée de son unique roman Les Hauts de Hurle-vent, je ne pouvais faire autrement, il me fallait découvrir les poèmes d'Emily Brontë !
Et pas de déception. Ce fut un peu comme si je retrouvais Les Hauts de Hurle-vent en format poème, ce qui n'est pas - et ne peut être - regrettable.
Emily Brontë était un personnage fort singulier. Et ses écrits m'évoquent un ciel ; nuageux, pluvieux, orageux et foudroyants comme ils sont.
De sa gracieuse plume se découle mélancolie, contemplation (quelle passion qu'elle détenait pour les landes !) sentiment de solitude et tant d'autres émotions et réflexions frémissantes, frissonnantes presque car trop violentes, trop complexes pour être nommées expressément.
Ce recueil est une fleur - une rose. Epineuse. Captive. Dont les délicats pétales sont ballotés puis arrachés par les rafales hivernales.
Je me replongerais volontiers entre ces tiges parfumées.
Commenter  J’apprécie          110
berym_
  16 mai 2022
Une porte d'entrée dans un univers. Ce recueil peut être un moyen de découvrir la plume d'Emily Brontë d'une toute autre manière ou de découvrir une autre facette de cette autrice. Un lyrisme, une mélancolie, une solitude et une atmosphère de romantisme s'y dégage. Elle nous captive et nous transporte dans ses contemplations, dans les landes qu'elle aimait, dans les beautés simples.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          90
Derwijes
  30 novembre 2014
On connaît Emily Brontë pour les Hauts de Hurlevent, grand classique de la littérature anglaise romantique (et gothique, aussi), juste à côté de Jane Austen.
Mais Emily, la plus fragile des trois soeurs, était aussi poétesse, mais de son vivant elle n'osera jamais les faire publier, malgré l'insistance de ses soeurs.
C'est pourquoi il faudra attendre quelque temps après son décès prématuré pour pouvoir lire ses poèmes, publiés par les quelques rares proches qu'elle avait.
Tout de suite, le ton est tonné: triste, mélancolique, solitaire, dépressive, presque suicidaire, Emily ne connaît le bonheur que dans la nature, que dans ses longues ballades dans les moors qu'elle dépeint si bien dans Wuthering Heights. Les poèmes traitent de ce rapport à la nature, du sentiment d'abandon social ressenti par l'auteure, de ses difficultés à aborder les autres...
Ce n'est pas une lecture joyeuse, mais la beauté des vers vaut bien ce voyage triste et mélancolique dans la psyché d'une jeune femme isolée et incapable de quitter sa maison...(elle mourra de maladie peu de temps après avoir été envoyée de force en Belgique pour y étudier.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick75   17 novembre 2014
JE SUIS LE SEUL ETRE ICI-BAS
DONT NE S'ENQUIERT

Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert
Nulle langue, pour qui nul œil n'aurait de pleurs ;
Jamais je n'ai fait naître une triste pensée,
Un sourire de joie depuis que je suis née.

En de secrets plaisirs, en de secrètes larmes,
Cette changeante vie s'est écoulée furtive,
Autant privée d'amis après dix-huit années,
Oui, solitaire autant qu'au jour de ma naissance.

Il fut jadis un temps que je ne puis cacher,
Il fut jadis un temps où c'était chose amère,
Où mon âme en détresse oubliait sa fierté
Dans son ardent désir d'être aimée en ce monde.

Cela, c'était encore aux premières lueurs
De sentiments depuis par le souci domptés ;
Comme il y a longtemps qu'ils sont morts ! A cette heure,
A peine puis-je croire qu'ils ont existé.

D'abord fondit l'espoir de la jeunesse, puis
De l'imagination s'évanouit l'arc-en-ciel,
Enfin m'apprit l'expérience que jamais
La vérité n'a crû dans le cœur d'un mortel.

Ce fut cruel, déjà, de penser que les hommes
Etaient tous creux et serviles et insincères,
Mais pire, ayant confiance dans mon propre cœur,
D'y déceler la même corruption à l’œuvre.

17 mai 1837.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
patrick75patrick75   16 novembre 2014
JE NE PLEURERAI PAS
DE TE VOIR ME QUITTER

Je ne pleurerai pas de te voir me quitter
Il n'est rien d'aimable ici-bas,
Et doublement m'affligera ce sombre monde
Tant que ton cœur y pâtira.

Je ne pleurerai pas : la splendeur de l'été
Nécessairement s'enténèbre :
L'histoire la plus heureuse, quand on la suit,
Se termine avec le tombeau !

Et je suis excédée de l'angoisse qu'apporte
Le long cortège des hivers,
Outrée de voir l'esprit languir au long des ans
Dans le plus morne désespoir.

Si donc un pleur m'échappe à l'heure de ta mort,
Sache-le, il ne marquera
Qu'un soupir de mon âme impatiente de fuir
Et d'être en repos avec toi.

4 mai 1840
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
AngelineBailleulAngelineBailleul   20 avril 2021
STROPHES

"Mainte et mainte fois rabrouée, néanmoins revenant toujours
A ces sentiments tout premiers qui virent le jour avec moi,
Et laissant l'active poursuite de la richesse et du savoir
Pour rêver d'illusoire sorte à des choses qui ne sauraient être-

Aujourd'hui pourtant je renonce à chercher le séjour fantôme
Car, vide de tout réconfort, son immensité me consterne,
Et toutes les visions surgies, qui se succèdent par légions,
Rapprochent le monde irréel de trop inquiétante manière.

Je marcherai - non pas le long des anciennes voies héroïques,
Non pas en suivant les sentiers de la haute moralité,
Ni davantage en cheminant parmi les formes nébuleuses,
Les visages entr'aperçus de l'histoire des temps passés.

Je marcherai là seulement où ma propre nature me mène
- N'ayant aucune inclination à faire choix d'un autre guide -
Là où pâturent les troupeaux gris dans la fougère des vallons,
Là où les sauvages rafales balaient le versant des montagnes.

Qu'ont-elles donc de si précieux, ces montagnes, à révéler ?
Plus de splendeur et de douleur que je ne saurais le décrire :
La terre qui, fût-ce en un seul cœur, éveille le don de sentir,
En elle-même peut enclore les mondes du Ciel et de l'Enfer."

STANZAS

"Often rebuked, yet always back returning
To those first feelings that were born with me,
And leaving busy chase of wealth and learning
For idle dreams of things which cannot be:

To-day, will seek not the shadowy region ;
Its unsustaining vastness waxes drear ;
And visions rising, legion after legion,
Bring the unreal world too strangely near.

I'll walk, but not in old heroic traces,
And not in paths of high morality,
And not among the half-distinguished faces,
The clouded forms of long-past history.

I'll walk where my own nature would be leading:
It vexes me to choose another guide:
Where the gray flocks in ferny glens are feeding ;
Where the wild wind blows on the mountain side.

What have those lonely mountains worth revealing?
More glory and more grief that I can tell:
The earth that wakes one human heart to feeling
Can centre both the worlds of Heaven and Hell."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
patrick75patrick75   13 novembre 2014
DIS-MOI, DIS, SOURIANTE ENFANT

Dis-moi, dis, souriante enfant,
Qu'est-ce, pour toi, que le passé ?
« Un soir d'automne, doux et clément,
Où le vent soupire, endeuillé. »

Qu'est-ce, pour toi, que le présent ?
« Un rameau vert chargé de fleurs
Où l'oiselet bande ses forces
Pour s'envoler dans les hauteurs. »

Et l'avenir, enfant bénie ?
« La mer sous un soleil sans voiles,
La mer puissante, éblouissante
Qui, là-bas, rejoint l'infini. »

juillet 1836
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
TipeeTipee   19 septembre 2016
[...]
Les longues boucles de ses cheveux noirs tombaient
Sur une joue d'une beauté cadavérique.
Il semblait jeune - usé toutefois comme ceux
Qui dépensent leur temps de jeunesse avant l'heure.
Quand il abaissait son regard, on avait peine
A réprimer le flot d'une émotion soudaine,
Et la pitié cachait malaisément ses larmes,
Si tendre était ce front avec tout son orgueil;
Mais, levait-il les yeux, aussitôt sa prunelle
Vous transperçait le cœur d'un frisson glacial.
Alors la compassion se changeait en horreur,
En effroi de croiser encore ce regard.
Ce n'était point la férocité de la haine,
Ni l'angoisse frénétique du désespoir,
Ni la détresse en pure perte qui dédaigne
La sympathie que lui montrerait l'amitié,
Non - dans les profondeurs de cette orbite sombre
Flamboyait un éclair rien moins que de ce monde,
Un éclair si dévastateur qu'on aurait cru
Que nul ne le pouvait lancer qu'un œil de spectre.
Aussi fut-ce d'un cœur soulagé qu'ils le virent
Se détourner, s'enrouler dans sa mante grise
Et, appuyant sa tête sur son bras, cacher
A leur vue son sortilège de basilic.

(Alors le chien de la maison réétendit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Emily Brontë (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emily Brontë
Samedi 19 septembre 2020 / 14 h
De Virginia Woolf à Emily Brontë...
Marie Cosnay est écrivaine, traductrice de textes antiques. Elle a récemment publié IF (L'Ogre, 2020), Les Enfants de l'Aurore (Fayard, 2019), Voir Venir. Écrire l'hospitalité avec Mathieu Potte-Bonneville (Stock, 2019), Vie de HB (Nous, 2016), Jours de répit à Baigorri (Créaphis, 2017) et Éléphantesque (Cheyne, 2018). Les Éditions de l'Ogre ont également publié Cordelia la Guerre (2015) Aquerò (2017) et épopée (2018). Marie Cosnay a reçu le Prix Nelly Sachs et le Prix Bernard Hoepffner pour sa traduction remarquée des Métamorphoses d'Ovide (L'Ogre, 2017).
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Poésie anglaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Poésie anglaise (101)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Hauts de Hurlevent

Quelle sœur Brontë a écrit ce roman ?

Charlotte
Anne
Emily

10 questions
738 lecteurs ont répondu
Thème : Les hauts de Hurle-Vent de Emily BrontëCréer un quiz sur ce livre