AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849532797
Éditeur : La Boîte à Bulles (10/05/2017)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
A en croire Richard, se faire une copine, rien de plus facile : il suffit de quelques matériaux de récupération et d'un peu d'imagination. Ce qui est vraiment difficile, c'est de la garder secrète… Délicatement réalisé en broderie et linogravure, Black Project est un conte tout à la fois drôle et noir, mettant en scène les obsessions d'un adolescent. Venu d'outre-Manche, un ouvrage singulier, captivant et délicieusement British.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Patsales
  13 octobre 2019
Richard a la candeur des enfants de son âge, surtout quand ils sont bons élèves. Il habite une banlieue de Londres dont on nous apprend que H.G. Welles y a planté le décor de sa Guerre des mondes, estimant qu'un bled pareil méritait bien d'être exterminé par des Martiens. Alors, faute d'avoir des amis et des amoureuses, Richard règle le problème avec l'ingéniosité et le sérieux d'un premier de classe. De prototype en prototype, il nous narre avec toute la technicité requise comment se faire des amies: une pompe à aquarium, du fil de fer, des gants en caoutchouc, du carton, des balles de ping-pong, du polystyrène, des préservatifs, de la ficelle, un nécessaire à broderie, des crayons, de la colle super-forte, et sans doute aussi un raton-laveur. Non, ce n'est pas très compliqué de se fabriquer une Charlotte ou une Mélissa - à quelques interrogations près: un tube de papier toilette peut faire un vagin acceptable, mais à quelle distance de leur nombril les filles cachent-elles leur vagin?
Ce livre est extraordinaire: le Frankenstein en culottes courtes avide d'amour n'a rien de pervers et si le livre s'intitule "Black Project", ce n'est pas pour suggérer la noirceur d'une oeuvre diabolique mais parce que chaque page est ornée d'une pyrogravure dont les a-plats sont encore rehaussés de délicates broderies, faisant de chaque planche un délicieux modèle pour jeune fille victorienne adepte du point lancé.
Comme les poupées de Richard, le livre de Gareth Brookes paraît avoir été fait entièrement à la main et le bouton en relief brodé au point d'araignée que nous effleurons page 108 est bien le téton de Jessica patiemment festonné après 3 tentatives infructueuses.
L'auteur explique qu'il s'est notamment inspiré de la poupée de Hans Bellmer, mais si j'ai toujours trouvé cette poupée affreusement sexiste et obscène, le roman graphique de Brookes me paraît atteindre la perfection d'une oeuvre d'art: pas seulement dérangeante mais belle, troublante et gracieuse, et infiniment offerte à nos questionnements intimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          245
alouett
  19 juin 2017
Richard est un jeune garçon qui s'apprête à entrer dans l'adolescence. Peut-être vient-il même d'entrer dans cette période si délicate à appréhender. On ne sait pas. Il ressent du désir qu'il parvient mal à définir. Il se cherche. Il bricole ses questions sur la sexualité. Il bricole ses petites amies, leur forge une personnalité et une histoire en même temps qu'il leur façonne un corps. Il teste, sculpte, tente, malaxe les matières. Polystyrène, carton, coton, tissu, fils de fers.
Sous ses mains encore peu adroites naissent ainsi Laura, Charlotte, Mélissa… Autant de poupées à l'image d'une fille qui incarne ses fantasmes et son désir. Mais l'imagination du jeune garçon ne suffit pas toujours. Il reste des zones d'ombres, des incertitudes et si les quelques revues pornos qu'il trouve un jour dans un sac répondent partiellement à certaines interrogations, elles ne disent rien de la suite, de l'acte sexuel ou de l'effet qu'il procure.
Un album étrange, parfois dérangeant si l'on imagine que le jeune homme est âgé de 13-14 ans, un peu inquiétant si l'on perçoit que le personnage est plus jeune et que son penchant pour les poupées grandeur nature se confirme. Pourtant, si ces questions m'ont taraudé à plusieurs moments, je ne peux pas dire que je trouve cet album malsain pour autant. Et puis, j'ai apprécié ce côté expérimental tant sur le fond du récit que sur l'album en lui-même.
« Black project » est le premier album de Gareth Brookes. En 2012, grâce à cet ouvrage, l'auteur britannique remporte plusieurs prix : concours Myriad du meilleur premier roman graphique et le prix Broken Frontier du meilleur roman graphique. Un projet éditorial original et atypique puisque la particularité de cet album est d'avoir été entièrement brodé et réalisé en linogravure. En postface, une interview de l'auteur nous apprend également que ce dernier se passionne pour la broderie (initié par sa mère lorsqu'il était enfant) et aime la pratiquer. On y apprend également que l'idée de départ de « Black Project » s'inspire d'une sculpture de Hans Bellmer (La Poupée) et il confirme d'autres références artistiques comme Robert Crumb ou Daniel Clowes.
Cet album patchwork mêle donc plusieurs techniques auxquelles il faut ajouter la présence d'illustrations. L'ambiance graphique ainsi créée est intemporelle. On retrouve dans un huis-clos, en tête-à-tête avec ce jeune narrateur qui se confie sans retenue à l'auditeur de passage. Il livre sans tabous ses doutes, ses peurs (et notamment que son secret soit découvert par les adultes) et ses obsessions. le récit est sans cesse sur un fil, il trouve un équilibre fragile à la frontière pour développer un sujet à la fois sordide et fascinant. Un récit déroutant et touchant à la fois… Entre attraction et répulsion, un mélange permanent d'émotions qu'on ne marie pas habituellement. L'auteur parvient à maintenir le lecteur en tension, au même titre que son personnage qui est constamment aux aguets et s'agite pour ne pas que son entourage ne découvre ses poupées...
(lire l'article complet sur le site : https://chezmo.wordpress.com/2017/06/19/black-project-brookes/)
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LettresItBe
  03 décembre 2017
Un ouvrage composé de broderies et de linogravures, une histoire de poupées fabriquées de toutes pièces par un adolescent en quête de ses sens, le tout servi par un jeu en noir et blanc impeccable … Impossible, diriez-vous ? Et pourtant, c'est exactement tout ce qui compose le livre The Black Project de Gareth Brookes publié chez La Boîte à Bulles (un beau merci en passant). Alors, cap d'en savoir plus ? Lettres it be vous y invite !

# La bande-annonce


Pour Richard, se construire une petite amie est facile. Un peu d'imagination et une bonne paire de ciseaux suffisent !


Laura, Charlotte, Mélissa, Jessica... Autant de petites amies que Richard, le jeune héros de cette étrange histoire, n'a pas eu le temps de connaître en profondeur. Il faut dire que l'une se retrouva brûlée telle un « Monsieur Carnaval », tandis qu'une autre fut dévorée par les souris... Car Laura, Charlotte, Mélissa et Jessica étaient toutes plus ou moins faites de papier mâché, de ballons, de laine et de ficelles.


Car pour Richard, se construire une petite amie est facile. Un peu d'imagination et une bonne paire de ciseaux suffisent ! La garder secrète, en revanche, c'est une autre histoire. Chaque fois, ses amours clandestines et son obssessionnel artisanat se retrouvent à deux doigts d'être découverts par les adultes. Tout est alors à recommencer et si possible, à améliorer.


# L'avis de Lettres it be


Gareth Brookes est un artiste protéiforme. Dessinateur d'origine britannique, il fait ses armes du côté des Beaux Arts de Newcastle et du célèbre Royal College of Art de Londres. C'est en 2012 qu'il s'adjuge la première place du concours Myriad pour son roman graphique, son premier, The Black Project. Un ouvrage qui détonne et fait office de bizarrerie : en effet, il est entièrement composé de pages-textiles, broderies et linogravures. Oui, oui …
La suite de la chronique sur le blog de Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
ActuaBD   28 juillet 2017
Un album envoûtant d'images en linogravure, ornées de broderies, et qui dégage aussi un continuel suspense psychologique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   11 mai 2017
Malgré le titre et l’aspect général, voilà donc un album pas si noir qu’il en a l’air et qui plaira à ceux qui aiment sortir de leur zone de confort !
Lire la critique sur le site : BoDoi
Video de Gareth Brookes (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gareth Brookes
Myriad Editions Graphic Novel Competition - Jade Sarson and Gareth Brookes.
autres livres classés : fetichismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox