AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Patsales


Patsales
  13 octobre 2019
Richard a la candeur des enfants de son âge, surtout quand ils sont bons élèves. Il habite une banlieue de Londres dont on nous apprend que H.G. Welles y a planté le décor de sa Guerre des mondes, estimant qu'un bled pareil méritait bien d'être exterminé par des Martiens. Alors, faute d'avoir des amis et des amoureuses, Richard règle le problème avec l'ingéniosité et le sérieux d'un premier de classe. De prototype en prototype, il nous narre avec toute la technicité requise comment se faire des amies: une pompe à aquarium, du fil de fer, des gants en caoutchouc, du carton, des balles de ping-pong, du polystyrène, des préservatifs, de la ficelle, un nécessaire à broderie, des crayons, de la colle super-forte, et sans doute aussi un raton-laveur. Non, ce n'est pas très compliqué de se fabriquer une Charlotte ou une Mélissa - à quelques interrogations près: un tube de papier toilette peut faire un vagin acceptable, mais à quelle distance de leur nombril les filles cachent-elles leur vagin?
Ce livre est extraordinaire: le Frankenstein en culottes courtes avide d'amour n'a rien de pervers et si le livre s'intitule "Black Project", ce n'est pas pour suggérer la noirceur d'une oeuvre diabolique mais parce que chaque page est ornée d'une pyrogravure dont les a-plats sont encore rehaussés de délicates broderies, faisant de chaque planche un délicieux modèle pour jeune fille victorienne adepte du point lancé.
Comme les poupées de Richard, le livre de Gareth Brookes paraît avoir été fait entièrement à la main et le bouton en relief brodé au point d'araignée que nous effleurons page 108 est bien le téton de Jessica patiemment festonné après 3 tentatives infructueuses.
L'auteur explique qu'il s'est notamment inspiré de la poupée de Hans Bellmer, mais si j'ai toujours trouvé cette poupée affreusement sexiste et obscène, le roman graphique de Brookes me paraît atteindre la perfection d'une oeuvre d'art: pas seulement dérangeante mais belle, troublante et gracieuse, et infiniment offerte à nos questionnements intimes.
Commenter  J’apprécie          245



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (24)voir plus