AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707116238
Éditeur : La Découverte (19/11/1988)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Faut-il écrire ou vivre quand on se sent, comme Frances Hinton, à la fois riche et terne, inapte à la vie sociale, timide et incisive, quand on a envie de crier : " Regardez-moi ".
Frances préfère écrire, le soir, dans le vétuste appartement de ses parents défunts. Mais lorsque les Fraser - un de ces couples magiques dont on se dit qu'ils ont tout pour eux - la remarquent, elle choisit de se laisser entraîner dans leur sillage. Participe enfin. Un univers à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
madameduberry
  24 octobre 2013
C'est avec ce roman qu'Anita Brookner, universitaire anglaise spécialiste de Watteau et Greuze, inaugure au début des années 80 son activité de femme de lettres. Son univers romanesque est composé de femmes solitaires et intelligentes, souffrant silencieusement de l'isolement forcé qu'une trop grande finesse psychologique entraîne pour elles, mais également inacapables de renoncer à ce qui fait leur histoire et leur personnalité. Femmes indépendantes, souvent intellectuelles, elles ont soigné un père, ou simplement laissé passer certains choix de la vie, ou encore elles n'ont rencontré personne à qui elles conviennent.
Sans avoir réellement renoncé, elles se trouvent progressivement poussées en périphérie de la vie, à la fois témoins et victimes impuissantes de leur incapacité à se relier à ce qui fait l'ordinaire de la vie sociale.
"Regardez moi" est particulièrement pathétique,la lecture de ce roman est même contre indiquée à certains moments difficiles de l'existence oserai-je dire.
Frances Hinton est bibliothécaire, elle observe et ressent l'impact de tous les détails dans la façon dont les gens se comportent. Cependant elle reste à l'extérieur des échanges et cette position d'isolement personnel exprime une détresse considérable du début à la fin de ce livre. Pourquoi ai-je, malgré tout, aimé ce roman écrit à la premi§re personne? C'est parce que Frances est égalements si humaine qu'elle touche en nous l'humanité. Mais par des voies si lucides et si désespérées, que tous les lecteurs n'accepteront pas de s'y risquer et passeront leur chemin. On ne saurait leur en vouloir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mariech
  07 octobre 2011
Anita Brookner aime fouiller l'âme de ses personnages à petites touches sensibles , pleines d'émotion. Un roman intimiste , dans la lignée des grandes écrivaines anglaises , comme les soeurs Brontë ou Jane Austen.
Commenter  J’apprécie          130
pyrouette
  28 décembre 2010
La vie par procuration à travers l'amitié.Très belle histoire
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
madameduberrymadameduberry   24 octobre 2013
"Une fois que l'on sait une chose on ne peut plus jamais ne pas la savoir.On ne peut que l'oublier. En faussant le temps, elle indiquera l'avenir aussi longtemps qu'elle restera dans la mémoire.En toute circonstanceil est plus sage d'oublier, de cultiver l'art de l'oubli.Se souvenir, c'est affronter l'ennemi. La vérité loge dans la mémoire."

(Incipit)
Commenter  J’apprécie          81
pyrouettepyrouette   30 décembre 2010
J'avais besoin de savoir que tout le monde ne porte pas une blessure qui saigne par intermittence tout au long de la vie. J'avais besoin d'apprendre que la vie peut prendre la bonne vitesse pour propulser quelqu'un. J'avais besoin que des experts m'enseigent l'égotisme pur qui m'avait toujours échappé, cat le peu que j'avais réussi à me constituer, et qui jusque-là n'était passé que dans mon écriture, était vite vaincu par la vue d'un tremblement, d'un regard de désarroi, de la déception qui semblait me hanter, m'encombrer et même s'imposer à ma conscience quand je m'appliquais à construire mes réserve d'égoïsme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
zorazurzorazur   08 novembre 2011
Cette histoire d'écriture, c'est la pénitence pour n'avoir pas de chance. C'est une tentative pour atteindre les autres et vous faire aimer d'eux. C'est votre protestation instinctive quand vous découvrez que vous n'avez pas de voix devant les tribunaux du monde et que personne ne vous défendra.
Commenter  J’apprécie          60
pyrouettepyrouette   30 décembre 2010
Tout ce que je savais, c'était que la détermination que j'avais ressentie plutôt dans l'après midi avait subi une sorte de fragmentation, et que j'étais dans un état de désarroi si semblable à une maladie que je commençais à me demander si j'allais durer assez longtemps pour résoudre quoi que ce soit. J'avais l'impression d'être menacée dans ma propre substance ; la force de la volonté des autres était sur le point de briser la mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pyrouettepyrouette   30 décembre 2010
C'était essentiellement une dépression curable, une dépression qui pouvait disparaitre devant la perspective de nouvelles séductions, de nouveaux divertissements, en un mot une dépression que j'étais tentée de qualifier d'ennui.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Anita Brookner (2) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : monologueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
665 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre