AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368901523
Éditeur : Le Passeur (15/10/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
France et Eric rêvaient d’une vie nomade. Ils ont donc fait du voilier polaire Vagabond leur maison et ont élu domicile à l’entrée d’un fjord au nord du Canada. Le bateau est immobilisé neuf mois par an, leurs deux filles sont scolarisées avec les Inuits, et ils poursuivent leur expérimentation sur la banquise. Vagabond est en effet devenu un camp de base unique en son genre.
Immergés dans ce milieu extrême, France et Eric retrouvent des valeurs oubliées : l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nadiouchka
  05 mai 2018
* Vagabond ? Un voilier polaire fabriqué pour affronter le Pôle Nord et pour lequel Eric Brossier a eu le coup de foudre à l'annonce de sa mise en vente.
* Une famille ? Eric Brossier et France Pinczon du Sel qui se rencontrent. France a déjà bien navigué, surtout en Antarctique et le couple se forme pour partir ensemble. De cette union vont naître deux enfants, deux fillettes (Aurore et Léonie) qui vont partager le quotidien d'une aventure extra-ordinaire.
* La banquise ? Celle du Grand Nord canadien, où les conditions de vie obligent à dépasser ses limites.
* Des rêves ? Absolument : la beauté des paysages glaciaires – les sculptures des icebergs – les espaces vierges – des nuances de couleurs infinies – des missions passionnantes – la liberté – la rencontre avec les Inuits – la magnificence des aurores boréales – la vie au quotidien…
Ces éléments donnent un livre : « Vagabond : une famille, la banquise et des rêves » d'Eric Brossier et France Pinczon du Sel. Un livre à deux voix où chacun écrit un chapitre sur sa vie « d'avant » mais surtout celle « de maintenant ».
Eric qui a une formation d'ingénieur en génie océanique et France qui a été designer navale nous racontent cette aventure débutée à la fin des années 1990. Chacun ayant débuté en solo va donc se trouver en duo, puis en famille.
Les expéditions sont nombreuses avec un grand tour de l'Arctique - une arrivée sur l'île norvégienne de Spitzberg (dans l'archipel de Svalbard). Dans la baie d'Inglefield, le couple passe cinq saisons d'affilée pour participer au programme européen « Damoclès » afin d'essayer de comprendre les changements climatiques et, bien sûr, l'évolution de la banquise.
Puis cap sur le Canada où la petite famille s'arrête sur les terres glacées du Nunanut pour étudier le langage des phoques et des morses. Séjour de trois hivers à Grise Fiord près d'un village inuit de Quikiqtarjuad pour observer le plancton.
C'est une belle leçon de vie où il faut savoir se contenter de ce que l'on a – quelques petits séjours dans le Finistère pour décompresser dans une petite maison de pierres à Hanvec, histoire de prendre un peu de recul pour se ressourcer avant d'affronter la suite. Une fois revigorée, la petite famille repart continuer ses aventures. Les deux fillettes sont admirables avec leur" sang-froid" (sans jeu de mots), leur simplicité, leur facilité pour s'acclimater aux difficiles situations et pour se lier d'amitié avec les Inuits, peuple accueillant.
Dans cette vie hors du commun, le couple a su transmettre à ses enfants le sens de l'humilité devant la nature, la solidarité, le contentement de se suffire juste du nécessaire (en oubliant le superflu) et la joie de savourer de plein cœur le moment présent (carpe diem).
Avec toutes les descriptions, les événements racontés tour à tour par Eric et France, on assiste à ce long périple, à de belles descriptions sur la nature, quelques aventures avec des ours blancs et surtout avec un en particulier : «  Le grand marcheur, le nanuq, le frère sauvage de l'inuk, l'ours, roi solitaire de la banquise, me fascine comme au premier jour. N'est-ce qu'une coïncidence si l'Arctique tire non nom de arktos, qui désigne l'ours, et si les constellations de la Grande et la Petite Ourse sont situées près du Pôle Nord céleste ? Il n'est d'autre terre des ours que celles des pays du Nord : l'Antarctique n'en a pas. » (page 105).
Cet ouvrage est un réel hymne aux valeurs trop souvent oubliées et pose bien des questions relatives à l'écologie, surtout celles concernant le dérèglement climatique où les régions polaires ont, non seulement un rôle majeur mais sont également un observatoire primordial.
Dans cette autobiographie où figure un cahier photos, le lecteur se sent bien petit devant toute cette immensité et le courage des personnages principaux qui ont su, à merveille, troquer la facilité du monde matériel moderne contre une vie faite de débrouillardise, de sagesse et de philosophie pour leur mode de vie.
Voici donc encore un bon récit pour les amateurs d'expéditions polaires aux limites du soutenable mais où l'on sait toujours garder « la tête froide » et créer une vie familiale en déclarant son amour pour la liberté, la communion avec l'univers, tout en se rendant utile et en apprenant à vivre au quotidien, à se chauffer, à chasser pour manger, à se contenter de ce qui se présente mais toujours avec un esprit chaleureux.
Ce témoignage qui n'a aucune prétention littéraire est un vibrant témoignage humain pour cette belle aventure dans le Grand Nord et une fois de plus, je me félicite d'en avoir fait l'acquisition car c'est un univers qui me fascine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   06 mai 2018
La coque de Vagabond encaisse les impacts.
En 2002-2003, nous l’emmenons autour de l’Arctique pour boucler en 20 000 milles le circumpolaris. Pour notre plus grande fierté, Vagabond est le premier voilier à franchir le mythique passage du Nord-Est sans se laisser rattraper par l’hiver, et le premier à enchaîner les deux passages, Nord-Est et Nord-Ouest en un seul voyage.
P.27
Commenter  J’apprécie          170
nadiouchkanadiouchka   17 juin 2018
Début février 2005, Spitzberg. Une belle journée. Le soleil ne se lèvera pas encore ce jour-là, par 78° nord. Une aube interminable flamboie. Eric et moi partons avec skis, chiens et pulka. Toute la journée se déroulera sous ce magnifique ciel rougeoyant. Il fait – 18° C.
P.47
Commenter  J’apprécie          200
nadiouchkanadiouchka   08 juillet 2018
Voyageur : celui qui se déplace hors de chez lui, part à la découverte, parcourt des chemins plus ou moins longs et ardus, et s’en revient généralement « plein d’usage et raison ». il n’est pas indifférent de rappeler que le voyage est souvent une métaphore de l’existence même, le plus grand étant la mort.
P.179
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchkanadiouchka   07 mai 2018
La montagne semble surgir de la glace. La Terre est vieille, et pourtant si vierge. Tout autour de nous, le paysage est soumis à des lois physiques inexorables. Les cracks dans la glace, les soulèvements cahoteux des hummocks sont des chaos calculables. Tout bouge doucement ; le seul mouvement perceptible est celui, rare, de l’homme ou de l’animal. Nous touchons la brièveté de notre vie dans l’épure du désert glacé, et en sommes consolés.
Dans le pays d’hiver, nous atteignons à l’essentiel de notre vie, ce « pôle » intérieur évoqué par Jean-Louis Étienne. Nous sentons sourdre en nous l’amour de la nature, comme une source de jouvence.
P.59
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadiouchkanadiouchka   05 mai 2018
Nulle part, jamais, le risque n’est nul. Le fameux cygne noir, métaphore de l’improbable, peut surgir n’importe quand et balayer toutes nos précautions.
P.67
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Eric Brossier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Brossier
Dans les glaces de l’Arctique
autres livres classés : inuitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Eric Brossier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre