AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782897112578
302 pages
Éditeur : EDITIONS DRUIDE (08/06/2016)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Alors que la détective Maud Graham commence à réaliser que ses parents se fragilisent, elle est appelée à enquêter sur le meurtre de Lydia Francoeur, la secrétaire de la résidence des Cèdres. Dans cet univers apparemment paisible, Maud et ses collègues de l'équipe d'enquêteurs du service de police de la ville de Québec font face à des embûches inhabituelles. Si ces policiers chevronnés savent composer avec la dissimulation et la manipulation, ils sont beaucoup moins... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
bilodoh
  29 juin 2016
Une femme étranglée dans un parc de Québec, il y a peut-être un témoin. Mais si celui-ci est une personne âgée qui souffre d'Alzheimer, comment démêler le vrai du faux dans le discours du vieil homme ? Et si on arrive à lui faire identifier le meurtrier, son témoignage pourrait-il résister à un avocat de la défense le moindrement habile ?

Dans cette intrigue mettant en scène la détective Maud Graham, on s'intéresse au vieillissement, aux pertes physiques ou cognitives de ceux et celles qui se retrouvent dans une « maison pour personnes âgées ». D'un côté, il y a la personne qui perd peu à peu ses capacités et de l'autre, les proches qui doivent accepter le départ d'un être cher. Il y a aussi ceux dont c'est le métier de prendre soin des « p'tits vieux »…

Il sera aussi question d'art, car un des protagonistes était un peintre célèbre, et bien sûr du travail de policier et de ceux qu'ils mettent en prison. On brodera un peu sur l'importance des souvenirs et même sur le Klu Klux Klan et le nazisme !

Une petite phrase m'a étonnée, un élément à la fois vrai et faux selon le pays d'où on vient. Lorsqu'un vieillard lui a peut-être raconté un meurtre commis dans sa jeunesse, un ancien policier se dit « qu'il y avait prescription après tout ce temps ». Peut-être pas surprenant pour un lecteur Français où un délai de prescription de 10 ans s'applique. Mais au Québec, comme aux États-Unis, il n'y a pas de prescription en matière de meurtre, un assassin peut être poursuivi des dizaines d'années après son crime. le policier était donc dans l'erreur (à moins que madame Brouillet destine son roman au marché français ?).

Un polar de l'été québécois et de l'automne de la vie…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Cielvariable
  07 mars 2020
Roman policier qui met plutôt l'accent sur la psychologie des personnages (les témoins) et non sur l'enquête qui devient presque un prétexte au reste de l'histoire. Déjà, nous savons dès le départ qui est le meurtrier et le fait qu'il soit témoin de la progression de l'enquête, ce n'est donc pas un élément du suspense. Les témoins sont des clients d'une maison de retraite pour personnes âgées, dont certaines sont fragiles, quelques-unes ont la mémoire défaillante (volontairement ou non)... cela rend donc l'enquête plus complexe pour Maud Graham et son équipe, car il faut démêler le vrai du faux sans brusquer les témoins. C'est aussi l'histoire d'une belle amitié entre un ancien enquêteur à la retraite qui assiste impuissant et frustré à une enquête qui avance sans son concours et un peintre confus possiblement atteint d'Alzheimer. L'amitié est grande entre les deux hommes, mais il y a aussi leur histoire personnelle, les inquiétudes de chacun, les non-dits et les secrets (et traumatismes) partiellement dévoilés qui teintent leur relation. le tout raconté tout en nuances, en douceur et avec beaucoup de délicatesse dans le ton. Nous ne pouvons faire autrement que nous attacher aux personnages (les témoins) et nous intéresser à leur histoire (beaucoup plus qu'à l'enquête elle-même).
Certainement un de mes romans préférés de Chrystine Brouillet, mais pas pour les raisons habituelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GeorgetteSenior
  20 janvier 2017
Je n'ai vraiment pas été déçu par ce roman! (Comme si quelqu'un peut être déçu par un roman de Chrystine Brouillet!) Ceux qui ont déjà lu les enquêtes de Maud Graham vont la retrouver avec bonheur. On y retrouve aussi ses compagnons Cette fois-ci, on la retrouve enquêtant dans une résidence pour personnes âgées. Mais ne sautons pas les étapes, les premières pages du romans nous font découvrir la vie de deux personnages, Karl Lemay et de Léonard Cardinale, au fil des ans grâce à de grands bonds dans le temps. Ensuite, nous apprenons l'identité du tueur que l'enquêtrice Maud Graham devra coincer alors que celui-ci tente de tout son possible de faire profil bas.
Tout au long du roman, nous avons accès à toutes les informations cruciales à l'enquête, informations que Maud Graham n'a pas et qu'elle tente de découvrir à travers ses interrogatoires. Son principal défi est de démêler toutes les histoires que vont lui raconter les personnes âgées puisque certains ont des problèmes de mémoire ou ont tout simplement de don d'inventer des événements pour ne pas que l'on découvre qu'ils ont des oublis. En plus que Graham elle même déteste vieillir, j'ai l'impression que c'est surtout parce qu'elle est plus vieille que son conjoint, et la voir confronté à cette réalité de la vie est un peu amusante. Bref, tout au long de cet excellent roman, on se demande comment Maud Graham va déterminer quelles informations sont crédibles ou pas, et ainsi démêler le vrai du faux.
J'y ai donné 4.8 / 5 seulement parce que je j'ai pas assez «enjoyé» la fin. Je pense que je l'ai lu trop vite parce que j'avais trop hâte de savoir comment elle allait coincer le tueur et en même temps j'étais déçue que la fin n'était pas plus fracassante, j'ai de haut standard haha 🙂
Lien : https://leschroniqueslittera..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazoolaro
  29 juillet 2016
Elle est une de mes auteures québécoises préférées. pourquoi 4 pour ce livre? parce qu'on connait déjà le criminel donc tout repose seulement sur l'enquête alors que moi j'aime bien jouer à essayer de deviner. en le néo-nazi avait déjà été exploité dans Vanités chez Johanne Seymour que j'ai lu à deux jours d'intrevalles... donc pour un nouveau livre, c'est un peu copié" non????? Reste que c'est du Brouillet et c'est évidemment bon
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   29 juin 2016
C’est étrange. Nous ne sommes pas malades. La vieillesse n’est pas une maladie. Et pourtant si. Elle nous fragilise. Elle érode tout. Les os se brisent. Le cerveau fuit.

(Druide, p. 130)
Commenter  J’apprécie          180
CielvariableCielvariable   27 février 2020
- C'est pour demain, dit Stephen Dean. Tout le monde devrait être là.
- On ne sera pas dérangés, la ferme est isolée, dit Simpson.
- Le feu se verra de loin, fit Walt Spencer.
- Mais on a le chef des pompiers avec nous, rappela Simpson en éclatant de rire. Personne ne nous embêtera.
- Et le shérif?
- Il sait très bien quand c'est le temps de se mêler de ses affaires, affirma Dean. Penses-tu qu'il va se déranger pour des nègres? S'il veut être réélu l'an prochain...
- Il fait mieux de comprendre qu'on ne veut pas de nègres, de chinetoques, de juifs ni de communistes dans notre région, déclara Spencer. Ce n'est pas une petite loi qui va nous empêcher de faire notre boulot pour garder notre pays propre. La vermine doit rester à sa place. Hitler avait raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   27 février 2020
Québec, septembre 2014

Se calmer. Se calmer. Se calmer. Il connaissait cette personne puisqu'elle le connaissait. Elle lui souriait. Faire défiler mentalement l'alphabet, trouver par quelle lettre commence son nom. A, B, C. Non. D, E, F, non. Ça ne fonctionnait pas. Elle continuait à lui sourire, un sourire à peine esquissé, semblable à celui de Berthe Morissot au balcon de l'avenue de l'Opéra. Les gens font la queue pour voir celui de la Joconde, mais Karl Lemay préférait celui qui flottait sur les lèvres de cette femme. Il aimait tant ce tableau de Manet. G, H, I?... Est-ce que l'inconnue s'apercevait qu'il cherchait à se rappeler son nom? Il sentait des pulsations à ses tempes, son cœur battait plus vite. Il fallait qu'il se calme sinon il ne devinerait jamais son nom. J, K. Non, K, c'était lui. Karl. Est-ce qu'on pouvait oublier son propre nom? L. M. N. Non. La femme posait sa main sur son poignet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   27 février 2020
Québec, août 2010
C’est la bière, se dit Karl Lemay en ajoutant une touche d’huile vermillon à la couleur de base plus claire dont il devrait enduire les toiles achetées la veille. C’était la bière, il n’aurait jamais dû boire une autre bière après le départ de Ludger. Mais il faisait tellement chaud, hier ! Et toute la nuit. Il détestait la chaleur. Il avait toujours haï la chaleur. Il tenait ça de sa mère. La chaleur lui ramollissait le cerveau. Il dormait mal. C’était pour cette raison qu’il avait oublié d’éteindre le fer à repasser. Pas parce qu’on per-dait la tête dans la famille de son père. Pas parce qu’il ressemblait à sa tante Alice. Ça arrivait à tout le monde. Et il ne rajeunissait pas. C’était normal à son âge d’oublier de petites choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   27 février 2020
Si Karl Spencer n’avait pas fait un cauchemar qui l’avait tiré de son lit le cœur battant et le front moite, peut-être qu’il ne se serait pas réveillé quand la voiture de M. Simpson s’arrêta devant la maison dans un crissement de pneus. Il perçut simultanément le grincement de la porte d’entrée, puis la voix de son père, celle de M. Dean et le rire de Ken Simpson, rauque, entrecoupé de quintes de toux. De la fenêtre entrouverte de sa chambre, il sen-tait la fumée de sa cigarette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Chrystine Brouillet (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chrystine Brouillet
Avec Chrystine Brouillet pour son livre Chambre 1002 aux éditions Druide . Au Salon du livre de Genève à Palexpo avec le Club du Livre https://club-livre.ch
Talentueuse et prolifique, Chrystine Brouillet a écrit plus d?une cinquantaine de romans, surtout policiers. Sa série mettant en scène la détective Maud Graham connaît un énorme succès, avec plus de 700 000 exemplaires vendus. Cette héroïne, à l?image de son auteure, cultive un doux penchant pour la gourmandise? La romancière, dont on connait la passion assumée pour la gastronomie (Treize à table,Chambre 1002) et les intrigues bien ficelées, livre avec Dans son ombre (2019) la dix-huitième enquête de son célèbre personnage au flair redoutable.
REMERCIEMENTS
SALON DU LIVRE DE GENEVE @salondulivregeneve http://www.salondulivre.ch Laurence Brenner, Maud Couturier CLUB DU LIVRE @clublivreswiss https://www.club-livre.ch Manuela Nathan @Manuela.nathan , Aurelie Garcia @aurelieautheatre , Williams Mouriere, Yves Jaques, Michael Bouvard @Michael_Bouvard Interview de l'Auteur : Manuela Nathan Prod/Post-prod Interview de l'Auteur : Williams Mouriere, WM Productions
#auteur #livre #interview #roman #salondulivre #clubdulivre #romancier #francophone #litteraire #ecrivain #editeur #lecture #libraire #citation #palexpo #librairie #avislecture #lectrice #littérature #dedicace #suisse #geneve #livres #salondulivregeneve #lectureencours #auteurs #ecrivains
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien l'oeuvre de Chrystine Brouillet

Dans quel livre Maud Graham apparaît-elle pour la première fois?

Préférez-vous les icebergs?
Le collectionneur
Le poison dans l'eau
Le complot

14 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Chrystine BrouilletCréer un quiz sur ce livre