AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard de Chergé (Traducteur)
ISBN : 274361854X
Éditeur : Payot et Rivages (03/09/2008)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 57 notes)
Résumé :
George Weaver, agent immobilier éprouvé par ses revers de fortune et la dépression de son épouse, part s'installer dans un coin perdu du Nouveau-Mexique. Alors qu'il s'abandonne à la solitude et à l'alcool, il apprend que la petite maison qu'il loue a été, huit ans auparavant, le théâtre d'un drame : le meurtre jamais élucidé d'une certaine Jenny Ames. Un ami écrivain lui ayant proposé de prendre des photos pour accompagner un texte qu'il compte écrire sur l'affaire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  08 janvier 2018
George Weaver arrive à Taos, près de Santa Fe au Nouveau-Mexique pour se reposer après une dépression qui l'a amené aux portes de la folie, puis plusieurs semaines en maison de repos. Il est englué dans une morne grisaille, ne s'intéresse à rien. Son mariage avec Vi, qui le rejoindra dans quelques jours, est un désastre. Ils ne partagent plus qu'un goût immodéré pour le whisky.

Dans ce contexte, lorsque Luke, son ami journaliste, pour étayer un article, lui propose de faire quelques recherches sur un crime non élucidé commis à Taos, George accepte, s'installe dans la maison isolée et abandonnée où a vécu Charles Nelson, meurtrier présumé et jamais arrêté de Jenny Ames. Huit ans auparavant Jenny est arrivée en bus à Taos pour épouser Charles, rencontré par le biais d'un club épistolaire de coeurs solitaires. Charles est un peintre asocial, qui peint exclusivement les montagnes environnant Taos ; il s'est volatilisé après la disparition de Jenny, dont le corps a été retrouvé deux mois plus tard.

Une soudaine passion pour Jenny envahit bientôt George, jusqu'à devenir obsessionnelle. S'agit-il d'une séquelle de sa dépression ou une conséquence de son manque d'intérêt pour autre chose ? Et puis, un meurtre aussi mystérieux n'a-t-il pas de quoi passionner n'importe qui, d'autant que bien des points sont obscurs : on ne sait rien de Jenny, ni d'où elle vient, ni qui elle est. Un meurtre n'a aucune signification, n'est qu'un simple élément de statistique si on ne peut pas présenter la victime comme un être humain ayant un passé et une histoire, et pas seulement un nom et un vague signalement. George, d'indice en indice, de bouteille de whisky en bouteille de whisky, reconstitue la vie de Jenny, jusqu'au dénouement époustouflant, sidérant dit la 4ème de couverture, c'est vrai.

Ecrit en 1951, La fille de nulle part porte la marque indélébile des grands romans noirs, style impeccable indémodable, dialogues tirés au cordeau, humour filigrané, intrigue intemporelle, construction millimétrée. Allez, n'ayons pas peur des mots : un chef-d'oeuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
koalas
  26 mai 2018
Weaver déprime , tourne en rond,
il a de quoi, son boulot d'agent immobilier le soûle
et sa femme Vi aussi qui aussi se soûle...
du coup il prend goût aussi à la bibine .
Besoin de faire un break, il part à Taos au nouveau Mexique
un bled perdu, ou il trouve refuge par hasard dans une maison paumée
où a eu lieu il y a 7 ans le meurtre d'une jeune femme pas tout à fait résolu.
Pas grand chose à faire de la journée à part finir les fonds de bouteille , alors pourquoi pas jouer un peu les détectives à l'ancienne, un verre de vin à portée de main en attendant sans hâte que Vi vienne le rejoindre...
Fréderic Brown a le goût pour les détectives improvisés un peu éméchés.
Celui-ci a de l'allure mais file à faible allure, plutôt de traviole
dans son investigation qu'il mène de large, de travers et en rond
de quoi peut-être le ramener à la case départ...
En bon bougre de lecteur naïf, j'ai rien vu venir
Epoustouflé par la fin, j'en ai renversée ma tasse...de café
et éclaboussé les poils de mon chat qui
du coup tout mouillé a craché et miaulé.
La fille de nulle part, du Brown tout.. craché !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
loudarsan
  07 février 2015
J'ai lu La fille de nulle part par curiosité, pour savoir quel était ce livre qu'une de mes collègues libraires, grande amatrice de polar, conseillait à tous nos clients avec un tel enthousiasme. Après l'avoir refermé, j'ai compris, et je fais de même depuis.
Je ne peux rien vous dire de plus que la quatrième de couverture sans spoiler, mis à part ceci : lancez-vous sans hésitez, vous ne pourrez plus le lâcher. Et après avoir lu la fin, cette terrible dernière page, ces ultimes phrases, vous serez tellement époustouflés que vous prêterez le livre à tous vos amis. Si vous êtes un amateur de polar, vous devez avoir lu La fille de nulle part. Si vous voulez découvrir le polar, lisez La fille de nulle part. Si vous... bref. Lisez.
Commenter  J’apprécie          243
encoredunoir
  01 juillet 2016
Dépressif, George Weaver a, sur les conseils de son médecin, décidé de faire une cure de repos. L'agent immobilier du Missouri trouve donc une maison à louer dans les environs de Taos, au Nouveau- Mexique. Là, au milieu des montagnes, Weaver entend bien se ressourcer. D'autant qu'il a fait une affaire. La maison qu'il loue, isolée, n'a pas trouvé d'acheteur depuis que, huit ans plus tôt, une certaine Jenny Ames y a été assassinée par son compagnon. C'est donc pour une bouchée de pain et en échange de menus travaux que George Weaver peut s'installer pour quelques mois.
Il faut cependant bien vivre, et les quelques économies dont dispose Weaver finiront bien par s'épuiser. Aussi accepte-t-il de travailler pour le compte d'un ami écrivain et journaliste sur un projet d'article ayant trait à l'histoire tragique de Jenny Ames. Mais ce qui au départ n'est rien d'autre qu'une façon de tuer l'ennui et de gagner quelques centaines de dollars va très vite virer à l'obsession. Et l'arrivée de la femme de Weaver, Vi, venu le rejoindre quelques semaines, ne va pas arranger les choses. Alors que Vi et George, pour s'occuper autant que pour s'éviter, se saoulent consciencieusement, Jenny occupe de plus en plus les pensées de George.
Paru en 1951, La fille de nulle part fait partie, à l'image d'une bonne part de ceux de Jim Thompson ou de David Goodis, de ces grands romans noirs intemporels. La quête obsessionnelle de George Weaver et la manière dont elle précipite sa déchéance n'est en effet qu'un nouvel avatar d'un thème universel. À ceci près que Fredric Brown le maîtrise parfaitement et, disons-le clairement, en tire un chef-d'oeuvre de la littérature noire.
Sans effets de manche, à l'aide d'une écriture sans fioritures mais qui arrive à rendre parfaitement la manière dont l'esprit de Weaver se met insensiblement à dériver et la façon dont lui et Vi s'enfoncent dans la dépression et l'obsession, Brown crée une atmosphère de plus en plus pesante, instille une crainte diffuse, suscite l'empathie vis-à-vis de personnages qui paraissent de plus en plus pathétiques au fur et à mesure qu'ils s'enlisent dans ce coin perdu des montagnes du Nouveau-Mexique et dans leurs propres peurs et obsessions.
Cela suffirait déjà à en faire un grand roman, mais Brown, en auteur populaire accompli, vient y adjoindre un retournement final sidérant et qui éclaire d'un jour nouveau tout ce qui l'a précédé, accroissant encore le malaise. C'est peu dire que l'on a affaire à un livre brillant.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bibliomanu
  04 février 2011
Quand les livres vous tombent des mains les uns après les autres, quand, pourtant doté d'une volonté sans faille, vos yeux se ferment sur des pages insipides, quand vous râlez, pestez, fustigez contre ces livres aux clichés racoleurs, contre ces livres nombrilistes, gnangnans, mal traduits, coquillifiés, et que sais-je encore, dans ces moments là, donc, rien ne vaut un bon vieux Fredric Brown pour pallier à ce qui n'est, peut-être, qu'une baisse de régime de votre part.
Alors après cette première phrase un peu longue qui vous a à peine laissé le temps de respirer, je me propose de vous parler de ce livre ébouriffant, La Fille de nulle part.
George Weaver se remet difficilement d'une dépression l'ayant obligé à cesser temporairement son activité d'agent immobilier. Il s'est retiré à Taos, une petite bourgade du Nouveau-Mexique. Seul. Ses filles sont en colonie de vacances et son épouse, Vi, ne devrait pas tarder à le rejoindre. George n'est guère enchanté à cette perspective. Il n'aime pas cette femme séduite à la va-vite dont la principale occupation est d'écouter des feuilletons radiophonique à l'eau de rose, avachie dans un canapé avec sa bouteille de Whisky. Oui, George préfèrerait rester seul. D'autant que sur les conseils d'un ami, il vient de louer une maison dans laquelle a eu lieu le meurtre énigmatique d'une jeune femme, huit ans plus tôt. Une affaire à laquelle George s'intéresse de plus en plus, jusqu'à se piquer au jeu de l'enquête.
A la lecture d'un polar, on a l'habitude d'échafauder des hypothèses, d'anticiper sur l'investigation à mesure que les indices se dévoilent. Là, on a beau faire, Fredric Brown, en artiste virtuose, ne laisse rien filtrer. Il maintient le lecteur dans une brume mystérieuse tout au long du récit jusqu'au dénouement, jusqu'à cette chute mémorable, magistrale. (Parenthèse presque rituelle : il est tout de même dommage, une fois de plus, que la quatrième de couverture - quand ce n'est pas la couverture elle-même pour ce qui est des éditions de la Découverte - donne des pistes qu'il aurait mieux valu tenir secrètes.)
Ecrit en 1951, La Fille de nulle part, fait partie de ces livres qu'on a envie de faire passer de mains en mains, de conseiller à tout va, parce que des histoires de cette trempe là, de cette tenue, aussi efficace qu'enthousiasmante, on a tout simplement l'impression d'en lire de moins en moins.
Alors si vous êtes en panne de lecture, que ce petit frisson à même de vous laisser pantois et tout ébaubi vous manque, vous savez ce qui vous reste à lire.
Lien : http://bibliomanu.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
koalaskoalas   26 mai 2018
Qu'est-ce que la folie, monsieur Weaver ? N'étant pas psychiatre, je ne le sais pas. Si j'étais psychiatre, je le saurais encore moins. Rien de plus difficile que de donner une définition de la folie. Je ne suis pas sûr d'être sain d'esprit moi-même. Et vous ?
Commenter  J’apprécie          273
namelessnameless   07 janvier 2018
... essayez donc d'oublier l'argent quand il sort et qu'il ne rentre pas, quand on voit le fond de son compte en banque et qu'on ne sait pas quand on recommencera à travailler, ni combien on gagnera à ce moment-là.
P. 130
Commenter  J’apprécie          240
RusenRusen   23 janvier 2016
Jenny recula devant le couteau, sa main cherchant à tâtons derrière elle le bouton de la porte de la cuisine. Elle était trop effrayée pour hurler ; il n'y avait d'ailleurs personne pour l'entendre. Personne, à part l'homme qui venait vers elle avec le couteau — et cette homme était fou. Sa main se referma sur le bouton, le tourna. La porte s'ouvrit sur les ténèbres et Jenny s'élança dans la nuit en courant.
La mort se lança à sa poursuite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CoucalCoucal   04 février 2011
D'accord il est beau le paysage et puis après ? C'est un peu comme un livre : çà paraît fantastique et merveilleux la première fois qu'on le lit mais peut-on le lire et le relire indéfiniment ?
Commenter  J’apprécie          60
MissTeatimeMissTeatime   08 avril 2016
"Ma bouilloire m'appelle, Mr Weaver, dit Grant. Je prends toujours une tasse de thé à cette heure-ci. Voulez-vous m'accompagner ?"
Weaver accepta et fut surpris de constater que sa première tasse de thé depuis des années avait fort bon goût.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Fredric Brown (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fredric Brown
Extrait de la conférence "Dialogue entre les morts : Robert Sheckley et Fredric Brown" aux Utopiales 2017 avec J._A.Debats, S.Lainé et X.Mauméjean.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

3ZIEM La Réponse et Cela va de soi

La Réponse : C'est une nouvelle de :

Science Fiction
Romance
Heroic Fantasy

12 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Fredric BrownCréer un quiz sur ce livre
.. ..