AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

François Guérif (Autre)France-Marie Watkins (Traducteur)
EAN : 9782743650568
240 pages
Éditeur : Payot et Rivages (20/01/2021)
3.92/5   150 notes
Résumé :
Doc Stoeger est propriétaire-rédacteur en chef du Carmel City Clarion depuis vingt-trois ans. Exercer un tel métier est un drame dans une bourgade où il ne se passe jamais rien. Il soigne sa morosité au bar du coin, dispute des parties d'échecs avec le jeune Al Grainger et vit par procuration à travers les livres, en particulier l'oeuvre de Lewis Carroll. Ce jeudi soir, jour du bouclage, doc donnerait tout pour une information palpitante, pour qu'il arrive quelque c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 150 notes

koalas
  16 mars 2017
Il ne se passe jamais rien de palpitant à Carmel city.
Doc Stoeger, le rédacteur en chef du Clarion, la feuille de chou locale et spécialiste à ses heures perdues de l'oeuvre de Lewis Carrol comble l'ennui en passant son temps à jouer aux jouer aux échecs et à s'enfiler des verres de whisky au bar du coin chez Smilley jusqu' à une nuit de folie où il ne sait plus ou donner de la tête...
de divagations en surprises dans un coffre pas fort,
à la rencontre d'un fou dans une maison hantée, de gangsters doubles et d'un troisième type..
On plonge en plein délire éthylique
sauf que Doc sait encaisser et a plus d'une tour, d'une reine et d'une flasque dans son chapeau pour faire échec et mat au surnaturel.
Un mélange des codes du roman noir, du polar et du fantastique qui s'accordent à merveille avec Alice et Fredric Brown.
La nuit du Jabberwock, on en voit plus de 36 chandelles...romaines !
Commenter  J’apprécie          490
Patsales
  11 juillet 2020
Quelle histoire délicieuse ! l'Amérique de Capra y croise l'Angleterre de Lewis Carroll. le héros pourrait reprendre la dédicace qui clôt « La Vie est belle »: « un homme qui a des amis n'est pas un raté.» Doc Stoeger vit dans une petite ville tranquille où il désespère de sortir un bon article, d'autant plus qu'il écarte tous les sujets intéressants dès lors que leur publication pourrait nuire à de braves gens. Une nuit de délire lui permettra de passer de l'autre côté du miroir pour une chasse au Jabberwock. Nouvel Alice, en moins rêveur et beaucoup plus alcoolisé, Il affrontera les slictueux toves [qui] /Sur Vallouinde gyraient et vriblaient. / [alors que], Tout smouales étaient les borogoves ;/ [et que] Les verchons fourgus bourniflaient. 
Le lecteur finira le roman et sa nuit blanche tout ébouriffé, son cerveau droit et son cerveau gauche réconciliés, l'oeil humide de constater que les méchants sont trop crétins pour s'en tirer et que les gens honnêtes sont généralement récompensés, sauf si on les tue avant ou s'ils ne tiennent pas le whisky.
« Apportez bien vite les verres et les flacons,
Parsemez la table de boutons et de son :
Des chats dans le café, des rats dans la verveine…
Trois fois trente hourrahs pour Alice la Reine. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
jamiK
  05 avril 2020
Doc Stoeger est propriétaire-rédacteur en chef du Carmel City Clarion, gazette locale d'une petite ville de l'Illinois, et passionné de littérature, grand fan de Lewis Carroll. À Carmel City, il ne se passe jamais grand chose, mais cette nuit va dépasser toutes les espérances de Doc, accident de la route, cambriolage de banque, poursuite de bandits, assassinats, plus une mystérieuse affaire fantastique, en lien avec les écrits de Lewis Carroll. le rythme est effréné, l'humour très présent, l'alcool aussi. J'ai beaucoup aimé l'intervention du fantastique dans ce polar déjanté, j'ai aimé les moments où l'on ne sait plus trop où se situe la réalité, si on est en pleine ivresse, ou crise de delirium tremens, ou si l'on est passé de l'autre côté du miroir. C'est une lecture addictive, je n'ai pu lâcher ce livre avant d'en connaître la fin. C'est bien écrit, rythmé, érudit, et un peu fou comme j'aime, mais cela reste un polar avant d'être un récit fantastique, c'est peut-être mon seul regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
saphoo
  11 mars 2018
Quel livre, un vrai roman qui vous tourneboule ! Demi fantastique, à demi policier, on ne sait plus sur quel pied danser ! mais on danse, ça valse ! et tout ça le temps de le dire. Rien ne se passe de bien intéressant pour boucher le petit blanc du journal local ! que cela ne tienne, il suffit de demander et la magie opère.
Quelle aventure, sous un fond d'Alice, de stratégie fine comme une partie d'échecs. On se demande bien tout le long du livre mais que se cache-t-il derrière tant d'événements en une seule nuit.
C'est un genre que je ne connaissais pas, ça se lit bien, on est pris par le suspense, la magie, l'action à tout va.
Commenter  J’apprécie          212
Tatooa
  06 septembre 2015
Un mélange curieux, complètement dingue et déjanté, et très imbibé, qui se lit en un rien de temps !
Le fantastique n'est présent, dans le fond, qu'à travers les références à L. Carroll, passion de Doc Stoeger, notre "héros"...
Ce roman est une ode au Whisky avant tout, ce me semble. C'est très alcoolisé, ça part un peu dans tous les sens, mais ça reste intrigant, et comme ça se lit facilement, bah on se laisse embringuer dans les mésaventures loufoques et délirantes de Doc et ses amis !
La fin est un brin décevante, mais le voyage a été agréable et entraînant, alors ma foi, j'ai pas boudé mon plaisir.
3,5/5 (4 sur Babelio)
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   05 septembre 2015
Lire un livre, c'est presque aussi passionnant que d'écouter parler l'homme qui l'a écrit. C'est encore meilleur, dans un sens, parce qu'on n'a pas besoin d'être poli avec lui. On peut le faire taire quand on le veut en fermant le livre et en en prenant un autre. Et l'on peut ôter ses souliers et mettre les pieds sur la table.
Commenter  J’apprécie          220
TatooaTatooa   06 septembre 2015
Je savais enfin que Harvey Andrews ne chercherait plus à faire de fugues.
Il allait avoir un père humain. Bien sûr, je n'attendais pas que Clyde devînt le meilleur client de Smiley. Peut-être ne remettrait-il jamais les pieds dans la taverne. Mais en commandant un verre, un seul, et même si ce n'était que du vin, devant un comptoir, il avait franchi son Rubicon. Il n'était plus parfait.
Commenter  J’apprécie          90
TatooaTatooa   04 septembre 2015
Dans mon rêve, j'étais debout au milieu d'Oak Street, par une nuit noire. Les réverbères étaient éteints; seul un clair de lune pâle scintillait sur l'énorme épée que je faisais tournoyer au-dessus de ma tête tandis que le Jabberwock rampait vers moi.
Commenter  J’apprécie          110
Michel7090Michel7090   04 décembre 2016
Lire un livre, c'est presque aussi passionnant que d'écouter parler l'homme qui l'a écrit. C'est encore meilleur, dans un sens, parce qu'on n'a pas besoin d'être poli avec lui. On peut le faire taire quand on le veut en fermant le livre et en en prenant un autre. Et l'on peut ôter ses souliers et mettre les pieds sur la table. On peut boire et lire et tout oublier sauf ce qu'on lit;...
Commenter  J’apprécie          40
jamiKjamiK   05 avril 2020
Et quand on a passé la cinquantaine, tant de gens que l’on a connus sont morts que les fantômes, si tant est qu’ils existent, ne sont pas tous des inconnus.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Fredric Brown (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fredric Brown
Extrait de la conférence "Dialogue entre les morts : Robert Sheckley et Fredric Brown" aux Utopiales 2017 avec J._A.Debats, S.Lainé et X.Mauméjean.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

3ZIEM La Réponse et Cela va de soi

La Réponse : C'est une nouvelle de :

Science Fiction
Romance
Heroic Fantasy

12 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Fredric BrownCréer un quiz sur ce livre