AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236081057X
Éditeur : Editions Cornélius (19/09/2013)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Dans cet album, le bédéiste convie le lecteur à assister à certains épisodes de son adolescence, où le magazine Playboy fut omniprésent dans l'apprentissage de sa propre sexualité. Chester Brown nous ouvre encore une fois les portes de son intimité, et c'est avec un plaisir avide que nous retrouvons nos propres vices cachés, racontés ici avec juste ce qu'il faut de pudeur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  22 novembre 2014
Il s'agit d'une histoire complète et indépendante de toute autre, en noir & blanc, écrite et dessinée par Chester Brown. Elle a été sérialisée dans "Yummy Fur" 21 à 23, parus en 1990. La bibliographie de Chester Brown est la suivante : (1) le petit homme, (2) Ed the happy clown (en anglais, inédit en français en 2013), (3) "Le Playboy", (4) Je ne t'ai jamais aimé, (5) Louis Riel, (6) Vingt-trois prostituées.
L'histoire débute le 23 mai 1975 à Chateauguay dans la banlieue de Montréal, où a grandit Chester Brown. Il se représente sous la forme d'un petit diablotin avec les ailes et un short qui va commenter chaque scène. Ce petit diablotin indique que le jeune Chester est âgé de 15 ans et qu'il assiste à la messe, en ayant à l'esprit le numéro de Playboy qu'il est en train de décider d'acheter après l'office. À la fin de la messe, il se rend à vélo à la supérette la plus éloignée pour l'acheter (pour éviter d'être vu par quelqu'un qui le connaîtrait). En sortant il croise des voisins et fait de son mieux pour dissimuler la nature de son achat. Il rentre chez lui et profite de l'absence des autres pour aller se masturber dans sa chambre. Il lui reste alors à cacher le magazine. La suite de ce récit autobiographique relate l'évolution de ses achats et de l'utilisation du magazine jusqu'en 1990. le tome s'achève avec une postface d'une vingtaine de pages de l'auteur commentant les modifications qu'il a apportées pour la présente édition (avec la reprographie des cases supprimées), ainsi que certaines précisions sur ce qu'il avait souhaité exprimer, et l'état actuel de son usage des magazines de charme et pornographiques.
Dans la postface, Chester Brown confirme que cette histoire autobiographique a été composée et construite pour aborder le thème de son rapport à la pornographie, par le biais de sa lecture du magazine Playboy. le style graphique de Brown est assez épuré avec une apparence de dessins d'amateur qui induit une forme de distanciation avec une forme de naïveté visuelle. de ce fait les quelques dessins de photographies de Playmates sont dépourvus de toute forme d'érotisme. Par opposition les scènes de masturbation en sont d'autant plus choquantes dans leur coté prosaïque et presque déplacées par contraste entre ce qui est montré (jusqu'à la tâche de sperme par terme) et le dessin simple et spontané, sans fioritures. En effet Brown se montre le plus honnête possible quant à son usage de la pornographie. Suivant son parti pris, il ne décortique pas ses processus mentaux lorsqu'il se livre à l'onanisme, mais il montre comment il le fait (une posture originale qui a interpellée d'autres lecteurs jusqu'à Peter Bagge qui a été jusqu'à la baptiser la "Chester", authentique). Il ne s'agit pas pour Brown de jouer à choquer en enfilant des scènes de masturbation, mais de montrer à 3 reprises la finalité de son achat.
Cette approche concrète de cette pratique lui permet également de montrer le dégout plus ou moins fort qui suit, issu de la culpabilité. À nouveau, Brown préfère le sous-entendu que la psychologie de comptoir. Il ne se lance pas dans une explication de l'existence de cette culpabilité, il ne décrit pas ses processus mentaux (il n'évoque pas l'incidence de son éducation religieuse). Il établit son ressenti. Ses réactions montrent d'ailleurs que ce sentiment est plus complexe que la simple culpabilité, et qu'il s'agit peut-être plus de la perte de repère générée lorsque l'individu brave un interdit sociétal ou moral. Cela ne devient de la culpabilité que lorsqu'il risque d'avoir à se justifier auprès d'autrui, en particulier face à sa copine Kris. En ça Chester Brown est un auteur incroyable qui avec une économie de moyens réussit à mettre en scène sa propre vie, en mettant en lumière des sentiments et des sensations universels. À partir de là, le lecteur (masculin) peut alors comparer sa propre expérience et son propre ressenti par rapport à son usage de la pornographie. La lectrice peut avoir accès à une représentation honnête de la force de la pulsion sexuelle chez l'individu de sexe mâle.
En effectuant son travail de composition, Chester Brown a trouvé des solutions naturelles pour évoquer les différentes facettes de sa relation avec ce magazine. Il ne s'agit pas d'une fascination aveugle, et il y a eu une réflexion qu'il sait exposer par le biais des dialogues, ou des commentaires du petit diablotin Chester adulte. Dans l'épilogue, il évoque la parution de la première partie de l'histoire dans "Yummy Fur", avec Mark Askwith. Ce dernier indique qu'il n'a jamais acheté Playboy, mais qu'il se souvient de la première Playmate qu'il a vu dans un numéro qu'on lui avait prêté, et du décor en arrière plan. Brown est alors capable de lui citer le nom de cette femme et le numéro du magazine, à partir de la description du décor. le lecteur constate ainsi le degré d'implication et d'investissement affectif de Brown vis-à-vis de ces photographies de femme. Les commentaires du diablotin permettent aussi de comprendre qu'en fonction de ses réactions physiologiques, Brown a pu établir des échelles de critères physiques quant à celles qui lui plaisent plus. Cela aboutit à un questionnement sur la formation des goûts sexuels par le biais de la pornographie, leur formatage, mais aussi leur pluralité. Dans la postface, il élargit le contexte en relatant son usage d'autres sources de pornographie (le magazine Penthouse, puis les vidéos). D'une certaine manière, l'apparition de Carrie et Sky (des voisines de Chester) rappelle qu'il a également consacré "I never liked you" à la formation du sentiment amoureux (formant ainsi un diptyque avec ce volume consacré à la pulsion sexuelle). "Le Playboy" est un récit où la masturbation est représentée à l'opposé de la sexualité en tant que performance physique.
Du fait de la force polémique du sujet, le lecteur peut ne porter aucune attention au travail de construction et de représentation du récit. Outre l'élégance habile avec laquelle il sait mettre en scène ses sentiments sans explications pesantes, il y a ces dessins d'apparence un peu fruste. Ce choix esthétique s'observe avec les bordures des cases qui ne sont pas tracées à la règle, mais à main levée, et irrégulière. Il y a également la disposition des cases collées sur la page sans respecter un positionnement rigoureux en ligne ou en colonne. Elles sont littéralement collées car Brown les dessine une par une sur des bouts de papier indépendant, et les agence ensuite sur la page. Cela a pour effet de donner plus d'importance à chaque image, de la rendre plus indépendante, ainsi le lecteur y accorde plus d'attention. C'est une façon qui sort de l'ordinaire pour influer sur la vitesse de lecture. Chaque image devient ainsi une composition réfléchie où chaque trait a été pesé pour ce qu'il apporte comme signification. Brown entraîne le lecteur dans sa vision du monde avec des personnages filiformes, et des arbres au développement torturé.
Avec "Le Playboy", Chester Brown évoque avec une franchise rafraîchissante son usage du magazine Playboy sur plus d'une décennie à la fois en tant qu'excitant visuel, et en tant que transgression d'un tabou. Pour les lecteurs ce thème leur renverra à leur propre expérience, leurs propres choix et les difficultés psychiques auxquels ils ont pu être confrontés. Pour les lectrices, il s'agira d'une illustration sensible de la force de la pulsion sexuelle masculine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Shool
  03 octobre 2013
Quand on est auteur, on peut tout se permettre. Même de revivre un moment passé à l'instant présent. Surtout quand on est auteur de B.D., j'imagine, et que l'illustration nous aide à nous réorienter dans un passé parfois lointain.
Ici Chester BROWN décide de nous raconter la période adolescente de sa vie, ou adulescente comme disent les psychologues d'aujourd'hui, et pour cela il devient un petit personnage avec des ailes, un petit ange, ou un petit diable, qu'on imagine souvent à côté de notre tête pour peser le bien et le mal sur la balance de la justice.
Bref, il est là, et il choisit de nous raconter sa vie d'enfant obligé à aller à la messe le Dimanche matin. Seulement ce Dimanche qu'il choisit n'est pas comme les autres ! Ce Dimanche là, Chester BROWN n'a qu'une idée en tête : aller acheter ce superbe magazine avec une nana à poil sur la couverture. Il est tombé fou d'elle. Il ne vit plus que pour elle. C'est le début d'une dépendance sexuelle et d'une pulsion d'achat qui ne le quitteront plus.
Dés que le Playboy est dans le kioske, il va se l'acheter, au début en se cachant, puis doucement en assumant.
Il le feuillette, il se masturbe, il se dégoûte, culpabilise, décide de s'en débarrasser et va le cacher sous une planche.
Le lendemain il retourne le chercher l'instant d'un petit plaisir solitaire. Mais l'amour peut-il aller au-delà du plaisir solitaire ?
"Je me dis que la meilleure façon de dissimuler quelque chose est de ne pas chercher à le cacher… …et je ne cache pas le magazine sous ma chemise."
C'est ici une B.D. pleine d'intimité qui nous est dévoilée. Cependant cette intimité est partagée par des millions d'hommes, et pour tous de la même façon. Une porte fermée à clé, une poigne sévère sur son engin quelques minutes et une culpabilité sans précédent qui en découle.
Mais Chester BROWN sait trouver les mots pour rendre les choses belles et intelligentes. Il sait manipuler les mots et les illustrations de façon à faire d'une simple pensée obsédante quelque chose de tout à fait honorable.
"Avec ma copine suivante, je me suis rendu compte que pour maintenir mon érection je devais imaginer que je couchais avec une de mes playmates préférées."
Sans oublier l'intelligence d'une partie "notes" à la fin de la B.D. pour préciser certains points du livre, mais aussi pour nous parler de façon plus historique, philosophique, sociologique mais aussi humaine du magazine qui a travailler ses jours et ses nuits. Donc pour les plus réticents, vous pourrez toujours dire que vous avez fait cet achat pour le côté historique de la chose… Et passer du coup inaperçu, même en plein milieu d'un repas de famille !
"Cela faisait quelque temps déjà que les nouvelles playmates ne m'intéressaient plus, mais apparemment, celles des anciens numéros m'attiraient toujours.
(la scène se passe dans une librairie d'occasion dans la ville de Montréal)
- Vous êtes collectionneur ?
- Euh, ben, euh, je sais pas… je, euh, les aime bien."
Alors que dire pour conclure ?
Merci internet et ta liberté sexuelle ! ? !
Ouvrage disponible aux éditions Cornélius depuis Septembre 2013 pour cette nouvelle édition. La B.D. était précédemment disponible aux éditions des 400 coups (depuis 2001).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Peteplume
  18 septembre 2017
Lu dans sa version originale ce qui m'a permis d'enrichir mon vocabulaire de mots et d'expressions qu'on apprend pas en cours…. L'auteur traite en effet de sujets plutôt tabou en s'impliquant personnellement de façon presque impudique mais en tout cas avec authenticité, autodérision et sans concession pour des sentiments ou des pensées qui ne s'avouent habituellement pas (tel le racisme par exemple). le dessin, qui accentue la maigreur du « héros » et agrandit sa tête de façon disproportionnée, proche de la caricature est aussi impitoyable.
Ça m'a paru très original et je ne vais pas tarder à aller emprunter d'autres BD de cet auteur que je découvrais avec ce premier album.
Commenter  J’apprécie          70
alexandraouinez
  18 octobre 2013
Une réédition mais revue et corrigée par Chester Brown lui-même quelques année plus tard. Un très bon Brown qui nous narre sa découverte du magazine "playboy" à l'adolescence et le rituel qui va le lier à cette revue.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
BoDoi   24 septembre 2013
De Chester Brown (auteur notamment des excellents Louis Riel et Vingt-trois prostituées), on apprécie hautement la façon de se mettre à nu, d’expliquer sans honte ses penchants, d’analyser brillamment ses actes et états d’âme.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PeteplumePeteplume   21 septembre 2017
The playmate was even less sexually appealing to me than usual but I jerked off anyway and listened in sick fear for the sound of footsteps on the stairs.

I worried that if heard them I wouldn’t be able to get the playboy hid and my zipper done up in time.

I worried for nothing.
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   24 mai 2018
p.38.
Je me dis que la meilleure façon de dissimuler quelque chose est de ne pas chercher à le cacher... et je ne cache pas le magazine sous ma chemise.
Commenter  J’apprécie          20
GregorGregor   01 novembre 2011
Elle t'a souri... Quand même... Sourire à un gars qui achète Playboy !
Commenter  J’apprécie          10
GregorGregor   01 novembre 2011
Je me branlais encore devant les playmates, mais la plupart du temps, c'était par habitude, car j'avais cessé de les trouver excitantes.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Chester Brown (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chester Brown
Vidéo de Chester Brown
autres livres classés : pornographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
798 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre