AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Furlan (Traducteur)
ISBN : 2070358275
Éditeur : Gallimard (10/07/2008)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Arthur est un septuagénaire qui ne bande plus ou presque et qui refuse pourtant le Viagra. Helen, sa femme bien plus jeune, s'ennuie et se console dans l'alcool et les coucheries. Domino, de son côté, livre de la viande suspecte à des lions et deale de l'herbe en butant les flics qui le dérangent. Son patron n'en sait rien, ne s'occupe que de ses affaires de mafia et traque un homme qu'il voudrait bien donner à ses gros chats. A l'autre bout de la ville, un type se ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Marymary
  10 juillet 2015
Ne vous fiez pas à la quatrième de couverture si vous avez envie de lire ce livre, elle est réductrice et peu engageante. Si vous avez vu le film de Robert Altman « Short cuts », ce livre en est assez proche de par son atmosphère. C'est un chassé-croisé de personnages aux prises avec leurs névroses, leurs addictions, leurs drames mais aussi leurs plaisirs et les hasards de la vie. L'action se déroule à Memphis juste avant les fêtes de Noël.
Mais les vrais héros de ces morceaux de vie, ce sont les animaux qui, contrairement aux humains seront tous sauvés des horreurs qui les menacent. Tout d'abord Jada Pinkett, un vieux pitbull qui a fait tellement de combats qu'il est couvert de cicatrices et ne peut plus être violent avec aucun animal mais au contraire protecteur, son jeune maître s'enfuit avec lui de la maison familiale pour éviter que son père ne le tue puisqu'il ne peut plus combattre. Puis un chaton abandonné (que Jada Pinkett sauvera), sauvage, qui va peu à peu être apprivoisé par un couple de gens riches et qui va pouvoir vivre dans une belle maison luxueuse, et enfin un petit chien blanc et noir à longs poils avec un ruban à pois autour du cou, son maître l'adore mais il s'absente souvent pour son travail. Ce petit chien est un personnage majeur car il incarne l'innocence, grâce à son intelligence et malgré la haine que lui porte la femme chargée d'en prendre soin, malgré une maladresse fatale qu'elle va commettre, il va se sauver tout seul d'une mort certaine et se venger de cette femme, mais sans ressentiment puisque ce n'est qu'un petit chien….
Larry Brown a découpé son roman en chapitres courts, certains ne faisant que quelques lignes, et quelques pages pour les plus longs, nous retrouvons un personnage différent à chaque changement de chapitre. C'est un exercice difficile que de faire s'entrecroiser plusieurs histoires, de partir avec les personnages sans se perdre dans les méandres de leurs vies, et sans lasser une seule fois grâce au talent de l'auteur.
Larry Brown était un virtuose, il possédait une plume exceptionnelle, malheureusement il est décédé et c'est là son dernier roman. Il a servi dans les marines et il a été pompier, il se permet un clin d'oeil à ces deux corporations dans ce livre. Il maîtrise parfaitement ce roman attachant et profondément humain malgré la banale cruauté de la vie des différents personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          498
koalas
  15 juillet 2017
A Memphis Tennesee, il s'en passe des choses torrides.
Hélène et Arthur forment un couple au bord de la crise sexuelle :
lui, septuagénaire a de sérieux problèmes d'érection,
elle, trente ans plus jeune est vive... comme une lapine.
Et puis il y a Anjalee la michetonneuse entichée de Frankie, une petite frappe ;
mamselle Muffet qui boite après un sale roquet ;
Domino qui emballe de la nourriture pour lions ;
Eric, un fada des animaux affublé de son vieux clébs ;
Merlot l'intello et Pénélope sa chérie...
sans oublier un marin au grand coeur qui cogne pas que du palpitant.
Bref toute une faune baroque qui joue leurs partitions et leurs névroses sur un air de country, de sirènes de police, d'aboiements, de miaulements et de rugissements...
Tantôt drôles, tantôt pathétiques, parfois saignants à souhait, ces parcours chaotiques qui se croisent ou se frôlent partent souvent en vrille.
Un aperçu de Memphis, bien loin du rêve américain.
Larry Brown, ancien pompier, fout le feu aux fesses puis arrose de son humour noir cette ménagerie impossible mais tellement attachante.
L'Usine à lapin, un polar visuel drôlement foisonnant qui m'a botté le train !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Beatrice64
  09 octobre 2012
Arthur a 70 ans et ne parvient plus à satisfaire sa femme Helen, de 20 ans sa cadette. du coup Helen boit, fréquente le Peabody et couche avec Ken, le barman, à l'occasion. Leur rencontre avec Eric, le jeune vendeur d'une animalerie, va changer la donne, mais pas dans le sens que l'on attend.
Anjalee, jeune campagnarde en quête d'amour et d'argent, monnaye ses charmes dans une boîte de strip-tease, tente d'éviter de retourner en prison et perd ses amants les uns après les autres.
Domino convoie de la viande congelée et de l'herbe (en douce) pour le mystérieux Mr Hamburger. En heurtant un cerf avec sa camionnette frigorifique il va accélérer un destin déjà bien noir et entasser les cadavres sur sa route.
Mlle Muffet doit s'occuper de l'horrible petit chien du mystérieux Mr Hamburger pendant ses longues absences; mais sa jambe en plastique et son désir de rencontres masculines vont lui compliquer la tâche.
D'autres personnages viennent compléter cette galerie déjà croquignolesque. Personnages malheureux et maladroits en quête d'amour, blessés par la vie et désespérés face à l'avenir, ils deviennent, sous la plume minimaliste de Larry Brown, vigoureux et touchants.
Ecrivain du Sud, de la misère, de la fatalité (on pense à Faulkner, un peu, à Jim Thompson, beaucoup), Larry Brown est un sacrément bon auteur et propose avec l'usine un lapins un de ces livres profondément attachant qui m'a fait prendre sur mes heures de sommeil pour le finir.
Pour les amateurs de roman noir, un incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
encoredunoir
  06 septembre 2011
À Memphis, Tennessee, Arthur, presque septuagénaire, riche mais impuissant, n'arrive plus à satisfaire Helen, de vingt ans sa cadette, qui trompe son ennui en buvant plus que de raison et en le trompant régulièrement.
Anjalee, strip-teaseuse qui ne refuse pas quelques extras voudrait changer de vie, mais elle semble poursuivie par la poisse – et par la police.
Wayne, le marin, est tombé sous le charme d'Anjalee ; sur son porte-avion, arrêté dans l'Atlantique après avoir heurté une baleine, il ne rêve que de retrouver cette fille.
Frankie, truand et amant régulier d'Anjalee, doit exécuter un contrat pour le mystérieux M. Hamburger et se trompe de cible.
Dans le Mississippi, Domino doit livrer de la viande pour les lions d'un zoo et profiter de son chargement pour transporter de l'herbe. Il travaille aussi pour M. Hamburger. En chemin, il heurte un cerf de Virginie qu'il imaginerait bien dans son congélateur. Mais pour cela il faut qu'il fasse de la place dans son camion. Un manège qui ne peut qu'attirer l'attention. Même pour un flic aussi peu doué qu'Ellwood Perkins.
Chez M. Hamburger, Miss Muffet, l'unijambiste, a complètement oublié le petit chien sur lequel elle doit veiller et part se saoûler. L'occasion de faire connaissance avec M. Moignon.
Merlot est un homme heureux. Pris en otage par un mystérieux boucher, il a réussi à se débarrasser de son ravisseur. Cela lui a permis de rencontrer Pénélope, la femme-flic, avec laquelle il se prépare à filer le parfait amour. Mais doit-il lui avouer l'existence de Candy, cloîtrée dans une chambre de sa maison ?
Eric a quitté le Mississippi avec Jada Pinkett, son pittbull, et a trouvé un travail dans une animalerie de Memphis. C'est là, alors qu'il regrette le bon vieux temps, lorsqu'il chassait avec M. Moignon dans l'usine à lapins, qu'il rencontre Arthur qui lui demande de capturer un chat afin de reconquérir Helen. Et si c'était Eric, la conquête d'Helen ?
C'est un procédé classique que cette manière de faire s'entrecroiser les trajectoires de différents personnages. Procédé justement d'autant plus piégeux qu'il est classique et qu'il en faut peu pour qu'il vire au simple catalogue ou bien à la surenchère dans les dysfonctionnements des personnages et à la visite d'une foire aux monstres. Mais Larry Brown maîtrise parfaitement son roman et sait conserver tout au long de son récit un équilibre subtil entre la normalité, belle ou triste, de ses personnages esseulés et la plongée dans la folie, dure ou douce.
On chemine ainsi avec eux sur ce fil instable et l'on se prend vite à les aimer, à chercher lesquels pourraient combler les manques des autres, à craindre pour eux qu'ils ne réussissent pas à soutenir seuls le poids de la solitude et de leurs désirs insatisfaits.
Destins tragiques, violents ou affligeants, ils s'entrecroisent, se mêlent ou se séparent dans un roman sublimement noir et tendre.

Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Godefroid
  26 juillet 2015
Arthur est un brave septuagénaire un peu friqué, plus capable d'honorer son épouse de 30 ans plus jeune que lui. Celle-ci se pinte du soir au matin et se fait trombiner par des crétins abonnés à son bar de prédilection. Un jeune et brave gars (Eric) employé dans une animalerie fera le réconfort du bonhomme et la tentation de madame.
Un latino dégénéré (Domino), sorte de boucher underground et dealer à ses heures, va se trouver contraint de tuer un flic au cours d'un banal contrôle routier. Son itinéraire hémoglobineux finira dans une mare de son propre sang.
Anjalee est une jeune pute bien foutue d'une agilité très remarquée. Elle cherche à se faire entretenir par les loustics pas nets qu'elle s'envoie et a quelques ennuis avec la police. Elle offre pour quelques dollars une pipe renversante à un jeune marine qui, à peine parti en mission, ne pense qu'à la retrouver.
Un jeune prof nommé Merlot tombe amoureux d'une flic noire bien en chair, pourvue d'une paire de seins affolants. Merlot osera-t-il avouer son secret à Penelope avant de l'inviter chez lui ?
Enfin, Mademoiselle Muffett a bien du mal à garder la maison de son maître : le petit clébard dont elle doit s'occuper la rend folle. Ses difficultés à se déplacer avec sa jambe en plastique n'arrangent pas les choses. Ajoutons que Melle Muffet souffre d'un terrible manque affectif et sexuel.
Hé oui, ça en fait du monde ! Autant de personnages prisonniers de la toile tissée par un Larry Brown observateur distancié mais compatissant : le patron de Melle Muffett est aussi celui de Domino ; Anjalee fréquente le même bar que la femme d'Arthur, et Merlot rencontre sa Penelope après s'être fait braquer par Domino dans sa cavale meurtrière. Un tableau humain qui rappelle les remarquables films Magnolia (Paul Thomas Anderson) et Short cuts (Robert Altman adaptant Carver). Ce roman, le meilleur de Brown, est un hymne à la pantomime grisâtre qui agite les échantillons de l'humanité occidentale que nous sommes vers leur destin probablement aveugle. Parmi tous ces itinéraires foirés, certains resteront ouverts ; et pourquoi ? Brown tire son chapeau en toute modestie, les voies du Seigneur sont plus impénétrables que jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MarymaryMarymary   06 juillet 2015
Domino savait que la vie se mesure parfois en intervalles qui, bien que minuscules, sont cruciaux. Ainsi, quand on baisse les yeux pendant juste une seconde pour allumer une cigarette alors qu'un véhicule arrive en sens inverse. Ou si on se torche le cul avec le billet de loterie gagnant parce qu'on a pas d'autre papier dans son portefeuille à part des billets de banque. Ou si on est trop pressé de remonter sa braguette et qu'on coince un peu de peau tendre entre les petites dents de laiton et puis qu'on reste là tout seul devant l'urinoir sans pouvoir baisser ou monter la fermeture éclair, qu'on se débat silencieusement en essayant de ne pas hurler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
ThyuigThyuig   28 septembre 2014
"Excusez-moi, dit Arthur. Est-ce que vous auriez par hasard des fusils anesthésiants ?
- Non, m'sieur, dit le jeune homme en tournant une page.
- J'ai un animal sauvage à capturer, dit Arthur en se sentant un peu bête d'avoir dit "animal sauvage".
- Si c'est un opossum, vous pouvez appeler la fourrière.
- En fait, il s'agit d'un chat. Assez petit. En réalité, c'est un chaton.
- Les chats, c'est bizarre", dit le jeune homme, toujours sans lever les yeux. Arthur se demanda pourquoi cette histoire de chat devait s'ajouter maintenant à tous ses autres problèmes - celui de ses érections et celui de l'alcoolisme d'Helen. Il se disait qu'un souci à la fois aurait dû suffire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ThyuigThyuig   07 octobre 2014
Et elle avait rompu. Maintenant, chaque fois qu'elle tombait sur lui en patrouille, elle lui faisait un doigt d'honneur, ce qu'il trouvait très désobligeant, surtout s'il était en ville en train d'emmener son papa faire des courses. Mais il pensait qu'elle n'allait pas rester longtemps sans homme. Elle se trouverait quelqu'un. Sans doute un intellectuel, puisqu'elle était elle-même plutôt intellectuelle. Elle aimait regarder des photos et des conneries du même genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
koalaskoalas   13 juillet 2017
J'ai eu envie de sortir et de regarder les poissons rouges.
- Ah bon ? Et qu'est-ce qu'ils font ?
- Rien. Ils nagent en rond.
Commenter  J’apprécie          200
carnet-de-voyagecarnet-de-voyage   26 décembre 2016
Henry, 70 ans est tendu, car justement il n'arrive plus à tendre une partie de son anatomie qui, parait-il, fait la fierté d'un homme (mesdames, vous avez bien compris que je ne parlais pas du cerveau) et n'arrive plus à répondre aux besoins (naturels) de sa femme Hélen (de 30 ans sa cadette) qui se réfugie dans l'alcool du matin au soir, mais dont la sensualité transpire à chaque gorgée de Bloody Mary.

Anjalee est une belle stip-teaseuse tapinant à souhait pour arrondir ses fins de mois... Elle se fait entretenir par un homme de main ,Frankie, un tueur à gage, d'un certain M. Hamburger, mais un jour le tueur se trompe de cible et termine sa carrière en steak haché (grande spécialité professionnelle de M. Hamburger)
Anjalee est donc en recherche d'un autre "protecteur" mais les temps sont durs, n'en déplaise à Henry...

Domino, travaille comme livreur de viande, pour ce M. Hamburger... Il sort de taule et n'a aucune envie d'y retourner. Il deale de l'herbe, qu'il livre congelée lors de sa livraison de barbaque, mais un soir il emplafonne son camion dans un cerf de Virginie. Et notre Domino (qui est plutôt bas du front) est un fin gourmet, par excellence... Il ne peut pas passer auprès de plusieurs rôtis de cerfs sur patte !... Bien lui en a pris, comme quoi la gourmandise est péché condamnable...

Miss Muffet, unijambiste à plein temps, travaille aussi pour M. Hamburger.... Elle s'occupe du chien....et un soir, elle veut connaitre, enfin, le plaisir de faire l'amour... Elle se dirige à l'aveugle et s'arrête dans un rade immonde....

Et puis il y a Eric et son Pittbull (Jada Pinkett converti au bien, et aimant les chats), qui fuyant son père "éleveur" de chiens de combat, travaille dans une animalerie. Sans domicile fixe, Eric et Jada Pinkett dorment dans leur voiture la nuit et travaillent le jour dans une animalerie....

Et puis un jour, Henri rentre dans cette animalerie....

Ce livre est superbe, car comme vous l'avez devinez : il est irracontable. Tout ce petit monde court après un désir qui semble à leur portée mais qui, cependant, leur est inaccessible....et si il est accessible il est fatal.

"Il y a deux tragédies dans la vie : l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire". Oscar Wilde


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Larry Brown (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Larry Brown
Michael Farris Smith réussit un polar âpre et brûlant sur les terres du sud des Etats-Unis, à la manière d'un Larry Brown ou d'un William Gay. Mario Condé, le héros désormais fameux de Leonardo Padura, traîne sa nonchalance sous le soleil noir de la mélancolie cubaine. Et Julien Capron nous embarque dans un futur d'autant plus glaçant qu'il est proche de nous. Belle manière, à travers ces trois romans noirs, de prendre la température du monde.
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1689 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..