AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Sendy (Autre)
EAN : 9782277117674
Éditeur : J'ai Lu (05/08/1977)
4.07/5   54 notes
Résumé :
Ce fut au moment où la grosse mouche bleue pénétra dans la classe que Shorty Mac Cabe décida finalement que le cours de logique du Pr Dolohan était dépourvu d'intérêt.
Certes, il était plus passionnant de poursuivre la grosse mouche bleue partie en emportant ses mains et, par-delà le paradoxe du temps, de méditer sur l'utilisation du lance-pierres dans la chasse aux dinosaures.
Percuter à 50 km/heure une petite fille à bicyclette et n'en jamais retrouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
latina
  14 août 2015
Si vous voulez vous payer quelques tranches de bon temps (oui, le temps...parlons-en), lisez chacune des nouvelles de ce recueil de Fredric Brown, écrites entre 1943 et 1963.
Nouvelles, pour la plupart, de science-fiction, elles nous ramènent à notre éternelle condition d'êtres humains, nous qui avons (souvent) des difficultés à nouer le contact avec des « étrangers », qui avons (souvent) une propension à obéir au pouvoir, quel qu'il soit, avant de réagir (peut-être).
Nouvelles qui nous font réfléchir aux apparences. Qu'est-ce que la réalité, finalement ?
Nouvelles qui renversent les points de vue habituels pour nous interroger sur nos pratiques quotidiennes.
C'est très bien écrit, jouissif, intelligent, interpellant, marrant.
Une petite dose de méditation qui ne fait pas de mal, en ces temps de vacances où l'esprit peut se déployer...
Commenter  J’apprécie          578
HORUSFONCK
  27 avril 2018
Tout le génie de Fredric Brown voyage dans ces dernières nouvelles rassemblées par son épouse après le décès de l'écrivain.
Fredric Brown imaginait et contait avec brio et humour.
L'introduction d' Elisabeth Brown, au début de ce Paradoxe perdu, est aussi importante qu' émouvante pour comprendre -au moins en partir- le processus créatif d'un écrivain hors du commun.
Un livre fort agréable à lire, sous la belle couverture illustrée par Christopher Foss.
Commenter  J’apprécie          250
helhiv
  09 janvier 2017
Paradoxe perdu est un recueil de nouvelles de science-fiction dont la première donne son titre au recueil. Les nouvelles ont été écrites des années 40 aux années 70 et on les sent sociologiquement datées avec des comportements un peu stéréotypés chez les personnages principaux.
Ce sont de vraies nouvelles au sens où elles ont la taille requise bien sûr mais surtout se suffisent à elles-mêmes tout en pouvant être le germe d'un roman plus conséquent. Il ne s'agit pas vraiment de science-fiction "technique" mais plus de fantastique et dans ce domaine l'imagination de Fredric Brown s'est révélée très performante. L'humour est aussi une constante marquante par rapport à beaucoup d'autres récits de science-fiction.
J'ai beaucoup aimé "Paradoxe perdu" pour l'idée que les choses impossibles sont peut-être possibles dans l'esprit des fous (et des artistes ?), "Le dernier train" pour sa psychologie et l'absurde kafkaïen de la fin, "Obéissance" pour l'originalité de la rencontre extra-terrestre. En revanche, je n'ai rien compris à "Aélurophobe" ...
Je garde Fredric Brown dans mes auteurs à relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Maphil
  17 avril 2017
L'auteur mêle subtilement le policier, le fantastique et la science-fiction dans ses récits. Son humour, sa désinvolture conduisent à la gravité, au dérapage angoissant de qui se sent soudain menacé dans son identité même. le thème des nouvelles de ce recueil est celui du voyage dans le temps, récits qui vous conduisent aux confins de vous-même à partir de situations saugrenues comme celle d'un des personnages atteint d'aélurophobie c'est-à-dire la peur morbide des chats domestiques.
Commenter  J’apprécie          10
michelangelo
  07 décembre 2013
Paradoxe perdu est un excellent roman, écrit avec beaucoup de savoir-faire. Un grand de la SF !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
faeyfaey   10 septembre 2019
Le Dr Michaelson faisait faire à son épouse ,qui s'appelait Mme Michaelson,le tour de son ensemble laboratoire-serre.
C'était la première fois depuis longs mois que Mme Michael-
son visitait ainsi les lieux où son mari se livrait à ses recher-
ches et expériences,et on avait installé pas mal de matériel nouveau pendant ces longs mois.
-C'était donc sérieux,John,finit par dire Mme Michaelson,
quand tu me parlais de tes expériences sur la communi-
cation avec les fleurs? J'étais sûre que tu plaisantais.
-Pas du tout,c'était très sérieux.Contrairement à ce que
pensent les gens,les fleurs possèdent une intelligence,au
moins fragmentaire.
-Elles ne peuvent tout de même pas parler!
-Pas comme nous parlons.Mais contrairement à ce que
pensent les gens,les fleurs communiquent entre elles.
Télépathiquement,en quelque sorte,et en projetant non des mots mais des images.
-Elles communiquent peut-être entre elles,mais tu ne va pas me dire...
-Contrairement à ce que pensent les gens, ma chérie, il est
possible d'établir une communication entre hommes et fleurs;il est vrai que jusqu'ici je ne suis parvenu à établir
la communication que dans un seul sens:je parviens à saisir leur pensées,mais non à envoyer des messages de
mon esprit au leur.
-Mais...mais comment t'y prends-tu,John?
-Contrairement à ce que pensent les gens, les pensées-
tant humaines que florales -sont des ondes électromagnétiques que l'on peut... mais non ,il sera plus
simple de te montrer comment ça marche.
Le Dr Michaelson appela son assistante,occupée à l'autre bout de la pièce:
-Mademoiselle wilson,voulez-vous m'apporter le communicateur?
Melle Wilson apporta le communicateur.C'était un bandeau que l'on se fixait sur le front;un fil en sortait,qui
entrait dans une tige que l'on tenait par une poignée
isolante.Le Dr Michaelson fixa le bandeau sur la tête de sa
femme et lui mit la tige en main
-C'est tout simple:tu diriges la tige vers une fleur,et cela se
comporte comme une antenne capteuse de pensées.Et tu
constateras que,contrairement à ce que pensent les gens..
Mais Mme Michaelson n'écoutait plus son mari.Elle était
figée, son antenne bloquée vers un pot de marguerites
posè sur un rebord de fenêtre.Ayant ainsi écouté quelques
minutes,Mme Michaelson posa l'antenne sur une table,prit un
petit pistolet dans son sac à main et tua d'abord son mari et ensuite Melle Wilson.
Contrairement à ce que pensent les gens,pour savoir si on est aimé un peu,beaucoup,pas du tout ou passionnément ,il n'est pas nécessaire d'effeuiller les marguerites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vdavda   24 mars 2018
On aurait pu, éventuellement, guérir Hilary par recours à la catharsis, si la catastrophique soudaineté de la découverte de la catégorie véritable de sa phobie ne l'avait cataclysmiquement catapulté dans une catatonie catabolique, laquelle entraîna une catalepsie profonde précédant l'issue fatale. Après une brève exposition sur un catafalque, il fut enterré dans une catacombe des Catskills tout proches.

in, Aélurophobe
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Fredric Brown (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fredric Brown
Extrait de la conférence "Dialogue entre les morts : Robert Sheckley et Fredric Brown" aux Utopiales 2017 avec J._A.Debats, S.Lainé et X.Mauméjean.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

3ZIEM La Réponse et Cela va de soi

La Réponse : C'est une nouvelle de :

Science Fiction
Romance
Heroic Fantasy

12 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Fredric BrownCréer un quiz sur ce livre