AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012044611
Éditeur : Hachette (17/06/2015)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 244 notes)
Résumé :
« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (120) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  13 mars 2018
L'histoire se déroule dans une société dystopique très sombre sur Mars. l'humanité a été divisé en castes, définies par des couleurs. Les « Rouges » représentent la classe sociétale en bas de l'échelle, travaillant et vivant misérablement dans le monde souterrain de Mars pour y extraire un minerai nécessaire à la future terraformation de la planète... c'est en tout cas ce que les castes supérieures veulent leur faire croire.
Les « Ors », eux, possèdent tout le pouvoir, les richesses, la beauté et imposent leur suprématie aux autres. Ces « bonsieurs », manipulateurs et froids, ont basé leur prédominance sur la mythologie romaine et ont élevé guerres, batailles et tueries au rang de Civilisation suprême.
Darrow, le protagoniste, est un fossoyeur minier « Rouge » de 16 ans qui, après la mort de sa toute aussi jeune femme, va être entraîné dans une faction de révolutionnaires et pour miner la caste « dorée » de l'intérieur, sera obligé de devenir un « Or »...
Le grand point positif que je retiens de ce livre est que l'univers et la société décrits sont très bien pensé, construits et tout aussi bien développés. Il faut cependant pas lâcher la concentration pendant sa lecture, d'autant que beaucoup de personnages peuplent le récit.
Mais, et c'est là où les points négatifs l'emportent...
L'auteur connaît manifestement ses « classiques » en matière de textes pour YA. Je n'ai pu m'empêcher de penser plusieurs fois à « Hunger games », bien qu'on est ici dans une société plus machiste (et aussi quelque peu eugéniste). Ce machisme « colle » tout à fait avec ce monde dépeint, mais m'a néanmoins dérangé. En outre, Pierce Brown a rassemblé ici tous les « ingrédients » afin d'étayer éventuellement une critique de société, mais dans cette histoire à l'écriture fluide et facile à lire, il m'a manqué une certaine virulence, ou au moins la passion qui, généralement, accompagnent une telle prise de position.
Darrow ne m'a (malheureusement) pas fait « vibrer », même si j'ai parfaitement compris ses sentiments, sa rage, sa révolte et sa façon de (ré-)agir.
Et, bien que je savais d'avance dans quelle aventure j'allais embarquer, je ne m'attendais quand même pas que « l'art de se faire la guerre » (ou plutôt comment réduire son adversaire en miettes) prendra une telle ampleur. Si j'apprécie la lutte pour les idées, je ne sympathise pas avec celle des « corps à corps ».
Ce fut donc une lecture en demi-teinte (je ne poursuivrai pas avec les deux tomes suivants).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Ichirin-No-Hana
  15 juillet 2016
Vous en avez marre des trilogies de dystopie qui se ressemblent de plus en plus ? de ses héroïnes qui, accompagnée de leurs chers et tendres, bravent le gouvernement en place et y arrivent à la fin du troisième tome ? Alors lancez-vous dans Red Rising, je vous promets que vous n'allez pas être déçu !
Red Rising est une trilogie de dystopie (la ressemblance avec les autres sagas dystopiques s'arrête ici) où l'on découvre le personnage de Darrow. Darrow est un jeune homme vivant sur Mars. Au moment de la colonisation de cette planète, la société des humains est régie par un système assez complexe de caste. Les Ors étant les plus puissants et les rouges les plus faibles (gravitant autour de cela on retrouvera par exemple les gris les policiers et forces d'intervention ou encore les jaunes qui sont les médecins). Darrow est un rouge qui travaille dans les souterrains de Mars et qui risque sa vie quotidiennement. Darrow est un casse-cou mais n'a aucune envie de rébellions, il n'a qu'un simple but dans sa vie : vivre heureux avec sa jeune femme et fonder une famille, même si c'est comme esclave. Malheureusement pour lui, les Ors ne les laisseront pas tranquille, lui et sa famille. A partir de cet événement tragique, Darrow verra sa vie chamboulée et lui-même devra changer énormément et apprendre à être quelqu'un d'autre.
Red Rising fut une lecture assez exceptionnelle. Ce premier tome est plein de surprise et assez dur par moments. le personnage de Darrow est un personnage fort intéressant à suivre et à voir évoluer. Bien malgré lui, Darrow verra et devra faire des choses loin d'être facile. Plus les événements avancent et plus Darrow devra mettre son humanité de côté et ne devenir plus qu'une machine de guerre s'il souhaite continuer de vivre. La paix n'arrivera pas sans de nombreux sacrifices.
L'écriture est travaillée et très agréable à la lecture. Pierce Brown a su montrer un certain talent à décrire les différentes pensées de Darrow et on ne peut qu'être pris à partie. On a vraiment envie que tout se passe pour le mieux pour ce personnage mais l'auteur sera loin de l'épargner. Les réactions de Darrow face aux nombreux événements qui se passent dans ce premier tome paraissent réelles et dures mais finalement tellements logiques.
Finalement, Red Rising est un véritable coup de coeur tant j'ai vraiment été embarquée dans cette histoire. Et c'est sans trop attendre que je vais me jeter sur le deuxième tome, qui je l'espère sera encore une fois une super lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          236
MelM
  12 août 2015
18,5/20
Presque un coup de coeur
Les Hommes ne naissent pas égaux. Voilà le maître mot de la Société. Votre couleur détermine votre fonction en son sein pour toute votre vie. Les Ors en sont l'élite, les Rouges le niveau le plus bas, ceux auxquels il incombe de faire face aux tâches les plus durs. Darrow est un Rouge, il creuse le sol de Mars pour en extraire le minerai nécessaire à rendre cette planète habitable. Quand un jour, sa vie bien réglée bascule, il plonge dans le néant et réclame vengeance. Toutes ses certitudes vont s'envoler, entre trahisons et guerres de clans, un tout nouvel univers s'offre à lui. La clé de sa vengeance et de celle de son peuple se trouve entre ses mains, il va devoir traverser bien des épreuves mais l'heure du changement a sonné....
Red Rising c'est le premier tome d'une toute nouvelle trilogie de dystopie qui fait un carton aux États-Unis, c'est LE roman dont tout le monde parle en ce moment, celui pour lequel on place la barre très haute, celui que l'on compare déjà aux plus grands noms du genre. Alors je m'attendais à tout: à lire une bonne dystopie qui surfe sur la vague du genre mais à laquelle il aurait manqué ce truc en plus, ou encore à être déçue; bref j'ai essayé de ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué mais alors là.... jamais je ne me serais attendu à ça. Je n'avais pas vraiment lu le résumé avant d'ouvrir le roman, je savais juste le strict nécessaire et là, franchement, l'auteur a dépassé toutes mes espérances. Franchement, c'était juste wahou.... tout monte crescendo et j'ai vraiment passé un excellent moment de lecture. Il m'a juste manqué un tout petit truc pour que ce roman devienne un gros coup de coeur.
La mise en place est vraiment intéressante, elle nous permet de découvrir Darrow, son caractère, son mode de vie et ce qui motivera par la suite son désir de vengeance. On y découvre le fonctionnement du système de couleurs et ce que cela implique pour Darrow et les autres Rouges. La mise en place m'a paru un petit peu longue mais vraiment nécessaire et très riche en informations utiles pour la suite du récit. En fait, le début du roman est comme une mise en bouche qui nous promet quelque chose d'encore meilleur ensuite, on sent directement que le récit possède un potentiel énorme qui ne nous sera dévoilé que plus tard au fil des pages. Personnellement, cette mise en place un peu longue de l'univers et des personnages ne m'a pas dérangée, je dirais même qu'elle a été bénéfique puisqu'elle m'a permis de bien me plonger dans l'univers, de m'imprégner de l'atmosphère qui règne dans le roman ainsi que de découvrir les tenants et les aboutissants de l'intrigue installée par Pierce Brown.
le gros point fort de ce premier tome réside dans l'univers imaginé par l'auteur. Riche et complexe mais aussi et surtout dur et froid, il ne laissera personne indifférent. Entre la cruauté du monde Rouge que nous découvrons au tout début du roman et celle, beaucoup plus insidieuse, sournoise, dans laquelle on se retrouve plongés avec Darrow par la suite, nous sommes servis. Nous découvrons petit à petit un univers angoissant, comme un énorme piège tendu tout autour de Darrow, un monde où les apparences et les us et coutumes comptent énormément, mais aussi un monde très violent dans lequel la lutte pour la survie, la lutte pour le pouvoir, pour être reconnu comme étant le meilleur est sans merci. Ça peut paraître très paradoxal, mais j'ai vraiment adoré cet univers, et surtout la façon dont l'auteur l'amène, l'enrichit petit à petit. J'ai beaucoup aimé me plonger complètement dans cette lecture forte et riche, dans cet univers sans chichis avec lequel l'auteur ne prend pas de gants. Il nous offre un univers vraiment percutant qui a fait mouche avec moi. Autre point également très intéressant, c'est la profondeur que possède cet univers, qui est vraiment extra. Au fil du roman, Pierce Brown sait nous en faire découvrir de multiples facettes et j'ai le sentiment qu'il nous en reste encore énormément à découvrir; l'auteur n'a pas dit son dernier mot et il devrait encore nous régaler avec la suite de cette trilogie.
En plus d'avoir une imagination surprenante et vraiment magnifique, Pierce Brown sait très bien manier les mots, pour nous faire ressentir exactement ce que ressent Darrow, pour nous plonger dans un univers à l'atmosphère sombre et angoissante, ou encore pour décrire des paysages ou des scènes de combats épiques. Sa plume est très descriptive mais reste vraiment très fluide et cela contribue aussi beaucoup à la facilité avec laquelle il nous embarque dans son récit. Sa façon de mettre en place son récit et son intrigue est parfaite et il en est de même avec sa façon de développer son univers, progressivement, en nous livrant des éléments de réponses incomplets qui ne peuvent véritablement que nous donner envie de lire et lire toujours plus vite pour découvrir de nouvelles choses. Pierce Brown sait ménager son suspense et il est maître dans l'art de créer un univers majestueux et une atmosphère obsédante. J'ai été complètement envoûtée par sa façon d'écrire, les pages défilaient à une vitesse folle et j'ai complètement adoré le travail qu'il a fourni dans sa globalité: univers, personnages, intrigue, et j'en passe, tout est maîtrisé au détail près pour un résultat juste parfait.
le récit peut se découper en deux parties bien distinctes et pas du tout proportionnelles: l'avant l'Institut et le pendant l'Institut. Chacune sert un but différent dans l'intrigue mais elles possèdent toutes les deux des qualités similaires. le rythme du récit est très bien maîtrisé tout au long du récit. Jamais il ne s'essouffle et je ne me suis ennuyée à aucun moment. L'auteur sait quand il doit nous offrir quelque chose à nous mettre sous la dent, un retournement de situation palpitant ou une révélation scotchante. Tout est vraiment parfaitement calibré pour nous rendre de plus en plus accro au récit qui se déroule sous nos yeux et ça a parfaitement fonctionné avec moi, j'ai trouvé cette lecture de plus en plus addictive au fil des pages.
La première partie sert vraiment plus de mise en place, d'approfondissement de l'univers et d'amorce de l'intrigue. On y découvre énormément de choses et, tout comme notre personnage principal, nous en restons bouche bée. Nous découvrons de nouveaux lieux et de nouveaux personnages, de nouvelles façons de penser et une nouvelle manière de vivre. J'ai adoré toute cette partie découverte qui est vraiment bien décrite, autant au niveau des personnages que des lieux, j'aurai aimé en découvrir encore plus mais je pense que cela se fera sûrement dans le deuxième tome. L'auteur a donc su garder un atout non négligeable dans sa manche qui nous réserve certainement encore beaucoup de choses passionnantes à découvrir à ce niveau-là.
La transition entre les deux parties se fait vraiment très facilement et avec la fluidité caractéristique à tout le récit. On y découvre les personnages que nous allons suivre pendant tout le reste du récit et les choses sérieuses commencent.
Malgré le nombre assez élevé de personnages, Pierce Brown fragmente avec habileté leurs apparitions pour que l'on ne s'y perde pas. Tous les personnages sont très bien approfondis et possèdent un caractère qui leur est propre. L'auteur prend le temps de s'attarder sur chacun, sa personnalité, ses multiples facettes et ce qui pourrait nous amener à nous méfier d'eux par exemple à travers leurs actions. Étant donné le caractère très stratégique du jeu, développer tous les aspects de la personnalité des différents personnages était essentiel et l'auteur l'a très bien maîtrisé, laissant de nombreuses parts d'ombre sur la plupart d'entre eux qui alimentent encore plus l'intrigue. En bref, voici encore un point que l'auteur a su maîtrisé à la perfection ou presque, je regretterai juste le manque de chaleur humaine inhérente l'atmosphère du récit et au poids qui pèse sur les épaules de Darrow.
Darrow, notre personnage principal est vraiment très attachant. Dès les premiers chapitres, on ne peut que compatir à son sort, ainsi qu'à celui de tous les Rouges. Ensuite, on est séduit par son amour pour Eo, son courage, sa force. Il a un caractère de battant et malgré ses faiblesses il fait tout pour ceux qu'il aime et pour ce qu'il estime être juste. J'ai adoré ce personnage, suivre ses découvertes à chaque étape et le soutenir dans ses choix et ses actions fut un réel plaisir. Il porte vraiment à merveille tout le récit, c'est un personnage fort et profond que l'on ne peut qu'aimer. J'ai déjà hâte de le retrouver et comme tout au long de ce premier tome, j'ai vraiment peur pour lui, pour sa vie mais aussi pour son coeur.
Au niveau des personnages secondaires, il y a ceux qui ont su toucher mon petit coeur, qui m'ont attendrie et il y a ceux qui m'ont énervée, horripilée à chaque apparition ou encore qui m'ont laissée complètement de marbre. Parmi les premiers, il y a bien sûr Eo, fragile et adorable que l'on a envie de protéger. J'ai adoré ressentir tout l'amour que Darrow lui porte à chaque fois qu'il pense à elle ou qu'il l'évoque. (J'ai très peur qu'il apprenne quel est le second cadeau qu'elle avait pour lui, je pense avoir deviné et j'ai déjà de la peine pour lui, son petit coeur va être brisé en mille morceaux si j'ai raison.) C'est un personnage très important pour le récit que l'on aime très rapidement et qui contribue aussi à nous rapprocher de Darrow, à découvrir une facette plus douce de sa personnalité et ça ne peut être que positif. J'ai aussi beaucoup aimé Mustang, Roque et Pax, pour des raisons bien différentes mais ils ont su apporter un vent de fraîcheur et énormément d'émotions à cette lecture. Cassius et Sevro sont intéressants mais m'ont moins séduite. Enfin parmi ceux que j'ai eu envie d'étriper dès le départ il y a bien sûr les organisateurs de ce jeu ainsi que le Chacal.
La seconde partie du récit est très différente de la première puisqu'elle concerne toute la période pendant laquelle Darrow est à l'Institut. Celle-ci est beaucoup plus riche en tensions en tous genres et en interrogations mais aussi en action pure et dure. L'auteur nous y offre beaucoup de scènes de batailles très bien décrites et très prenantes dans un décor qui pousse les personnages à mettre en avant tous leurs talents de stratèges. La tension augmente au fil des pages, les retournements de situation sont très nombreux et fond froid dans le dos mais surtout le tout est mené d'une main de maître par Pierce Brown. L'avancée dans l'intrigue ne se fait pas trop rapidement et rien n'est prévisible. L'auteur en fait vraiment voir de toutes les couleurs à nos personnages et j'ai adoré ça, cette incertitude permanente concernant le sort des différents personnages, l'angoisse, les révélations parfaitement calibrées. de plus, le tout se déroule avec fluidité, sans accro et avec beaucoup de profondeur, ce qui est très appréciable. Résultat, j'ai été complètement transportée par tout le récit, par l'enjeu, par les personnages et par l'intrigue totalement addictive. Jusqu'à la fin, l'auteur sait ménager son suspense pour nous offrir un roman vraiment aboutit et extrêmement bien pensé.
Cette fin, mais cette fin! Pierce Brown joue avec nos nerfs. Il nous offre un récit ultra riche en questionnements, et ce, jusqu'aux derniers instants, et là paf, c'est fini. On aura eu droit à tout, des morts, des combats magistraux, de la stratégie dans tous les sens, des amis sur lesquels on peut ou pas compter et juste au moment où on obtient LA grande réponse à l'interrogation de ce tome, et beaucoup d'autres questions en prime, c'est déjà le point final. Vous l'aurez compris, Pierce Brown nous laisse avec un cliffhanger à peine supportable et une envie magistrale de se jeter littéralement sur le deuxième tome de la trilogie à sa sortie.
Les +: Tout (à part le petit -)
Les -: un léger manque d'humanité et de chaleur humaine
Red Rising est un excellent roman possédant tous les atouts nécessaires à l'élaboration d'une très bonne trilogie dystopique, sans tomber dans le piège des défauts qui accompagnent généralement les premiers tomes. Avec son univers extrêmement riche et complexe, très bien réfléchi et porté par une plume qui fait des merveilles avec les mots qu'elle couche sur le papier, Red Rising m'a totalement séduite. de plus, son récit mené par une intrigue forte et évoluant, s'approfondissant énormément, au fil des pages, ainsi que les très nombreux rebondissements et questionnements gravitant autour de celle-ci sont des atouts non négligeables. Les personnages et les relations qu'ils entretiennent entre eux sont vraiment très intéressants et enrichissent encore plus une intrigue déjà riche en questionnements divers. J'ai adoré l'univers froid et dur et l'atmosphère sombre et légèrement oppressante, je me suis énormément attachée à Darrow et aux autres personnages à travers des épreuves qu'ils subissent et j'ai été complètement subjuguée par le récit dans son ensemble et l'imagination de l'auteur. La fin est un énorme cliffhanger qui ne peut que me donner envie de sauter sur la suite dès sa sortie. Je suis passée à un petit rien du coup de coeur alors bien sûr, je vous recommande chaudement ce premier tome d'une trilogie qui s'annonce magistrale.
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Saiwhisper
  22 décembre 2016
Je suis désolée, L_Bookine, Mikasa et tous ceux qui m'ont recommandé ce livre, toutefois je n'ai pas du tout accroché à ce roman… Après tout ce que j'avais entendu au sujet de cette saga, j'étais persuadée que j'allais savourer ma lecture et que j'allais avoir envie d'aller acheter la suite après avoir lu la dernière page ! … Mais en vérité, je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire… J'ai même dû me forcer à terminer, car j'avais envie d'abandonner. C'est vraiment dommage. Pourtant, je comprends que l'on puisse aimer : c'est sombre, violent et dynamique. Les personnages ont des caractères forts et sont plus complexes qu'on ne le croit. de plus, la plume est directe, incisive, adulte, sanglante et ne fait vraiment pas dans la dentelle. On sent toute la colère de Darrow qui n'hésite pas à employer des insultes ou des expressions vulgaires pour se faire comprendre. L'auteur envoie avec brio une pluie d'émotions qu'il jette à la figure de son lecteur. Non, vraiment, c'est une lecture qui ne laisse pas indifférent… Alors qu'est-ce qui a bloqué ma lecture ?
Tout d'abord, je ne me suis pas attachée à Darrow, cet antihéros féroce qui va subir le pire et qui va se battre avec ses tripes pour qu'Eo ne soit pas morte pour rien. Je comprends ses sentiments ainsi que son évolution au fil des pages, néanmoins je n'ai pas du tout adhéré à son caractère. Malgré toutes les horreurs que je lisais, je gardais une certaine distance et ne parvenais pas à m'attacher à lui… Mustang, Pax, Sevro et les autres ne m'ont pas vraiment touchée. Il faut dire que j'étais assez perdue par le nombre de personnages dans l'arène. C'était trop d'un coup. Je n'ai donc pas été émue par ce qu'il s'est passé lors de l'affrontement avec Chacal… Ni par la révélation concernant Mustang. Par ailleurs, l'univers ne m'a pas plu. Certes, il est riche, original, plein de combats, de violence, de viols et de manipulations en tous genres, mais ça n'a pas pris.
Il en faut pour tous les goûts et cette saga n'est malheureusement pas pour moi. le mieux est encore de vous faire votre propre avis car, à l'inverse de moi, L_Bookine a adoré chaque tome et le recommande chaudement. Il est donc préférable que vous vous fassiez votre propre opinion… D'autant plus que, en ce moment, le premier tome est à tarif réduit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
MademoiselleBouquine
  28 août 2015
J'avais vaguement entendu parler de Red Rising à sa sortie en France, mais le résumé ne m'avait pas emballée, et je ne m'y étais pas vraiment intéressée. le résumé ne m'avait pas semblé clair, la couverture ne me disait rien... Mais après être tombée sur plusieurs chroniques dithyrambiques, j'ai été de plus en plus intriguée, jusqu'à craquer.
Et je ne trouve rien d'autre à dire que "encore".
Bon, alors, de base, je n'avais pas compris que ce livre était une dystopie – oui, oui, je suis un peu lente à la détente.
En gros, un système de castes a été mis en place pour faire régner l'ordre dans la Société – oui, je sais, comme dans Divergente, comme . Chaque caste a été associée à une Couleur et a son rôle : les Ors sont des surhommes qui dirigent la Société, les Verts sont les techniciens, les Gris les policiers, tandis que les Rouges sont situés tout en bas de la pyramide et sont assignés aux tâches les plus ingrates et les plus pénibles, ne disposant de pratiquement aucun droit.
Darrow est un Rouge, qui n'aspire pas à de grands rêves de liberté, mais désire tout simplement qu'on le laisse vivre sa vie avec Eo, sa femme, si possible avec assez de nourriture pour survivre. Sauf qu'évidemment, la vie de Darrow change du tout au tout à la suite d'un certain concours de circonstances, et qu'il se retrouve investi d'une mission capitale...
Dit comme cela, on a l'impression d'avoir beaucoup d'éléments déjà-vus, et on s'imagine que cette dystopie ne fait que reprendre les codes du genre – à savoir un héros brave et déterminé, une société divisée en différentes classes, des trahisons, une petite arène au passage, des dirigeants corrompus... Et je suis tout à fait d'accord pour dire que l'intrigue de base de Red Rising n'a rien d'incroyablement original ou novateur, si ce n'est qu'elle se déroule sur Mars – et même cet aspect n'a de l'importance que dans les premiers chapitres.
Et pourtant, ce roman a quelque chose de différent.
J'ai eu un énorme coup de coeur pour Darrow – mais je n'irais pas le demander en mariage, il a un penchant "hémoglobine" et "étripage" un peu trop prononcé à mon goût. C'est un héros imparfait, qui ne pense même pas être un héros d'ailleurs. Il n'est pas motivé par de grandes idées philanthropiques au départ, il veut simplement se venger. Il fait des erreurs, il a de grands défauts, il réagit de façon trop impulsive, mais il évolue profondément. Et c'est ce qui le rend passionnant.
Les personnages secondaires étaient aussi vraiment réussis. Il y en a un certain nombre, et il m'est parfois arrivé d'en confondre quelques-uns à cause de leurs noms – comme Titus et Tactus –, mais au final, qu'est-ce que j'ai pu m'y attacher !
Ce roman est dur et riche, il est bien loin d'être une lecture d'été. Il faut vraiment suivre et réfléchir pendant sa lecture. La Société est complexe, tout comme le plan de Darrow, le fonctionnement de l'Institut, et surtout les innombrables stratégies que les héros élaborent lors de la "grande épreuve" – qui englobe tout de même plus de la moitié du roman.
L'écriture de Pierce Brown est extrêmement crue, on a parfois droit à des scènes très glauques, à la limite du gore – je pense à une jolie scène d'amputation tout à fait charmante, à de belles descriptions de blessures, ou encore à des scènes mignonnes à souhait dans lesquelles on assiste à des mises à mort horrifiantes de toutes sortes.
L'atmosphère en elle-même du livre est oppressante, les événements décrits sont effroyables. Il est donc peut-être préférable de lire ce roman à la rentrée, si vous préférez lire des romans plus légers et faciles d'accès cet été.
Le rythme m'a semblé tout à fait bien dosé. On change de décor assez souvent, on est confronté à une multitude de situations et de personnages. Les rebondissements sont fréquents et je ne les ai souvent pas vus venir. On ne sait plus à qui faire confiance, l'action est permanente, les trahisons pleuvent... Il m'a été absolument impossible de reposer ce roman, j'ai été captivée comme rarement !
Cependant, un détail – moindre, mais un détail quand même – m'a dérangée. On peut trouver de nombreux néologismes dans ce roman, et j'avoue que je les ai trouvés légèrement... cheap. Un holoPoste, des bottes antigrav, une armure en duroacier, des médiBots ? Une sangLame ? Pitié, une sangLame ? Non... Red Rising, tu étais si parfait, pourquoi avoir des néologismes aussi... aussi... primaires ?
En bref – et malgré les néologismes ! –, une histoire addictive, des personnages passionnants, un univers effrayant, pour un roman on ne peut plus prenant. Red Rising m'a transportée, m'a fait pleurer, m'a horrifiée. Je ne peux que le recommander, même s'il est loin d'être facile à lire. Une dystopie mature, qui vaut le détour. Je trouve ce roman assez unique, non pas à cause de son intrigue, mais de son aspect psychologique, des réflexions que l'on a en le lisant. Je suis complètement conquise par ce roman à la fois affreux et merveilleux.
Je me suis parfois dit que l'auteur en faisait trop – au niveau du gore et du sanglant –, mais au final, je comprends où il voulait en venir. Cette violence sublime tout le reste, les amitiés naissantes, l'évolution des personnages, les leçons qu'ils apprennent.
À lire absolument !
Note attribuée : 9,5/10 : un coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   21 décembre 2016
Malgré ma résolution, j'ai peur. Pourrai-je supporter la prochaine leçon ? Pourrai-je imiter la froideur d'Augustus ? Je sais, à présent, pourquoi il n'a pas cillé en pendant ma femme. Je commence à comprendre pourquoi les Ors nous gouvernent. Ils sont capables de faire ce que je ne peux pas faire.
Commenter  J’apprécie          140
LuxAdamentLuxAdament   03 juillet 2015
Je grave une sangLame sur chaque porte du donjon. Puis je m'introduis dans la salle de guerre et grave une nouvelle sangLame dans le bois de la grande table. Je crée un mythe. Je grave ensuite un crâne sur le dossier du fauteuil de Cassius et j'enfonce un couteau à l'arrière. Je crée une rumeur.
Commenter  J’apprécie          130
kobayasheekobayashee   28 décembre 2015
De temps en temps, il disparaît avec Quinn pour la journée. J’aime bien Quinn. Un soir, elle nous a ramené un daim et nous a raconté comment elle l’a achevé avec ses dents – en nous montrant, comme preuve, les marques de morsures sur l’animal et les poils coincés sous ses canines. Nous étions en train de nous dire que nous avions gagné un second Sevro – un peu plus joli – quand elle a craqué et éclaté de rire. Cassius l’a aidée à se débarrasser des poils. J’aime bien les gens capables de mentir avec autant de brio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ZuttoZutto   09 août 2016
- Lilath aimait la façon dont ça sonnait. Les autres l'ont adopté. J'aurais aimé quelque chose de plus... majestueux que le Chacal, mais on ne bâtit pas sa propre réputation. (Il indique Sevro du menton.) C'est comme pour le Petit Gobelin et ses Champignons Magiques.
- Comment ça, ses "Champignons Magiques"? demande Chardon.
- C'est devenu un blague. Un gobelin et un faucheur se rencontrent dans une forêt et se tapent une salade de champignons magiques. Je n'ai jamais dit que c'était drôle. Si tu veux sortir du jeu avec un meilleur surnom, il te suffit de tuer le grand méchant Faucheur. Pas le maîtriser. Le tuer. Enfonce-lui ton épée dans les reins et tu pourras devenir Imperator, Gouverneur, ce que tu veux. Mon père t’offrira un poste avec plaisir. Vraiment, rien de plus facile. Un simple échange de bons procédés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ma-ah-n0nMa-ah-n0n   06 décembre 2015
Comme dans un rêve, Eo me dit qu'elle m'aime. Sa main se blottit dans la mienne. Une lueur étrange brille dans ses yeux. Ils vont la fouetter, c'est tout. Pourtant elle me parle comme si c'était la dernière fois, avec un regard triste mais résigné. Comme si elle me disait adieu. Un horrible pressentiment me glace le ventre. Il s'empare ensuite de mon cœur, y plonge ses doigts griffus tandis qu'elle murmure dans mon oreille ces derniers mots :
- Brise tes chaînes, mon amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2645 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..