AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Elisabeth Duval (Traducteur)
ISBN : 2877672395
Éditeur : Editions Kaléidoscope (26/08/1998)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 244 notes)
Résumé :
A chacun son point de vue : quatre narrateurs différents racontent une même promenade dans un parc. Petit exercice de style à l'attention des jeunes lecteurs. é enporten
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
jeranjou
  14 juin 2013
Les quatre saisons d'Anthony Browne, un concerto pour gorille à quatre... voix !
Tiens ! Voilà une maman gorille qui ne marche pas à quatre pattes comme ses congénères et qui parle comme les humains. Mais où va-elle aujourd'hui et que fait-elle ?
« Sous un temps d'automne, la gorille, tirée à quatre épingles, promène son petit Charles et son labrador au parc. Pauvre enfant ! Que cette dame se montre détestable avec tout le monde. Encore une qui ferait mieux de tourner quatre fois la langue dans sa bouche avant de parler ! »
Hop ! Regardez ce grand gorille et sa petite fille promenant leur chien dans le même parc !
« Triste comme un temps d'hiver, le père au chômage, faute de bac plus quatre en poche, se saigne aux quatre veines pour sa petite fille Réglisse. Un de cas quatre matins, il trouvera bien du boulot en ville s'il scrute tous les jours les annonces dans le journal du coin! »
Oh ! Mais tournez-vous vers Charles ! Comme cela fait plaisir de voir ce garçon sourire enfin !
« Désespéré entre les quatre murs de son appartement, Charles, sortant dans le parc avec son odieuse mère, fait la connaissance d'une petite fille Réglisse. Qu'il est formidable pour pouvoir jouer avec Réglisse à la balançoire ou encore de grimper aux arbres en fleur. Oh qu'il aimerait partir en été aux quatre coins du monde avec sa nouvelle amie plutôt que de filer en quatrième vitesse pour retourner chez lui avec sa mère»
Et enfin regardez cette radieuse réglisse malgré son papa tout triste !
« Pleine de sève comme le printemps, elle respire la joie de vivre et découvre un nouveau copain Charles. Nos deux amis sont pliés en quatre en regardant les deux chiens s'asperger dans la fontaine. Au contact de Réglisse, le triste garçon Charles se transforme littéralement et va déclarer sa flamme entre quatre yeux à sa belle. Mais, je ne vous dirai pas comment…»
Alors, n'y allez par quatre chemins, achetez l'album de cette histoire à quatre voix dont les somptueux dessins d'Anthony BROWNE retranscrivent remarquablement l'humeur de chacun (des personnages).
Ciao l'artiste british ! A un de ces quatre matins !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
TheWind
  15 juillet 2014
Une critique à quatre voix pour Une Histoire à Quatre Voix

La mère de Charles : Charles il est hors de question que tu lises cet album. D'ailleurs, qui est cet Anthony Browne ? Un auteur d'albums pour la jeunesse qui met en scène des personnages avec des têtes de singes ! Quelle inconvenance, mon fils ! Ne prends donc pas cet air éploré... Il y a bien mieux à lire pour un enfant de ton âge que ces albums farfelus. Des arbres en forme de couvre-chef, quelle idée saugrenue ! Ce n'est pas sérieux de peindre le ciel bleu parsemé de nuages blancs dans un réverbère, voyons !
Fantaisiste, surréaliste et irrespectueux !
Pose cette horreur tout de suite et allons faire notre promenade matinale au parc.

Charles : Mais, maman. … (Il pose le livre tout en pensant ) J'aime bien moi Anthony Browne. Il n'a pas peur de prendre des risques. C'est original sa façon de dessiner et puis on découvre un tas d'éléments nouveaux à chaque illustration. J'aime bien tous ces symboles et ces clins d'oeil.
(Il reprend le livre)
Tiens, d'ailleurs, je n'avais pas encore remarqué que sur l'image des deux statues, les chiens avaient chacun la queue de l'autre. Et puis, là, il y a un château fort dans le fond. Je me demande bien pourquoi … Et ce toboggan, il est drôlement haut. J'aimerais bien glisser dessus, la descente doit être vertigineuse ! ... mais maman ne voudrait sans doute pas, de peur que je me blesse.
(Demande à voix haute) Dis maman, je peux l'emmener au parc l'album de Monsieur Browne ?
(La mère bougonne mais fait oui de la tête)

Réglisse (au parc, sur un banc près de Charles qui lit l'album) : Salut toi ! Il a l'air super ton livre ! Tu me le prêtes ?
Aahh je le kiffe trop !! C'est rigolo ! Surtout cette image avec les gorilles en caleçon à pois sur la fontaine ! Il a la tête de mon Papa çui-là quand il fait semblant de souffler sur son pistolet imaginaire! (Elle se marre). Et ce kiosque, il est trop beau  ! Et tu as vu le garçon a maintenant les chaussettes de la même couleur que le pull de la petite fille ! Et là, il y a Mary Poppins qui s'envole dans les airs ! Vraiment génial ce livre !! Tu me le laisses dis ?
Charles (sourit) : Oui si tu veux...Dis, Réglisse.. tu as remarqué que chaque personnage était représenté par une des quatre saisons ? J'aime bien surtout quand on passe de l'hiver au printemps lors de la rencontre des deux enfants..
Je dois partir maintenant, ma mère m'appelle..

Le père de Réglisse : Tiens, qu'est-ce que tu lis, Réglisse ? « Une histoire à quatre voix ».. Montre-moi ça un peu..Ah ouais, ça a l'air pas mal. le père Noël qui fait la manche avec sa pancarte «  Une femme et des millions d'enfants à nourrir ». Mouais...c'est marrant.. et t'as vu là, y a King Kong. Et c'est qui la dame qui danse avec le mousquetaire, avec un coquelicot dans la bouche ? La Joconde ? Ah ouais...ça m'dit quelque chose ça..Tiens, je te le rends.. il m'a changé les idées, c'est déjà ça.
Bon, tu viens, on rentre..

Réglisse (sur le chemin du retour dans la rue avec l'album sous le bras) : Papounet, regarde le lampadaire, on dirait une fleur...C'est joli, hein ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
sabine59
  26 mars 2016

On connait les " singes-hommes" d'Anthony Browne si expressifs, mis en scène dans des histoires toujours intéressantes et sources de réflexions pour les enfants.Mais cet album-ci est mon préféré.
Pourquoi ? Parce que , comme l'indique son titre, il présente quatre points de vue différents de la même scène, de façon subtile et originale.La notion de point de vue est difficile à appréhender par les élèves ( je travaille actuellement avec ma classe de 4ème sur l'alternance des points de vue dans " Les Misérables", et ce n'est pas évident !) et l'album permet de l'aborder clairement et simplement.
Quatre personnages donc: deux enfants, qui vont se rencontrer et s'apprécier, Réglisse et Charlie et le père de Réglisse, la mère de Charlie.N'oublions pas les deux chiens, qui permettront le lien entre les enfants.
Les différentes " voix" sont bien distinctes et chacune a sa propre typographie.Le décor, lui aussi, change , suivant le point de vue adopté.C'est toujours le même parc mais les arbres et la végétation s'accordent avec la " saison intérieure" de chacun.Cette subtilité m'a semblé fort intéressante et symbolique.En effet, le père de Réglisse, déprimé, sans emploi évolue sur un fond hivernal.La mère de Charlie, très BCBG et faite de principes,qui semble préférer son chien de race à son fils, un peu "passée"et monotone,s'associe à l'automne.Par contre, le petit garçon et la petite fille, tout à la joie de leur rencontre,s'amusent dans un décor très coloré, estival.Charlie prend de l'assurance et s'égaye au contact de la délurée ( mais sensible) Réglisse.
Voilà quatre voix racontées et illustrées de manière intelligente et sensible, compréhensible pour des enfants plus jeunes.Dans le cadre d'une collaboration collège- école, j'ai utilisé cet album avec mes élèves de 6ème et ils ont beaucoup apprécié.Moi aussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MaiteBravo
  05 septembre 2014
Honte à moi, je ne connaissais pas Anthony Browne, qui a quand même reçu en 2000 le Prix Hans Christian Andersen d'illustration pour l'ensemble de son oeuvre.
C'est une collègue qui m'a recommandé ce livre et je l'en remercie. Une maman et son fils vont au parc avec leur chien. Un papa et sa fille vont au parc avec leur chien. Nous aurons donc quatre versions de ce qui se passera cet après-midi là, et une fin qui n'est pas tout à fait triste, mais pas tout à fait gai non plus, une fin plutôt comme un espoir que la rencontre entre les deux mondes soit possible.
La qualité de l'album réside donc dans l'idée de ces quatre points de vue, dans son ton absolument pas saccharine, dans son humour, mais aussi et surtout dans les illustrations. Il y a beaucoup de surprises dissimulées dans chaque page. Un resserrage sur une scène déjà vue, la forme d'un lampadaire, des statues pas si classiques que ça, tout ce qui se passe entre les chiens qui eux, n'ont aucun à priori, etc.
Un album à lire et donc à relire pour être sur de n'avoir rien manqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MaxSco
  23 septembre 2012
Cet album est un album très riche qui, non seulement est à quatre voix, mais se lit également à différents niveaux de lecture. J'ai eu l'occasion de le lire à des petits, avec les illustrations (des petits que l'on conduit d'une main à Magritte) ainsi qu'à des plus grands en utilisant d'abord uniquement le texte et ses différentes typographies bien sûr. Pour moi, en tant qu'adulte, l'univers de Browne ne me lasse pas et est infini. Il me semble que les découvertes y sont permanentes. J'ai lu les différentes critiques du site. le principal a été dit. Browne joue avec les ombres, la nature, les lumières, les sentiments qui s'expriment à travers tous ces détails. Deux familles opposées socialement, c'est certain. Les lecteurs ont fait part de la typographie, de la façon de s'exprimer, de se vêtir, de se comporter... Monoparentales ? Là, je ne sais pas. L'univers de Charles me semble trop conformiste pour cela ! Sa mère apparaît plutôt comme La Mère omnipotente dans une famille étriquée où tout doit être à sa place et rester à sa place, les objets comme personnes. On est vite au fait de ses préoccupations ! Les enfants ont eux aussi des a priori (fille/garçon) mais c'est le bonheur lorsqu'ils se rejoignent. le père, chômeur, pourrait effectivement, lui, vivre seul avec sa fille. Peut-être le seul remède à sa déprime. Regardez leur retour et la dernière image de l'album ! Les chiens, eux, n'ont aucune des barrières édictées par les différents milieux sociaux. Au-delà des codes, on peut apprendre à se connaître et à s'aimer... Ce livre est une belle illustration de tolérance,d'esprit critique, de découverte des différences, d'ouverture... Une histoire à quatre voix qui ouvre sur de nombreux possibles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
jeranjoujeranjou   14 juin 2013
“ Ce que j’aime dans la conception d’un album, c’est le rapport entre les images et les mots, et la manière dont un enfant peut faire le lien entre les deux. J’adore mettre des indices visuels dans mes livres, des indices qui nous donnent une idée de ce qui se passe vraiment dans la tête et dans le cœur des protagonistes, ce qui permet à l’image de raconter une autre histoire que celle mise en avant par les mots (….)

Les enfants sont capables de tellement de choses, plus que ce que les adultes pensent. Ils peuvent appréhender des idées complexes et sophistiquées avec une certaine aisance, ils ont une conscience visuelle bien plus affûtée que celle des adultes, ils remarquent les détails et les indices dans mes livres bien plus rapidement que leurs instituteurs et leurs parents.”

Anthony Browne
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
mandarine43mandarine43   03 mai 2013
- Troisième voix -

J'étais une fois de plus seul dans ma chambre. Je m'ennuyais, comme d'habitude. Puis maman a dit que c'était l'heure de notre promenade.

Il y avait dans le parc un chien très gentil, et Victoria s'amusait beaucoup.
Elle avait de la chance, elle.
Commenter  J’apprécie          20
MaiteBravoMaiteBravo   05 septembre 2014
"J'ai finalement parlé à un garçon sur un banc. J'ai d'abord cru que c'était une mauviette, mais en fait non"
Commenter  J’apprécie          50
iz43iz43   28 mars 2015
Albert est toujours extrêmement impatient qu'on le détache. Il est allé droit vers une magnifique chienne et a reniflé son derrière (il fait toujours ça).
Commenter  J’apprécie          30
MaiteBravoMaiteBravo   05 septembre 2014
"Ca te dirait de venir faire du toboggan?" demanda une voix. C'était une fille, malheureusement, mais j'y suis quand même allé"
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Anthony Browne (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony Browne
"Zoo" By Anthony Browne (en anglais mais un bon aperçu des illustrations)
autres livres classés : rencontreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1011 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..