AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de trust_me


trust_me
  17 janvier 2018
Hollywood, 1948. le scénariste Charlie Parrish se réveille dans une baignoire après une nuit de beuverie. A ses cotés se trouve le corps sans vie de Valeria Sommers, LA star du studio pour lequel il travaille. Constatant que la jeune femme a été étranglée et n'ayant aucun souvenir des heures précédentes, il s'enfuit sans demander son reste. Apprenant que le meurtre a été maquillé en suicide par ses patrons pour éviter un scandale, Charlie essaie de recoller les pièces du puzzle pour comprendre ce qu'il s'est passé au cours de la funeste soirée. Ce faisant, il met le doigt dans un engrenage qui risque de le broyer sans la moindre pitié.

Un noir serré, amer, sans un gramme de sucre. Il faut s'accrocher au départ pour s'y retrouver dans la foultitude de personnages (merci le trombinoscope présent au début de l'album !) mais une fois les repères trouvés, on se régale de bout en bout. L'atmosphère pesante de l'industrie du cinéma de la fin des années 40 avec ses stars ingérables, ses producteurs véreux et ses scénaristes alcooliques est rendue à la perfection. La dimension politique (chasse aux sorcières communistes dans tous les studios d'Hollywood) est un élément majeur de l'intrigue. Manipulation, corruption, règlements de comptes et secrets inavouables rythment une histoire sans temps mort aux nombreux rebondissements.

Les personnages ont tous une vraie densité, leur évolution psychologique est extrêmement crédible et leurs relations particulièrement travaillées. Un vrai plaisir de se plonger dans ce polar poisseux à souhait, porté par les dessins aussi sombres que réalistes d'un Sean Phillips au sommet de son art. Bars miteux à peine éclairés, femmes fatales en robe fourreau, tapis rouge, chapeau en feutre, verre de whisky dans une main et cigarette dans l'autre, l'ambiance de l'époque, digne d'un roman de Raymond Chandler ou de Ross MacDonald, fascine autant qu'elle effraie.

Un album diaboliquement vénéneux à la mécanique sans faille. Efficace et addictif.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (8)voir plus