AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 288253485X
Éditeur : Luce Wilquin (23/04/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Une histoire de vie et de mort, de douleur et de jouissance sur fond d’errance urbaine. Une fille-mère et son chevalier furieux courant après des moulins à vent, un amour qui cherche les étoiles où s’effacent les haines et les peurs.
Des immeubles et la révolte de graffitis, l’ivresse des martinets et le vacarme d’un scooter pour crever la vieille indifférence du monde. La mémoire de femmes fuyant le pouvoir des hommes. La jeune maternité surtout, la plénitud... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
aliasc
31 mai 2014
Éric Brucher, c'est une belle écriture, poétique, métaphorique, des histoires de manque assouvi, de fragilités assumées, avec toujours le ciel en perspective, car trilles, trissements, criailleries et autres clabauderies des oiseaux s'échappent et s'envolent immanquablement de l'encre de sa plume. C'est un auteur qui ramène à l'essentiel, à la nécessité de l'amour, et singulièrement ici, à la force d'amour qu'instillent les étoiles scintillantes.
Serena est ado, elle s'entiche d'un drôle de type, Laszlo. Dans un tohu-bohu frénétique, dans un vacarme rebelle et une brassée de bruits, celui-ci traverse la ville sur son scooter, osant dynamiter les torpeurs et les impostures. Murs et palissades sont couverts de ses graphes et de sa marque : un zed noir, liseré de vert. Il embarque Serena dans ses délires, dans ses chevauchées de flibustier à l'abordage, et l'emmène aussi là-haut, sur le toit des immeubles, pour lui faire découvrir l'amour et l'élan vertical qui l'habite. Un jour pourtant, il déserte au ras du bitume. Mort, il a rejoint le côté des martinets, le bleu fouillis des claires étoiles, comme disait Verlaine.
Serena est enceinte ; elle ne le lui a pas dit. Commence l'aventure de la grossesse qui la comble, la réconcilie, l'apaise, tandis que bientôt fille-mère, elle cherche à percer les silences de sa mère à propos de son père, et à traquer sur les murs de la cité le souvenir de Laszlo et de ses mots. Mais les autres, ogres et crapauds dont la bave intoxique les étoiles, lui prennent sa fille et la forcent à avorter de son deuxième bébé. Désespérée, elle cherche à mourir en avalant des somnifères. Jozef, son voisin, heureusement la sauve et la relève, comme un père opportun. Enfin, son coeur s'ouvre ailleurs, vers Lukasz, qui fera d'elle une mère sereine.
La blancheur des étoiles, le troisième roman d'Éric Brucher, est un livre à la narration aboutie et à la prose ciselée, qui raconte finalement un fragment de vie adolescente, un parcours dont on sait qu'il peut être éclatant de la joie de ceux qui, fougueusement, partent à l'assaut du monde, mais aussi entaché de peines, de gravité et de désespoir. Serena, fragile, traverse l'existence un peu paumée, un peu étourdie. Elle ne sait pas bien qui et comment aimer, ni comment le dire, et elle doit affronter le jugement des autres sur ce bébé qui grandit en elle, alors qu'elle-même est traversée par le questionnement et le doute. A son âge, l'épreuve est difficile, même si elle a découvert que ce qui transcende le malheur, c'est le lien d'amour qui l'unit, par tout un réseau de connexions, au petit être qui métamorphose son corps. Et le romancier de rendre compte, dans de superbes pages et avec les mots justes, de cette pérégrination intérieure, des ressentis et des sensations de cette grossesse précoce. Ce roman, très riche également des nombreux autres fils narratifs qu'il dévide, magnifie la gestation, ce moment privilégié où la femme part à la rencontre de la maternité, sans pour autant faire l'impasse sur les façons d'être homme et père. Notons qu'on peut écouter Éric Brucher raconter la genèse de son ouvrage sur www.youtube.com/watch?v=x4noI_cX-h0
Aliasc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchi
25 juin 2014
Quelle histoire horrible et tellement banale à la fois, l'auteur réussi avec brio à nous faire ressentir le mal-être de Serena, jeune fille-mère complètement désorientée et à qui on a enlevé son enfant. C'est suite à un reportage télévisé que l'auteur, bouleversé par le témoignage d'une fille-mère, a décidé de se lancer dans ce roman. Ici Sérena qui n'a pas eu la chance d'avoir une mère protectrice, bien au contraire, se débat avec la vie on lui a enlevé son enfant, elle a dû avorter d'un autre et a fait trois tentatives de suicide. Malgré tout, elle espère encore en la vie et l'amour et elle va le trouver en écrivant à un prisonnier.
Une écriture fluide et puissante, aucun mot n'est de trop, très facile à lire en dépit de la dureté du sujet. Les oiseaux sont ici bien présents et très poétiquement introduits. Un livre sur l'amour, la grossesse, les non-dits et la souffrance. L'auteur exprime avec une plume tour à tour délicate et dure les sensations de la grossesse, le ressenti , les doutes.
Une superbe découverte pour moi je n'ai en effet, pas lu ses deux autres romans.
VERDICT
A lire, à découvrir un beau moment de lecture. Il peut plaire à tous et surtout aux amoureux des belles tournures, des belles phrases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
livrecommelair
29 juin 2014
Merci aux éditions Luce Wilquin pour cette lecture (masse critique)...
Eric Brucher n'est pas un grand comique dans l'âme,pour sûr.
Tout comme dans "Colombe" , il dépeint ici,la vie d'une jeune fille qui s'égare du chemin balisé de notre société.
Séréna , fille-mère , qui se complairait volontiers dans son rôle , mais à qui l'on ôte la possibilité d'élever son enfant...
Instabilité,décrochage scolaire,immaturité...Tels sont les arguments qui plaident en sa défaveur.
Ne trouvant plus sa place en ce bas-monde qu'elle n'apprivoise pas,peu à peu,elle glisse hors de son semblant de vie...
Jusqu'à la rencontre qui change tout. (Un happy-end que l'on sent arriver de loin)...
Un style parfois chargé de descriptions qui alourdissent le récit , une noirceur mate qui semble lui coller à la plume ,et la pirouette de fin qui amène une lueur d'espoir ; tels sont les ingrédients fétiches de l'auteur.
Une lecture, malgré tout, assez agréable , où l'on se prend au jeu,où l'on a envie que cette fille s'en sorte , qu'il y ait un coin de ciel bleu parmi tant de nuages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fantasio
23 juin 2014
Ce livre nous offre une histoire à la fois terrible et banale. Une jeune fille déboussolée, révoltée, en recherche de ses racines presque laissée à elle-même par une mère « taiseuse » et peu démonstrative. le mal-être de Serena est palpable. Elle va tenter d'oublier ses peurs avec Lazlo, lui aussi totalement rebelle et insoumis à la société et qui, manifeste son indignation par des graffitis provocateurs et surtout par un comportement suicidaire au guidon de son scooter au moteur gonflé.
Il va en mourir ! Et Serena, enceinte du garçon va se heurter à l'incompréhension de sa mère, Marie, et la terrible administration si pesante, si inhumaine...
Une belle histoire servie par une écriture très fluide, à la fois recherchée et poétique. Un style littéraire sans ostentation qui offre une lecture agréable. Mais je regrette, d'une part l'absence presque totale de dialogues qui auraient pu ajouter une tension et un rythme au roman, et d'autre part une sacrée belle collection de lieux communs ou plutôt de clichés (l'assistante sociale revêche, le juge sans coeur, le vieil immigré sympathique, etc.) qui agacent parfois. La fin est aussi un peu trop rapide, comme si l'auteur se sentait l'obligation de clôturer son roman par un happy end qui ne le satisfait pas lui-même.
Mais que ces deux petites remarques ne vous dissuadent pas de vous procurer, « La blancheur des étoiles ». C'est un bon livre qui se lit avec grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaud
17 juillet 2014
Ce livre m'a été offert par les éditions Luce Wilquin à l'occasion de « Masse Critique ». J'y ai découvert une écriture originale, très narrative et descriptive, avec des phrases variées : parfois très longues et sans verbe, parfois d'une brièveté séche. Les dialogues sont rares, mais cela ne m'a pas empêché d'être pris par la lecture.
Ce livre est un long flash-back où Serena, l'héroïne qui est enceinte, revit les 2 années qu'elle revient de vivre. Malheureusement, son histoire est d'une banalité triste : une adolescente sans affection rencontre un garçon, devient enceinte et se voit enlever sa fille. Quand elle est de nouveau enceinte, les services sociaux l'obligent à avorter, Heureusement il y a quand même un happy end puisqu'elle rencontre enfin un jeune un peu « cabossé » comme elle avec qui elle va pouvoir construire une vie plus heureuse.
La solitude de Serena se vit dans toutes les dimensions de sa vie : pas de promesse d'avenir, pas d'espoir, pas de rencontres, pas de chaleur, pas de paroles, pas de couleur. Même sa mère est toujours habillée de noir et ne parle pas plus qu'elle ne montre ses sentiments. Serena revit l'histoire familiale où les femmes doivent fuir parce que les hommes sont violents ou absents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
aliascaliasc31 mai 2014
Elle descendait en elle-même, lentement pour ne rien effrayer, à la rencontre de la crevette minuscule. Cette plongée, comme elle l’avait inventée, en cherchant les frémissements secrets, suivant les mouvements du sang, des veines, son rythme un peu sourd, imperceptible et saccadé. Sa pensée telle un fluide qui se propage par les nervures et se diffuse, s’instille à travers les filaments roses et blancs de la matière, cherche au fond d’elle le centre précieux de l’univers. Cette petite vie où commence tout l’amour du monde, une forme de langage, un mystère, le battement d’une communion secrète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aliascaliasc31 mai 2014
Il disait son nom Laszlo Kohler, toujours en insistant sur le nom.
Serena était trop surprise ou grisée pour lui poser des questions, elle croyait qu’il inventait. Il voulait écrire partout sur le béton sa phrase semblable à un slogan la bave des crapauds n’atteint pas la blancheur des étoiles, sa propagande pour secouer la ville. Comme parler des choses infinies, ôter la taie aveugle sur le regard des gens, leurs ricanements de sarcasme, l’ignorance sinistre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chriskorchichriskorchi25 juin 2014
Elle guettait les mouvements du foetus, cherchait à sentir bouger les ondes lentes, le relief bizarre d’un pied contre la paroi tiède du ventre. Elle parlait tout bas, descendait jusqu’au bébé avec sa pensée, ainsi qu’elle l’avait inventé, pour le couver dans la paix. Une vibration pour lui infuser l’amour au coeur."
Commenter  J’apprécie          30
chriskorchichriskorchi25 juin 2014
Les mains posées sur les côtés de son ventre pareil à un ballon, elle sentait les ondes de l'enfant à l'intérieur, ses petites gesticulations. Cette torpeur au soleil était un délice. Etre là uniquement, n'être occupée que des mouvements infimes au creux d'elle-même, et cette durée quand elle finissait par s'enrouler sur elle-même et s'estomper, disparaître dans une béatitude. Des heures flottantes et pleines à la fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchichriskorchi25 juin 2014
Là-haut, à l’abri des cheminées, Laszlo lui a appris l’amour. C’était ça aussi la blancheur des étoiles."
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : fille mèreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle