AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882535392
Éditeur : Luce Wilquin (15/09/2017)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Il y a des tagueurs, des apprentis djihadistes, des skateurs, des slameurs (une slameuse), des clameurs (une clameuse), des potagistes, des prophètes (un prophète), des calligraphes, des taulards (un), des laveurs de vitres (un aussi). Tous à leur manière des révoltés, porteurs d'énergie pour vivre et sortir des enfermements. Un chant choral habité d'espoir parfois fugace ou vain, parfois grandiose et magnifique. Ou comme une sédition tonique et poétique: chercher l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
carnetdelecture
  02 novembre 2017
Eric Brucher a une capacité inégalée pour parler des sentiments, du mal-être et de la révolte qui habitent certains. Ce recueil nous fait voir la jeunesse d'aujourd'hui sous un angle différent de ce que les médias laissent entendre. le lecteur fait la connaissance de jeunes perdus, en perte de repères, qui cherchent du sens et ne voient pas d'avenir possible. Des jeunes qui ont des rêves, qu'ils souhaiteraient pouvoir accomplir. Et c'est leur révolte face à la société actuelle qui est mise à l'honneur dans ce recueil, cette énergie positive qui fait bouger les choses.
Les premières nouvelles sont mes préférées car le style est direct, les phrases sont courtes et percutantes, elles se martèlent et la douleur exprimée se propage jusqu'au lecteur. Dès les premières pages, quelque chose de fort se passe, ce qui est plutôt rare en littérature. La faute aux mots précis, bien choisis et au rythme du texte, qui sonne comme du slam avec rimes et jeux de mots.
Lien : http://carnetdelecture.skyne..
Commenter  J’apprécie          60
nathavh
  04 octobre 2017
C'est avec ce recueil de nouvelles que je découvre la plume d'Eric Brucher. Romancier et chroniqueur littéraire et organisateur entre autres de rencontres d'auteurs.
Ce recueil est en partie le prolongement de son dernier roman "La blancheur des étoiles" car on y retrouve certains personnages que l'auteur avait envie de retrouver.
Ce sont des nouvelles urbaines qui nous sont proposées. Douze nouvelles dont la thématique est la colère, la révolte, le besoin de liberté. Une colère qui revendique, qui fait réfléchir, qui fait grandir.
L'actualité est également présente avec l'Islam, les djihadistes, les attentats.
Le titre mystérieux "Le jour est aussi une colère blanche" provient d'un graffiti vu sur les murs de Bruxelles. de taggeurs il en est question dans la première nouvelle "Les loups et les agneaux", la colère, la rage, la liberté, vie ou mort sera la thématique de "Les rondes de Lazlo".
Beaucoup de sensibilité aussi dans "Djihad pour tous" qui dénonce l'absurdité des croyances, nous parle d'un amour impossible.
Très joli texte mis en musique pour "Slam d'islam" .
"La main de Fatima" où l'on parle spiritualité, du voile qui protège du mauvais oeil, de résistance et du poids de la société qui prive de liberté, juste magnifique.
Poésie, liberté et évasion pour le "petit laveur de vitres".
"Le mont des Arts" et l'utopie de changer le monde.
Violence dans "le blues du looser".
"Flower power again" et le rêve d'une société meilleure, participative, créatrice de liens sociaux, lutte pour le maintien de ces idéaux.
J'ai un peu décroché pour la suite mais la nouvelle n'est pas mon style préféré.
Une plume riche, toute en poésie.
Ma note : 7/10 ***

Lien : https://nathavh49.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
nathavhnathavh   04 octobre 2017
Maître, j'ai compris que le voile que l'islam commande de porter n'est plus celui que me demandait de porter mon père. C'est le voile que l'on baisse en dedans de soi, sur les désirs de son coeur et l'agitation de ses pensées. Devrai-je le porter vraiment sur ma tête comme veulent toujours me l'imposer mon père et mon mari ? Car c'est le vent que je préfère sentir dans mes cheveux, et ma tête nue plongée dans la liberté infinie des cieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   04 octobre 2017
A propos de noms justement, Allah c'est même pas le nom de Dieu puisque personne ne Le connaît. Allah, c'est seulement la 99 ème appelation, si j'ai bien appris, on pourrait en inventer des millions encore que toujours on serait à côté de la plaque. On s'en fout des noms après tout ! Et puis comment être fidèle à quelque chose ou quelqu'un qu'on connaît pas ?
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   04 octobre 2017
Comme cela, Carlo fut engagé laveur de vitres. Car c'est à cela que servent les poètes, laver les vitres des gens et les binocles des robots. Quand c'est propre, il y a parfois des chances qu'au-dedans s'éveille un peu de vent.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   04 octobre 2017
Vous savez, pour mobiliser, il faut des armes : les mots, les formules, les slogans sont de tels outils, rétorque Zoé. Je préfère d'ailleurs parler outils que armes.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   04 octobre 2017
Va, je dirai à ton père et à ton ami que la prière intérieure est plus vraie que le voile et que la sagesse est de respecter l'esprit et sa liberté.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : révolteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1353 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre