AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782246776611
154 pages
Grasset (15/09/2010)
3.53/5   18 notes
Résumé :
L’invention du mariage d’amour devait répondre aux malheurs du mariage classique : rétablir l’égalité entre époux, privilégier le sentiment sur l’obligation. Mais depuis une quarantaine d’années, la nuptialité décline, le divorce explose, le célibat s’étend, les familles monoparentales se multiplient. Nul besoin de se marier désormais pour vivre ensemble ou avoir des enfants. Comment expliquer cette désaffection alors que l’idéal du couple reste entier ? Sommes-nous... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
brigittelascombe
  03 avril 2012
Avec un tître à l'opposé de celui du philosophe Eric Finkielkrant (Et si l'amour durait) qui étudiait l'amour à travers des oeuvres littéraires choisies, Pascal Bruckner, essayiste, dont La tentation d'innocence a été couronné du prix Médicis 1995, étudie (statistiques, citations et références littéraires à l'appui De Maupassant à Ian Mac Ewan, en passant par Diderot, Balzac, Engels, M° De Staël etc..) le mariage passé,présent et à venir vu "la crise de légitimité en Occident" et l'augmentation des divorces et du célibat.
Le couple dit-il "ne peut pas tout concilier".Soumis à de trop grandes ambitions, chaque partenaire recherchant l'idéal attend trop de l'autre sans concessions.L'émancipation de la femme, le viagra,meetic,la liberté sexuelle,l'abolition du patriarcat sont des facteurs qui augmentent le taux d'infidélité, de détachement et de rupture.
Que faire pour contrer l'échec du mariage d'amour?
Concessions, attentions, confiance, ne pas sous-estimer l'argent et surtout...cultiver "la douceur de vivre".
Optons donc pour "la douceur de vivre" :un sacré bon conseil!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Tom_Otium
  28 septembre 2016
Si j'ai bien compris ce pamphlet assez littéraire, en éxagérant on pourrait dire que « mariage d'amour » est un des oxymores dont la modernité a le secret. le mariage est une institution, censé apporter de la stabilité. L'amour quand à lui est souvent réduit à l'amour passion, intense mais bref, qui n'est qu'une des nombreuses formes d'amour. Comme le dit l'auteur : « L'amour-passion c'est l'amour de la passion ». Ce pur-amour, devenu la forme laïque du Salut, est inatteignable pour le commun des mortels. Il faudrait aussi éviter de passer d'un extrême (l'idéalisme) à l'autre (le cynisme). Pour cela il faudrait être plus « raisonnable » en amour, le faire évoluer au fil du temps en amour-amitié, complicité, tolérance, transmission... En somme « un art de vivre avec les autres et non de jouir pour soi ». Alors oui c'est sûrement un essai de droite mais franchement ça fait du bien de prendre un peu de recul, de critiquer la société de consommation, le culte du « tout, tout de suite », du tout-en-un ou du tout-ou-rien, l'appétit insatiable de plaisirs, l'hystérisation des sentiments et de mettre un peu de raison dans nos passions... L'auteur n'en reste pas moins un progressiste, prônant la liberté de choix et aucunement un retour en arrière. Il nous invite simplement à trouver le juste milieu, la bonne distance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lestempsmodernes
  11 février 2014
Dans cet ouvrage, qui fait plutôt penser à un grand article transformé en petit livre, Pascal Bruckner dévide un fil suivi depuis le début de sa carrière d'essayiste et de romancier, celui d'une réflexion sur la vie privée au sens large. Ici, il entend, non sans paradoxe ni sans prendre à rebrousse-poil l'opinion supposée dominante, remettre en question le caractère central dévolu à l'amour dans le mariage contemporain.
Commenter  J’apprécie          20
agnesmoisan84
  25 septembre 2018
Pascal Bruckner dresse un état des lieux des couples contemporains et de leur mariage d'amour.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   13 novembre 2020
Les réformateurs du mariage depuis les Lumières insisteront sur trois points : privilégier les sentiments sur l’obligation, en finir avec le tabou de la virginité et faciliter la séparation des époux mal accordés. C’est Balzac qui, obsédé par l’adultère féminin – « ce mot […] qui traîne à sa suite un lugubre cortège, les Larmes, la Honte, la Haine, la Terreur… » et la vision de millions de maris « minotaurisés » (c’est-à-dire cocufiés, dotés de cornes) – plaidera pour la liberté sensuelle des jeunes gens, seule à même de remédier à une foule de maux :

« Rendons à la jeunesse les passions, les coquetteries, l’amour et ses terreurs, l’amour et ses douceurs. A cette saison printanière de la vie, nulle faute n’est irréparable… et l’amour y sera justifié par d’utiles comparaisons. Dans ce changement de nos mœurs périra d’elle-même la honteuse plaie des filles publiques. »

Balzac développe ici un argumentaire qui deviendra classique au XIX e siècle et sera défendu également par Fourier, Stendhal, Hugo : la chasteté obligatoire des jeunes filles génère le double fléau des amours tarifées et des aventures extraconjugales, avec le spectre terrifiant de la bâtardise (dans la Rome antique, seules les femmes enceintes pouvaient se montrer infidèles sans problème, car cela ne remettait pas en cause la lignée, c’est-à-dire la pureté spermatique). Les hommes affamés recourent aux maisons closes, les épouses déçues par le manque d’assiduité des maris s’abandonnent aux galants de passage, tapis en embuscade. Léon Blum, dans un livre qui fit scandale lors de sa parution en 1907, approfondit avec talent la proposition balzacienne : il dépeint côte à côte la vierge

« dans son lit triste, tendant inutilement ses bras au rêve d’amour dont une imagination exaltée exagère encore la violence ou la douceur, et la prostituée dépêchant sur son lit de travail, avec un ennui hâtif sa tâche trop de fois répétée ».

Et comme ces deux misères se conditionnent, la vierge et la prostituée, celle-ci presque toujours une ouvrière, doivent être sauvées ensemble :

« A l’une, il faut faire oublier que l’amour existe, à l’autre qu’il existe dans la vie autre chose que l’amour. »

A la première, on interdit l’entrée dans la vie sexuelle, à l’autre on défend d’en sortir. Et Blum de plaider, d’une plume inspirée, pour le libre vagabondage des jeunes filles, aptes à vivre leurs fantaisies érotiques avec qui bon leur semble avant que « la maturité matrimoniale » ne les dispose à convoler en justes noces.

Les femmes ont un corps et ce corps a besoin d’exulter tout comme celui des hommes : il faudra plus d’un siècle après Balzac pour que les sociétés occidentales, marquées entre-temps par la révolution freudienne, admettent la réalité de l’Eros féminin, contrevenant au préjugé antérieur qui prêchait la pureté par terreur de la lubricité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bgnbgn   02 janvier 2015
A la fin des années 60, un tiers des femmes étaient vierges à la veille de leur mariage; à la fin des années 80, elles ne sont plus qu'une sur dix.
Commenter  J’apprécie          80
brigittelascombebrigittelascombe   03 avril 2012
Diderot stigmatise l'accouplement non consenti entre époux (que notre code a rebaptisé viol conjugal): "J'ai vu une femme honnête,frissonnante d'horreur à l'approche de son époux,je l'ai vue se plonger dans son bain et ne jamais se croire assez lavée de la souillure du devoir" (1772).
Commenter  J’apprécie          20
Tom_OtiumTom_Otium   28 septembre 2016
nous vénérons [l' amour parfait] à la façon d’une divinité, qu’il est devenu, comme le bonheur, l’alpha et l’oméga de nos sociétés occidentales. Posez un idéal, vous engendrez immédiatement des millions d’inadaptés incapables de se hisser à cette altitude et qui se croient déficients.
Commenter  J’apprécie          10
Tom_OtiumTom_Otium   28 septembre 2016
Nous vivons depuis un demi-siècle dans le domaine des mœurs une étrange aventure : celle d’une émancipation qui libère et opprime à la fois. De nombreux tabous sont tombés mais sur leur ruine, de nouvelles injonctions ont proliféré. Elles ont ceci de particulier qu’elles n’interdisent plus mais exhortent et se placent sous le signe du maximum : il faut jouir plus, aimer plus, gagner plus, consommer plus, spéculer plus, vivre plus et sans temps mort. Dans tous ces domaines, la démesure l’emporte selon une logique de profit propre au système marchand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pascal Bruckner (91) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Bruckner
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ Au programme de C à vous la suite : Invités : Christophe André, Pascal Bruckner, Jean-Claude Kaufmann, Raphaël Enthoven • Ils nous aident à faire le plein de sens • Faites le plein de sens ! • le bonheur est-il dans la chambre ? • Bonjour Paresse • Génération charentaise ? • Recherche désespérément moments de liesse • Mourir peut attendre • La mort nous va si bien L'Oeil de Pierre Lescure - « Sans preuve et sans aveu »… Mais 15 ans de prison Au dîner : • Petite philosophie de la chaussette • Libérez les chaussettes ! • Vive la chaussette libre ! • Dis-moi comment sont tes chaussettes, je te dirais qui tu es ! L'ABC - Les actualités de Bertrand Chameroy
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ConjugalesVoir plus
>Mariage et famille>Relations Parents/Enfants>Conjugales (22)
autres livres classés : mariageVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Animaux dans des titres de chansons/chansonnettes (2e)

Michel Polnareff te donnera tous les bateaux, tous les...

crapauds
mulots
oiseaux
turbots

12 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , animaux , comptinesCréer un quiz sur ce livre